Une rencontre aux couleurs d'une improvisation de jazz. Un festin musical où la musique lie et délie les âmes, réunit un homme et une femme.

Large_festin_musical_visuel

Présentation détaillée du projet

FESTIN MUSICAL  

 

Pièce en l'honneur du jazz et d'une rencontre

 

Deux intérieurs, un extérieur. Trois lieux, deux personnages. Deux intérieurs musicaux, un extérieur froid. Deux manières d'exister, deux manières d'être ici et là par le langage. Deux personnalités différentes brûlant d'un seul et même désir. Celui de l'écoute, celui d'approcher l'autre. Ce n'est peut être pas de l'amour dont il s'agit ni même d'attirance. C'est peut être d'une seule et même intériorité dont il s'agit. Festin Musical amène John à faire un pas, puis deux, puis un chemin vers elle, tout cela dans un rythme progressif. Si elle n'est  pas une muse, elle est un idéal. Rapidement, elle entraîne le rythme que contient John en lui, artiste incompris et talentueux, et lui offre la possibilité d'une confidence au détour d'une rue parisienne dans un froid glacial. Une tasse de thé brûlante et une note qui raisonne. Un objet, un ton donné, un talent, une voix, une tendresse musicale. Une linguistique musicale qui rassemble deux cœurs. C'est l'histoire d'un rêve et de la réalisation de ce rêve. C'est l'histoire d'une rencontre musicale, d'un festin pour les oreilles et pour le cœur.   

 

 

L'Histoire du projet

 

Festin musical est une aventure étudiante. Cette pièce est l’œuvre d'Anaïs Duvert, élève en théâtre à Paris 3. Le texte a été confié à Marie Chapron, étudiante en théâtre-cinéma et fondatrice de la troupe des Deux Vertiges (association loi 1901). Festin Musical s'inscrit dans les projets de cette troupe théâtrale. L'équipe est constituée exclusivement d'étudiants, majoritairement inscris à la Sorbonne-Nouvelle. Les répétitions commencées, les auditions entamées, Festin Musical a déjà deux programmations de prévues au mois d'Avril.

 

Dates des représentations:

 

Work in ProgressDébut Avril (dates à confirmer) dans la cafétéria de la Sorbonne Nouvelle

 

Vendredi 4 avril à 22h00Festival à Contre-Sens à la Sorbonne Nouvelle 13 rue Santeuil 75005 Paris

 

Mercredi 9 avril à 22h00Festival à Contre-Sens à la Sorbonne Nouvelle 13 rue Santeuil 75005 Paris

 

La troupe Festin Musical:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anaïs Duvert (auteure): étudiante en troisième année d'études théâtrales à Paris 3 - Sorbonne Nouvelle. Elle commence le théâtre à 14 ans. Festin musical est sa deuxième pièce (De 3 à 20, Festin Musical, L.A.M et ROADS actuellement en cours d'écriture). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie Chapron (Metteur en scène):  étudiante en études théâtrales parcours cinéma à Paris 3- Sorbonne Nouvelle. Elle commence le théâtre à l'âge de 11 ans. Elle est comédienne dans la compagnie Sortez de chez vous! et dans la compagnie Les Grandoliquents. Elle fonde avec Lucille Vermeulen son association théâtrale les Deux Vertiges. Festin musical est sa deuxième mise en scène. En 2013, elle a mis en scène Push Up de Roland Schimmelpfennig. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marianne Joffre (scénographe):  Ancienne étudiante en Design à Olivier de Serres et BTS DCEV (obtenu en 2013). Elle est actuellement étudiante en Théâtre parcours cinéma à Paris 3- Sorbonne Nouvelle. Elle tente le concours 2014 de l'ENSATT afin de poursuivre sa formation de scénographe. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adèle Dumour (chargée de communication):  étudiante en troisième année de Cinéma parcours Lettres à Paris 3- Sorbonne Nouvelle. Elle a suivi des cours de danse pendant 11 ans et de théâtre pendant 2 ans. Elle a effectué un stage de 5 mois en production chez Nocturnes production. Elle a réalisé deux courts-métrages et des entretiens. Elle a également joué dans un court-métrage étudiant. Elle passe cette année le concours 2014 de la Fémis (département production).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sohée Monthieux (comédienne  : Elle):  Actuellement en deuxième année au conservatoire d'art dramatique Erik Satie et étudiante en Cinéma à Paris 3- Sorbonne Nouvelle. Avant cela elle était élève à l'école d'art dramatique Périmony, Sohée Monthieux a commencé le métier de comédienne à l'âge de 9 ans. Avec plusieurs films à son actif, notamment le long-métrage  Nord Plage  produit en 2003, et la série télévisée  Adresse Inconnue, diffusée en 2008 sur France 3. La scène ne lui est pas non plus inconnue. Elle a tenu l'un des rôles principaux dans la comédie musicale Gospel sur la Colline, comédie musicale produit en 2011 au Casino de Paris. Son dernier projet, un rôle secondaire dans un téléfilm du nom de Family Show, sera diffusé dans l'année courante sur France 2. Côté musical, elle joue de la guitare et du piano depuis l'âge de 16 ans, et chante depuis l'âge de 13 ans. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vitor Nascimento (comédien: John):  Comédien d'origine brésilienne, actuellement en troisième année de bi-licence de Théâtre et Cinéma à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3 et en deuxième année au conservatoire municipal du 7ème arrondissement de Paris. Formation en comédie musicale, chant jazz et gospel ainsi qu'en danse contemporaine (expressionnisme allemand).  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeanne Michard (Saxophoniste):  élève au conservatoire du 9ème arrondissement en cursus jazz, première année de 2ème cycle en saxophone et étudiante en lettres parcours cinéma à la Sorbonne Nouvelle. Pratique le saxophone depuis 12 ans, elle a commencé dans l'école de musique du P.O (L'Heure musicale) pendant 4 ans, elle a pris ensuite des cours particuliers pendant 7 ans. Elle a intégré le conservatoire du 9ème cette année

 

Face__2___150x120_

Sylvain Ménard (Batteur): Il apprend  la batterie dans son club de quartier à l'âge de 13 ans, depuis il fait parti de différentes formations rock et funk. Actuellement, il étudie le cinéma et la littérature à Paris 3- Sorbonne nouvelle. Il est également élève en art dramatique au conservatoire du 12ème arrondissement.

 

Basse_cours_florent__154x200_

Mehdi Chenntouf  (bassiste): poursuit des études de cinéma audiovisuel à Paris 3- Sorbonne nouvelle, en troisième année de licence. Joue de la basse depuis 6 ans. Bassiste dans une formation musicale pour la pièce de théâtre Clair-obscur d'Israel Horrowitz programmé sur 35 dates au théâtre du Nord-Ouest.

 

 

Croquis de la scénographie par Marianne Joffre :

 

Img006__300x212_Img007__300x212_Img008__300x212_Img009__300x212_

 

La Compagnie des Deux Vertiges:

 

Durant la deuxième année de licence, Les Deux Vertiges arrive à Paris 3 avec le désir de monter un projet théâtral réunissant des étudiants. Lancé par Lucille Vermeulen et Marie Chapron, l’ambition est de monter une pièce au sein de la faculté mais de l’extérioriser des murs universitaires.

Avec huit comédiens de l’université Paris III et d’horizons diverses, elles montent Push Up de Roland Schimmelpfening, pièce d’un auteur contemporain allemand. La pièce se présente aux scènes ouvertes de Paris III. Après cette première expérience, la pièce va se jouer durant cinq soirs, en juin, au Théo-Théâtre, durant le festival des Bonimenteurs.

En août 2014, les Deux Vertiges deviennent une association sous la loi 1901. Pour l’année 2014-2015, en restant fidèle aux valeurs qu’elle regroupe, l’association comporte différents projets.

Elle accueille une troupe d’étudiants avec l’idée de créer un laboratoire théâtral, où divers approches comme le masque, l’improvisation, le jeu du corps et la marionnette se regroupent. En parallèle, Marie Chapron défend pour cette année universitaire, Festin Musical, pièce d’une jeune auteure.

Également assistante à la mise en scène sur le projet des Talents de Descartes, où Paris III est l’université cette année en partenariat avec Paris Descartes, Marie Chapron insère Les Deux Vertiges à l’unique représentation du 7 avril. En une vingtaine de minutes, Paris III doit créer l’avant première du spectacle des Talents de Descartes.

Pour le festival à Contre Sens, un autre membre actif des Deux Vertiges, Floriane FONTAN, présente sa création, Caroline et Casimir, pièce d’Odon Von Orvath, avec un comédien créateur de l’association, Christian Lohez.

Les Deux Vertiges s’est créée sur l’envie commune de faire du théâtre. Basée principalement sur des valeurs humaines, les projets de chaque membre se centrent exclusivement sur le travail, l’unité de groupe et le professionnalisme. Association de partage et de plaisir, Les Deux Vertiges veulent poursuivre des projets, défendre les jeunes troupes et compagnies, avancer dans une même énergie et continuer à défendre leur théâtre de demain.

 

Note d'intention pour la mise en scène: 

 

Une note de musique retentit. Sur une estrade, l’effervescence d’un pianiste, la fusion de la saxophoniste et du contrebassiste. Entrain et bourrasque musicale dès l’entrée du public. Elle, est déjà sur scène, attendrie, déjà enveloppée dans un « non lieu », dans une atmosphère, aux lumières tamisées et chaudes. Le bar de jazz est le premier tableau. S’en ensuivra deux autres : au détour d’une rue de Paris, le froid glacial qui mène au point culminant vers la bulle intime, un cocon, le petit appartement.

Festin Musical, écrite par une jeune auteure, est un texte où musique et dialogues cohabitent. Quand les mots ne sont plus, la musique dévoile les pensées les plus profondes. C’est pourquoi la matière textuelle est peu présente. Chaque atmosphère pourrait être un tableau pictural. Chaque ambiance s’impose comme une bulle onirique. Le spectateur s’immisce dans un univers intemporel, aux notes suaves du jazz. La musique suit continuellement la progression des deux protagonistes. Toujours sur scène, les musiciens sont narrateurs omnipotents, et racontent, en musique, les évolutions intérieures des personnages.

Festin musical touche au sensible. La pièce tend vers une esthétique fantasmagorique. Un travail scénographique est établi, pour tendre vers l’esthétique picturale du clair-obscur, frontière entre rêve et réalité.

Dès lecture de la cette pièce, j’y ai vu l’idée d’un cercle continuellement infini. C’est ce que je souhaite matérialiser, transmettre par mes choix artistiques et scénographiques. A la fin, le spectateur retrouve Elle au même endroit, sur sa chaise, entourée des mêmes musiciens. Le spectateur a t-il rêvé, avec elle, d’une potentielle rencontre ? La musique ne serait alors qu’un échappatoire ? C’est la musique qui permettrait la liberté de rêver, d’éloigner notre conscience de la stabilité de notre corps, du corps dans le présent. Faire vagabonder nos rêves et nos désirs dans un au-delà. Une traversée dans les rues de Paris, la découverte d’un intérieur calme et protecteur, et l’âme des plus grands musiciens de jazz peuplent la scène. Et chanter. La voix d’Elle s’élève et marque l’idée d’un corps gracieux qui s’envole, tel un oiseau, vers un lieu innommable.

Un vrai travail sur les lumières et les ombres est essentiel. Festin Musical est une pièce sur les sensations. Théâtre du sensible, théâtre d’une esthétique fantasmagorique, la pièce invite le spectateur à rêver, pendant un temps, avec John et Elle. Ancrés directement dans la pièce, avec la présence de serveurs qui s’adressent directement aux spectateurs, ces derniers assistent à la traversée initiatique des personnages. D’un point à un autre, Elle et John se rencontreront, se confieront sous l’ombre d’un lampadaire, et fusionneront ensemble, guitare et chant, dans un même élan frénétique. Telle une bourrasque vive, une tornade incessante, ils rejoindront un temps indéfini. Et qu’advient-il à la fin ? Celle-ci reste ouverte à l’interprétation de chacun, le spectateur décidera lui-même de la marque indélébile que laisse une rencontre, cette rencontre.

On laisse le spectateur se promener avec les personnages, et de découvrir, à sa façon, un espace scénique mobile. D’atmosphères en atmosphères, d’ombres en ombres, au coin d’une rue, aux côtés d’Al Cohn et de Miles Davis, le spectateur peut retenir son souffle et attendre lentement, sans crainte, le dévoilement de cette rencontre.

Festin Musical, c’est trois atmosphères différentes. C’est un amour du jazz autour de deux personnages. Errants et libre, heureux et malheureux, les personnages s’ouvrent l’un devant l’autre, autour d’une même passion musicale. La musique réunit les corps, apaise les maux.

Qui sont-ils vraiment ? Le savent t-ils eux-mêmes ? Y a-t-il une dualité entre une vie cadrée et une envie irrémédiable d’aller toujours vers la liberté ? Dualité entre la musique comme passion et musique comme espoir d’en vivre ?

C’est un festin qu’on goûte du bout des doigts, pour ne pas interrompre l’union naissante entre John et Elle. Festin, abondance du jazz, abondance du rêve. C’est un éloge à la musique, une invitation au rêve, un appel au laisser-aller, au vagabondage de l’âme au grès des notes, qui, à la fin, resteront quelques temps en suspend, même après le silence. 

 

Note d'intention de l'auteure:

 

Au départ, Festin Musical n’est pas une pièce de théâtre ; c’est une nouvelle que j’ai écrite en 2010. En 2012, j’ai été prise d’un élan d’adaptation, en me disant que tous les détails apparaissant dans la nouvelle, pourraient très bien être mis en valeur dans un texte dramatique, et ensuite sur un plateau de théâtre. Je pense que tout texte mérite plateau, de quelque manière que ce soit. Cette pièce fraîchement adaptée, est non seulement née d’un amour pour le rapport humain mais aussi d’un amour pour le jazz. Ce sont ces deux paramètres qui m’ont poussée à écrire. L’écriture pour moi, en tant qu’auteur, n’est pas seulement mots, elle est aussi musique et images.

Festin Musical n’est pas une commande que Marie Chapron a pu me faire, je dirais que c’est un don que je lui ai fait. Un don d’amitié et de confiance. J’ai voulu lui offrir à elle seule la découverte de cette pièce, en faisant confiance à ses idées et à son travail à la fois artistique, et esthétique. Marie est la seule personne, avec l’équipe qu’elle a constitué, à posséder cette œuvre. C’est un honneur pour cette pièce d’être montée aussi vite après sa naissance.

Concernant l’assistanat à la mise en scène, nous avons convenu qu’il était intéressant que l’auteur puisse accéder à la vue du travail du metteur en scène. C’est pour cela que Marie m’a attribué ce statut. Nous savons que les auteurs sont souvent absents, pour ne pas dire jamais là, des travaux en cours. C’est peut-être, au fond, un challenge que d’être auteur et assistante à la mise en scène. Mais c’est aussi un apprentissage par rapport à la prise de recul face au texte que j’ai écrit. Mais il y a aussi la relation très intimiste que j’entretiens avec le jazz qui intéresse Marie. Et c’est ce qui m’intéresse aussi, avant tout.

 

Note d'intention pour la Scénographie:

 

La scénographie de Festin Musical est basée sur le concept d’intimité, d’une relation qui se créée, et évolue devant nos yeux telle la chenille se transformant en papillon. Nous assistons à une certaine magie qui prend forme entre les deux personnages et le spectateur est là, omniscient. Il voit tout, entend tout. Il fait partie de cette bulle qui isole les personnages dans leur environnement, qui les place comme sous un halo de lumière, hors du temps et de l’espace. Le décor se modifie peu, mais toujours au rythme des petites mains qui viennent déplacer les objets, comme un ballet, un tourbillon plus rapide et plus direct que le dialogue des personnages.

La conception circulaire était donc évidente. Fermer, sans pour autant clore cet espace où la rencontre va prendre racine, où les personnages vont se découvrir et établir un petit bout de chemin ensemble. Nous avec eux, eux avec leur rêve et leur passion. Passion musicale, passion de la vie.

Le spectateur entre dans une salle où un groupe de jazz est déjà en train de jouer. Il va s’installer, prendre part au concert. Une femme déjà assise à l’unique table du plateau y assiste déjà. Un comédien est caché, là quelque part, parmi les autres spectateurs. Le spectacle commence lorsque la lumière se tamise et que le comédien se lève, se dirigeant d’un pas déterminé vers Elle. Le spectateur comprend que tout commence, que le concert de jazz passe au second plan. Le véritable moment se passe à présent sous ses yeux, à quelques pas.

Les musiciens ne cessent de jouer. Il faut que la musique reste le fil conducteur de cette histoire. Après tout, sans elle, ces deux personnages n’auraient pu se rencontrer. Lorsque vient la scène extérieure, les musiciens quittent l’estrade, sauf le pianiste, et viennent jouer autour des spectateurs. Des ombres parisiennes et des lumières tels des lampadaires, viennent ponctuer la déambulation circulaire des deux protagonistes. Le décor n’a pas besoin de beaucoup d’accessoires. Tout au long de la pièce, on doit garder une part de mystère. Tout ne doit pas être évident. Le choix de ne pas suivre les didascalies à la lettre est volontaire. Nous prenons le parti pris de rendre cet instant, cette rencontre éphémère comme un songe mystérieux, fantasmagorique.

Lorsqu’ils arrivent dans l’appartement, on retrouve une seule table, deux chaises. L’estrade des musiciens devient le coin musique et guitare de l’appartement.

Le spectateur doit se demander si le spectacle qu’il vient de voir s’est vraiment déroulé tels les faits auxquels il a assisté ou si tout cela n’était que le fruit de l’imagination des deux protagonistes, si un fantasme commun n’était pas né entre et en eux sans pour autant se produire, sans pour autant quitter d’un pas, le bar de jazz.

 

 

 

   

 

À quoi servira la collecte ?

Votre Aide

 

Festin musical est une pièce qui demande une scénographie importante. En effet les trois lieux dramaturgiques nécessitent l'élaboration d'un univers entre l'imaginaire et le réel. La réussite de cette création dépend de la qualité du matériel et de la construction de la scénographie.

 

De plus les déplacements de cette scénographie ainsi que des instruments de musique (piano, batterie, saxophone, basse) , notamment pour des répétitions dans des studios de musique, demandent une organisation coûteuse.

 

Il faut également évoquer le budget concernant la communication du spectacle (flyers, affiches...)

Pour ces raisons nous avons besoin de votre soutien, de votre générosité. Le projet existera grâce à cette aide.

 

Et Après ?

 

Suite de l'aventure, nous postulons pour des représentations dans des cafés théâtres, des clubs de jazz mais également dans d'autres festivals et théâtre parisiens (théâtre du Nord-Ouest, Théo-Théâtre, etc...)

 

L'aventure ne fait que commencer, à vous de jouer !!

Thumb_ad_le_dumour_portrait_1.5mo
adele.dumour

Etudiante en cinéma parcours lettres à Paris 3- Sorbonne Nouvelle, Adèle Dumour a fait un stage de 5 mois chez Nocturnes Production. Cette année, elle tente la Femis au département production. Elle a fait de la danse pendant 11 ans et du théâtre pendant 2 ans.

Derniers commentaires

Thumb_default
Courage Miss, vous allez cartonner ! Berty :)
Thumb_default
Voilà un projet bien sympathique !
Thumb_default
Allez! Ca va le faire!