Philippe

Né le 10 janvier 1974, Philippe Sauve développe depuis 1992 une œuvre littéraire et vidéographique, basée sur l’analyse de l’individu et d’une réalité au bord du fantastique. Membre de la Société des Explorateurs Français, il est aussi conférencier. C'est à 18 ans, en juin 1992, après avoir démissionné de son emploi d’électricien à l’Arsenal de Toulon, que Philippe Sauve débute La Marche de Vie : un tour du monde de deux années en solitaire. A la recherche d’une vie proche de la nature, il alterne des modes simples de progression, de la marche à pied sur plus de 5000 kilomètres aux Etats-Unis, à l’utilisation d’un canoë sur les rivières et les lacs du Canada. Il côtoie la vie des S.D.F. du Mississippi, partage les chants des Indiens Sioux Lakota, s’initie à l’art de la chasse avec les Inuits du Grand Nord et n’hésite pas à effectuer une traversée hivernale de l’Alaska à pied, sous des températures inférieures à moins 50 ° C… Durant ce voyage, Philippe se passionne pour l'écriture. À son retour, en compagnie de Maurice Périsset, un maître du suspens français, Philippe s’oriente vers la fiction littéraire. Il signe son premier roman Sous les ponts de Memphis. Pendant trois années, ils dirigent ensemble les éditions Ici ou Ailleurs. Philippe soutient son ami souffrant et l’aide à publier son autobiographie Le Rideau de Poussière. Attristé par la mort de son « maître à penser », Philippe repart en voyage et explore les régions reculées d’Amazonie, à la recherche d’une tribu amérindienne. Cette tribu vit aux confins de la rivière Xingu. Elle a été contactée par les blancs en 1980. Les autorisations lui manquent pour faire aboutir le projet. Durant l’année 2000, il entreprend un voyage à travers les Etats-Unis. Il erre dans plusieurs états américains, à la recherche de la réponse à la question « Qui est Dieu ? ». Cette question devient obsédante. Il effectue un étrange parcours qui le conduit à l’écriture du texte « Errance Amérindienne ». Baudouin Varennes, directeur du Festival International du Film Maritime, d’Exploration et d'Environnement de Toulon ( France ), propose à Philippe une place de juré lors de l’édition 2004 du Festival. Il y rencontre un certain Philippe Krümm qui le présente au directeur littéraire des éditions Les Presses de la Renaissance : Victor Loupan.  Ainsi, il publie en avril 2006 le récit Siberia qui relate un nouveau voyage : la traversée solitaire de la Sibérie en canoë. Dans le grenier de la maison du réalisateur Jean-Baptiste Warluzel, où se concentrent pendant plusieurs mois une formidable énergie créatrice, grâce aux passages de talentueux auteurs : Luc Richard, Constantin de Slizewicz ou Falk van Gaver…, Philippe apprend les balbutiements du montage audiovisuel et réalise le film Siberia. Le livre et le film issus de cette aventure sibérienne seront plusieurs fois primés en Europe. Ce travail accentuera son désir de tourner un premier long métrage cinématographique. Parrainé par l’écrivain explorateur Sylvain Tesson et Catherine Domain, fondatrice de la librairie Ulysse située sur l’île Saint-Louis à Paris, il est admis membre de la Société des Explorateurs Français. En 2008, il accomplit un nouveau voyage avec l'appui de Christophe Rémond, éditeur aux Presses de la Renaissance : la descente en canoë de la rivière Missouri. Il veut rencontrer davantage les peuples amérindiens. Il revient de 2000 kilomètres à la rame avec une trentaine d'heures de film que la société Gédéon Programmes et la chaîne Voyage achètent pour la série « Authentik Adventure », et publie le récit Horizon Dakota préfacé par Jean Raspail. Pendant le mois de mai 2009, Philippe Sauve réalise en compagnie de l’amérindien Dakota High Hawk, une tournée de conférences en France, sur le thème du devenir de la Nation sioux. En 2010, il publie Errance Amérindienne, aux éditions Transboréal et réalise la traversée de l'Islande à pied, en compagnie de son ami non-voyant Georges Nicolas...