Story Teller

On aurait aimé vous tourner une belle vidéo en mode dual-screen façon Amicalement Vôtre pour vous narrer nos parcours parallèles mais le temps nous a manqué. Vous allez devoir lire ce qui suit pour en apprendre un peu plus sur nous. A ma gauche, Fanny Bleichner. Une bibliothèque avoisinant les deux tonnes. Un amour immodéré pour Kundera et Le Clézio. Un passage en hypokhâgne, une khâgne et un master de lettres modernes appliquées plus tard, Fanny affute son verbe et sa diction au CUEJ où elle intègre la spé radio. A ma droite, Esther Degbe. Cent-soixante gigas de musique numérisée, pour faire court. Après un passage en hypokhâgne et une fuite vers la section Lettres Modernes de Paris VII Esther intègre le CUEJ dans le but de faire beaucoup de presse écrite et un peu de web, et de la vidéo aussi. C’est pourtant l’appel des mots et du papiers qui la frappe telle une épiphanie deux ans plus tard. Elle convoque une réunion au sommet : Story Teller commence à prendre forme dans un bar de Ménilmontant une fin d’après-midi ensoleillée de novembre.