Financez « Et Mon Cœur Transparent » long métrage réalisé par David et Raphaël Vital-Durand, tiré du roman de Veronique Ovaldé.

Large_poster-1445521113-1445521118

Présentation détaillée du projet

Faux thriller porté par un vrai suspens, ce film décalé, original dans la production française,  réinvente l’univers singulier de Véronique Ovaldé, toujours « un pied dans la réalité, l’autre dans l’imaginaire » (Télérama), et porté par des personnages qui « vivent une offense, rêvent dedans, et font de leur chagrin, une féérie. » (Libération).

 

12115992_159794927702241_1933783678428892714_n-1446033105

 

 

2/PITCH 

Sait-on jamais avec qui  l‘on vit ? Lorsque Lancelot apprend la mort de sa femme, son univers s’écroule. Il va vivre de très grands chocs supplémentaires en découvrant qu’Irina, sa passion fixe, n’était que  mystères : orpheline d’un père pourtant bien vivant, engagée dans un réseau d’improbables activistes, morte au fond d’un lac dans la voiture d’un inconnu…

 

Refusant la réalité, niant le deuil comme les révélations qui l’accompagnent, Lancelot, homme d’ordinaire tourné vers la contemplation et le désengagement du monde, décide d’enquêter sur cette disparition. Enquête menée à sa manière et dans l’esprit du film tout entier : tout en contrepied et ruptures de ton.    

Caterina-1446033136

 

3/LA GÉNESE DU PROJET, par David et Raphaël Vital-Durand

 

« Et mon cœur transparent » est notre premier long métrage. Depuis des années, nous cherchions un projet qui combine nos trois sources d’inspiration : le goût des intrigues à suspense fort et tenu, un univers visuel très expressif,  une ligne de trame entre réalisme et fantaisie. Quelque chose, à la croisée des chemins, pour signaler les premières références et chocs cinématographiques de notre jeunesse, entre Hitchcock et Kubrick.

 

Il y a trois ans, nous avons découvert le roman de Véronique Ovaldé « Et mon cœur transparent ». Enquête policière singulière et captivante, personnages borderline en quête d’une improbable paix intérieure, univers littéraire qui sème partout des clins d’œil à ses pairs (à commencer par Verlaine à qui rend hommage le titre du roman), cheminement dans les deux mondes : celui du réalisme, celui de l’imaginaire.  Cette fable moderne nous a immédiatement séduit : elle réunissait tous les ingrédients cherchés depuis si longtemps. Elle mettait  en scène un univers rare dans le paysage littéraire français, rare aussi dans le paysage cinématographique. Nous avions envie de sortir des sentiers battus, d’oser ce ton plus décalé.

 

Dès la fin de notre première lecture du roman, nous avons  appelé notre producteur Marc Andreani, immédiatement séduit par l’idée. Puis Véronique Ovaldé. Convaincue par la proximité de nos univers respectifs, elle nous a laissé toute latitude pour lancer l’adaptation.  

Nous avons choisi de préserver, et de creuser, les trois lignes de force du livre, celles qui nous touchent le plus : l’émotion, - liée à l’amour et à la perte -, le suspens et le décalage. Toute cette partition sur le deuil, la reconstruction, désamorce sa pesanteur par la fantaisie des situations, l’inadaptation des personnages à leurs rôles, le recours à l’humour corrosif.   

 

 

Réalisation

Ce projet ambitieux rassemble de nombreux talents du cinéma autour des réalisateurs, les frères David et Raphael Vital-Durand, plusieurs fois primés dans le monde entier. Leur signature visuelle est depuis longtemps connue et reconnue. Chacun d’entre vous a vu, au moins une fois, un des films des Vital-Durand : par la pub (Nespresso, Les produits laitiers,  Puget, Fifa Coupe du monde Afrique du Sud, etc.), les clips (Elton John, Johnny Halliday, Brigitte Fontaine, Sinnead O’Connor…), les courts-métrages ou les documentaires.

http://www.vitaldurand.com

 

Les_freres-1445512268

 

 

Casting

Ce long-métrage réunit un  casting prestigieux d’acteurs et d’actrices confirmés :

 

 

Julien Boisselier (« Les portes de la gloire » de Christian Merret-Palmair ;  « Je vais bien, ne t’en fais pas » de Philippe Lioret ; « Nuit Blanche », de Frédéric Jardin…)

 

 

Julien_2-1445428229

 

 

Caterina Murino (« L’enquête Corse », d’Alain Berberian ; « James Bond Casino Royale » de Martin Campbell)

 

 

Caterina_2-1445428130

 

 

Sara Giraudeau (« La Belle et la Bête », de Christophe Gans ;  « Le bureau des Légendes » d’Eric Rochant…)

 

Sara_giraudeau-1445427885

 

 

Serge Riaboukine (« Comme une image » d’Agnès Jaoui, « Les rivières pourpres » d’Olivier Dahan ; « Enfermés dehors », d’Albert Dupontel ; « Le Petit Nicolas » de Laurent Tirard…)

 

Serge_riaboukine-1445428333

 

 

Michel Bompoil («Un beau Dimanche » de Nicole Garcia ; « La Conquête » de Xavier Durringer)

 

Michel_bompoil-1445428765

 

 

Magaly Berdy (« Mes heros » d’Eric Besnard ; « 30° couleur » de Lucien Jean-Baptiste et Philippe Larue)

 

Image_7-1445519615

 

 

Michel Ferracci (« Les Francis » de Fabrice Begotti ; « Les Apaches » de Thierry de Peretti)

 

Michel_ferracci-1445428827

 

 

Julie Marboeuf (« Louise » de Jean-François Gallotte)

 

Julie_marboeuf-1445512310

 

 

 

Tous se sont définitivement engagés, avec une grande passion et implication, dans le projet.

 

Décors

Scénario écrit, équipe constituée, le film a aussi choisi ses décors : il se tourne dans des paysages spectaculaires, souvent isolés et sauvages (friche industrielle comme nature non exploitée),  de Corse et de Provence entre les mois d’Octobre et Novembre 2015. L’originalité de ces décors correspond à l’esprit du film : une fable réaliste (nous revendiquons l’oxymore) où les lieux ne peuvent être identifiables, mais participent pleinement de l’état intérieur des personnages. 

À quoi servira la collecte ?

Ce projet dispose d’un budget limité et nous faisons appel à vous pour nous aider à finaliser les scènes les plus complexes du film.

 

D’abord, la scène clé du film : l’accident d’Irina. En voiture, victime d’une crise cardiaque (que l’on comprendra plus tard être d’origine criminelle), elle perd le contrôle de son véhicule, et plonge dans les eaux d’un lac, où elle disparaît.

 

Ensuite, trois séquences très courtes  - rêves ou visions - révélant l’univers mental du héros, Lancelot. Dans ces quelques séquences rapides, Lancelot voit ou imagine voir : une fausse poursuite en voiture, une autopsie fantasmée, une plongée sous-marine en compagnie de sa femme…

 

Nous pouvons aujourd’hui réaliser ces scènes avec les moyens modestes liés au petit budget dont nous disposons. MAIS ces scènes oniriques sont techniquement sophistiquées et donc lourdes à fabriquer pour devenir spectaculaires, visuellement ambitieuses.

 

C’est la raison pour laquelle nous vous sollicitons aujourd’hui : donner le souffle visuel nécessaire à ces moments clés de la narration et du film.

 

Avec votre aide, nous pourrons ainsi fabriquer en post-production l’accident de voiture d’Irina. Et nous pourrons aussi peaufiner les séquences des visions de Lancelot, c’est-à-dire traduire en image ses peurs, ses attentes, fantasmées ou réelles, créer son rapport ambigu, fantaisiste, à la réalité.

 

Ces 25 000 euros sont donc destinés à la réalisation de ces scènes clés et à leur assurer une signature visuelle originale.

 

Si notre collecte dépasse la somme demandée, cela nous permettra de nous investir un peu plus dans la création musicale et également dans la promotion du film (organisation d'événements autour du film).

 

 

Merci pour vous.

 

 

David et Raphaël Vital-Durand.

Thumb_premier_clap-1445513975
Et Mon Coeur Transparent

Les frères Vital-Durand coréalisent des films depuis vingt ans. Originaires de Lyon, ils ont grandi dans un environnement artistique autour de leurs parents architectes : rencontres de plasticiens, metteurs en scène, acteurs, musiciens… Raphaël suit une formation dans une école d’art à Paris et enchaîne les expériences comme directeur... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Allez-y, mes petits VD, vous êtes près du but. H.
Thumb_default
poloin
du courage pouvez vous me contacter par mail moliereina@yahoo.fr mrci
Thumb_default
Bon courage les petits loups! On y croit! Bisous. Flo