Ophite

Anonyme… C’est la griffe, certes paradoxale, d’une génération qui l’est tout autant, dans son cosmopolitisme et sa quête cruelle d’identité. Et c’est au sein de ce monde flou que Yoann, guitariste autodidacte, a bâti son style, plein du groove et de la sincérité du blues et du rock des années 70 et 90, principalement influencé par Nirvana et les Black Keys. Après quelques apparitions dans la formation punk Les Marie-Salope, il décide de créer son propre groupe, en adéquation avec son univers. Ophite voit le jour en février 2012, avec Maeghann Garcia au chant, Nicolas Guénard à la basse et Sylvain Champsaur à la batterie. En avril, ses membres enregistrent leur première maquette « Pensée rectifiée », un hommage au morceau « Pavillon 36 » des Béruriers noirs. Le groupe donne son premier concert à L’Abracadabar le 6 juin, à l’affiche aux côtés d’Alex et les Piétons. Ophite enchaîne les performances dans de petits bars parisiens et franciliens (L’Armony, le Rigoletto, le Gambetta…) et connaît ses premiers succès lors du tremplin Fallenfest, avec notamment un concert remarqué au Divan du Monde. Cependant, au cours de l’année 2013, le groupe est en proie à une fatigue physique et morale qui conduit au départ volontaire de Sylvain puis de Maeghann durant l’été. Dès lors, Yoann et Nicolas s’attachent à retravailler leurs compositions. Après plusieurs auditions durant les mois d’octobre et novembre, ils recrutent Chris à la batterie et Marie au chant. L’orientation musicale d’Ophite change, les morceaux se voulant plus mélodiques, plus pop également, avec des paroles en anglais. Le premier concert de la nouvelle formation a lieu en mars au Gibus Café. Au mois d’avril, elle est à même d’enregistrer deux titres, « Phoenician sailors » et « The Unspeakable ». Après plusieurs lives et suite au départ de Chris, Yoann, Nicolas et Marie sont rejoints en juillet 2014 par Bradley Joseph qui, fort de son expérience dans le gospel et la soul, apporte aux compositions d’Ophite une touche groovy. Les mois d’août et septembre voient la concrétisation de plusieurs nouveaux projets. Le groupe a recours aux services du collectif bordelais Hotu qui tourne et réalise avec brio le clip de « Phoenician sailors ». Puis le quatuor rock se rend à nouveau en studio pour enregistrer son premier EP, bientôt disponible en version physique !