Aidez-nous à créer ce projet prometteur !! 1 collaboration avec 4 danseuses et 1 artiste visuelle Nous avons besoin de vous !

Large_kisskiss

The project

Ce projet vidéo traite de la question du désir d’enfant à travers différentes formes d’expression: images documentaires, mise en scène , chorégraphie, création sonore. Cette proposition audiovisuelle donne à voir des femmes munies de poussettes vides qui expriment corporellement et métaphoriquement leur rapport à ce sujet. Le spectateur fait face à une installation vidéo. Un mur dressé au milieu d’un désert urbain sur lequel est projeté la vidéo avec une bande son qui se propage dans l’espace.

 

 

Image_junie

©isabellevicherat image extraite d'un test vidéo

 

 

CONTEXTES

 

Concept

 

Nous sommes de plus en plus nombreuses autour de la trentaine à ne pas avoir d’enfants et à nous questionner parfois avec préoccupation sur ce sujet. Ce fait de société touche souvent des femmes qui ont poursuivi de longues études et souhaitent s’épanouir professionnellement dans les grandes villes, en milieu urbain. L’évolution de cette classe sociale montre une désynchronisation avec l’horloge biologique de la femme, qui ne le vit pas toujours sereinement et peine parfois à y trouver son harmonie. Ce sujet, relativement peu exprimé, parfois même tabou, me semble important de par les notions qu’il soulève: désir instinctif de reproduction, de transmission, création, rapport au monde, engagement, image sociale, identité, choix de vie, etc... C’est en ressentant personnellement une complexité face à mon propre désir d’enfant et en la partageant avec d’autres femmes de ma génération, que j’éprouve la nécessité de traiter cette question artistiquement, convaincue de l’impact qu’elle peut susciter.

 

 

Présentation

 

L’aboutissement du projet prendra la forme d’une installation vidéo. Une mise en espace comportant une projection vidéo sur une cimaise dressée au milieu d’un grand espace vide, une bande son et de possibles interventions performatives ponctuelles, au sein même du dispositif. La vidéo comprend deux parties; une performance filmée et une mise en scène chorégraphiée en collaboration avec des danseuses. La bande sonore constitue un mixage des prises de sons ambiants de la performance et de la mise en scène chorégraphiée avec des archives de témoignages recueillis au préalable. Ce dispositif peut donc être présenté en intérieur, dans diverses structures culturelles, dans certains lieux d’exposition ainsi que dans des espaces urbains de type friche si des mises à disposition techniques le permettent.

 

 

Image_hong_sun_min

©isabellevicherat image extraite d'un test vidéo

 

 

 

 

PROCESSUS DE TRAVAIL

 

La réalisation totale du projet comporte 4 temps de travail: - Les recherches sonores: recueils de témoignages, pistes de recherche. - La conception et les tournages de la vidéo: performance filmée et mise en scène chorégraphiée. - La post production: montage vidéo et mixage audio. - La réalisation de l’installation vidéo: élaboration du dispositif de projection.  

 

 

Les recherches sonores

 

Dans un premier temps, des prises de son pour recueillir des témoignages sont effectuées. Il s’agit d’un travail préparatoire qui consiste à recueillir divers propos sur le sujet du désir d’enfant. - Prises de son de groupe de femmes et de groupe d’hommes conversants autour du sujet. - Prises de son individuelles en interrogeant plusieurs femmes et plusieurs hommes: «Quel est votre désir d’enfant?». Les propos recueillis sous forme de dialogues et d’échanges me servent à préciser les points sensibles du sujet et à m’ouvrir à divers points de vue. Cela constitue un support pour développer le fond de mes idées. Ce travail peut ensuite être utilisé au sein même de la bande sonore qui accompagne la vidéo. Ainsi, ces archives audios peuvent être diffusées comme des voix off sur le montage vidéo de la mise en scène chorégraphiée.

 

 

La conception et les tournages de la vidéo

 

La vidéo comporte 2 parties. Une performance filmée et une mise en scène chorégraphiée

Première partie: la performance filmée Un rôle de femme est interprêté par une danseuse mais l’environement extérieur dans lequel elle se déplace (rues, bus, passants, etc..) n’est pas mis en scène. Il s’agit d’une performance où la vidéo sert de support de documentation. Cette approche permet ainsi d’étudier et de filmer les réactions imprévisibles et authentiques des passants. Le but est de dégager une dimension absurde de cette mise en situation. Pour la captation de cette performance, un équipement léger est privilégié. Dotée d’une caméra en prise de son directe, je filme et dirige la danseuse avec discretion.

Deuxième partie: la mise en scène chorégraphiée Des danseuses munies chacunes d’une poussette vide, incarnent un comportement particulier face au désir d’enfant. Les rôles de ces danseuses sont des métaphores de certains états psychologiques. Les attitudes proposées ne visent pas à enfermer la femme dans une image réductrice mais bien au contraire à montrer les différentes facettes qui peuvent cohabiter en elle, qu’elles soient paradoxales ou complémentaires. Cependant, chaque facette est traitée dans une tonalité particulière, certaines étants plutôt étranges, d’autres absurdes, d’autres poétiques, et d’autres encore peuvent comporter une ambivalence. Chacune des danseuses développe des gestuelles en intéraction avec l’objet. La poussette vide est utilisée comme le symbole du désir d’enfant non assouvi. Objet contemporain et commun qui lorsqu’il est employé par une femme la renvoie directement à son identité de femme/ mère.

 

L’action prend place dans une zone urbaine désertique. Une grande étendue avec un sol en béton ou en macadam. Espace dans lequel il n’y a rien à faire mais où en même temps tout peut se faire. Une vaste étendue vierge dans laquelle les actions prennent naissance. Un environnement urbain qui est familier à la classe sociale concernée.

Un aller-retour entre la qualité visuelle (images vidéographiques) et la justesse des gestuelles est constant. Une capatation vidéo (caméra fixe filmant une vue d’ensemble) est installée dès les premières répétitions. Cela me sert d’archives et de matière pour mes recherches visuelles. Entre chaque répétition, je dérushe les images et fais le point sur l’évolution de la qualité visuelle que je souhaite obtenir. De là, je déduis des directives à donner aux danseuses lors de la répétition suivante. Lors du tournage final, la qualité du son enregistré est optimisée. Diverses prises de son sont réalisées grâce à l’aide d’un ingénieur du son.

 

 

La post production

 

Il s’agit d’abord d’assembler les rushs filmés ainsi que les pistes audios et d’élaborer la structure globale de la vidéo. Lors de cette phase de travail, je favorise une approche expérimentale, laissant libre cours à mon imagination. Ainsi, s’il me semble intéressant d’ajouter de nouvelles images, je m’autorise à le faire. De même, je me permets de casser la structure conçue au départ si cela me semble nécessaire pour la justesse de l’objet vidéo que je réalise. Avec une approche instinctive, je cherche, par le biais d’une écoute sensible, des résonnances qui s’amorcent entre les images et les sons. Les rôles de la vidéo et de l’audio sont traitées avec la même importance. La vidéo et l’audio sont en dialogue mais doivent pouvoir exister l’un sans l’autre.

 

 

La réalisation de l’installation vidéo

 

La mise en espace de la vidéo prend un rôle indispensable pour l’aboutissement du travail. Les choix de présentation de la vidéo sont pour moi les moyens de mettre en place un rapport physique et instantané avec le spectateur. Je souhaite donc idéalement projeter la vidéo sur le lieu de tournage de la mise en scène chorégraphiée. Cela permet de jouer avec l’espace et l’image pour créer une mise en abîme. Ce lieu correspond donc à une grande étendue urbaine désertique avec un sol en béton ou macadam. Une grande cimaise sur laquelle est projetée l’image se dresse au milieu de l’espace vide. La taille de la projection et la diffusion sonore est à étudier en fonction des caractéristiques du lieu. L’enjeu étant de rendre la projection vidéo physiquement imposante et de confronter sa présence au vide qui l’entoure. Le rapport du son à l’espace est également important. Je désire ainsi étudier la possibilité de jeux subtils entre la présence sonore et le vide de l’espace. Les précisions quant à l’installation du matériel technique (fixation et emplacement du vidéoprojecteur et des enceintes, cablages, alimentation électrique, etc..) se font en fonction des spécificités du lieu investi. Cherchant à adapter avec précision ce dispositif aux aspects particuliers du lieu dans lequel il peut être présenté, cette phase de travail est nécessaire pour chaque lieu de présentation.  

 

 

Image_marilor

©isabellevicherat image extraite d'un test vidéo

 

 

 

POSITION ARTISTIQUE

 

 

Mettre en place des dialogues et des échanges

 

Qu’il s’agisse des recueils de témoignages ou de la collaboration chorégraphique avec les danseuses, il m’est nécessaire de donner la parole aux autres afin de confronter ma perception à divers points de vue. Les propos exprimés s’offrent alors à mon regard comme des tableaux à contempler. Je les étudie, j’écoute la façon dont ils me font écho ou non. Ce terrain d’échanges constitue un terreau commun que je m’approprie afin d’en faire une matière de création. N’étant pas chorégraphe mais artiste visuelle, ma collaboration avec les danseuses est particulière. Je pars d’une rencontre humaine avant tout. Je leur pose très souvent des questions personnelles. Dans le cadre de ce projet, je prends le temps de comprendre leurs positions et ressentis personnels face à leur propre désir d’enfant. Mes questions ont pour but d’ouvrir des dialogues, des débats qui préparent un terrain de recherches artistiques commun. Ensuite, en fonction de leur personnalité, je propose à chacune d’elles des attitudes/ mises en situation précises face au sujet. J’explique la tonalité et le type de tensions que je recherche. Puis, je leur demande de proposer, d’improviser des gestuelles en fonction du/ des ressenti(s) que la situation leur provoque. Il s’agit d’un point de départ plutôt instinctif et introspectif. Puis les gestes, le rythme et les tensions se précisent au fur et à mesure que le dialogue entre mes attentes et leurs propositions se développe.

 

 

Faire avec peu de moyens

 

L’épuration esthétique, la simplicité des matériaux utilisés, la recherche de formes minimalistes caractérisent l’aboutissement de mes travaux en général. Cette approche reflète la nécessité d’un retour à l’essentiel. Une quête que je cherche à suivre avec des convictions personnelles face au contexte de notre époque actuelle. De cette façon, chaque nouvelle idée se présente à moi comme un défi, celui de réaliser un travail authentique qui se tient avec le minimum de moyens. Cette contrainte m’apporte par ailleurs d’autres formes de liberté. Elle m’amène souvent à travailler avec une toute petite équipe ce qui permet une certaine indépendance et préserve une spontanéité de création. Avec des inspirations qui viennent souvent instinctivement, il m’est précieux de pouvoir faire preuve d’une certaine souplesse dans un environnement plutôt intime, propice à de possibles lâcher prises.  

 

 

 

Femmes_a__poussette_vide_04

©isabellevicherat image extraite d'un test vidéo

 

 

 

FICHE TECHNIQUE

 

 

SCÉNARIO DE LA VIDÉO

 

 

1 - Introduction: performance filmée

Durée: 1min 30secs. Plans fixes en appartement puis en extérieur (en ville) Une femme se prépare un matin de routine. Elle se lève, se douche, s’habille, se coiffe, se maquille, prend son café. Toutes ses actions sont faites machinalement. Au moment de mettre sa veste, elle découvre une poussette vide dans l’entrée de son appartement, devant sa porte. Elle marque un temps d’observation puis l’air désabusée, elle prend la poussette machinalement et fait son parcours habituel en la poussant: sortie d’immeuble, bus, boulangerie, etc.. Elle poursuit son parcours jusqu’à arriver dans une zone désertique et se met à attendre.

2 - Mise en scène chorégraphiée et filmée

Durée: 4min 30 secs. Plan séquence fixe en zone urbaine désertique (raccord avec le dernier plan de la performance) Trois femmes munies de poussettes vides rejoignent la femme qui attend dans la zone désertique. Elles arrivent une à une avec leur poussette et se placent dans l’espace. Lorsqu’elles sont toutes en place, les gestes et les déplacements se précisent et se synchronisent. Des jeux de répétitions et de tensions corporelles prennent place et créent un rythme global. Une chorégraphie se met en place en crescendo puis toutes les femmes repartent sans un mot.

 

 

 

DISPOSITIF FINAL

 

Le dispositif global est une installation vidéo. Une projection vidéo se dresse au milieu d’un grand espace vide de type urbain (sol en béton ou macadam).

Une bande sonore est diffusée dans le vide de l’espace. Les pistes vidéos et les pistes audios sont synchronisées et bouclées.

 

 

Type de présentation

 

L’installation finale sera réadaptée en fonction de chaque lieu. En effet, une friche, une salle d’exposition ne dégagent pas les mêmes caractéristiques et n’impliquent donc pas la même approche de l’espace. Le type d’espace dans lequel l’installation est présentée peut avoir un impact conséquent sur le sens même du travail proposé. Le dispositif peut être exposé dans divers types de lieux mais une réadaptation de sa mise en espace est nécessaire en fonction de chaque type de lieu. La taille de la projection est donc de taille variable mais sa présence dans l’espace reste imposante dans tous les cas.

 

 

Type de lieux

 

- Diverses structures culturelles, lieux d’exposition. - Lieux urbains: friches, hangars, usines désafectées, etc... si les conditions techniques le permettent (alimentation, obscurité, etc...)

 

 

Conditions techniques

 

Pour assurer des conditions techniques correctes, il est préférable que l’espace soit relativement vaste, obscure et silencieux.

 

 

Femmes_a__poussette_vide_11

©isabellevicherat image extraite d'un test vidéo

 

 

 

CALENDRIER

 

Du 15/07 au 15/08/2013: préparation

- Prise de son pour recueillir des témoignages - Recherches de documents et de statistiques démographiques (taux de natalité, croissance 

  démographique etc..) - Repérages de lieux éventuels pour les tournages vidéos:

  pour la performance filmée: appartement, rues, trajet à effectuer.

  pour la mise en scène chorégraphiée. - Recherches et acquisitions de matériel nécessaire aux tournages vidéo (poussettes, matériel technique:

  canon 550D, microphone cardio, etc..)

 

Le 26/08 tournage performance filmée

- Réalisation de la performance filmée en collaboration avec une des danseuses

 

Du 27/08 au 31/08/2013 travail de la mise en scène chorégraphiée

Jour 1

- Répétitions, improvisations, premières propositions de mise en scène, éventuelles captations vidéo.

- Bilan du travail effectué, mise au point / précisions des directives à prendre pour le jour suivant.

Jour 2

- Elaboration de la mise en scène, captation vidéo en plan fixe. recherches et précisions des  gestuelles, du rythme, des tensions à interprêter etc..

- Dérushage, mise au point des directives à prendre pour le jour suivant. Analyse des points faibles et des

  points forts, etc... Analyse de la justesse chorégraphique des danseuses, analyse de la justesse

  audiovisuelle. Anticipation du découpage audiovisuel.

Jour 3

- Finalisation de la mise en scène. Répétition en filage. Recherche audiovisuelle: recherche de cadrage

  etc...

- Plannification et organisation précise du tournage.

Jour 4

- Tournage de la mise en scène en plan séquence fixe et en plans subjectifs. Prise de son par un

   technicien.

 

 

Du 02/09 au 10/09/2013 travail de post production

- Montage vidéo: assemblage des plusieurs parties vidéo ( performance filmée, mise en scène

  chorégraphiée). - Mixage audio: assemblage des différentes prises de son. (sons des recueils de témoignages, sons

  ambiants de la performance, sons ambiants de la mise en scène chorégraphiée) - Nouvelle prise de sons et d’images si nécessaire pour la finalisation du montage audiovisuel (sons 

  organiques, images documentaires) - Montage audiovisuel final.

 

Du 12/09 au 18/09/2013 travail de présentation finale (dates prévisionnelles)

- Mise en espace de la projection audiovisuelle. Recherches de mise en forme de l’installation finale:

  essais de projections vidéos, essais de diffusions audio, élaboration des fixations, cablages, etc...

 

 

 

DISTRIBUTION

 

CONCEPTION/ MISE EN SCÈNE Isabelle Vicherat MISE EN SCÈNE CHORÉGRAPHIQUE Isabelle Vicherat, Sophie Lewisch, Aurélie Delon, Laetitia Brighi, Marion Le Guével CONCEPTION/ RÉALISATION AUDIOVISUELLE Isabelle Vicherat CHEF OPÉRATEUR Isabelle Vicherat PRISE DE SON ingénieur du son recherche en cours MIXAGE DU SON recherche en cours POST PRODUCTION Isabelle Vicherat

Why fund it?

Votre soutien, même d'1 euro nous permettra de financer le matériel manquant pour le tournage de la vidéo et de défrayer les participants :

 

 

Locations de matériel audiovisuel sur 2 jours de tournage: 225€/jour soit 450€ au total

 

- Matériel sons:

  1 mixette 4 voies Cooper CS104 avec sorties directes

  1 micro Hypercardio Neumann KM185

  1 micro Stéréo XY Audio Technica BP4025

  4 cages Anti-vent complètes

  1 perche carbone 5,50 mètres

  1 casque Sennheiser HD25-1II

- Matériel vidéo:

  1 canon 550D

  1 trépied Manfrotto

 

 

Défraiement des participants sur 2 jours de travail pour l'ingénieur du son et 4 jours de travail pour les danseuses et l'artiste : 550€ au total

 

- Repas: déjeuners:

  5 (4 danseuses + 1 artiste visuelle) x 4 jrs x 15€ = 300€

  1 (technicien son) x 2 jrs x 15€ = 30€

- Transports:

   5 x 4 jrs x 10€ = 200€

   1 x 2 jrs x 10€ = 20€

  

 

 

 

 

 

Thumb__mg_2365_copie_2
izzza

Diplômée des beaux arts de Paris en 2009 avec un travail de dessin et d'installation vidéo, je suis une artiste visuelle de 29 ans. Je développe aujourd'hui un travail pluridisciplinaire (vidéo, installation, dessin, etc..) qui a été présenté à divers endroits: en France ("Autoportraits" chez Jeune Création à Paris, LIFT à Marseille..) en Allemagne... See more

Newest comments

Thumb_default
Allez, allez, on y croit, on fait du buzz, reste plus que 7 jours! Y'a intérêt à ce qu'elles roulent ces poussettes vides!
Thumb_default
Bravo Isabelle, j'ai hâte de voir le résultat!