Une exposition fantôme dans laquelle les artistes contemporains se jouent d'une photographie oubliée, d'un lieu détruit.

Large_couverture-1430838229-1430838273

Présentation détaillée du projet

Bercy__122_-1429211312

------------------------------------------------------------------------------------------------------

                                                                 

                                   Villes Fantômes [photographie 122] 

 

De nos albums de famille aux Unes de journaux, de nos livres d’histoire jusqu’aux images publicitaires, les images photographiques forgent notre imaginaire, et plus encore, irriguent la création. Nous sommes héritiers et héritières d’un paysage visuel que nous manions, de façon consciente ou non, pour créer nos propres images. Puis les transmettre.   

 

Villes Fantômes [Photographie 122] est un projet d’exposition qui a pour ambition d’explorer la façon dont les artistes émergents s’approprient et font leurs des motifs transmis par la culture, et plus particulièrement, par la photographie. « Art moyen » (Pierre Bourdieu, Un Art moyen) par excellence, ce médium manié de toutes et tous a la propriété d’être tout à la fois le support de production de nos images intimes comme celui du display et des mass media.  

 

Villes Fantômes [Photographie 122] est aussi pensée comme moyen d’explorer ce dont il ne reste rien, sauf des photographies. En choisissant comme support de réflexion créative une photographie d’un lieu aujourd'hui détruit — le quartier des Pinardiers, dans le 12e arrondissement de Paris —, l’exposition adresse une question à l’artiste et au spectateur, celle de l'archive : qu’en est-il de ce qui a existé et dont nous ne pouvons avoir souvenir ? L’absence comme source féconde de production artistique, tel est le postulat que nous formulons.  

 

Une hypothèse à vérifier, mais un motif qui, certainement, est une lame de fond dans les structures actuelles de l’imaginaire : celui de la ville fantôme, la ville disparue, détruite, ou simplement meurtrie ou rénovée après qu’on ait fait table rase de l’existant. La photographie 122, image numérotée parmi une série trouvée de photographies anonymes, charrie ces questionnements contemporains en offrant à de jeunes artistes de créer une oeuvre à partir de l’utopie et de l’absence.  

 

L'exposition aura lieu à la Galerie de la Rotonde du mardi 9 au samedi 27 juin 2015.

Vernissage le mardi 9 juin à 19h.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

                                                                 

                                           ARTISTES  

 

Jean-Charles Bastion

 

Maxmsp-4.16.2014-1430387672

 

Diplomé de la Femis, Jean-Charles Bastion travaille dans le cinéma et la musique. De la même façon que le cinéma puise sa matière sonore dans le réel, il nous proposera une installation sonore qui prélèvera le son du lieu d'exposition pour le rediffuser transformé et retardé. Les passages des visiteurs seront restitués aux suivants, les transformant en fantômes sonores; comme des archives d'un passé proche demandant ainsi aux visiteurs de retenir une écoute consciente de leur environnement sonore.

 

Margot Becka

 

Margot_becka_-_la_jet_e-1429714686

 

Les recherches de Margot Becka questionnent les postures et les pratiques des individus face aux structures du politique (comme forme du commun) et de ce fait, du pouvoir. Elle s'attache donc toujours à des situations où ces entités sont étroitement liées, notamment au travers de configurations historiques et sociales. Elle tente de voir comment les structures de l'autorité s'inscrivent et transforment les vies de l'intérieur. Il s'agit alors d'essayer de saisir les mouvements et formes infinitésimales plutôt qu'évidentes, et de repenser la place du personnel, ainsi que son aptitude transformatrice au sein de ces trames complexes. Ici "personnel" n'étant pas forcément incarné par un individu mais peut apparaître, dans les travaux de Margot Becka par l'émergence du poétique, de la fiction ou du récit suggéré. 

 

Rebekka Deubner 

 

Vues_instal_6-1429714077

 

Qu'elle soit lumineuse, consistante ou impalpable, Rebekka Deubner interroge la matière autant dans ses images que dans leur mise en scène.

Dans son univers qui associe la photographie à l'installation, elle explore la notion de projection en stimulant notre capacité à aller au-delà de l'image, vers un monde invisible que le spectateur construit par son expérience sensible et par la force de son imagination.

 

ExposerPublier

 

Sofi-detail-1430387504

 

Penser l’exposition comme publication d’une recherche artistique. Concevoir l’objet imprimé comme forme et espace d’exposition.

Deux artistes étudiants-chercheurs en Art & Sciences de l’art (Léo Coquet  & Caroline Sebilleau) et un graphiste free-lance (Benoit Brient) réunis autour d’une sensibilité commune pour l’objet imprimé/édité & exposé.

Différentes mais complémentaires, nos précédentes expériences sont mises à contribution pour développer une réflexion sur la place de l’édition dans le cadre de l’exposition et le statut de l’exposition dans le support livre.

 

Pierrick Guigon

 

Typhon-1429799340

Pierrick Guigon est illustrateur, il pratique la bande dessinée, le dessin de presse et la gravure depuis plusieurs années. Il dessine régulièrement pour le journal mensuel CQFD, il a édité des récits à compte d'auteur et illustré différentes affiches de concerts lyonnais, entre autres. Son travail est en partie poétique et politique; il se concentre souvent sur des questions liées à l'urbanisation, à l'évolution des rapports sociaux et au sentiment de déréalisation.

 

Méthode

 

Image1_-_copie-1429799496

 

La linogravure est un type de gravure en « taille d'épargne » (technique consistant à enlever les blancs ou « réserves » du résultat final, l'encre se posant sur les parties non retirées donc en relief, le papier pressé sur la plaque conservant l'empreinte de l'encre), proche de la gravure sur bois, et se pratique sur un matériau particulier, le linoleum. C'est cette technique d'impression que Méthode a choisi d'expérimenter pour cette exposition. Cette expérimentation s'articulera autour de deux notions : composer/cacher. Méthode invitera le public à faire apparaître et/ou dissimuler des modules, reprenant l'idée d'architectures fantômes, grâce aux empreintes laissées par la linogravure. Le visiteur devient alors acteur, et compose sa propre « Ville Fantôme ».

 

                                           ARTISTES INVITES

 

Oliver Campagne & Vivien Balzi 

Pour chaque exposition, Désord'œuvres invite un ou plusieurs artistes ayant déjà travaillé autour de la thématique de l'exposition. L'association a souhaité présenter la vidéo 5:46 a.m. dans le cadre de Villes Fantômes [Photographie 122].

 

546am_4023_300dpi-1429879168

 

5 heures 46, l'aurore du plus long jour de l’année 2010. Les premières lueurs du jour illuminent un Paris désertique, inondé d’une eau calme et réfléchissante. Une vision surréaliste empreinte de mystère et de poésie.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

                                                                 

                        LE LIEU - LA GALERIE DE LA ROTONDE

 

 

Rotonde

 

Située Place Stalingrad, La Rotonde de la Villette est un nouveau lieu de rencontres des individus, de mélanges des styles, de découvertes culinaires et d’échanges artistiques et culturelles de tous genres!

 

Déjà en 2013 Désord'œuvres avait occupé tout un étage de ce lieu atypique avec son exposition Bains-Douches. L'association revient dans les lieux en cette année 2015, mais dans la Galerie, nouvel espace d’expressions et d’expérimentations artistiques sous toutes ses formes.

 

À quoi servira la collecte ?

En plus de faire découvrir une photographie issue d'un fonds d'archives inédit sur le village de Bercy, l'exposition Villes fantômes [photographie 122] est une nouvelle occasion pour Désord'œuvres de stimuler la jeune création artistique.

 

L’objectif de la collecte, fixé à 1000€, a été établi avec la plus grande précision. Il prend en compte la conception graphique des différents supports de communication web et print, et la production partielle des œuvres des artistes.

 

Si la collecte dépasse son objectif de 1000€, non seulement l'exposition aura bien lieu, mais surtout nous pourrons imprimer le catalogue de l'exposition pour le public. 

 

Cette collecte viendra compléter l'aide déjà demandée à la Mairie de Paris, et aux soutiens en nature de La Rotonde et de la Maison des Initiatives Etudiantes. 

 

Nous sommes à votre disposition pour répondre à toutes vos questions : contact@desordoeuvres.com    

 

Thumb_304731_327368117353831_295963640_n
Désord'oeuvres

Depuis plusieurs années, une pratique curatoriale et artistique se développe sur la scène internationale. Il s’agit de l’utilisation de matériaux d’archives par les artistes contemporains. Les archives constituent désormais une véritable source d’inspiration pour les artistes, comme l’ont prouvé l’exposition Archive Fever : Uses of the Document in... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Margot, j'espère pouvoir aller à l'expo! bonne route , et bon courage florence P