Yo.K

Clichy, France

J'ai toujours aimé la musique. Depuis tout jeune. Grâce à mes parents d'une part mais aussi aux rencontres que j’ai été amené à faire durant mon adolescence. Des classiques Soul et Funk révélés par un père imitant James dans le salon, et des "What's Going On" chantés par une maman les yeux fermés m'ont poussé à m'intéresser quelques temps au solfège, à souffler dans un saxophone, et même à pratiquer les claquettes pour faire « comme Gene Kelly ». Et même si ces dernières confessions grilleront certainement à tout jamais ma Street Cred', elles expliquent en partie les choix musicaux qui m'ont guidé doucement jusqu'au Rap. Né à Paris, j'y vis durant mes 13 premières années avant d'arriver en Avignon. C’est seulement à partir de ce moment là que j'ai commencé à m'intéresser à ces artistes « qui ne chantent pas ». Mon oreille n'était au départ qu'américaine, et ne pactisait qu'avec les rythmiques et les flows techniques des Busta Rhymes, Dr. Dre ou Eminem. Malgré l'usure de quelques albums comme "Qui Sème le Vent Récole le Tempo", "Première Consultation", "Simple & Funky" ou "L'Ecole du Micro d'Argent", c'est seulement lors d'une rencontre avec une équipe de Zulus en 2005, que mon écoute pour le Rap Français a pris son envol. Oxmo, Sages Po, les X, NTM, Fabe, Lunatic : je revivais l'âge d'or du Rap hexagonal une dizaine d'années après par l'intermédiaire de Vision Décalée, composée de Mika, Nico et Thomas, mes compagnons de radio, qui deviendront vite mes amis et mon crew. Entre temps je commence à écrire et enregistrer mes premiers morceaux artisanalement qui j'espère ne sortiront jamais en inédit sur un album posthume lorsque je serai devenu une superstar... Je m'adonnais aussi au beatmaking, mais n'arrivant pas à dépasser la qualité sonore des vieux morceaux Dance du début des années 90, je choisirai plus tard de me consacrer seulement à l'écriture et l'interprétation en collaborant avec des producteurs qui eux m'offraient leur réel talent. Notre morceau éponyme "Vision Décalée" créé pour le premier volet des compilations Solaris me fera accepter pour la première fois le statut de MC à part entière, j'ai 19 ans. Nous avons participé à plusieurs concerts, à différentes compilations ; et mon goût pour la vidéo nous a poussé à concocter plusieurs parodies sur lesquelles nous avons ris avec des centaines de milliers d'internautes... Puis nous nous sommes retrouvés à Paris, fin 2009. Début 2011, je sors enfin incipit, qui n’est pas quelque chose d'énorme mais qui représente beaucoup pour moi : il est le premier projet que je proposerai seul, sous mon nom d'artiste : Yo.K. Mon Rap est pour moi le résultat logique de mon parcours musical : des mots qui ont du sens sur de la musique qui vibre. Le rap est éclectique et toutes ses couleurs me parlent même si artistiquement je me cantonne sûrement plus à l'une d'entre elles, que je n'ai jamais vraiment su définir. J'essaie de rendre mes aversions et mes dégoûts plus fluides, sans pour autant dénaturer mes idées revendicatives. J’aime mettre en exergue les sentiments, tout en aimant parfois m'évader avec des thèmes plus ludiques. Le rap pour moi ce n'est encore aujourd'hui qu'une passion, un échange d'énergie avec d'autres artistes et un public. incipit c'est alors tout ça... La représentation de Paul Karam a.k.a. Yo.K, un homme de 23 ans et sa vision de l'art brut : 7 titres, 7 beatmakers, un projet abouti sans argent et en téléchargement libre pour le plaisir de la musique, et par amour du rap. Aujourd'hui, j'ai alors 25 ans, et je recommence à écrire la suite...