Aidez-nous à étendre et protéger les forêts les plus hautes du monde !

Large_couv-fina-l-1499176944-1499176959-1499177044

Présentation détaillée du projet

Aidez-nous à préserver et étendre la superficie des forêts de Polylepis, les plus hautes du monde, aux côtés des populations queshuas et en collaboration avec l’organisation péruvienne ECOAN. Ce programme de reforestation permettra à terme de favoriser le retour des espèces animales et végétales qui les habitaient jadis et de réhabiliter l’écosystème tout entier.  

 

Dans la cordillère des Andes, en Amérique du Sud, vit un arbre exceptionnel.  

 

Caractère principal des forêts les plus hautes du monde (jusqu’à 5000m), le Polylepis (Polylepis spe.) étire son tronc à l’écorce écailleuse et ses branches courtes et tordues vers les flancs et les sommets des montagnes de Vilcanota. Son écosystème tout entier retient l’attention, tant il est riche et varié : rochers petits et grands, mousses de toutes couleurs et de toutes épaisseurs, champignons, et végétaux divers et colorés, parfois au milieu de la neige.   

 

Photo1-1498820287

 

Les forêts de Polylepis ont la faculté de retenir l’eau, libérée progressivement pendant la saison sèche et contribuant à l’approvisionnement des populations quechuas qui vivent en contrebas. Un environnement d’altitude où la sècheresse est de mise et s’aggrave avec l’impact du réchauffement climatique.

 

Depuis la période pré-Inca, cet arbre au bois dur fournit un matériau très prisé des communautés qui le côtoient, tant pour se chauffer, cuire des aliments, que construire des habitations.  

 

En quelques siècles, les activités humaines ont réduit la superficie de ces forêts à peau de chagrin, 80% ont aujourd’hui disparu.

 

Je suis Renaud Fulconis, le fondateur et directeur de l'organisation non gouvernementale Awely, des animaux et des hommes. Depuis 12 ans, Awely coordonne des programmes mêlant conservation des espèces animales menacées et développement, en Afrique et en Asie.

 

C’est en 2015, à l’occasion d’un voyage dans les montagnes de Vilcanota dans la région de Cusco au Pérou (carte et film plus bas), que je découvre le Polylepis. Ce ne fût pas une simple découverte, je suis littéralement tombé amoureux de cet arbre. Moi pour qui me souvenir du nom des végétaux dans leur ensemble avait toujours été une épreuve. Il ne s'agissait pas là de n'importe quel végétal certes, mais je n'ai cessé d'être surpris par ce sentiment nouveau à l'égard du représentant d'un groupe qui jusque là n'avait jamais, à ce point, attiré mon attention. 

 

J'y rencontrais également Constantino Aucca Chutas, président de l’organisation locale ECOAN. Celle-ci œuvre notamment, aux côtés des communautés locales, pour préserver le Polylepis et étendre ses forêts menacées. Avec Constantino, nous décidons alors de faire notre possible pour travailler ensemble en faveur de ces forêts. Cette initiative prend enfin forme cette année avec notre premier programme sud-américain, et cette requête auprès de vous en est l'illustration. Elle vient s'ajouter au partenariat que nous accorde depuis peu la Fondation UEM, basée à Metz, en Moselle. Comme toute l'équipe d'Awely, j'espère sincèrement que vous voudrez vous y associer.   

 

Photo2-1498820706

Constantino Aucca Chutas et moi dans les montagnes de Vilcanota

 

Avec ce projet, nous voulons contribuer à préserver et étendre la superficie des forêts de Polylepis aux côtés des populations queshuas et en collaboration avec l’organisation péruvienne ECOAN, au travers d’un programme de reforestation. Le rétablissement de ces forêts permettra à terme de favoriser le retour des espèces animales et végétales qui les habitaient jadis et de réhabiliter l’écosystème tout entier.  Conscients de l'importance de l'eau présente dans ces forêts, les Queshuas souhaitent aujourd'hui des programmes de reforestation. Ils deviennent alors de formidables gardiens des forêts qui renaissent. 

 

 

Comment replantons-nous ?

 

De la bouture à la plante…

 

Le Polylepis peut se reproduire par bouturage. Ce mode de reproduction asexuée permet à l’arbre initial (la plante mère) de donner naissance à un nouvel arbre à partir de l’un de ses fragments : morceau de rameau, tige, racine…

 

C’est cette faculté de l’arbre qui est exploitée pour initier la première étape de reforestation : à l’arrivée des premières pluies, la collecte du matériel végétal à l’origine des boutures est réalisée par les communautés locales.

 

Peu après, plusieurs pépinières sont installées et préparées à l’accueil des futurs plants au sein de deux communautés queshuas. Choyés par un travail manuel quotidien confié aux communautés, et sous l’œil expert de notre organisation partenaire ECOAN, les plants se développent pendant plusieurs mois.  

 

… à la forêt

 

À l’arrivée de la prochaine saison des pluies, soit aux alentours de la fin de cette année, aura lieu le transfert des plants sur les deux sites de plantation de Quishuarani et Cancha Cancha. Une attention particulière est accordée à cette étape délicate afin d’assurer un reboisement dans les meilleures conditions.

 

La reforestation est un évènement local qui monopolise une grande partie des représentants des communautés concernées, mais aussi des bénévoles venus tout spécialement de Cusco. Une journée de travail sera nécessaire sur chacun des deux sites.

 

Nous envisageons de clôturer la zone de reforestation, afin que les animaux domestiques qui évoluent librement dans la montagne au cours de la journée (lamas et alpacas) ne viennent pas se régaler des jeunes pousses de Polylepis.  

 

Alpaca-1499086974  

 

Lama-1499177226

 

---

 

Et si vous disposez d'une petite demie-heure, prenez connaissance ci-dessous de ce film réalisé par nos amis de DTMCproduction. Vous y découvrirez en image le voyage de 2015 qui fût à l'origine de la mise en place du projet que nous évoquons ici.   

 

À quoi servira la collecte ?

3€ de votre part = 1 arbre de plus en montagne  

 

Avec 3€, nous finançons le processus de développement d’un arbre depuis la bouture jusqu’à sa plantation sur site.

 

Cela comprend (tâches effectuées ou en cours):

. la collecte du matériel végétal en forêt,

. le transport de la bouture jusqu’à la pépinière,

. sa mise en terre,

. les travaux quotidiens (arrosage, sarclage…),  

 

En fin d'année :

. son transport jusqu’au lieu de replantation,

. sa replantation

. sa surveillance et son évaluation,

. sa protection des animaux domestiques par la construction d'une clôture 

. les personnes volontaires au sein des communautés queshuas pour effectuer ces tâches recevant une somme d’argent destinée à compenser le manque à gagner de leur activités quotidiennes habituelles.  

 

Img_8902-1498821706

 

Ce financement viendra en complément de celui versé par notre partenaire sur ce projet, la Fondation UEM. Grâce à cette fondation, et à votre soutien en complément, nous pourrons dès la fin de l'année replanter dans les régions de Quishuarany et Cancha Cancha (à proximité de la ville historique de Cusco), à 4200 mètres d'altitude.   

 

Carte-1499172438

 

1500€ récoltés = 500 Polylepis replantés !  

 

L'intégralité de la somme recueillie sera reversée dans cet objectif à notre organisation, Awely, des animaux et des hommes.  Nous ne garderons aucun pourcentage pour nos frais de fonctionnement. 

 

Calendrier

 

Actuellement - Fin d'année

Vous l'avez compris, grâce à notre partenaire, le projet est en cours d'élaboration. Nous continuons actuellement à échanger avec l'organisation locale ECOAN, sur les modalités et l'organisation de la campagne de reforestation. Ces échanges vont se poursuivre jusqu'à sa date, en fin d'année ou au cours des tous premiers jours de janvier. 

Septembre

Si nous pouvons comme nous l'espérons, disposer du montant cumulé de vos soutiens courant septembre, nous enverrons alors cette somme sur le terrain. Une partie d'entre elle servira à rembourser les étapes préalables mentionnées plus haut. C'est également en septembre que nous vous adresserons les contreparties qui figurent ici. 

Fin décembre ou début janvier

Campagnes de reforestation sur les deux sites de Quishuarani et de Cancha Cancha. Cette période est la saison des pluies, idéale pour la reforestation. 

 

Allez, et si on dépassait le palier ?

Vous l'avez compris, 3€ suffisent pour replanter un Polylepis. Si grâce à vous nous pouvons dépasser notre objectif de 1500€, nous pourrons tout simplement en replanter davantage. Et  toujours pas de frais de fonctionnement, la totalité de la somme recueillie servira la reforestation. 

 

Alors MERCI d'avance pour votre générosité, et n'hésitez pas à partager cette campagne avec vos proches.

Thumb_rf-1498830023
Renaud Fulconis

J'ai passé plus de dix ans à effectuer de nombreuses expéditions sportives comme la descente de la Loire ou du fleuve Maroni, en Guyane Française, à la nage, ou deux traversées de l'Australie en VTT, en solitaire et par les déserts, suivies de conférences. C'est lors de ces voyages que j'ai sans cesse pris plus conscience de la beauté et de la fragilité... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonjour je suis contente que vous ayez atteint votre objectif - je souhaite adhérer à votre association car les arbres sont une des clés contre le réchauffement de notre Terre et j'en suis convaincue
Thumb_default
votre projet est super ! que du bonheur pour vous tous ***
Thumb_default
Merci pour nous.