Plus loin, plus haut, plus longtemps en altitude sur les montagnes d’Himalaya : ascension du Manaslu 8163m au Népal

Large_dscn7360-1527317727

Présentation détaillée du projet

Karl, la quarantaine, passionné par l’alpinisme depuis bientôt 12 ans… Alpinisme au sens large, étendu aux montagnes d’Asie Centrale et d’Himalaya ! D’abord sous le charme des Alpes, entre le Massif du Mont Blanc et les Ecrins, sans oublier les sommets de Suisse et d’Italie, puis depuis 2014 dans les contreforts himalayens du Ladakh et les sommets du Kirghizstan en Asie Centrale.

 

"L'alpiniste est un homme qui conduit son corps là où, un jour, ses yeux ont regardé... " Gaston Rébuffat.

 

J’ai eu la chance de réussir à gravir au fil des années les sommets qui m’ont fait rêver dans le Massif du Mont Blanc, souvent par des itinéraires pour lesquels il faut attendre patiemment les meilleures conditions, les guides qui me connaissent y veillent. Ces ascensions ont été récompensées en 2013 par la médaille du Choucas de Diamant, remise par la Compagnie des Guides de Chamonix.

 

En 2014, j’ai créé le projet XP14-25 pour mes expéditions en haute montagne. Mes semelles de vent m’ont porté en été dans des massifs plus éloignés :

 

LDK 2014 - Inde Ladakh

Trek de 5 semaines Leh – Tso Moriri Lake ; Ascension du Stok Kangri 6 153m, du Golep Kangri 5 950m et du Kang Yatse II 6 247m

 

KGZ 2015 Kirghizstan

Expédition au Lenin Peak 7 134m + Expédition au Khan Tengri 7 010m

 

KUN 2016 - Inde - Jammu & Kashmir

Expédition au Kun 7 077m

 

NUN 2017 - Inde - Jammu & Kashmir

Ascension du Nun 7 135m

 

Ces ascensions se sont déroulées dans différentes atmosphères selon les alpinistes, les guides locaux et les conditions météorologiques, avec ou sans réussite du sommet convoité, mais qu’importe ! Le sommet est un plus : c’est la cerise sur le gâteau, l’essentiel est d’être « en haut »… et d’être de retour auprès de ses proches, bien évidemment.

 

Quoi qu’il en soit, je repartirai, et le récit que j’en ai fait est toujours une évasion réussie !

Le projet 2018 est prévu sur le MANASLU au Népal durant l’automne, après la mousson, avec une durée de 4 semaines au camp de base et dans les 4 camps d’altitude pour s’acclimater et atteindre le sommet.

 

L’acclimatation consiste à s’habituer à l’altitude où la densité d’air est plus faible : il faut permettre à son corps de produire plus de globules rouges, afin de les mettre à disposition des poumons pour transporter l’oxygène dans tout l’organisme. Le sang devient alors plus épais.

 

Comment y parvenir ? Avec sagesse et lenteur : se déplacer lentement et boire beaucoup ! Je me régale de thé noir avec citron et gingembre frais, c’est mon péché mignon…

 

Comment progresser vers le haut sans s’époumoner ? Il faut procéder à plusieurs allers-retours vers les camps d’altitude, ce qui demande temps et énergie ; par exemple, avec les abréviations CB pour camp de base, C1 pour camp 1, etc : du CB, monter au C1 et redescendre pour dormir au CB puis le lendemain, monter au C1 pour y dormir. Cette logique de progression s’adapte aux camps supérieurs. Il faut aussi penser redescendre se reposer au CB qui est bien plus confortable, avec tente individuelle pour le repos, tente mess pour les repas cuisinés par l’équipe des cookers et helpers, et même une douche solaire pour tiédir l’eau du torrent de glacier ! Les camps d’altitude sont plus spartiates, dans la neige avec 1 tente pour 2 et des repas lyophilisés. Vous aurez compris que les douches en altitude se résument à une toilette de chat minimaliste avec des lingettes, si elles n’ont pas gelé dans le sac à dos !

 

Ces exercices de style prennent 15 à 18 jours puis il faut prendre un bon repos au CB, avec décapage à l’eau du torrent, avant le rush final vers le sommet.

 

Je vais ainsi pouvoir découvrir d’autres ambiances aux atmosphères éthérées…

Ce sommet de plus de 8000m est dans la continuité de ma recherche de ces moments hors du temps, où il n’y a plus que les montagnes et nous, modestes grimpeurs tolérés sur leurs flancs.

 

Pourquoi ce sommet ? Autant dans les Alpes, je peux aisément choisir mes projets, autant en Himalaya, je dois composer avec les projets proposés par les agences spécialisées locales. En fonction des dates proposées, des durées de séjour au camp de base, des services proposés, du budget global et des échanges avec les guides locaux, j’ai ainsi porté mon choix sur ce sommet au nord-ouest de la capitale Katmandou et à l’est de l’Annapurna, premier 8000 gravi par les français Lachenal et Herzog en 1950, avec le soutien de Rébuffat et Terray.

 

Grâce aux nombreuses photographies et à mes notes prises sur le vif durant mes précédentes expéditions, j’ai raconté ces ascensions dans différents livres numériques, avec la présentation de chaque itinéraire, vie quotidienne, anecdotes particulières et nombreux clichés légendés :

Acclimatation et découvertes culturelles : visites de monastères bouddhiques, palais royaux et musées traditionnels

Treks : paysages et couleurs renouvelés en permanence, rencontres avec les familles des guest houses et les nomades éleveurs

Ascensions : récit manuscrit au jour le jour et commentaires personnels vécus, évolution des ambiances et des panoramas, et vie quotidienne au camp de base et en haute altitude

 

Je vous propose de vous les faire découvrir pour vous remercier de vos soutiens qui me permettront de boucler mon budget.

 

Ces 4 livres numériques sont complétés par d’autres, que j’ai écrits sur différents sujets de ce Ladakh qui me subjugue tant : Monastères bouddhiques : Thikse et d’autres sont en cours de rédaction ; Patrimoine historique de Leh - ville principale du Ladakh ; Cartographie du Ladakh du XVIe au XXe siècle. Mes notes sont alors complétées par des recherches sur le net pour rédiger les légendes, notamment celles des statues et peintures dans les temples bouddhiques.

 

Un livre numérique sur ce projet Manaslu 2018 sera écrit à mon retour.

Je posterai début septembre une carte postale de Katmandou à chacun des soutiens qui m'auront transmis leur adresse, mais sa distribution se fera sous réserve d'un bon acheminement postal indépendant de ma bonne volonté... Les courriers du Népal vers la France peuvent mettre un mois, voire plus. Je vous enverrai évidemment un mail à mon retour en France pour compenser cet éventuel problème de distribution !

 

À quoi servira la collecte ?

J'ai créé plusieurs seuils selon l'importance de vos soutiens.

Je consacrerai l'intégralité de la collecte à ce projet d'ascension.

 

Le seuil 1 a pour objectif le bouclage de mon budget. 950€

 

En cas de dépassement, le seuil 2 me permet d’acheter une balise Delorme Inreach Explorer +, pour l’envoi et la réception de sms par satellites. Je prévois de prendre un abonnement avec sms en illimité. Je pourrai communiquer avec mes proches et mes soutiens, sous réserve de bon fonctionnement du service. Ainsi, en me précisant vos coordonnées avant mon départ, il vous sera possible de suivre mon périple ! 1450€

 

Si votre soutien va au-delà, le seuil 3 a une vocation technique et thermique, avec le renouvellement de ma doudoune chaude : la garniture en duvet de canard a déjà bien travaillé au fil des expéditions dans des conditions climatiques variables, avec vent et neige à foison comme vous pouvez l’imaginer ! 2150€

Thumb_dscn7247-1527344541
KARL

Karl, la quarantaine, passionné par l’alpinisme depuis bientôt 12 ans… Alpinisme au sens large, étendu aux montagnes d’Asie Centrale et d’Himalaya ! D’abord sous le charme des Alpes, entre le Massif du Mont Blanc et les Ecrins, sans oublier les sommets de Suisse et d’Italie, puis depuis 2014 dans les contreforts himalayens du Ladakh et les sommets du... Voir la suite

Derniers commentaires

Default-1
Aller cousin ! Vincent
Default-8
Nelson Mandela à écrit: " Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends." Bonne ascension. AMIcalement Monique et Gilles
Default-5
Go go go karlito