Lamadeo présente

Etre

Être est un spectacle à destination de toutes et tous à partir de 12 ans, dont la création a eu lieu les 15 et 17 janvier 2014.

Large_recto_carte_postale_kissbank_-_copie

Présentation détaillée du projet

 

  Recto_carte_postale_kissbank

 

 

Chorégraphie solo et musique live

Durée : 1h30 Création 2014

 

Ce spectacle verra le jour les 15 et 17 janvier 2014 à La Source-La Guéroulde (27).

Nous sommes actuellement en phase de production pour finaliser tous les aspects du spectacle : chorégraphie, musique, costumes, scénographie, lumière et vidéo.

Des extraits vidéos issus d'un étape de travail sont accessibles sur ce lien :

http://vimeo.com/60895769

 

Note d'intention

 

« Être est une ode, une prière, une offrande à la vie. Être est un hommage au monde sous ses formes minérale, végétale, animale et humaine. L'animalité, le rituel et le sacré s'y retrouvent en spirale.

Être, c'est la présence de la vie qui pulse.

Être est une invitation à l'expérience de l'intimité. » HR

 

 

« Je veux transmettre et partager la sensation d'être vivant(e) ici et maintenant ensemble, dans ce tout, ce monde d'où nous venons et où nous retournerons.

Je veux proposer le partage du mystère de notre existence et transformer le « faire » de nos quotidiens en « être », en « naître », ensemble.

 

C'est la mise en scène d'un être vivant dont tous les sens sont éveillés. Sa présence évoque le vivant sous toutes ses formes : vie minérale, végétale, animale, humaine et sacrée.

 

Cela parle d'unité et d'universalité : le tout dans l'un, l'un dans le tout.

L'unité et le lien universel sont illustrés par la cohésion symbiotique entre chorégraphie, interprétation, musique, scénographie, costumes, lumière et vidéo. Le rapport à la matière, à la terre, est permanent, naturel, fusionnel, comme dans une matrice originelle. Le personnage représente l'humanité et le vivant tout entiers, tout comme le spectateur, humain et vivant.

 

Cette danse de l'être existe grâce à ce partage avec le spectateur; un spectateur ambassadeur de l'universalité de la vie et du genre humain. La rencontre avec le public est mutuelle : la vie ressentie fait miroir et peut ainsi être vécue réciproquement.

 

L'intemporalité est soulignée par l'intensité du moment présent. Il s'agit de vivre un moment partagé ici et maintenant, dans l'être, l'être soi, le ressenti, pour mieux se mettre en relation avec l'autre.

Le cercle, la spirale, la fluidité du mouvement renforcent cette intemporalité comme un moment présent infini qui semble se perpétuer.

 

Etre_kisskiss

 

L'arrivée du public est mise en scène dans l'entrée du théâtre et les espaces hors plateau, avec une installation plastique et vidéo mettant tous les sens en éveil. Des bouchées et de petits verres sont offerts pour stimuler les palais. Cette installation est prévue pour durer 20 minutes à partir du début du spectacle.

 

Quand le public arrive dans la salle, il a déjà traversé un univers sonore, visuel, goûteux et tactile. Il est déjà « mis en corps ». Une fois tous les spectateurs/trices assis(es), la danseuse apparaît sur scène et semble avoir toujours été là. Le musicien est installé dans le public sur une table de régie arrangée pour musique concrète et guitare préparée. Cette partie en salle dure 40 minutes.

Sur scène, un cercle clair ressemblant à une planète de 6m de diamètre est entouré de granulés de liège, donnant l'apparence de la terre.

L'interprète apparaît pour un solo d'une quarantaine de minutes au cours duquel elle passe de l'état minéral, au végétal, à l'animal. A la fin de cette séquence, elle s'enduit d'argile pour devenir une sculpture vivante, symbolisant le côté sacré et spirituel de cet être en transformation.

 

A la sortie, la scénographie a changé dans l'entrée du théâtre, pour faire place à une ambiance multisensorielle qui stimule l'imaginaire, comme au retour d'un voyage et vers de nouvelles perspectives.

Le rapport au public est honnête et propose un échange direct d'égal à égal, comme les membres d'un réseau que nous formons tous ensemble, comme les cellules d'un même organisme : ensemble, mais différents.

 

Distribution

Chorégraphie et interprétation : Héloïse Rémy

 

Composition musicale et interprétation live : Arnaud Le Mindu

 

Scénographie : Anne Laval & Pierre Guilloteau

 

Costumes : Maguy Seyer

 

Lumière : Jean-Claude Caillard

 

Vidéaste : Laurent Mathieu

 

Répétitrice et conseillère artistique : Manuella Brivary

 

Héloïse Rémy, chorégraphe et interprète Originaire de Normandie (France), Héloïse Rémy a pratiqué la danse classique au conservatoire de Rouen avant d'étudier la médecine en vue de s'impliquer dans l'aide humanitaire. C'est à l'université qu'elle découvre la création chorégraphique qu'elle reconnaît comme sa voie véritable. Elle laisse donc les études médicales et part s'établir au Québec en 1996 où elle poursuit sa formation auprès de chorégraphes et interprètes montréalais.

A Montréal, elle signe ses premières œuvres chorégraphiques : du Pareil au Même (1999), le monde est petit (2001), Elle est pas marrante ton histoire (2004),  Casatierra (2005) et La Traversée (2006). Depuis sa création en 2006, La Traversée - une chorégraphie pour un groupe d'humains qui respirent ensemble - a tourné au Québec, en Equateur et en France.

C'est à Montréal qu'Héloïse fonde la Compagnie Lamadeo en 2008; avant de revenir s'installer en France et de choisir la ville d'Evreux comme base en 2011.

Depuis 2010, elle poursuit la création d'un solo intitulé Être et l'aventure des Traversées.

En 2012, elle signe Pulsatio, une chorégraphie percussive qui met en scène 200 danseurs (professionnels et amateurs) dans le jardin archéologique de Gisacum. En tant qu'interprète, elle participe à la performance RenÊtre et Placenterres du plasticien Pierre Guilloteau.

Fin 2012, elle conçoit des chorégraphies pour convives au sein du premier Bal à Toasts, de la compagnie, un événement artistique, festif et champêtre.

Pour la saison 2012/2013, elle commence une résidence à la maison de retraite Azémia (Evreux) grâce au dispositif « Culture et personnes âgées ». Cette expérience est l'inspiration pour un futur duo de danse-théâtre intitulé Combien de temps nous reste-t-il ?, destiné au jeune public.

Elle prépare la création de Pulsatio2, en vue d'une version scénique pour 16 danseurs, qu'elle explore en partenariat avec l'I.M.Pro Pierre Redon (Evreux) dans un dispositif Culture et Handicap.

 

Arnaud Le Mindu, musique

Guitariste, improvisateur, compositeur et bidouilleur, Arnaud Le Mindu multiplie les rencontres et expériences musicales en tous genres. Après un apprentissage orienté vers le jazz et le rock, il se tourne vers des musiques plus expérimentales et l'improvisation libre, tout en revenant régulièrement vers des formes plus classiques. Il se produit en solo dans différents projets. Il compose pour la danse (Sylvain Groud), le théâtre (Chez Lucien Théâtre), la vidéo, le cinéma d'animations (David Ferré) et collabore avec des plasticiens. Il est aussi régulièrement sollicité pour des projets d'action culturelle dans différents établissements (écoles, maisons de retraites, IPTP, I.M.Pros, hôpitaux).

Avec Lamadeo, il compose la musique de Pulsatio en 2012, puis pour Être (en cours de création). Actuellement, il participe au projet Culture et Handicap en partenariat avec l'I.M.Pro Pierre Redon (Evreux) en vue de la seconde version de Pulsatio.

 

Anne Laval, scénographe

Après des études à l’école Duperré (Paris) en stylisme, mode et environnement, Anne Laval crée sa propre ligne de bijoux-objets, puis va glisser naturellement vers un travail plus personnel, entre art plastique et sculpture. Les thématiques qu'elle aborde dans son travail lient le végétal, l'organique et l'animal.

 

Pierre Guilloteau, scénographe

Pierre Guilloteau, vit et travaille à Evreux (Normandie). Diplômé de l'École d’arts appliqués Estienne (Paris) en 1997, il travaille comme directeur artistique pour des agences de communication. Depuis 2001, il développe un travail d'expression plastique dans son atelier en Normandie. Graphiste-plasticien, il travaille aussi en cinéma, en théâtre et en danse. La terre est son matériau de prédilection : installations in-situ, pièces cuites, crues, vidéos, films d'animation, photos (France, Maroc, Mali, Burkina-Faso). Ses travaux présentés dans des expositions collectives et individuelles. Depuis 2007, hors de l'atelier, il crée des œuvres en argile extraite de sites naturels. Ces œuvres sont exposées in-situ, photographiées, ou donnent lieu à des performances filmées. Depuis 2012, il est impliqué dans les créations de la compagnie Lamadeo, en tant que scénographe, photographe, vidéaste et graphiste.

 

Maguy Seyer, sculpteure

Le cheminement artistique de Maguy Seyer évolue entre œuvres pérennes et installations éphémères, entre intérieur et extérieur, pièces uniques en bois, assemblages, bronzes, gravures. Ces dernières années, son travail occupe des lieux tels qu'une salle d'armes, une chapelle romane ou un parc exotique. Au sein d'expositions personnelles et collectives, elle crée installations, vidéos, gravures, sculptures sur bois, pierre ou bronze. Son travail a été exposé en France, en Belgique et en Angleterre. Elle participe aux décors et costumes du spectacle Être de la compagnie Lamadeo.

Maguy Seyer est membre de l'Union des Arts Plastiques de Saint Etienne du Rouvray, du syndicat National des Sculpteurs et Plasticiens et de l'association « les inspirations de la chapelle », de la Chapelle Saint Julien de Petit Quevilly.

 

Jean-Claude Caillard, lumières

Après avoir travaillé pendant plusieurs années dans différents bureaux d’étude d’architecture, il entame en 1983, grâce à sa rencontre avec Alain Bezu, une formation aux techniques du spectacle au CFPTS. En1984, il se forme à la Direction technique au Théâtre National de l’Odéon, codirigé pour la première année par Giorgio Strehler et son Théâtre de l’Europe. Cette rencontre fut déterminante dans l’évolution de sa carrière. Il poursuit son apprentissage au Théâtre des Arts Opéra de Rouen. Pendant les dix années qui suivirent, entre 1985 et 1995, il assure la Direction technique du Théâtre des Deux Rives à Rouen, dirigé par Alain Bezu. Depuis 1995, il travaille de manière indépendante dans divers domaines, scénographie, aménagements de salles de spectacles, mais il est essentiellement éclairagiste.

 

Laurent Mathieu, vidéaste

Au travers de ses activités de réalisateur, mais aussi de pédagogue, journaliste et programmateur, Laurent Mathieu défend depuis une quinzaine d’années une certaine idée du cinéma dit « différent », en marge des esthétiques et des modes de production classiques. Cofondateur du Festival des cinémas différents de Paris, il est aussi l'initiateur du secteur « Images différentes » au Pôle-Image Haute-Normandie. Parmi ses films expérimentaux, vidéo art ou d’animation, « Viktor » (1995) et « Viktor et les ombres » (2001), courts-métrages 35mm, ont été sélectionnés dans de nombreux festivals français et internationaux. Il intervient depuis 1994 dans des établissements scolaires, de l’école primaire à l’université. Son activité principale est la réalisation de créations vidéo pour le spectacle vivant. Depuis 1998, il a conçu une quarantaine de dispositifs visuels pour des pièces théâtrales ou chorégraphiques et des installations, avec notamment Alain Fleury, Alain Bézu, Yann Dacosta, Michel Laubu, Gisèle Gréau, Sylvain Groud, Maurice Attias, Olivier Poujol… En 2010, son implication dans la BBCompagnie l’amène à concevoir des « univers visuels » plus larges, en ajoutant la lumière et la scénographie à son travail de vidéo. En 2009, le Centre d’art contemporain « Satellite Brindeau » au Havre, lui a proposé une exposition autour de son travail. Sa participation à la création du spectacle « Être » est sa première collaboration avec la Compagnie Lamadeo.

 

Manuella Brivary, répétitrice et conseillère artistique

Manuella Brivary est danseuse, praticienne certifiée de la méthode Feldenkrais (2007) et diplômée d’état pour l’enseignement de la danse contemporaine (1998). Formée aux conservatoires de Rouen et de Bordeaux, elle poursuit sa formation auprès des chorégraphes Mic Guillaumes, Micheline Lelièvre et Gisèle Gréau. Interprète, elle travaille pour les compagnies Pas Ta Trace-Gisèle Gréau, Cités Danse-Mic Guillaumes, Annick Putz et Pédro Pauwell (1991-2012). Elle est assistante auprès de la chorégraphe Annick Putz de 2003 à 2005. En théâtre, elle travaille avec Dominique Terrier-Métro Mouvance, Alain Fleuri-Alias Victor, Olivier Gosse-Art-scène et la compagnie Un train en cache un autre.

En 1997, elle co-fonde l’association Aller Simple qui développe la pratique de la danse contemporaine, de la méthode Feldenkrais® et du Contact-Improvisation, par des ateliers, stages, jams et une école du spectateur. Elle pratique aussi le Body Mind Centering® et la méditation.

En 2011, Manuella conçoit Point de Contact, une performance autour de la pratique du Contact-Improvisation. La même année, elle crée et interprète un solo intitulé Qui étais-tu avant ?.

Proche de la démarche de la Compagnie Lamadeo depuis sa création, Manuella a dansé dans La Traversée à plusieurs reprises et l'a transmise à des danseurs amateurs et professionnels. Elle fait partie de l'équipe de création d'Être, en tant que répétitrice et conseillère artistique.

 

 

Accueils en résidences

Centre de créativité du Gesú (Montréal, Québec), Dancing de la compagnie Beau Geste (Val de Reuil, Normandie, France), Studio du CHU de Rouen (Mont-Saint-Aignan, Normandie, France), Le Moulin (Louviers, Normandie, France), La Source (La Guéroulde, France)

 

La Compagnie Lamadeo

Fondée tout d'abord à Montréal (Québec) par Héloïse Rémy en 2008, Lamadeo est une compagnie de danse installée en Haute-Normandie depuis 2011. Son mandat est de soutenir la création chorégraphique et artistique en général en lien avec des valeurs humanistes. La compagnie propose des spectacles en salle (Être, Combien de temps nous reste-t-il ?), en extérieur (La Traversée, Pulsatio1), des événements artistiques et festifs (Le Bal à Toasts) ainsi que des actions de sensibilisation sous forme d'ateliers (dispositifs Culture et Handicap, Culture et Personnes âgées, ateliers en milieu scolaire). Lamadeo défend la danse de création, art vivant et éphémère qui véhicule l'expression de l'indicible. Il s'agit d'une danse du mouvement, de la qualité de présence, de l'être ; une danse énergétique, généreuse, à l'état brut. Les thématiques universelles y sont abordées de manière à la fois ancestrale et actuelle. Lamadeo cultive ses valeurs basées sur la création artistique, l'humanisme, le respect du vivant et l'accès à l'art comme droit fondamental. Lamadeo s'adresse à un public mixte pour partager des valeurs telles que la communication, l'unité dans la différence, le respect du vivant sous toutes ses formes (minérales, végétales, animales et spirituelles), la complémentarité des disciplines, des cultures, des générations et des moyens.

 

La charte de la Compagnie Lamadeo

1) Proposer une création artistique innovante

2) Promouvoir la qualité artistique de haut niveau

3) Aborder des sujets de fond en privilégiant la force du propos

4) Se baser sur l'intégrité de l'intention première des artistes

5) Impliquer le public dans des oeuvres accessibles

6) Favoriser la complémentarité des disciplines artistiques

7) Allier arts vivants, nature et respect de l'environnement

8) Intégrer ces valeurs à nos méthodes de travail

 

Contact - Héloïse Rémy - 06 81 98 31 38 - contact@lamadeo.com Compagnie Lamadeo, 75, rue de la rochette, 27000 Evreux www.lamadeo.com

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira à couvrir nos frais de production, à savoir les matériaux nécessaires pour les costumes, décors et vidéos, ainsi qu'une partie des cachets versés à notre équipe professionnelle.

 

Ils nous ont déjà fait confiance...

Logos_partenaires_group_s_jpeg

 

 

Revue de presse :

 

Num_ris____13-01-2014_09-53

 

Thumb_portraithelobio
Lamadeo

Héloïse Rémy, chorégraphe et interprète Originaire de Normandie (France), Héloïse Rémy a pratiqué la danse classique au conservatoire de Rouen avant d'étudier la médecine en vue de s'impliquer dans l'aide humanitaire. C'est à l'université qu'elle découvre la création chorégraphique qu'elle reconnaît comme sa voie véritable. Elle laisse donc les études... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
De tout cœur avec toi et présente bien sûr en janvier pour partager ces instants toujours magiques, ceux où l'âme agit :)