paul NEBAC

Suresnes, France

Autodidacte, J’ai mis pendant 20 ans, ma créativité au service des plus fragiles au sein de « mon » association d’accompagnement à la vie sociale pour les plus fragiles (handicap) 1996 - 2016. En 2012, je reçois les éclats olympiques au nom de mon association pour des actions de mixité et d'intégration, en 2015, la médaille du bénévolat par le Comité Olympique et Sportif pour 20 années d'actions militantes. Enseignant tennis mais aussi inventeur à mes heures, je créé plusieurs concepts dont l’un que je présente au concours Lépine en 2011. Les origines de ma nouvelle vie artistique commencent là. J’avais besoin d’un support et ne trouvant rien, je le réalisais en plâtre avec joie et facilité. Ma première œuvre aboutie date de janvier 2012 : le Barbare ou l'homme à tête d'huître référence à Monte Christo. Il s’agit d’un mutant qui sort de la mer. Pris par mon association, je créé souvent la nuit, ne pouvant m’empêcher de reproduire en 3 D les images qui assaillent mon esprit. Mes œuvres suscitent l’intérêt et plaisent immédiatement à son mon étonnement. Après quelques expositions en Ile de France et en Belgique, j’obtiens en 2015, la médaille d'argent des Arts Européens et Contemporains pour mon travail et parviens à relever le défi de réaliser une œuvre monumentale à Ste Maxime " La Femme au Chapeau" . La sculpture fut livrée et mise en place fin avril. Il s’agissait d’une demande officielle de la mairie. Je ne suis pas un homme d’affaire et, trop heureux de pouvoir exposer ma « belle de pierre » sur un emplacement exceptionnel, j’en fis don à cette ville. Il s’agissait aussi d’un hommage à une amie. L’œuvre fut pendant sa courte vie une sculpture très visitée et appréciée, sans la plus regardée. Fin 2015, une baisse de régime accompagnée d’un terrible imprévu m’oblige à cesser toute activité. 2016 est une année vide, je n’ai plus aucun ressort ni objectifs et ce n’est que la destruction de mon œuvre "la Femme au Chapeau" en août 2016 et le traitement incompréhensible de l'affaire qui en provoquant un électrochoc me remettent progressivement sur les "rails". 2017 fut une année pleine en création / 100 œuvres nouvelles. Je parcours la France du Sud au Nord , expose et fait des rencontres riches et encourageantes dont Felix Chamayou, interpellé par les courbes de mes œuvres, inventeur et artiste, auteur de la Géode de la Villette et de l’aéroport de Bagdad. J’ai avec qui j’ai aussi un projet de co –création. Eric Sleziak, créateur de Woinic, sanglier géant emblème des Ardennes et enfin la peintre Bordelaise Flaure Luce avec qui je travaille depuis le mois d’août sur le projet « hommage à Simone Veil ». Fin juillet, Je réunis également mes anciens adhérents et quelques intervenants et familles et décide avec eux de créer une nouvelle association de partage et d’accompagnement nommée « Montecristo » Pour moi, l'art est un support puissant de communication et peut être aussi "éducatif". Il doit se démocratiser. Il sera, je l’espère la clef de mon « retour » En 2018, au-delà de participer à l'exposition de Bordeaux avec Flaure LUCE. J’ai de nombreux projets et sollicitations mais souhaite surtout " réhabiliter" la Femme au Chapeau et revenir si la chance et la qualité de mon travail me le permettent vers des activités d'accompagnement et de socialisation, tout en continuant de créer et partager.. La « femme au Chapeau » était le symbole de la liberté assumée, une ode à toutes les femmes, un message d’espoir, une harmonie entre l’homme et la femme et une énigme. Le symbole de sa destruction passé sous silence est très parlant. Je bataille depuis, parfois envers et contre tous pour la faire renaitre car pour moi, il ne faut rien laisser passer, la violence quoiqu’elle soit ne doit pas être banalisée. Quelque part cela rejoint ou fait écho au combat mené par Simone Veil à une autre échelle. Mon style est qualifié de surréaliste, narratif, souvent percutant. Il évolue, devenant de plus en plus symbolique. Souhaitant sans cesse m'améliorer, je souhaite découvrir et travailler de nouvelles matières comme l'acier, relever de nouveaux défis. Merci de votre lecture et intérêt Paul N