Du’EAU : une expo de photos en duo sur l’eau rue Guénégaud du 15 novembre au 3 décembre 2011. Ici c'est la beauté et la fragilité de l'eau qui ont été mises en valeur par Anne Lafont et Yves Chouraqui. Parce que vous aimez la photo et la beauté, aidez nous à boucler notre budget pour que ce projet devienne réalité !

Large_cartonkkbb

The project

L’eau a toujours permis aux artistes d’interroger les mythes fondateurs de notre humanité. Dépositaire des archétypes, elle traduit aussi notre monde émotionnel. Cet élément continue d’être une thématique majeure de l’art contemporain, laissant libre cours à des œuvres novatrices par le biais des photos, des vidéos et des nouvelles technologies. Ces artistes plasticiens démontrent le rôle éminemment politique de l’eau en en faisant un acteur incontournable de ces nouvelles formes de paysages urbains, frontières du dedans et du dehors, mais aussi lien communautaire, une géographie de l’être.

Anne LAFONT est née à Annecy en 1963. Elle vit et travaille à Paris

 

Anne Lafont travaille toujours avec des Nikon. De l’argentique elle est passée au numérique en 2010

 Depuis 2000, une recherche commencée dans le Maine (USA) par la prise de vues de reflets d’usines en bord de mer a été progressivement approfondie par de nombreuses photos de reflets prises sur les côtes atlantique et méditerranéenne.

Elle est passée d’une première période de reflets identifiables pour entrer de plus en plus dans les détails, dans le cœur du sujet pour aboutir à des images qui finissent par renvoyer à une émotion picturale semblable à celle que suscite la peinture abstraite.

Dans ces volutes et spirales, au travers du chatoiement des couleurs, dans le miroitement de cette palette marine, chacun verra ce qu’il lui plaît d’y voir. Nul sujet imposé, nulle contrainte, du songe à l’état pur.

 

 

La photographie est empreinte.

Elle dévoile le monde, elle l’invente à partir de lui-même.

Elle fixe le réel, perpétue le souvenir, elle est le reflet de ce qui existe ou a existé.

Photographier le reflet c’est montrer les sujets différemment de ce qu’on a l’habitude de voir sans pour autant oublier la réalité car mes photos de reflets sont la réalité. Aussi quand on me pose la question : “Pourquoi le reflet ?” j’aimerais répondre : “C’est le reflet qui est venu à moi !”.

 

Yves CHOURAQUI est  né le  7 juin 1952 à Alger, vit et travaille à Paris

A l’âge de 16 ans, s’intéressant au journalisme et à la photographie, il collabore avec le journal local  « la voie nouvelle »,  où il commence avec un instamatic kodak à photographier les équipes de foot de Villejuif. A l’école Louis lumière de photographie, pendant 2 ans, il côtoie les grands reporters de l’AFP.

Diplômé, inscris au régime des métiers, ses premiers clients sont les municipalités du Val de Marne.

Puis des gros clients tels que Lancôme, Louis Ferraud, hôtel de ville de Créteil, Freshfields  ect.....

Yves CHOURAQUI est reporter photographe professionnel depuis 35 ans, spécialisé dans la couverture d’événements diplomatiques. Accrédité à la Présidence de la république pendant 26 ans, il a photographié des centaines de chefs d’état et de gouvernements, de têtes couronnées et de dignitaires religieux.

Depuis 2 ans, il a choisi un sentier résolument différent et plus intime. Dans le viseur de son Nikon, ce n’est plus la danse du monde diplomatique qu’il photographie, mais les détails infimes et la beauté cachée des objets qui nous entourent

« Je deviens créateur de mon propre  univers, je deviens le peintre devant un tableau vierge qui fait apparaître avec son pinceau les couleurs qui lui-même envisage de reproduire.

 Mes images sur l’eau sont une démonstration de ma vision, et plusieurs thèmes  sont à l’étude dans mon imagination.

 J’ai fait tirer mes images sur l’eau, sur plexi, pour donner plus de profondeur à mes images, plus de transparence  avec l’avantage de pouvoir les tirer au format désiré. »

 


Qui suis-je ?

Après avoir travaillé de nombreuses années dans des musées, j’ai décidé il y a deux ans de changer de cap. Consultante en art et commissaire d’exposition, je mets mon savoir faire au service de l’art et des artistes en favorisant le dialogue entre l’œuvre et le public.

Parce que derrière l'oeuvre, il y a un artiste, je privilégie l'art contemporain.

Why fund it?

Les artistes et moi-même mettons de nos fonds propres, mais ils ne sont hélas pas suffisants pour couvrir tous les frais, il nous manque :

- location de la galerie (trois semaines) au coeur de Saint-Germain : 2000

- communication : graphiste + impression des cartons d’invitations et affiches, frais d’envoi : 150 + 500 + 100 = 750

- matériel d’accrochage et de présentation: 150

- tirage photos : 600

Les œuvres sont aussi en prévente (voir contreparties)

Newest comments

Thumb_default
merci à Vbardavid qui vient nous aider dans cette belle aventure !
Thumb_default
Merci à Artofnow qui a aussi un fabuleux projet pour son exposition les vierges de Noël !!!! quel soutien >3
Thumb_default
Merci Liliana !!!! Qui le prochain ? on continue homme /femme ?