Aidez ce film à être traduit en plusieurs langues pour que tous crime contre l’humanité soient réparés qu’importe la race ou le peuple...

Large_kiss_last-1416344132

Présentation détaillée du projet

ESKLAVAJ REPARASYON

 

La  question de la réparation liée à l’esclavage et à la traite négrière transatlantique fût posée dès 2001 lors du vote de la loi  « Taubira »  mais ce volet fût supprimé.

Ce débat fut pris à bras le corps lors de la conférence de l’Onu en 2004  sur le raciome qui débuta le 31 Août 2004 à Durban (Afrique du Sud) parrainé par Monsieur Nelson Mandela.

La question relative à une compensation pour les victimes de l’esclavage fut largement abordée par toutes les nations participantes. Différentes voix se sont élevées pour Monsieur Fidel Castro « Cuba soutient l’idée de la réparation comme devoir moral à l’égard des victimes de l’esclavage, ayant comme base l’important précédant des indemnisations des descendants des victimes de l’holocauste ».

Monsieur Amara Essy Secrétaire général de l’organisation de l’Unité Africaine (O.U.A.) se déclare favorable à la réparation des pays occidentaux pour la traite négrière et la colonisation, affirmant que  « tous maux dont souffre l’Afrique aujourd’hui viennent du transfert des populations vers d’autres continents C’est un véritable préjudice et les modalités de la réparation peuvent se faire de différentes manières.

 

En France, bien que nos élus, de tous bords aient préférés le devoir de mémoire à la réparation matérielle de l’esclavage et de la traite négrière transatlantique, ils nous ont donné la possibilité d’agir et de nous exprimer dans un cadre législatif.

Esklavaj Reparasyon, est donc un premier film documentaire portant  sur la réparation de l’esclavage et de la traite négrière, diffusé pour sa première fois sur TV5 Monde Afrique à partir du 15 Novembre 2014. Aujourd’hui, en France et dans les Dom Tom,  cette question suscite beaucoup d’intérêt au sein des communautés déportées d’Afrique.

 

SYNOPSIS

 

Il est encore aujourd'hui difficile de dire qui pourrait être apte à déterminer les conditions justes de réparations pour l’esclavage et la traite négrière. Sans compter que les moyens de réparation divisent encore puisque selon Victorin Lurel, l'ancien ministre de l'Outre Mer, la seule réparation valable de l’esclavage est la mémoire. Tandis que le Cran (Conseil Représentatif des Associations Noires dede France, demande réparation financière pour les descendants d’esclaves et que Christiane Taubira, l'actuelle ministre de la Justice, ne souhaite pas s’inscrire dans le débat sur les demandes de compensation financière de l’esclavage,  prônant  des « politiques foncières » en faveur des descendants d’esclaves dans les territoires d’outre-mer. Jean-Philippe OMOTUNDE, chercheur en histoire, enseignant à l'Institut Africamaat, : Louis-Georges TIN, Président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN), organisateur du débat autour de la question des réparations liées à l’esclavage, Françoise VERGES, politologue, Jean-Philippe OMOTUNDE, chercheur en histoire, enseignant à l'Institut Africamaat, François DURPAIRE, Historien, Maboula SOUMAHORO, civilisationiste, Bertrand DICALE journaliste, répondent aux questions  récurrentes que se posent de nombreux descendants de l’esclavage et de la colonisation, tel que le mal dans l'histoire est-il un préjudice qu'on peut réparer ? L'indemnisation financière peut-elle ouvrir la voie à une réconciliation ? Les victimes y trouvent-elles vraiment la reconnaissance qu'elles cherches ? Ne s'agit-il pas là d'une marchandisation de la justice ?...  

                                                                       

Vlcsnap-2014-09-18-11h00m45s95-1416505455

 

Vlcsnap-2014-09-18-10h58m08s36-1416506817

                                                     

Vlcsnap-2014-09-18-10h58m56s32-1416508286

 

Vlcsnap-2014-09-18-10h58m33s44-1416509120

                                               

Vlcsnap-2014-09-18-11h01m48s212-1416523936  

Vlcsnap-2014-09-18-11h01m10s88-1416505890

 

 

À quoi servira la collecte ?

Après la version française du documentaire, diffusée actuellement sur TV5 Monde, pour porter notre voix dans le monde et principalement dans les pays de la CARICOM ‘Caribbean Community), j’envisage donc la traduction en plusieurs langues grâce à vos dons.

Vos dons nous permettront de traduire le film en plusieurs langues, Anglais – Portugais – Espagnol. Grâce à vous, nous pourrons l’exporter dès le début de l’année 2015 et le distribuer à l’étranger à l’approche des dates commémoratives de l’abolition de l’esclavage des pays respectifs,  Merci à tous pour vos dons généreux ! 

Avec vos dons, nous pourrons financer la traduction du film d’une part en sous-titrage, d’autre part en doublage de trois langues : portugais – anglais – espagnol, et le re-montage et mixage de ses trois nouvelles versions étrangères.  . Votre soutien nous permettra également de fabriquer des Dvd de ses nouvelles versions pour l’envoi auprès des festival et chaînes télévisées à l’étranger.

Details des dépenses

-       Traduction écrites (portugais – anglais – espagnol) 2550 euros

-       Doublage (portugais – anglais – espagnol) 6000 euros

-       Re-montage (sous-titrage portugais – anglais – espagnol) 2100 euros

-       Mixage son (portugais – anglais – espagnol) 1200

-       Fabrication DVD 1800 euros

-       Exportaion DVD 350 euros

-        Frais Kiss Kiss Bank Bank 8% 1120 euros TOTAL 15.120 euros

Je compte sur vous qui êtes sensibles aux thématiques pour lesquelles je me suis engagée, afin de soutenir ce film qui donnera la parole à celles et ceux qui en sont trop souvent privés.    

Jean-Luc MIHEAYE

Thumb_photo-1416529139
Sahrysma

Après à une longue expérience dans le milieu musical afro-antillais-français depuis1990, Jean-Luc MIHEAYE créé Metiss Soul en 1999 pour développer ses activités créatrices dans le domaine de l’industrie audiovisuelle. Grace a sa participation au 1er genre Underground (rap, ragga, soul, avec des artistes tels que : Expression Direkt, Mr Lézard, Tonton... Voir la suite