Soutenez le seul festival de musiques actuelles en Eure-et-Loir et participez à sa programmation !

Large_kkbb20184-1506877137-1506877170

Présentation détaillée du projet

L’Paille à Sons (01-02/06/2018) : manifestation culturelle épicène, XXIè siècle. De paille, emblème de la Beauce, et son, production acoustique du blé.

 

Un festival local, pluri-artistique et participatif ayant lieu chaque année au début de l'été dans le parc André Gagnon (anciennement le Clos Pichot), dans la ville gothique de Chartres, Eure-et-Loir. En trois ans, le festival L’Paille à Sons c'est déjà 33 concerts, 2 expositions plastiques, 1 exposition de peinture, 1 spectacle de théâtre et 1 show lumière pour un total de 2 300 spectateurs (dont 1 600 rien que l'an passé !).

 

Mais c'est également un village enfant, un village associatif, et surtout un espace d'expression libérée. En un week-end et en plein cœur de ville, le festival conjugue la musique et d'autres formes d'arts actuels pour animer le territoire chartrain et eurélien ! L'équipe bénévole de l'association organisatrice Les sons du sous-sol remet la main à la pâte : rendez-vous les 1 et 2 juin 2018 pour un événement toujours aussi convivial et intergénérationnel.

 

Réalisation : Déborah Tariel

 

L’Paille à Sons #4, ce sera…

 

            > Toujours deux scènes dédiées aux musiques actuelles <

 

Deux scènes, deux jours, dix groupes... des têtes d'affiches et pléthores de groupes locaux pour un cocktail plein d'énergie avec pour unique mot d'ordre : qualité ! Le festival a déjà accueilli, entre autre : BAZBAZ, Nina Attal, Scarecrow, Bhale Bacce Crew, Malted Milk, Morning Sun, Boys In Lillies, Mountain Men, Libido Fuzz, etc.

 

Kkbb2018-1506870399

Crédit photo : Dominique Joly

Légende : le groupe Stand the Weather - Stevie Ray Vaughan Tribute (Tours) se produisant.

 

   > Un village éphémère pour les plus jeunes et l’entraide associative <

 

L'association a toujours souhaité concevoir une manifestation familiale qui permettrait aux habitants de se rencontrer et d'échanger dans un cadre inhabituel. Afin que les enfants puissent profiter de l’événement autant que leurs parents, un village temporaire composé de plusieurs professionnels et animateurs bénévoles de la petite enfance se crée et propose plusieurs ateliers ludiques, pédagogiques et amusants en lien avec la musique et les pratiques artistiques manuelles. Le festival fait aussi la part belle à l’inter-associativité en invitant une dizaine d’associations partenaires locales… et autant de causes auxquelles s’intéresser.

 

                     > Un lieu de verdure magnifié pendant 2 jours <

 

Organisé dans le parc André Gagnon, proche du solstice d'été et avec les arbres en fleurs, le festival L'Paille à Sons n'a pas choisi au hasard de s'implanter dans ce lieu historique au milieu de la ville.

 

Non seulement les allées de gravillons roses et les étendues d'herbe verte offrent à la vue d'agréables couleurs, mais c'est un véritable clin d’œil à André Gagnon (1936-...), pianiste et compositeur québecois, que d'organiser un festival au sein d'un parc nommé en son honneur. Connu pour sa fusion des styles classiques et pop, il nous tient à cœur de fusionner, à notre tour, la musique et notre savoir-faire scénographique : pour revêtir le parc d'un habit poétique, pour amener un brin de magie en plein centre ville.

 

Kkbb20182-1506870619

Crédit photo : Dominique Joly

Légende : le groupe Melbeat (Bourges) se produisant sur la scène gérée par les associations chartraines La Machine et Les Lapins de Six Semaines

 

                      > Une association d’amis et de passionnés <

 

L’association Les sons du sous-sol rassemble des amis, bénévoles et passionnés qui désirent animer la vie culturelle locale en rendant hommage aux pratiques artistiques actuelles. Attachée au territoire de l’Eure-et-Loir par essence, l’association n’en est pas moins nomade et œuvre également sur d’autres endroits en Région Centre-Val de Loire, dont Tours. Les sons du sous-sol plébiscitent également le mélange des cultures et des arts afin de proposer à l’habitant des rendez-vous tout aussi conviviaux qu’intimes, inattendus mais cohérents, accessibles et qualitatifs. Au cœur de ces pluralités réside l’esprit de l’association : écrire des projets, concevoir des manifestations, suggérer la rencontre et appeler l’échange ; toujours en vue de contribuer au tissage d’un lien social entre les acteurs culturels et toutes les populations.

 

Réalisation : Julien Rocton (Heartemix)

 

L'association est labellisée étudiante par l'Université François Rabelais de Tours depuis sa création en septembre 2014. Elle est également déclarée d'intérêt général en mai 2015 par la Direction Départementale des Finances Publiques d'Eure-et-Loir, ce qui permet à chaque contributeur de déduire son don de ses impôts à hauteur de 60% !

 

13902766_1052175248211462_1303028830476210586_n-1475335495

Crédit photo : Lambert Dauvillier

À quoi servira la collecte ?

 Kkbb20183-1506870796

Crédit photo : Dominique Joly

Légende : le groupe Libido Fuzz (Bordeaux) soutenant le festival

 

Comme l’année précédente, l’idée est de financer l'aménagement scénographique et artistique du site, tout en contribuant à la création d’une identité unique. Mais l'originalité de notre démarche cette année est de vous permettre de participer à l'établissement de la programmation musicale !

 

                 > Aidez-nous à programmer : trois groupes musicaux <

 

Nous avons toujours œuvré pour que le festival fasse la part belle à d'autres pratiques artistiques actuelles. Après le cinéma, la littérature et le théâtre en 2015 ; les arts plastiques et numériques en 2016 ; et enfin le street art et la lumière de verre l'été dernier, nous souhaiterions cette année nous recentrer sur la musique, sous toutes ses formes ! Si la manifestation restera pluri-artistique grâce à la présence de plusieurs collectifs d'artistes, compagnies d'art de rue et possiblement quelques écrivains, notre objectif est de creuser encore davantage le concept d'hybridation, en concoctant une programmation de haute voltige aux confins de la logique.

 

❤ Premier groupe : Holy Hamond & The Groovemen Sphere

(Chartres - reggae/soul)

 

Holy, c'est avant tout une conteuse d'amour et une comtesse de la vie. Enfant du pays, elle cultive les paradoxes pour mieux désarmer ses détracteurs : entre la vitesse et la langueur, entre l'invitation et le rejet, la plainte et l'extase, elle compte sur sa voix pour pacifier les atmosphères tendues qu'elle-même, parfois, crée. Entourée par sa sphère musicale, ses hommes du groove, Holy désamorce en effet nos cœurs, ces bombes biologiques, pour apaiser nos mœurs. Une fraîche occasion pour se rappeler que la musique et l'amour ont tous deux un pouvoir et que, combinés, rien ne peut les arrêter...

 

Kkbb6-1511523979 Crédit photo : Arthur Pilon

Légende : Holy Hamond (Chartres) et ses musiciens avec nos amis et techniciens du Road Studios (le live facebook à retrouver ici Log In or Sign Up to View - une vidéo est actuellement en cours de montage)

 

« Auteure, compositrice et chanteuse, douce guerrière idéaliste, [...] lorsqu’elle avait 18 ans, Holy chantait dans les rues de Londres, les gens s’arrêtaient médusés, devant la petite Française qui interprétait Piaf et Armstrong avec sa guitare. Un an plus tard, guidée par l’amour, Holy quitte les bords de la Tamise et part en Provence pour étudier la musicologie. Intuitive, fusionnelle, curieuse, elle jam avec les manouches qui jazz, chante avec les beatmaker, se fond dans la culture rap, hip-hop underground de Marseille, elle dévore sa nouvelle liberté et savoure sa métamorphose.

 

Et quand l’enfant chérie de la street culture rencontre le compositeur, arrangeur et producteur Victor Vagh (Flavia Coelho) ça donne [...] un disque franc du collier, un ska féminin qui déambule sur le bitume chaud et musclé, l’alliage de la force et du cool, le soleil couleur brique. La voix hybride et rétro d’Holy Hamond a les cordes sensibles et contrastées sous la voilure. Elle oscille entre les volutes héritées du trip-hop et le flow d’une muse jamaïcaine qui infuse ses mantras mélodiques, positifs. »

(Texte recueilli sur le site de son label, Belleville Music)

 

❤ Deuxième groupe : The Bongo Hop

(Colombie/France - cumbia/funk afro-caribéenne)

 

Avec The Bongo Hop, la Colombie s'est soudainement rapprochée de la France, si ce n'est le continent sud-américain en entier. Et si la Pangée n'existe plus depuis quelques centaines de million d'années, Etienne Servet (le chef d'orchestre de cette magnifique formation) mélange et fusionne avec brio les rythmes et mélodies du monde entier. Le résultat, parfaitement équilibré, débouche sur un album ensoleillé, dansant, chamarré que le groupe soutient lors de prestations live chaudes et intimistes. The Bongo Hop n'échappe pas aux écrans radars et se fait alors remarquer comme une révélation de l'année 2016 : FIP, Le Monde, Radio Nova... tous encensent ce premier album et attendent (im)patiemment le deuxième prévu pour 2018-19. D'ici là, une chose est sûre : Chartres aura sa part de Colombie cette année !

 

Crédit photo : Thomas O'Brien

 

« The Bongo Hop, c'est le nouveau projet afro caribéen du trompettiste Etienne Sevet. Sur "Satingarona Part 1", son premier carnet de voyages sonores, nourri de 8 années passées à Cali en Colombie, on retrouve donc les amis de la période caleña, comme Nidia Gongora (la voix d'Ondatropica et Quantic, qu'il avait découverte et filmée dès 2003, alors qu'elle était l'inconnue chanteuse du groupe folklorique Socavon) ou encore le rappeur Maikcel (Zalama), mais aussi le producteur multinstrumentiste Patchworks (Voilaaa, The Dynamics, Mr President, Taggy Matcher, Uptown Funk Empire), rencontré à Lyon.

 

C'est donc naturellement qu'il distille, avec ce premier album offrant une lecture personnelle des tempos tropicaux, une rafale de rythmiques imparables - high life, vallenato, dance hall, afro beat, kompa... - combinées à des mélodies aux climats parfois intimes ou jazzy, saturées de cuivres chauds, sur lesquels les featurings et la patte du producteur ont trouvé un terrain d'expression nouveau. »

(Texte issu de leur biographie. Label : Underdog Records)

 

❤ Troisième groupe : annoncé le 18/12

 

                           > Do It Yourself & We Are All In This Together <

 

Folies, guérites, poubelles de tri, toilettes sèches et autres inventions en bois et plexiglas de couleur, assemblées lors d'ateliers "work-shops" participatifs, le but de la manipulation est triple : amener les personnes intéressées par la construction de créations manuelles collectives à développer de nouvelles compétences en mobilisant leurs acquis en bricolage, à s'entraîner à faire soi-même et à travailler la scénographie ornementale du parc qui s'enrichit à chaque édition du festival.

 

Au printemps dernier, entre mars et juin, pas moins de cinq week-ends de travaux pratiques conviviaux eurent lieu à Lèves et mobilisèrent une quarantaine de bricoleurs curieux. Et si les installations précédentes demandent chaque année un coup de neuf, nous souhaitons à chaque fois nous fixer de nouveaux objectifs. Ainsi avons-nous déjà l'idée de travailler à la création d'un bar "made in Les sons du sous-sol", à des équipements pour la cuisine du festival à l'arrière-scène, une scène mobile et des bancs.

 

Toute idée est d'ailleurs la bienvenue : n'hésitez pas nous faire part de vos envies folles et ensemble nous pourrons nous charger du reste !

 

                                > Le budget prévisionnel <

 

L'organisation d'un tel festival représente environ 55 000€. Voici, ci-dessous, la répartition des charges :

 

R_patition_du_budget_pr_visionnel-1507618748

 

Et voici comment nous répartirions les 2 000€ demandés :

 

Kkbbcamambert-1511370844

 

L'association Les sons du sous-sol percevra l'intégralité de cette collecte.

 

Et si ce financement participatif se retrouve victime de son succès, dépassant ainsi l'objectif que nous nous sommes fixés, nous pourrons alors rêver ensemble à d'autres animations et spectacles (pour le village enfant, dans le parc, sur scène), tout en garantissant aux artistes une meilleure rémunération et un meilleur accueil technique (principalement pour les groupes amateurs locaux, auxquels nous souhaitons offrir des conditions professionnelles) !

 

                                       > L'indispensable "mot de la fin"... <

 

... et l'essentiel "pourquoi du comment" : ce projet ne nous tiendrait pas autant à cœur si vous n'étiez pas déjà si nombreux à nous soutenir depuis trois ans ! La culture et les arts sont, pour nous, des moyens d'expression libres. Et si nous pensons que les festivals sont vecteurs d'intégration sociale et créateurs de bonheur, nous souhaitons nous placer comme les intermédiaires entre d'une part les artistes et, d'autre part, vous. C'est pourquoi participer à notre aventure est avant tout un acte militant et un engagement pour le bien-être et la diversité de tout un territoire. Nous vous remercions encore de nous suivre !

Thumb_logodegrade6-1430670368
L'Paille à Sons

L’association Les sons du sous-sol rassemble des amis, bénévoles et passionnés qui désirent animer la vie culturelle locale en rendant hommage aux pratiques artistiques actuelles. Attachée à l’Eure et- Loir par essence, l’association n’est pas moins nomade et oeuvre sur d’autres endroits en Région Centre-Val de Loire, dont Tours. Les sons du... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Heureuse de contribuer à la réussite de cet excellent festival qui sait associer qualité de programmation, professionnalisme et bonne humeur ! Je vous invite à venir nombreux partager ce moment festif ! :)
Thumb_default
Bon festival à toute l'équipe, anciens et nouveaux. Autant de réussite et voir plus que la belle édition passée ! Je serai toujours présent par beau ou mauvais temps ! Musicalement vôtre,
Thumb_default
Bon courage à l'équipe du Festival L'Paille à Sons pour ce KKBB ! Nous vous enverrons le soleil d'Amérique du Sud pour cette 4ème édition !