PREMIÈRE EXPOSITION SOLO D'UNE TRENTAINE D’ŒUVRES A L'ALLIANCE FRANÇAISE DE SAN FRANCISCO

Large_san_francisco_kkbb

Présentation détaillée du projet

 

 

Après avoir participé à diverses expositions à l'étranger, New York, Toronto, Florence et Bologne, j'ai aujourd'hui l'opportunité d'avoir ma première expo solo à l'Alliance française de San Francisco.

 

 

 

Une trentaine de toiles sera exposée pendant un mois à San Francisco.

 

 

Ferdinand_dans_l_atelier

 

 

 

Pour avoir déjà exposé aux États Unis, je sais déjà que l'envoi des œuvres est la chose la plus complexe et la plus onéreuse.

 

Journal

 

Je ne pourrai malheureusement pas financer l'envoi des toiles et les trois semaines durant lesquelles je resterai là-bas sans votre aide financière!

 

Certes, exposer à l'étranger coûte cher, mais les avantages en valent la peine.

 

En effet, non seulement c'est un moyen extraordinaire de rencontrer des artistes avec une vision différente prêts à partager leurs savoirs et expériences mais aussi de nourrir son propre travail...Sans parler de l'importance que cela peut avoir sur un CV d'artiste.

 

 

Repos_d__t_

 

 

 

Toutes ces raisons se suffisent à elles-mêmes j'imagine, mais je dois ajouter que cela résulte aussi d'un rêve personnel. Le rêve américain, rien de bien original, mais quand on a goûté aux USA.... En outre, une exposition solo à San Francisco représente l’aboutissement de nombreuses années de travail.

 

Grâce à vous, le rêve peut être à portée de pinceaux!!!!!.......Merci d'avance à vous tous

 

Img_1698__2_

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Les frais d'envoi des œuvres sont à la charge de l'artiste. La collecte servira à financer tout cet aspect technique : transport par bateau, frais de douanes . D'autant que si le but est de vendre un maximum de toiles lors de l'exposition, il est certain que certaines toiles feront le voyage de retour!

 

Envoi ALLER : Selon le transporteur et le transitaire choisis: entre 2500 et 3200 euros

Si par malheur une majorité de toiles revient, le RETOUR sera à financer aussi (selon le nombre de toiles à rapatrier) Je suppose que le coût oscillera entre 2000 et 3000 euros

 

Fabrication d'une caisse correspondant aux règles américaines: Bois ignifugé. Caisse pouvant contenir une trentaine d’œuvres: 1100 euros

 

De plus, lorsque des marchandises reviennent en France depuis le continent américain, on doit payer la TVA sur la valeur des marchandises 

Presse_1

 

 

 

 

 

AUX MÉCÈNES

 

De mes années d’études littéraires deux citations restent ancrées en moi. La première est de Sully Prudhomme qui disait « Nous avons besoin pour vivre de tous les corps de métier, sauf du métier de ces drôles de corps, les parleurs, les artistes ».

 

La deuxième, du pianiste Miguel Angel Estrella «  Je me suis souvent battu contre les intellectuels latino américains lorsqu’ils disaient à quoi bon jouer Beethoven lorsque les gens ont faim. Ce à quoi je répondais lorsque les gens écoutent Beethoven, ils oublient qu’ils ont faim »

 

Où se situer entre ces deux affirmations ? Qu’est-ce qu’un artiste ? A-t-il le choix d’être ce qu’il est ? Peut-on empêcher un chat d’être un chat ? Un arbre d’être un arbre ? Peut-on empêcher le feu de brûler ? Quel mystère pousse un être à se consacrer entièrement à la pratique d’un art, qui le plus souvent ne lui donne pas la certitude d’en vivre ? L’artiste vit en marge de la société, parce qu’il lui faut du temps pour accomplir son œuvre, le temps d’un travail intime, profond, engagé. Quand j’entends le mot «  artiste » si souvent galvaudé, «  état de grâce et solitude » résonnent immédiatement en moi.Dscn2429

 

C’est dans la solitude la plus absolue que naissent la création et cette relation étroite au monde. Nous ne pouvons trouver aucune aide, aucun écho à notre monde de démons et de féerie, ailleurs que dans la pratique de notre art. L’énergie demandée pour la création est proche du désespoir, dévorante, effroyablement stimulante et tel le scorpion elle se retourne parfois contre l’artiste. Elle le nie, le laisse dans l’ombre jusqu’à l’effacer totalement lorsque ce dernier n’est ni vu ni entendu. Mais la petite minute où son travail est aperçu. La petite seconde où son œuvre réussit à toucher le monde du doigt. Quand il sait que ses mains ont ignoré l’esprit, qu’elles ont crée pour et en dépit de lui afin d’atteindre le cœur des hommes. Ce moment là n’est pas descriptible autrement que par une lame de fond qui vous submerge et vous permet de respirer. D’être enfin.

 

C’est ça être artiste : créer pour être en contact rien qu’un instant, mais un instant au moins avec le monde. Atteindre cet état de grâce absolue qu’est de vous faire voir notre voyage extravagant à travers nos oreilles, vous le faire entendre avec notre nez, et vous le faire sentir avec nos yeux.Presse_2

 

Je ne cherche pas à dire que nous vivons ou voyons les choses mieux que vous, seulement différemment. C’est d’ailleurs de là que naît cette solitude. Lorsqu’enfant nous nous croyons identiques aux autres et que nous réalisons que nous sommes seuls dans notre monde, nous n’avons plus d’autre choix que celui de tenter d’apprendre notre langue à l’autre.

 

Le mécène ne fait pas l’œuvre certes, mais il permet son éclosion Vincent aurait-il pu nous montrer la beauté du monde sans le soutien quotidien de Théo ? Léonard aurait-il pu inventer l’avenir sans François Ier ? Lully et Molière auraient-ils fait danser et rimer le bourgeois sans ce gentilhomme de Louis XIV ? Le mécène sait que le voyage improbable de l’artiste permet aux gens de ressentir quelque chose d’exceptionnel, quelque chose de confus, de perdu, une émotion, qui rejoint sa propre enfance et ses rêves. Il sait que l’art est nécessaire au monde, il sait que sans le regard de l’artiste, le monde serait un chaos.

 

C’est son geste qui donne confiance à l’artiste, l’accompagne et l’autorise à traverser le miroir.

 

Article_new_york_2

 

Guicheteau Cécile

 

Thumb_avatar_major
cecile guicheteau

o Diplômée en Arts Appliqués à l'Ecole Pivaut de Nantes en 1998 o Décoratrice et accessoiriste pour la télévision de 1999 à 2003 EXPOSITIONS • 2001 à 2007 Collaboration avec « Art’up Déco » et « Art Génération » deux galeries parisiennes • 2008 Edition de « Tortueuse Fantaisie », Livre d’entretiens avec Michel Archimbaud, éditeur de la série les... Voir la suite