Terrateck

Beuvry

Depuis tout jeune (5 ans), je suis passionné par l’agriculture. Nous partions l’été à la campagne en famille dans la maison de mes grands parents dans l’Eure-et-Loir. Cette maison, située à proximité de le ferme d’un oncle fut pour moi la première rencontre avec la nature. Il ne se passe jamais un été sans que j’aille faire les moissons avec lui. Avec le temps, cette passion pour l’agriculture grandit de plus en plus. En deuxième années de ma licence Marketing et Affaires Internationales de Négocia, j’ai fait un stage dans une jeune entreprise de producteurs / revendeurs de semences potagères et florales biologiques. Au cours de ce stage, j’ai eu un réel déclic lors d’une porte ouverte chez un agriculteur boulanger bio (ferme du Roc) utilisant des variétés anciennes de blé. Jean-François, avec un discours plein de sens , est désormais devenu un de mes proches amis. Il m’a ouvert les yeux sur les moyens de produire de manière plus saine, en respectant l’environnement, les hommes, tout en sachant écouter la nature. Dés lors, ma vie pris un sens : œuvrer pour le développement de l’agriculture biologique. Dans les années qui suivirent cette rencontre, j’ai orienté ma carriére personnelle et professionnelle sur les valeurs que défendent l’agriculture biologique avec toujours une idée en tête : revenir à la terre. Depuis 2008, je participe au programme Européen SOLIBAM sur la sélection participative des blés. Ce programme est mis en œuvre pour lutter contre la perte de la biodiversité des blés cultivés en France. J’ai alors débuté une collection de blé que je cultive chaque années sur les terres de la maison de mes grands parents. Ce programme, riche de sens, associe l’INRA (Institut National de Recherches Agronomiques) et les agriculteurs afin de créer des variétés de blés répondant à leurs exigences tout en utilisant des variétés « anciennes » de blé (avant 1970). En 2010, avec mon envie d’entreprendre pour l’environnement, j’ai entamé mes deux années de Master en apprentissage, dont une année dans une coopérative de céréales biologiques de l’Eure (BIOCER). Lors de la rentrée des classes, à ma grande surprise, il y avait un fils d’agriculteur biologique (Pierre Soudan) à Novancia. Un hasard qui ne me laissait pas indifférent. Avec Pierre, nous avions le même constat : les maraichers (producteurs de légumes) bio manquent de matériels agricoles dans la gestion quotidienne de leurs exploitations. Tous les deux bricoleurs, nous avons débuté la construction d’un, puis deux, puis trois…outils pour l'exploitation des parents de Pierre. Les bases du projet Terrateck étaient posées. Il fallait créer une entreprise de fabrication de matériels agricoles spécifique pour les petites exploitations. A la fin de mon Master (2011), j’ai décidé de faire une licence professionnelle Agriculture Biologique Conseil et Développement pour améliorer mes connaissances et me constituer un réseau. J’ai réalisé cette formation professionnelle dans le cadre d’un contrat de professionnalisation au Groupement Régionale des Agriculteurs de Haute Normandie en tant qu’expérimentateur et conseiller technique grandes cultures dans lequel je travaille toujours. Durant l’année 2011, je me suis rendu compte que notre constat est généralisé à l’ensemble des producteurs. J’ai également constaté que l’agriculture biologique a des modes de mise en marché principalement basés sur la vente directe (marchés, amap, ventes à la ferme,…). Cette opportunité nous a donné l’idée de créer des outils de nettoyage et conditionnement des légumes pour la vente directe. Nous avons donc construit deux machines qui sont en utilisation quotidienne chez ses parents. Après tant d’énergie mise en œuvre pour la création de ces outils, le projet Terrateck devait voir le jour !