Contribuez à la finalisation et à la diffusion du film documentaire long métrage : "Des hommes de parole".

Large_flyer-1434546660-1434546680

Présentation détaillée du projet

PRÉSENTATION DU PROJET

 

 

Charlesville-1434548728

« les crises politiques et sociales que nous traversons ont une origine plus profonde, plus structurelle, celle de la crise de la parole »

 

Cette phrase, écrite par un frère dominicain, est le point de départ de ce documentaire où la réalisatrice, non croyante, filme en immersion la communauté des frères dominicains du couvent-école de Lille afin de comprendre et de ressentir le lien que ces hommes construisent au quotidien avec cette Parole millénaire… aujourd’hui. 

 

La réalisatrice, née dans une famille athée depuis plusieurs générations, n’a reçu aucune éducation religieuse. Réaliser ce film est pour elle, une tentative de réconciliation, de réappropriation, de redécouverte des origines de sa propre culture…

 

 

UNE AMITIÉ ÉTONNANTE

 

C’est en 2011, au Festival d’Avignon que tout commence. La réalisatrice, doit faire le portrait de spectateurs pour Arte, elle entend parler d’un religieux passionné de théâtre et sa production lui conseille de le rencontrer… Elle traîne des pieds, elle n’a pas vraiment envie de filmer un « curé »… Et là, elle découvre Thierry Hubert… en civil, à la terrasse d’un café, une cigarette à la main, une bière sur la table et un immense sourire pour l’accueillir. Les préjugés tombent, les conversations s’enchaînent, c’est le début d’une longue amitié…

 

 

 

 Photo_piece_de_theatre-1434444624

 

 

TROIS ANS DE TRAVAIL

 

Frère Thierry invite la réalisatrice à découvrir son couvent.  La communauté l’accueille à bras ouverts et lui parle de l’événement du huitième centenaire de l’Ordre des frères dominicains qui approche. L’idée du film arrive à ce moment-là.

 

Photo_jardin_couvent-1434444676

 

C’est pour Hélène un premier film documentaire long métrage, c’est aussi une plongée dans un monde qu’elle connaît mal… 

 

Un an d’écriture

Le premier temps, celui de l’écriture et de la découverte, dure un an.

Hélène fait souvent des allers-retours au couvent. Elle est accompagnée dans l’écriture par épikepoc production, les ateliers Varan, Vidéadoc et les rencontres de Saint Laurent à Lussas.

Puis, grâce à épikepoc production, le film trouve deux diffuseurs parmi les petites chaines : KTO et Vosges TV et donc un financement pour un format 52 minutes.

Anne Paschetta, intervient également en co-écriture et aide le film à se recentrer autour de son axe : la « Parole ».

 

Un an de tournage

Durant un an, environ une semaine par mois, la réalisatrice, sa caméra à la main souvent accompagnée d’un ingénieur du son, tourne à l’intérieur du couvent. Elle se perd parfois, doute, ne sait plus, puis retrouve confiance.

 

Un an entre montage et réflexion

150 heures de rushes… une montagne est à gravir. Comment, avec un petit budget,  aller au bout d’une envie de cinéma ?…  Encore une fois grâce à des rencontres fortes. Deux monteuses participeront au film, une première aide à trouver sa structure, la deuxième déploie toute sa sensibilité.

 

La réalisatrice et les monteuses ont travaillé sans contrainte de durée grâce à la volonté du producteur et sont arrivées à un film de 75 minutes, ce format est celui d’un vrai choix artistique : faire exister les silences.

 

Photo_franck_priant-1434444716

 

 

L’AXE DE LA PAROLE

Qu’est-ce que la parole ? Dans sa dimension quotidienne, dans sa dimension sacrée ? Qu’est-ce qu’une parole en acte ? Qu’est-ce qu’une parole vraie ?

Ce sont ces questions qui sous-tendent le film et qui sont sa structure.

 

Le film donne la parole à ces religieux et à leurs silences… Lors d’une séquence centrale, les frères dominicains définissent clairement leur religion comme une religion de la parole et non du texte, une parole vivante. Et ce faisant, ils mettent la tolérance et la discussion au centre de leur vie.

Ils disent : «  la seule approche du texte qui ne soit pas admise, c’est l’approche fondamentaliste ».

 

C’est bon, voire essentiel, à entendre en ces temps troublés.

 

LES PERSONNAGES DU FILM

 

 

CHARLES

En « apprentissage », ce jeune étudiant est le fil conducteur du film.

 

Photo_de_charles-1434444777

 

 

 

JEAN-PIERRE

Prêtre-ouvrier à la retraite, il vit avec une communauté dans la rue et nous livre son expérience avec beaucoup d’émotion.

 

Photo_jean-pierre-1434444812

 

 

THIERRY

Le film l’accompagne pendant la rédaction d’une homélie…

 

Photo_thierry-1434444870

 

 

FRANCK

Père maître des étudiants, il accompagne le jeune Charles dans son discernement.

 

Franck_ds_sa_chambre-1434444917

 

 

 

LES DEUX VERSIONS DU FILM

 

UNE AVANT-PREMIERE REUSSIE du 75’

Une projection a eu lieu et les retours ont été vraiment enthousiastes. Les mots qui reviennent le plus souvent pour qualifier le film sont « sensibilité », « réconciliation », « ouverture », « beauté de l’image ».

 

 

Extrait de messages de spectateurs

« Vous montrez combien la parole est importante, comme elle fabrique de la communauté et invite au regard long sur les autres et le monde .... » Gilles T 

 

"merci pour ce film, il m'a un peu réconciliée avec le monde, ça sert aussi à ça le cinéma" Fleur P

 

" Merci de montrer la part de silence et d'invisible de notre vie" Frère Thierry Hubert

 

 

UNE DIFFUSION TV du 52’

 

Le film a été très bien reçu par la direction des programmes de la chaîne KTO. Il n’y a, par contre, pas eu de couverture médiatique pour ce premier film par manque de budget.

 

Deux_freres_de_dos-1434444960

 

lien du film en replay sur KTO :

https://youtu.be/Sde3ISxdFRA

 

ET APRES ? ...

 

 DIFFUSER LA VERSION 75 MINUTES DU FILM ET POURSUIVRE LE DIALOGUE 

 

Après tout ce travail, ces échanges forts et intenses, nous voulons que ce film soit vu dans sa version longue par le plus grand nombre et qu'il puisse provoquer des débats, des échanges, des réflexions, des émotions .... 

nous ne pouvons pas imaginer qu'il puisse rester dans un placard,

nous voulons qu'il puisse continuer à exister grâce à des diffusions en festival, des projections dans des salles d’art et d’essai, dans des associations, des centres culturels ...

C’est pour cela que nous lançons ce financement participatif car, sans votre aide, nous ne pourrons pas le faire. 

À quoi servira la collecte ?

À QUOI VA SERVIR LE FINANCEMENT ?

 

- Finaliser le mixage de la version 75 minutes                                                            environ   700 euros

 

- Créer les sous-titres nécessaires à la diffusion en festivals internationaux

(traduction en differentes langue et fabrication des sous titres  )                              environ   900 euros

 

- Editer des DVD (avec plaquette, menu, authoring)                                                    environ  400 euros 

 

- Fabriquer et faire imprimer une affiche                                                                        environ  300 euros

 

- Faire un DCP (copie standard pour salle de cinéma)                                               environ  900 euros

 

- Financer le travail de diffusion du film                                                                          environ   800 euros

 

Les prix que nous affichons sont ceux d'une économie minimum, mais plus la somme récoltée sera élevée plus les prestations seront de qualité.

 

Et  nous pourrons peut-être... allez... rêvons un peu aller vers une distribution du film en salle ... 

 

 

Thumb_000009-1479045495
Helene

Après une formation de comédienne à l’Ecole du Passage, elle écrit et joue un spectacle de théâtre inspiré de la mythologie grecque. Elle se partage ensuite entre l’assistanat à la mise en scène (Niels Arestrup, François Chattot), le métier d’électricienne et la régie lumière (théâtre de la Colline, Maison de la Culture de Bobigny ... ). En 2003 ,... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
On croise les doigts Hélène pour cette campagne et ce beau projet !