Aidez à éditer le jeu-objet d'art "Erinnerung" se situant au cœur de l'installation artistique « Erinnerungsspiel »

Large_large_header-1441388648-1441388660-1441389028

Présentation détaillée du projet

 

Img_4854-1441828396

 

Le voyage

 

Mon projet prend naissance pendant l'été 2003 : après une quinzaine d'années de vie en France, je ressens subitement la nécessité de me confronter physiquement à l'histoire de mon pays natal, l'Allemagne. Je pars pour un long périple à travers l'Allemagne, de l'ouest à l'est, du sud au nord, à travers tous les anciens camps nazis, jusqu'à Auschwitz. J'ai besoin de traverser cette histoire, j'ai besoin de toucher le sol, de marcher le long des baraques, de sentir l'odeur du vieux bois et de rencontrer les gens qui travaillent là aujourd'hui, dans ces camps transformés en mémoriaux.

 

Le film et les aquarelles

 

Je voyage seule, avec ma caméra et mon journal de voyage. Je filme et j'écris. Le montage des séquences aboutit à une ébauche filmique d'une vingtaine de minutes, un fragment qui reste en suspens jusqu'au jour où je décide de le révéler : chaque semaine, je peins une aquarelle à partir d'un arrêt sur image de ce fragment filmique. Je choisis intuitivement l'image et la transforme, la métamorphose en aquarelle.

 

Ensemble-1441470775

 

Découvrez l'ensemble de mes aquarelles ici :

http://vanessa-lenzi.hautetfort.com/album/72-aquarelles/page1/

 

 

«  Erinnerung»: Le jeu « Memory » revisité par la mémoire....

 

Je peins sur des feuilles carrées (40x40cm). Chaque semaine une nouvelle aquarelle s'ajoute. Je les accroche au mur et remarque que certaines images fonctionnent en couple, parfois de façon évidente, parfois de manière cachée. Je me rends compte qu'il y a une correspondance avec le jeu de mon enfance qui m'a beaucoup marqué, le « Memory ».

Dans ce jeu, il s'agit de trouver des paires d'images parmi les cartes qui sont posées, face cachée, sur la table. Ce jeu a été commercialisé par la maison d'édition allemande Ravensburger en 1959, 14 ans après le régime nazi, et Ravensburger possède tous les droits sur le nom « Memory ». Ainsi, dans cette Allemagne d'après-guerre, rapidement transformé par le miracle économique, dans cette Allemagne où on continuait à jouer et à fonder des familles, on commençait à jouer au "Memory", tout en tournant le dos à l'Histoire. Encore aujourd'hui, ce jeu est très populaire en Allemagne et ailleurs aussi.

 

                                                   2015-09-04_17.40.47-1441394846

 

Frappée alors par cette correspondance, je décide de réaliser 72 aquarelles, le nombre de carte d'un jeu Memory classique, et de faire de mes aquarelles un jeu « Memory »: « Erinnerung »!

Mon jeu « Erinnerung » fait pendant à l'original : le triangle bleu, le logo de Ravensburger, est rouge, à la place du nom anglais, il y a la traduction allemande et l'imprimé diagonal bleu sur blanc au verso des cartes est blanc sur bleu. De plus au lieu de répéter juste le nom Ravensburger, le texte représente des fragments découpés de l'intégralité de mon journal de voyage. Dans mon jeu, ce n'est pas la bonne mémoire qui va faire gagner ou perdre, il n'y a pas de gagnant ou de perdant : il y a la mémoire possible.

 

Newboite5-1441395239

Le design du couvercle de "Erinnerung"

 

 

2015-09-04_18.13.36-1441395419

L'Intérieur de "Erinnerung" (prototype)

 

Il y aura aussi une notice de jeu imprimée sur papier glacé qui est au même format que les aquarelles originales et qui contient, à la place des règles de jeu, une introduction trilingue allemand, français et anglais au jeu-objet d'art.

 

New-noticeok1-1441395872

La notice dépliée (recto)

 

New-noticeok2-1441396004

La notice dépliée (verso)

 

C'est pour l'édition de ce jeu-objet d'art à 100 exemplaires que j'ai besoin de votre soutien !

 

J'ai trouvé une imprimerie qui travaille avec des personnes handicapées et qui propose de petits tirages à un prix raisonnable. J'ai trouvé un fabricant de jeux qui me greffe sur une grosse production, me vend les 100 boîtes vides nécessaires et me les livre.

 

Tout est prêt et il ne manque plus que vous et votre soutien pour la réalisation de ces 100 jeux !

 

 

L'installation « Erinnerungsspiel »...

 

Le jeu se trouve au cœur de l'installation « Erinnerungsspiel ».

 

Au milieu de la salle d'exposition sont réunies quatre tables à manger familiales et sur ces tables sont empilées une trentaine de boîtes de jeu fermées et ouvertes, ainsi que des cartes, posées les unes à côté des autres, ou en tas. Autour de la table se trouvent 16 chaises dépareillées qui invitent à prendre place.

 

Sur les murs tout autour sont accrochées les 72 aquarelles en groupe de 9.

A quelques centimètres des quatre murs se trouvent quatre écrans plats reliés à des lecteurs-DVD. Les écrans tournent le dos aux visiteurs. Le fragment filmique réalisé lors de mon voyage sera diffusé en boucle et restera caché. Seule la bande sonore sera audible. Elle est composée de sons in et d'une voix-off qui lit mon journal de voyage dans son intégralité. Deux lecteurs diffusent la voix en langue allemande, deux en langue française. Le fait que les quatre lecteurs ne soient pas synchronisés aura comme effet un brouillage des voix. Le visiteur doit ainsi s'approcher d'un des lecteurs afin de pouvoir distinguer clairement une voix.

 

Img_5216-1441396218

La scénographie de l'installation

 

...itinérante

 

L'installation a déjà trouvé deux lieux d'accueil et sera montrée du 29 octobre au 8 novembre 2015 au Syndicat Potentiel à Strasbourg/France et du 15 décembre 2015 au 29 janvier 2016 au Centre Culturel Franco Allemand à Karlsruhe/Allemagne.

 

L'idée est de faire voyager l'installation à travers l'Allemagne jusqu'en Pologne, un trajet correspondant à celui que j'ai fait à l'origine avec ma caméra et mon journal de voyage...

 

 

Lisez plus sur "Erinnerungsspiel" sur mon blog:   http://vanessa-lenzi.hautetfort.com/

À quoi servira la collecte ?

Votre souscription permettrait :

 

D'éditer le jeu-objet « Erinnerung» à 100 exemplaires, dont 28 feront partie de l'exposition et 72 seront à vendre, et de permettre de monter et de présenter l'installation « Erinnerungsspiel » qui est le fruit de ma démarche artistique, de cette longue maturation, un cheminement entre 2003 et 2015.

 

Détail :

 

Impression et réalisation de 100 jeu-objets d'art (cartes, feuilles auto-collantes pour les couvercles, notices de jeu) : 2000 Euros

 

Achat et livraison des 100 boites vides : 300 Euros

 

Achat du carton-bois pour la réalisation des 72 cadres pour les aquarelles : 200 Euros

 

Si la collecte dépasse les objectifs ?

 

Si la collecte dépasse la somme de 2500€, je pourrai commencer à m'occuper de l'exposition itinérante, et faire des repérages pour trouver d'autres lieux d'accueil en Allemagne, en France, en Pologne ou ailleurs...

Thumb_img_4854-1442505291
Vanessa Lenzi

Née à Stuttgart, j'ai quitté l'Allemagne l'année de la chute du mur de Berlin pour Paris d'abord, puis pour Strasbourg où j'ai fait des études d'arts plastiques. J'ai terminé mon master avec une installation intitulée « Fleckenküche / Cuisine de taches » dans les bâtiments désaffectés de la douane sur le quai de la gare de Kehl. Puis, je suis allée à... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Courageuse et nécessaire aventure. Bravo et de tout coeur avec toi ! Marie-Thérèse
Thumb_image-1426618857
C'est un très beau projet. Bonne réussite.
Thumb_default
I have known Vanessa since her arrival in Strasbourg, which coïncides with my own arrival at this city of cross roads. Our paths have run parallel in many ways over the years despite long periods during which we lost sight of each other. I admire Vanessa Lenzi's sensitivity, her truthfulness to herself and her perceptions, and her courage. This project is indeed a political, social and cultural comment on the world we grew up in in the 80s and 90s as teens and then in our 20s (my mother is German and I was raised in a culturally mixed family in the US that struggled to come to grips with the present, project into the future and often remained sealed in, in a vision of the world that tried to withdraw the element of personal responsibility and co-construction of our lives, our destinies and our duties to ourselves. I "fled" to France to struggle to construct an alternative life and break away from the set perceptions of this generation of our parents that was born during the war or experienced it as young adults.) Vanessa's work is at once highly personal, generational, cultural and geographically specific but also universal. It raises fundamental and painful questions of responsibility and choice in the form of a playful child's activity. It is in my opinion a powerful work that shakes the "player" up despite the delicacy of the aquarelles and not so much because of the subject matter of the holocaust as because of the shaking of the sense of personal responsibility for our memories, our lives and our actions today. I wish for this project to reach out far and touch others around Europe and beyond as it has touched me. Petra Christov-Bakargiev, PhD Anglo-American Studies University of Strasbourg Department of History