Participez à la création d'un documentaire sur les circassiens de rues en Colombie et en Argentine !

Large_semaf-1456525512-1456525525

Présentation détaillée du projet

 

« Estrellas del semaforo » C’est l’histoire d’artistes, d’acrobates et de jongleurs de rues qui ont choisi la rue comme lieu de rencontre, de création et d’espace scénique et qui défendent un mode de vie alternatif. Ils utilisent les arts de rue comme un moyen de développement personnel, le cirque représente un outil de transformation sociale, un levier culturel et économique.

 

« Estrellas del Semaforo » est une aventure, celle de la vie des circassiens. L’aventure de la rencontre d’autrui à travers la représentation scénique. Un documentaire où se côtoient des engagements humains et un aspect poétique où les rêves et les espoirs prennent vie. 

 

Capture_d__cran_2016-02-17___16.06.00-1456527912

Nicolas et Kimberly travaillant au feu rouge, Bogota.

 

 

 

                        Resume-1456540765

 

L’Amérique Latine est en plein essor. Des villes tentaculaires se développent. L’urbanisme grignote de façon anarchique une nature riche et sauvage. Une culture à deux niveaux : la modernité qui côtoie des valeurs traditionnelles.

 

En Argentine : Une crise économique qui touche toutes les classes sociales.

En Colombie : Une sortie très récente des violences sociales et politiques.

Deux pays où les conditions de vies sont rudes même si elles tendent à s’améliorer. Où l’espoir et les rêves de la jeunesse sont forts. Où l’enthousiasme et l’envie de se créer une identité positive font partie intégrante de la culture.

 

Et le cirque ?

Depuis quelques années, les feux de signalisations d’Amérique latine favorisent l'apparition d'un nouvel espace : celui des jongleurs, acrobates et artisans de la rue qui s'y produisent et revendiquent un mode de vie au jour le jour. De nombreuses associations et écoles de cirque se développent et s’impliquent dans les quartiers défavorisés pour aider les jeunes en difficultés. Elles mettent à disposition le cirque comme moyen d’émancipation, de développement du corps et de l’esprit.

 

Capture_d__cran_2016-02-13___19.55.32-1456528999

Diego, Roxana et Juanita s'entrainnant dans un parc, Medellin.

 

Capture_d__cran_2016-02-13___20.15.38-1456529177

La troupe "Axioma" en plein exercice, Medellin.

 

 

 

    Mis_en_sc_ne-1456540809

 

La mise en scène du film consiste en une progression dans l’apprentissage physique des personnages, ainsi qu’un dévoilement progressif de leur personnalité respective. Ne pas tout donner dés les premières images et découvrir petit à petit leur intimité avec leurs espoirs et leurs failles.

 

D’un point de vue général, la mise en scène met en valeur le mouvement et les corps. Nos jeunes artistes sont des circassiens, ils doivent s’entrainer plusieurs heures par jour pour maintenir une bonne condition physique.

Leur corps parle parfois plus que leurs paroles ou leur visage. Nous filmons le mouvement : la mobilité, le voyage, une impulsion constante, les distances parcourues. Le mouvement du corps en rapport avec l’espace : la rue, le voyage, la salle de répétition. Mais aussi le mouvement du corps en relation avec le cirque. Le corps qui s’étire, qui s’entraine avec l’autre, le corps qui manie des objets : quilles, diabolo…

Nous allons chercher ce qui traduit l’effort et la fatigue des personnages. Les doutes sur leur choix de vie sont transcrits par l’essoufflement du corps : la sueur, les courbatures, l’inconfort du quotidien.

 

« Estrellas del Semaforo » est construit comme une chorégraphie : le va et vient du montage entre les portraits sera assuré par ces deux aspects : le mouvement et le corps. Un ballet où les personnages se rencontrent métaphoriquement au feu rouge.

 

Capture_d__cran_2016-02-11___19.16.11-1456529423

Kimberly et Nick se représentant dans une gare, Bogota.

 

Capture_d__cran_2016-02-17___13.20.31-1457109120

Alejo et Miguel préparant leur spectacle, cabo de la Vela.

 

 

 

   Le_tournage-1456540853

 

3 mois et demi de tournage répartis entre la Colombie et l’Argentine.

Nous sommes partis le 15 décembre 2015 pour commencer à tourner en Colombie. Le tournage touche bientôt à sa fin puisque nous rentrons le 6 Avril 2016 en France.

A notre retour, il nous reste tout le travail de post production à fournir (voir à quoi servira la collecte?)

Une fois le montage, l'étalonnage, le mixage et la création de musique originale terminé, le film sera fin prêt ! D'ici la, en Septembre 2016, sortie du teaser officiel du film !

La sortie du documentaire est prévu pour le début de l'année 2017.

 

 

Nous sommes actuellement en Argentine pour la seconde moitié de tournage. Nous avons déja tournés 33 jours en Colombie, en passant par les villes suivantes…

 

Bogota : Tournage avec la troupe "Traficantes de Sonrisas"

Salento : Voyage/Tournage avec la troupe « Traficantes de Sonrisas » ,dans la vallée de Cocora et spectacles de rues à Salento.

Medellin : Tournage avec la troupe « Axioma » 

Carthagène : Tournage des spectacles d’arts de rues lors de l’événement Funky Freaky Festival.

Palomino : Rencontre avec Israel « El niño Topo » un des plus prometteurs jongleurs d’Amérique Latine.

Cabo de la Vela : Voyage/Tournage avec le duo « Circonexion », spectacle de rue pour les indigènes « Wayuu » de la Guajira.

Guatapé : Voyage et rencontre avec « Caberlito » fondateur de la troupe « Axioma »

 

Retour à Bogota et départ pour Buenos Aires.

 

Itinéraire en Colombie : 

Colombia-1457112710

 

 

Itinéraire prévu en Argentine : 

Buenos Aires - Cordoba - Salta - Humahuaca - Mendoza - Buenos Aires

Argentine-1457112756

 

Je suis partis en équipe réduite tourner ce film documentaire. Tout d’abord car je ne veux pas que  l’intrusion de nombreux techniciens interfère avec l’authenticité des situations. Deuxièmement car je sais que pour me faire accepter des circassiens dans leur quotidien, je ne dois pas prendre trop de place. Ce sont eux les artistes de rue, pas moi avec ma caméra. Je ne pars donc qu’avec un technicien et une unique caméra.

 

Qui sommes nous ?

 

Margot Cami, réalisatrice     

Capture_d__cran_2016-03-07___11.44.31-1457361906

 

Je suis partie il y a 3 ans voyager seule avec mon sac à dos en Amérique latine, je parle donc espagnol couramment. Ce voyage a été pour moi à la fois un élément déclencheur et la continuité de mon parcours scolaire et professionnel. Depuis mon retour j'ai écris ce documentaire sur les circassiens de rues pour repartir tourner en Colombie et en Argentine.  

Cela fait 5 ans que je travaille comme assistante mise en scène et assistante régisseuse sur du long métrage cinéma et télévision ainsi que sur des courts métrages. J’ai donc déjà une expérience de la préparation d’un film et de sa réalisation. Je me tourne aujourd’hui vers le documentaire qui m’attire d’avantage que la fiction. Je ne souhaite pas travailler avec des comédiens, j’éprouve l’envie de transcrire le réel. La réalisation de ce documentaire est le fruit d’un acheminement personnel qui vise à faire coïncider ma sensibilité d’auteur et de réalisatrice avec celle de ces artistes de rues.  "Estrellas del Semaforo" est mon premier long métrage en tant que réalisatrice.

 

Léo Duclos, chef opérateur

Capture_d__cran_2016-03-07___11.52.27-1457362405

 

Je venais tout juste de finir mes études dans une école de cinéma (EICAR) quand Margot me propose de partir avec elle. En tant qu’opérateur, faire l’image sur un documentaire est un défi très intéressant: Il s’agit bien sûr de tout mettre en oeuvre pour aller dans le sens de la réalisation en étant réactif et à l’écoute, mais aussi précis et rigoureux au service de l’esthétique.

 

J’ai jusqu’à présent plutôt travaillé en fiction, où l’on fait des repérages, où l’on recréé parfois intégralement la lumière de manière artificielle. Ici, les contraintes physiques, les conditions climatiques et l’instantanéité de l’action influeront de manière beaucoup plus directe sur la prise de vue. Je pense que cette manière de travailler fera aussi appel à mon expérience de photographe, où l’on s’adapte au mouvement et à l’espace, plus qu’on le façonne.

Participer à ce projet documentaire, c’est boucler un cycle d’apprentissage, d’accumulation de connaissances et de travail. Nous sommes partis à l’aventure en Colombie et en Argentine, j'ai du apprendre des nouveaux langages pour faire des images. 

                                                   

Capture_d__cran_2016-02-13___17.03.18-1456529763

Cristian dans de la vallée de Cocora, Salento.

 

Capture_d__cran_2016-02-16___20.50.39-1456529851

Israel, jonglant à Palomino.

 

 

 

     Capture_d__cran_2016-02-26___23.33.23-1456540892

 

La Troupe « Trafiquantes de Sonrisas » 

Avec de gauche à droite : Nicolas, Cristian, Katerin, Sebastian, Kimberly

Capture_d__cran_2016-03-04___11.54.37-1457103389

Page web de Traficantes de sonrisas : https://www.facebook.com/Traficantes-de-Sonrisas-198087390266212/?fref=ts

 

 

La Troupe "Axioma" 

Avec de gauche à droite : Diego, Caberlito, Roxana, Santiago, Juanita

Capture_d__cran_2016-03-04___12.04.00-1457106118

Page web de Axioma : https://www.facebook.com/corporacionaxioma?fref=ts

 

 

Le duo "Circonnexion"

Avec de gauche à droite : Miguel et Alejo

 Capture_d__cran_2016-03-04___13.37.41-1457109595

 

Israel dit "El nino Topo" 

Capture_d__cran_2016-03-04___13.08.03-1457109706

Lien démo de Israel « El niño Topo » : https://www.youtube.com/watch?v=yuD-9lWpPqg

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

La préparation et le tournage de « Estrellas del semaforo »  ont étés auto financé et soutenu par le conseil général des Yvelines.

                 Capture_d__cran_2016-03-06___10.53.01-1457272597

 

Notre film est indépendant c’est la raison pour laquelle nous faisons appel au financement participatif.

Nous avons maintenant besoin de fonds pour mener à bien la post production du film. En rentrant en France il nous faudra assurer le montage, l’étalonnage, le mixage et la création d’une bande originale. Pour cela nous nécessitons la somme de 3000 euros qui nous permettra de mener à bien la fin de notre travail.

 

Voici la répartition 

 

 

Capture_d__cran_2016-03-06___15.39.34-1457290136

 

Sans votre aide le film ne pourra voir le jour et restera à l'état d'images en vrac prenant la poussière dans des disques durs. Et grace à vous "Estrellas del Semaforo" prendra la forme d'un documentaire de 52 minutes et pourra se présenter en festivals. La sortie du film est prévu pour le début de l'année 2017 !

 

Si la collecte dépasse les 100% les fonds supplémentaires permettront de communiquer et de faire la promotion du film en France puis en Colombie et en Argentine. 

 

Et à partir de 500euros en plus : Ce serait un cadeau magnifique pour un des circassiens ! Un billet aller retour pour que l'un d'entre eux puisse venir en France pour la sortie du film et participer à la promotion.

Kisskisbankbank prend 8% de commission sur ce projet, cela correspond à 240euros a déduire.

 

Vous souhaitez avoir plus d'informations ou participez autrement à notre projet, n'hésitez pas à nous contacter :  margot.cami@gmail.com

Et pour nous suivre durant notre tournage : http://kurtvondelgado.tumblr.com/

 

Si vous ne pouvez pas soutenir le projet mais que le sujet vous intéresse, n'hésitez pas à en parler autour de vous. Le bouche à oreilles nous sera d'une grande aide ! Merci !

 

Estrellas-1457279130

Thumb_10612543_10153094951039265_1594871304461897981_n-1457277814
margot cami

Je suis partie il y a 3 ans voyager seule avec mon sac à dos en Amérique latine, je parle donc espagnol couramment. Ce voyage a été pour moi à la fois un élément déclencheur et la continuité de mon parcours scolaire et professionnel. Depuis mon retour j'ai écris ce documentaire sur les circassiens de rues pour repartir tourner en Colombie et en... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_2_chevaux_fleur-1411984055
Une belle et courageuse aventure, Bravo à Margot et Léo. Regardez ces images passionnantes.
Thumb_default
Merci de prendre cinq minutes pour regarder ce projet, d'une jeune réalisatrice passionné et qui a besoin d'un dernier petit soutien, sans cela tout s'écroule, ça serait dommage après toute cette énergie déployée !!!
Thumb_default
Quand la grisaille envahi nos foyers et que les temples ne sont plus que ceux de la finance, le rêve envahi la rue. Loin de la frilosité ambiante c'est la réunion de petites initiatives de la rue qui apporte enfin la vie. Les rues deviennent enfin des artères qui apportent un sang nouveau à la cité. Je crois sentir que ce film va bien illustrer cet adage : La vie ne s'enrichit et ne vibre qu'en résonance avec les autres.