Au sud de la frontière

Coproduisez une exposition photographique tout en réduisant votre impôt !

Visuel du projet Au sud de la frontière
Échoué
17
Contributeurs
08/07/2014
Date de fin
2 105 €
Sur 6 200 €
34 %

Au sud de la frontière

J'avais entendu dire que la frontière inter-coréenne était devenue un sanctuaire pour la faune et la flore. Depuis soixante ans, un no man's land de près d'un milliers et demi de kilomètres carrés, le long du 38e parallèle, est tenu par un million et demi d'hommes armés jusqu'aux dents qui ont reçu l'ordre de ne pas tirer ! Mais ça les démange… Alors, les grues blanches profiteraient de ce face à face pour passer l'hiver tranquille, à l'abri des rigueurs sibériennes. Les guides touristiques quant à eux, étaient unanimes à présenter le Gangwondo (au nord-est de la Corée du Sud) comme une province reculée, protégée de la fièvre économique par un relief inhospitalier… J'avais donc deux bonne raisons d'aller voir là-bas ce qu'il en était réellement.

 

Gareb-02

 

J'ai ainsi décidé de traverser la péninsule coréenne à pied, de la mer de l'Est (mer du Japon pour les géographes) à la mer de l'Ouest (la mer Jaune si vous préférez). Bien sûr, ce que j'ai vu n'a rien à voir avec ce que l'on raconte. D'abord, les grues n'ont pas attendu que les Américains et leurs alliés européens d'un côté, les Chinois et leurs alliés russes de l'autre s'étripent en Corée pour venir passer l'hiver dans la vaste plaine de Cherwon et même bien plus au sud. Ensuite, le Gangwondo est une région rurale, certes, mais totalement intégrée à la Corée. Je n'ai pas rencontré une femme fumant encore la pipe !

 

21-33b

 

J'ai marché, comme je me l'étais promis, plus de 600 kilomètres. J'ai pris des bus aussi, lorsque les cartes se révélaient trop imprécises. Pendant trois mois, je me suis immergé dans cette campagne coréenne si éloignée de l'image véhiculée par les clichés. Je me suis également éloigné un peu de cette frontière, histoire de prendre un recul nécessaire pour la replacer dans le contexte d'un État dont le développement spectaculaire en fait la treizième puissance économique du globe. Et qui n'a pas dit son dernier mot. Je voulais voir justement comment la "tradition" dont les Coréens sont si fiers a résisté aux bouleversements qui agitent leur péninsule en permanence. La Corée, défigurée par la guerre, l'avait été un peu plus tôt par la colonisation japonaise.

 

M-30b

 

J'ai rapporté de ces trois mois de voyage des textes – qui paraissent ces jours-ci aux éditions Sipayat – et un peu plus de deux mille clichés. Il est évident que je retournerai en Corée, que ce travail n'est qu'un début. Mais je fais appel à vous pour le transformer dès maintenant en exposition, afin d'être prêt pour les années France-Corée organisées l'année prochaine et que le plus grand nombre puisse profiter de ces images qui, je l'espère, vous donneront envie d'en savoir plus sur ce pays. D'avance, merci de votre soutien et de convaincre vos relations de soutenir ce projet.

 

CONTREPARTIES

Sauf avis particulier de votre part, toutes les contreparties seront adressées par La Poste, en décembre. Elle vous parviendront à temps pour que vous puissiez, si vous le souhaitez, les offrir. Aussi, remplissez bien le champ "adresse" du formulaire.

Deux ouvrages sont proposés dans les contreparties :

• Au sud de la frontière. Ouvrage de texte (format 13x20) qui regroupe les chroniques de voyage. Parution le 20 juin 2014

South of the Border. ouvrage de photos (format 22x22) imprimé en bichromie qui regroupera une sélection de photographies issues de ce travail. Parution, décembre 2014. Il existera dans une version souple et dans une version "luxe" en tirage limité.

 

Pour les photos proposées : vous pouvez les choisir dans l'album mis en ligne à cet effet, sur Calameo. J'actualiserai ce fichier au cours de l'opération, donc restez en contact. Attention, il s'agit d'un fichier informatique, la qualité des tirages est très nettement supérieure. Dans votre commentaire, précisez bien le numéro de l'image que vous avez choisie. Vous pouvez attendre la fin de l'opération, début juillet, pour choisir votre photo.

Une dizaine de tirages est présentée à L'Angora (Paris) – 3, boulevard Richard-Lenoir (métro Bastille ou Bréguet-Sabin) – jusqu'au 14 juillet. N'hésitez pas à passer et plus particulièrement le vendredi 20 juin. Ce jour-là, à 18h30, j'y présenterai mon ouvrage Au sud de la frontière.

 

LAST, BUT NOT LEAST.

À partir de 50 € de don (en fait dès qu'une photo entre dans les contreparties), vous recevrez un reçu fiscal qui vous permettra (si vous êtes résident fiscal en France) d'en déduire 60% de votre impôt sur le revenu – j'ai bien dit de votre impôt et non de votre revenu imposable !

 

Pour toute question : un message sur cette page ou un courriel… La réponse vous parviendra dans les 24 h

À quoi servira la collecte

La moitié du chemin a été parcourue ! Grâce à mes amis de CPE Conseil et au voyagiste Asia, j'ai pu me rendre en Corée à deux reprises (octobre-novembre 2013 et avril 2014) pour les prises de vue.

Cette collecte servira donc à la production proprement dite de l'exposition : le tirage des photos. L'opération est pilotée par l'association Artgentique et le produit de la collecte sera directement viré sur son compte.

Au sud de la frontière, l'exposition, est un travail argentique, réalisé en noir et blanc. Les tirages seront effectués par Jean-Yves Lariven, tireur avec lequel je collabore depuis huit ans maintenant. Afin de travailler dans les meilleures conditions, il est indispensable de réaliser un maximum de tirages de lecture qui serviront par ailleurs à la réalisation de l'ouvrage qui accompagnera l'exposition. Pour ce poste, j'ai budgété 1.800 euros.

L'exposition elle-même se composera d'une cinquantaine de tirages. J'ai compris l'intérêt de présenter des formats différents. Je ne me limiterai donc pas à des 40 x 50, comme j'en avais pris l'habitude. Une partie des images sera tirée en 30 x 40, une autre sur des formats plus grands. J'ai budgété 3.650 euros pour l'ensemble des tirages, passes-partout compris.

Enfin, j'avais – pour le MIA de Milan, en 2013 – protégé mes images de verres anti-reflets. Je ne regrette pas et je vais en systématiser l'usage. J'ai budgété 750 euros

 

__s-29b

 

Bien sûr, les 6.200 euros ne couvrent pas l'ensemble du budget d'une exposition. Je n'ai pas parlé des cadres, ni des frais de transport… Les sommes qui viendront au-delà des 6.200 euros de la collecte seront affectés à l'encadrement.

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux