Les cultures urbaines arabes s’invitent en exclusivité à Lyon pendant 18 jours. Pour mener à bien notre projet nous avons besoin de... vous.

Large_titre_kisskiss

Présentation détaillée du projet

Affiche_in_kisskiss

 

Qui sommes-nous ?

 

Ahlan est une association loi 1901 née en 2008. C’est une organisation d’étudiants/es de l’Institut d’Études Politiques de Lyon, où il existe un pôle important d’études sur le monde arabe. Créée originellement comme relais du master CODEMMO (Coopération et Développement au Maghreb et au Moyen-Orient), elle s’est progressivement ouverte à toute activité de promotion, notamment culturelle, du monde arabe.

Ahlan a pour objectif de sensibiliser le milieu étudiant aux questions euro-méditerranéennes, en organisant des conférences et des événements culturels.

 

Maalish, association loi 1901, est née en mai 2008 autour d'une volonté commune de contribuer à une meilleure connaissance du monde arabe, par le biais du cinéma. Son objet est de construire des ponts entre les peuples de la Méditerranée, notamment par la promotion des cultures arabes et arabophones. Elle réunit en son sein des passionnés/ées du monde et du cinéma arabes tout comme des cinéphiles.

L'association Maalish organise des projections mensuelles de longs et courts métrages de réalisateurs/rices arabes, dans divers lieux de l'agglomération lyonnaise, et a participé à des festivals de cinéma arabe dans l'agglomération.

Ses membres sont guidés par la conviction que le cinéma est un vecteur sociologique pour une plus grande ouverture et connaissance culturelles. Ainsi, au delà de la qualité cinématographique des films projetés, nous choisissons des œuvres qui portent à débat et sortent des idées reçues sur les sociétés arabes.

http://www.maalish.org/

 

Pushka a été crée en 2010 par des étudiants et des jeunes travailleurs lyonnais, et constitué en Association loi 1901 en 2012 autour du désir de créer et de diffuser un art libre .

De la première phase de réflexion à la dernière étape de la réalisation, chaque projet est accompagné dans une démarche indépendante et collective.

Les membres de l’association se rejoignent sur des valeurs et des idées communes telles que :

1. L’envie de partager nos savoirs et productions en s’émancipant le plus possible des rapports marchands. Sans prétendre réussir à atteindre complètement ces objectifs, ils participent à notre ligne de conduite ; 2. Le désir de toucher et de faire participer un public de personnes isolées et/ou non initiées aux arts.

Au regard du manque d’hétérogénéité des pratiques culturelles dans l’agglomération lyonnaise, où l’art urbain, et les pratiques artistiques militantes et « décalées » n’ont de place que lorsqu’ils s’imposent, Pushka entend investir dans deux directions : la création artistique et l’éducation populaire.

http://collectif-pushka.com/

 

LE PROJET

 

Le projet porté par ces trois associations s’intitule « REVOLUSON R : 18 jours autour des révoltes et cultures urbaines arabes ». Il vise à mettre en résonance plusieurs lieux et événements à propos des révoltes arabes et des cultures urbaines, particulièrement la culture hip-hop, et ce à travers des projections cinématographiques, des soirées musicales, un concert, une exposition photo, ainsi que des ateliers dédiés à la calligraphie et au graffiti.

 

Les événements se dérouleront dans différents lieux partenaires tels que la MJC Perrache, la Maison des Passages, le 6e continent, le G Restaurant, Art Dreams, et l’IEP de Lyon.

Le projet vise à être présent dans plusieurs quartiers de Lyon, aux contextes et populations différents, afin de créer une dynamique citadine adaptée à un public large, et majoritairement jeune.

Lors de chaque événement un aspect particulier des cultures modernes arabes sera mis en lumière dans l’objectif de susciter avec et au sein du public réflexions et échanges.

 

1469835_193809087475510_514298401_n

 

 

NOTRE DÉMARCHE

 

La culture hip-hop se veut porteuse d’un état d’esprit positif, où créativité et dépassement de soi jouent un rôle-clé dans la réinvention du vivre ensemble. Via l’expression musicale, graphique et corporelle, elle stimule l’individu dans une attitude positive. Ce mouvement d’origine nord-américaine est peu à peu devenu l’expression privilégiée de la colère et des rêves, des frustrations et des attentes d’une jeunesse marginalisée en France, et ailleurs, notamment dans le monde arabe. Parce que le hip-hop est porteur du malaise et des revendications de la jeunesse, il accompagne les bouleversements historiques qui secouent la région depuis quelques années.

Ce projet s'inscrit dans une démarche d’ouverture et de promotion des cultures arabes contemporaines à un public large. Nous souhaitons proposer une approche artistique à la contestation sociale qui résonne à travers le monde arabe, depuis maintenant presque trois ans. Convaincus de l’importance historique de ces derniers développements de l’autre côté de la Méditerranée, le vecteur culturel nous semble le plus à même de toucher le plus de lyonnais/es possible.

 

Nous souhaitons participer à la diffusion de ces expressions car il nous semble important qu’elles soient entendues au-delà des frontières et des mers.Nous pensons que les acteurs de ce mouvement sont porteurs de messages qui font également sens en France à notre époque. C’est pourquoi nous voulons œuvrer à la rencontre et à l’échange entre jeunes des deux côtés de la Méditerranée.

 

Le projet vise à être présent dans plusieurs quartiers de Lyon afin de créer une dynamique citadine adaptée à un public large, et majoritairement jeune. Notre démarche vise à permettre aux jeunes lyonnais/es friands de culture hip- hop ou néophytes d’élargir leur horizon artistique, en leur donnant accès à la scène arabe. Une scène arabe que nous voudrions faire découvrir sous différents aspects dans la perspective des libertés de penser et d’expression pour acteurs et spectateurs. Lors de chaque événement, un aspect particulier des cultures modernes arabes sera mis en lumière dans l’objectif de susciter avec et au sein du public, réflexions et échanges

 

AU PROGRAMME

 

Le festival se déroulera entre le 25 janvier et le 11 février, dates symboliques de la Révolution égyptienne.

 

18 jours qui ont vu tomber le régime de Moubarak...

18 jours à Lyon pour découvrir les révoltes arabes et la créativité urbaine, la culture hip-hop arabe.

 

 

Des projections 

 

« Sling Shot Hip-hop » documentaire de Jackie Reem Salloum, Palestine, 2008, 80’.

 

Bani_re_slingshot

 

Ce documentaire retrace l’histoire et le développement du hip-hop dans les territoires palestiniens depuis l’époque de DAM, groupe pionnier de cette forme d’art { la fin des années 1990. Il rassemble les histoires de jeunes artistes palestiniens vivants à Gaza, en Cisjordanie et en Israël, qui découvrent le hip-hop et l’emploient comme outil pour surmonter les divisions imposées par l’occupation et la pauvreté.

Featuring artists : DAM, Palestinian Rapperz, Mahmoud Shalabi, Arapeyat er Abeer Alzinaty.

 

« Egyptian underground » documentaire de Nicolas Mangialardi, Egypte, 2012, 55’

 

Bani_re_egypte_danse

 

Egyptian underground nous décrit l’évolution du mouvement hip-hop avec la Révolution égyptienne, il amène le spectateur sur les scènes undergrounds du Caire à Alexandrie, faisant témoigner les artistes, acteurs de leur Histoire en marche.

 

 «Electro Chaabi», documentaire de Hind Meddeb, Egypte, 2011, 77’

 

Bani_re_electro_chaabi

 

Plus qu’un simple phénomène musical, l’électro Chaabi est une catharsis salutaire pour ces jeunes entravés par le poids de la société égyptienne. Cette nouvelle musique qui combine pop, électro et des paroles improvisées proches du rap a un but unique : faire sauter les règles !

 

Victimes de la corruption et de la ségrégation sociale, ces jeunes des quartiers pauvres exorcisent leur manque de liberté par la fête. Sous des tentes colorées, des danseurs offrent des performances spectaculaires dans des cadres dignes de films de Bollywood. Les paroles, reprises par la foule, choqueraient n’importe qui pensant que l’Egypte n’est qu’un pays conservateur et religieux. Et ces scènes de liesse et de danse semblables à des festivals se tiennent en réalité lors des mariages.

 

Le film a été réalisé par Hind Meddeb, produit par Karim Boutros-Ghali et co-produit par Karim Gamal Eldine.

 

Soirée court-métrage :

 

Bani_re_courts_m_t

 

A travers plusieurs vidéos documentaires, on pourra découvrir des groupes de hip-hop marocains ou tunisiens, du parkour et de la break-dance algérienne, des graffitis égyptiens ou encore de la danse contemporaine syrienne, et voir comment ces dynamiques artistiques s'inscrivent dans le contexte social et politique de chaque pays.

 

Un concert

 

« LES ÉGYPTIENS ONT DE PLUS EN PLUS CONSCIENCE DU FAIT QUE LE HIP HOP EST UN GENRE QUI PARLE DES LUTTES DU PEUPLE ET QUI SOUTIENT LA LIBERTÉ D’EXPRESSION.» Mohamed El Deeb

 

Le moment fort de ce festival sera un concert de rap, avec les artistes suivants :

 

Sotusura (France/Palestine) : https://soundcloud.com/dj-sotusura

Soto

 

D’origine palestinienne, Sotusura est né en France en 1980. Vers ses 10 ans il commence à écouter de la musique hip-hop. Passionné dès 13 ans, il commence le DJing en 1998, tandis qu’il vit à Los Angeles, Californie.

Etant passé par l'animation radio, il fait des concerts partout où se présente l’occasion, et se produit avec de nombreux talents locaux, pour les pousser sur la scène en Jordanie et dans le Moyen Orient. Il mixe et rap également avec les meilleurs artistes du hiphop arabe comme Ramallah Underground ou Ragtop. 

 

Boikutt (Palestine) : https://soundcloud.com/boikutt

Jad

 

Boikutt est un musicien et MC de Ramallah, Palestine. Il crée des sons à partir de samples, d’enregistrements et des appareils électronique, il en résulte une gamme entre hip-hop, downtempo, ambiant et expérimental. Il a composé et produit la musique pour des artistes tels que Kronos Quartet, Bukue One... Co-fondateur du Collectif Ramallah Uderground séparé en 2009, Boikutt est également co-fondateur et membre de Tashweesh, un groupe audio-visuel. Il a produit et exposé quelques pièces d'art sonore, composé plusieurs musiques de films internationaux et locaux, ainsi que des spectacles de théâtre et de danse.  Il est actuellement en tournée promotionnelle pour son nouvel album solo : Haywan Nateq.

 

Hamorabi (Liban) : http://www.youtube.com/watch?v=Z6SZNwYAmcE

Ram6

 

Hamorabi se définit en ces termes: “ Je suis activiste et engagé avant d’être musicien”. Hamorabi, c’est le Hip Hop politisé, la réaction aux contradictions de la société dans laquelle il vit. Ce jeune homme passionné réagit aux événements politiques en composant de la musique, avec l’aspiration de faire partager ses idéaux de liberté et de justice. Musicalement, Hamorabi s’intéresse au mariage du Blues et de la musique traditionnelle, le Tarab.

 

Deeb (Egypte) A écouter sur : http://www.youtube.com/watch?v=iuMpRv2cako

El-deeb

 

«Mes chansons traitent principalement de problèmes d’identité, de conscience culturelle, de harcèlement sexuel, d’oppressions sociale et politique».

La musique est donc le moyen que Deeb a choisi pour participer activement aux changements dans son pays et il a quelque chose à dire aux jeunes Européens sur ce qui s'y passe.

 

Phenix (Tunisie) : http://www.youtube.com/watch?v=URFf0_JQnqM

Phe_nix

 

Abdesslem Naouali alias Phenix, 26 ans, est l’une des têtes pensantes de ce mouvement musical contestataire. Anarchiste, il est la voix de la révolte absolue. Il est le porte-voix de toute une population, ouvriers mal payés, chômeurs, mamans désespérées qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Arrêté en juin 2012 pour consommation de cannabis, Phenix passe neuf mois derrière les barreaux. Phenix est convaincu que l’acharnement judiciaire qui s’abat contre les rappeurs tunisiens est lié à leur influence dans les quartiers populaires. « on un impact sur le peuple qui est plus important que le système. C’est pour ça que le système est en colère contre nous. »

 

Klay BBJ (Tunisie) : http://www.youtube.com/watch?v=vTSD1I8KevY O-klay-bbj-facebook

 

Dans toutes ses chansons, Klay BBJ se présente comme celui qui ne renonce pas à la vérité. Il a le courage de dire, de décrire la réalité telle qu’elle est. Le 22 août il est arrêté par la police à la fin d’un concert. Relâché puis condamné par contumace lors d’un procès où il n’est même pas convié. Il a fait opposition à son jugement, mais a été condamné à 6 mois ferme le 26 septembre. Un mois plus tard, lors de son procès en appel, il obtient un non-lieu après un mois derrière les barreaux. Il vient de sortir de prison.

 

 

Des soirées musicales

 

Pendant la durée de l’exposition photo (voir plus loin), des soirées musicales auront lieu au G restaurant: hip-hop, sha3by4, dub step arabe. La créativité musicale du monde arabe offre un mélange saisissant entre les styles de musiques contemporaines qui puisent et réinventent les musiques traditionnelles : une occasion de faire frissonner les oreilles lyonnaises amatrices de nouveauté.  

Programmation :  

Rap : Deeb / Omar Offendum / Rayess Bek / El General / Ramallah Underground ...

Sha3by : (techno house égyptienne) DJ Madeness / DJ Fikoo / Amr HaHa ...

Dub step : AraabMusik / Arab Dubstep / DJ Paradox ...

 

 

Une exposition photographique 

 

« Street art et Grafiti dans le monde arabe»

 

Les photos seront exposées entre deux semaines et un mois au G Restaurant 4 rue René Leynaud à Lyon et à la MJC Monplaisir. Une exposition retracera par l’image cette expression plastique urbaine dans les rues du Caire notamment la rue Mohammed Mahmoud, lieu d’affrontements violents depuis la révolution. L’autre, quant à elle, vous fera découvrir l’art du graff palestinien, en particulier sur le mur de séparation érigé en Cisjordanie.

 

1512508_10151919639572712_1585644895_n

 

 

Un atelier calligraphie dans l’espace Art Dreams

 

Art Dreams est créée en 2004 à Lyon. Association loi 1901 à but non lucratif, elle œuvre pour le développement de rencontres et d’échanges autour de la pratique artistique et culturelle.

Dans cet espace, entre le 25 janvier et le 11 févier se dérouleront quelques séances d’atelier calligraphie avec M. Akram KACHEE, professeur à l’IEP de Lyon. Pour connaisseurs ou amateurs de tous niveaux, cet atelier sera une initiation aux formes et à la pratique de la calligraphie arabe.

 

 

Une conférence/ table ronde à l’IEP de Lyon

 

L’association Ahlan organise chaque année une conférence et/ou une table ronde à l’Institut Politique de Lyon.

Afin de comprendre les enjeux sociétaux de la scène hip-hop dans le monde arabe en rendant plus intelligible ses messages, ses différents aspects.

 

Participeront à cet événement : Le chercheur Yves Gonzalez-Quijano, qui enseigne la littérature arabe moderne à l’université Lyon 2, Hind Meddeb, journaliste et réalisatrice franco-tunisienne, et les artistes DJ Figo et Rami Hassoun.

 

 

Site internet : http://revolusonr.com

 

À quoi servira la collecte ?

Les 1500€, pourquoi ?

 

 

Le budget total, de 7350 euros comprend :

 

Concert

- La location de salles

- Les billets d'avions/de train des artistes et intervenants

- Hébergement, transports des artistes sur place

- La location de matériel

 

Projections

- Les droits de diffusion des films

- La location des salles

 

Expositions photos

- Frais d'impression

 

Frais divers

- Communication

- Frais de fonctionnement

 

On y est presque !

 

Diverses demandes de subventions, notamment à la Ville de Lyon, nous ont permis de financer la plus grande partie du projet. 

Les 1500 euros combleront le reste, grâce à votre soutien !

 

En participant à cette collecte ...

 

- Vous contribuez à la création du premier festival lyonnais de cultures underground arabes

- Vous permettez à des artistes, des "révoltés", de l'autre côté de la Méditerranée, de faire passer leur message en personne, loin des clichés véhiculés par les médias

- Vous participez à la dynamisation de la ville de Lyon, toujours plus ouverte sur le monde, et ce pendant 18 jours remplis d'événements pour tous!

Thumb_avatar-1424784569
RevolusonR

Le Festival RevolusonR est le premier festival de France entièrement consacré aux cultures urbaines arabes. Tous les ans, il accueille des artistes (MCs, DJs, graffeuses, danseurs, réalisateurs/rices, etc...) de plusieurs pays arabes, et les fait travailler ensemble, et avec des artistes locaux. Il a pour but de faire se rencontrer les jeunes des 2 rives... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Allez, la cagnotte se remplit ! Béatrice Horn Brac
Thumb_default
Longue vie au RevolusonR festival ! Bises à tous, mention spéciale mr. Benoît Prost : )
Thumb_default
Forza Gabriel!