Soutenez un projet d'exposition de Virginie Hucher. Sa série le corps chorégraphié sera exposée dans le quartier Henriville à Amiens en 2017.

Large_2_-_copie__2_-1478693872-1478693893

Présentation détaillée du projet

 

 

44_-_copie-1478689380

 

PRÉSENTATION DE L'ARTISTE/  www.virginiehucher.com

 

 

Artiste plasticienne, diplômée d'une licence en arts plastiques et d'un diplôme d'école en arts appliqués option architecture d'intérieur, Virginie Hucher a travaillé pendant plusieurs années dans le secteur du merchandising, de l'aménagement d'espace et la création de décors événementiels chez des créateurs de mode tels que Erik Schaix, Tara Jarmon et chez Roche Bobois, en décoration d'intérieur. Elle rencontre des artistes tels que Bertrand Moulin, qui lui enseigne très tôt le dessin et la peinture, Bruno Lebel qui lui ouvre de nouvelles voies picturales, Michel Gouéry pour la pratique du dessin de nu d'après modèle vivant, aux Beaux Arts de Paris, et dernièrement, Marc Alberghina qui l'initie à la céramique lors d'un workshop à l'école d'Art du Beauvaisis de Beauvais.

Depuis ses dernières rencontres et ses nombreux voyages, elle se consacre exclusivement à la création artistique et démarre sa série sur le corps chorégraphié, sa pratique de la danse contemporaine, moderne et classique, lui offre l'inspiration nécessaire et attendue, pour présenter son travail en peinture et dans d'autres médiums, en volume et installations, qu'elle présentera prochainement grâce au soutien et l'aide de la région Hauts de France. 

 

 

D187ea_d871de5238984a319c41e1d9b4af2c48-1478698912

 

3-1478953904

 

P1200413_-_copie_-_copie-1478953949

 

 

 

PRÉSENTATION DE L'EXPOSITION/

 

 

Le corps chorégraphié, série de peinture/dessin/installation sur le thème de la danse contemporaine

 

 

 

Restituer l'éphémère.Virginie Hucher réinterprète le geste dans la danse, non pas le mouvement, mais la position, l'état d'être du corps dans une chorégraphie, une écriture du corps dans la danse. C'est un travail sur la frontière entre abstraction et figuration qui résulte de la naissance de compositions graphiques, géométriques, organiques et dépouillées.

Elles génèrent des partitions dont les rythmes et les couleurs  jouent des pleins et des vides faisant apparaître puis disparaître des corps dans un état de chorégraphie.

Un réflexe entre la main et l’œil qui permet d'ouvrir des possibles, des corps se forment, se déforment, se libèrent pour créer un paysage corporel. Ces compositions opèrent une vision parcellaire, cellulaire, sans visage et sans sexe du corps. Ils confèrent à l'oeuvre un caractère anonyme et universel. Elle remet en cause toute idée de beauté, de vraisemblance et de proportion. Abstraire la figure de l'homme dans la danse, dans l'espace donc, c'est réduire à la forme pure, l'image de l'homme dans le monde.

Capturer l'éphémère du mouvement dansé. Comme un photographe, elle capture l'essentiel, son essentiel de l'état d'être dans la danse. Les corps mis en arrêt, provoquent une force attractive de gestes décomposés par une sorte de saisie de l' image, retranscrit picturalement, au dessin, puis à la peinture. La posture est trouvée, le corps devient presque sculptural. Le corps se tend et s’étend et l'artiste intervient entre ces moments, entre la cadence et la décadence. Elle tend à offrir une notion de forme symbolique et primitive. Elle synthétise toutes ces images qui défilent lors d'un ballet, d'un spectacle. Comme l'homme qui subit toutes ces images dans la vie quotidienne, il les sélectionne, les tri, les organise, les compacte, pour n'en faire qu'une, sa vison du monde. Libérer le regard, pour ressentir l'essentiel de ces fragments d'existence. Composer jusqu'à la décomposition.

 

Inspirations chorégraphiques pour ses premières esquisses: Maurice Béjart, Marta Grahm, Pina Bausch

 

 

 

 

CARNETS DE NOTE ET ESQUISSES/

 

 

 

22-147869008640-1478690122

 

 

 

PRÉSENTATION DU PROJET/

 

 

Cette exposition aura lieu du jeudi 2 au 12 février 2017 et se tiendra dans un lieu atypique: une maison bourgeoise du quartier Henriville à Amiens. Elle regroupera des œuvres en peinture, dessin, céramique, vidéo et installation.

 

Vernissage le 2 février à partir de 18h30. L'entrée est ouverte à tous et gratuite!

 

La particularité de cette maison est qu'elle est en vente, qu'elle est entièrement vide, et que son propriétaire me met à disposition cet espace afin de me permettre de diffuser mon travail, et d'offrir au public l'opportunité d'accéder à l'art dans ce quartier.

 

Il ne tient donc qu'à moi de saisir cette occasion! Et pour cela j'ai pensé à utiliser Kiss Kiss Bank Bank qui me permettra, je l'espère, de réunir quelques fonds afin de financer les frais liés à la promotion et à l'organisation de cet événement.

Alors merci d'avance à vous tous pour l'aide que vous pourrez apporter à ce projet artistique!

 

 

 

VUES D'EXPOSITION/

 

 

 

Virginie_hucher_laon_1-1478364402

 

 

 

 

2-1478364592

 

Virginiehucher_upjv_4-1478954039

 

Virginie_hucher_beauvais_41-1478954277

 

Pop_up_vh_3-1478954348

 

 

   

 

PUBLICATIONS/

 

 

 

Style_co_68_39-1478691304

Style_co_68_41-1478691339

Style_co_68_40-1478691322

Style_co_68_42-1478691365

 

 

VIDEOS /

 

 

 

 

 

Montage David Vanhaverbeke Musique : Corps et Âmes de Vivian Roost - www.vivianroost.com

 

 

 

 

LE LIEU/

 

 

Cette exposition se tiendra dans un lieu atypique: une maison bourgeoise du quartier Henriville à Amiens. Elle regroupera des œuvres en peinture, dessin, céramique, vidéo et installation.

 

 

 

J-1478697116

 

 

 

CONTACTS

 

 

 

Carte_de_visite_virginie_hucher_2015__jpeg-1478691143

 

 

À quoi servira la collecte ?

// VOS DONS PERMETTRONT DE FINANCER //

 

 

1) la création et l'impression:

 

- des cartons d'invitations // 100€ (+ de 3000 exemplaires)

- des affiches // 50€ (une vingtaine d'exemplaires)

- tirages de dossier d'artiste // 200€ (une quarantaine d'exemplaires)

- des cartes de visites 50€ (+ 500 exemplaires)

 

2) les frais de vernissage:

 

- boisson, alimentation // 100€

 

 

TOTAL: 500€

 

 

// SI LA COLLECTE DÉPASSE LA SOMME DEMANDÉE // 

 

- + d'exemplaires à l'impression 

- un book environ 30 pages

- site internet 

- montage d'une vidéo de l'événement 

- musique 

 

 

 

Pour votre générosité, vous serez récompensés par des contreparties reflétant des créations de la série du corps chorégraphié.

 

Que vous visitiez cette page, que vous la diffusiez, la partagiez autour de vous, ou encore que vous participiez à ce  projet, sachez que c'est en partie grâce à vous que les choses en sont là aujourd'hui.

Sur mon site internet www.virginiehucher.com, vous pourrez suivre l'avancement du projet.

 

Merci !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thumb_vh_5_-_copie-1478368942
Virginie Hucher

Artiste plasticienne, diplômée d'un master en histoire de l'art et d'un diplôme d'école en arts appliqués option architecture d'intérieur, Virginie Hucher a travaillé pendant plusieurs années dans le secteur du merchandising, de l'aménagement d'espace et la création de décors événementiels chez des créateurs de mode tels que Erik Schaix, Tara Jarmon et... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Avec tous nos vœux de réussite pour ton projet. Stan et Bernadette
Thumb_default
Chère Virginie. Je constate une nouvelle fois que ta création artistique est une perpétuelle recherche de sens . Quoi de plus fécond que de tenter de rendre visible l'invisible ? Affectueusement . Pierre Blin
Thumb_default
A quoi rêve une grande maison vide abandonnée depuis des années ? Voilà qu’un pinceau virginal la pare de couleurs et de formes Arrêts sur image Instantanés Traits figés dans la montée d’escalier Un corps désarticulé par un tourbillon de danse Des bleus entremêlés Le vertige du mystère arrêté « A noir E blanc I rouge U vert O bleu : voyelles Je dirai quelque jour vos naissances latentes » a dit le poète Bras bleus tutus blancs mains déliées en rayons de soleil feu d’une ronde palpitante Virginie pose dépose expose repose dans l’éclat du silence l’extase des corps chorégraphiés Elle embrasse le réel et le surréel dans une sorte de contraction qui réconcilie le mouvement et le corps La grande maison vide renaît dans ces lignes ces couleurs ces fulgurances Ô splendides métamorphoses !