Soutenez ce court métrage d'anticipation dramatique ayant pour but de concourir en festivals.

Large_calista-1525618125

Présentation détaillée du projet

 

2083. Un cybernéticien vient de créer Calista, un androïde à l'image de l'Homme. Alors qu'il tente de doter sa création d'intelligence artificielle, ses expériences le mèneront à une réflexion quant à ce qui fait le propre du cerveau humain. En parallèle, 5 minis histoires se passant en des lieux et époques différentes mèneront à la conclusion de ses recherches.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'idée de ce court métrage m'est venue de l'envie de vouloir comparer les capacités entre l'Homme et la machine et tourne autour du questionnement récurrent: Qu'est ce qui nous différencie ?

 

Il aborde aussi indirectement le thème de la perfection tant recherché par l'Homme, représenté à travers cette quête incessante de vouloir créer une machine à notre image en y ôtant toute notion de défaut.

 

Le titre y puise d'ailleurs cette thématique, Calista signifiant "le plus beau" en Grec et faisant référence à l'esprit de la perfection.

 

L'envie de créer un récit aussi sur l'humain se retranscrit à travers les cinq minis histoires incorporées à la narration, dans lesquelles sont représentées différentes situations et de montrer nos difficultés à les vivre.

 

Plus qu'un récit je vois ce court métrage, dans le fond plus que dans la forme, comme une poésie, une fable, une contemplation de sa création.

 

 

 

 

Au vu de la thématique et de cette volonté de représenter l'Homme dans son ensemble au travers des différentes époques et lieux, il me paraissait évident de faire un film en plusieurs langues, dont l'anglais pour son coté universel, mais aussi le français, l'italien et l'amérindien.

 

L'esthétisme visuel comporte une place importante dans ce court métrage dont les décors et les costumes y contribueront grandement. Ceux ci sont choisi minutieusement pour représenter au mieux les différentes époques et donner un sentiment d’immersion total.

 

 

D'un point de vue technique, les scènes de l'androïde auront des mouvements de caméra lents et fluides pour souligner le côté parfait que tente d'obtenir le cybernéticien et retranscrire cet aspect poétique. A contrario les scènes issues des minis histoires comporteront des plans moins fluides à la caméra épaule et accompagnées de plans séquences pour souligner le coté imparfait et non lisse que l'être humain et la vie peuvent avoir.

 

Les gestuelles, les lumières, les plans et la musique seront fait de sorte à sublimer le récit.

 

 

POUR QUAND EST CE PRÉVUS ?

 

Nous prévoyons de tourner une semaine dans le courant de juin/juillet pour une diffusion au cinéma des galeries en novembre. Néanmoins nous avons déjà tourné une scène nécessitant d'être le plus proche de l'hiver.

 

 

 

 

REALISATEUR

 

Steve Vandervorst

 

 

Issu du milieu de la bande dessinée et de l'illustration qu'il a étudiées à St Luc, Steve écrit et réalise là son tout premier court métrage professionnel. Il est passionné par l'art depuis tout petit et le pratique sous différentes formes telles que le dessin, la musique, l'acting et maintenant la réalisation et la scénarisation qu'il a développé en autodidacte. Il participe à différents projets cinématographiques de différentes échelles et dans différents rôles tels que: assistant réalisateur, régisseur, concept artiste et storyboarder...

 

DIRECTEUR DE LA PHOTOGRAPHIE 

 

Aldo Piscina

 

 

Après avoir été diplômé de l’institut des arts de diffusion section images en juin 1991, Aldo débute sa carrière en tant qu’assistant caméra en Italie. Ce qui lui permet de participer à plusieurs longs métrages dont : « Beauté volée » de Bernardo Bertolucci, « Parenti Serpenti » de Mario Monicelli, « Mario, Maria, Mario » d’Ettore Scola ou encore « La neuvième porte » de Roman Polanski.

 

Après ces tournages il décide de revenir en Belgique en tant que directeur de la photographie. A partir de 1998 il commence à enchaîner les clips tel que :Tarmac « Notre Epoque », Tahiti 80 « Heartbeat » , Alizée « L‘alizé », Polo « Les Jonquilles » , Lara Fabian « Si tu m ‘aimes », Patrick Fiori « Elle est», « Prends-moi »….

 

LES COMÉDIENS

 

Aza Declercq

 

 
Aza Declercq est une actrice belge, avec plus de 22 ans d'expérience professionnelle dans le domaine. Elle a étudié le théâtre à l'Institut Lemmens de Louvain, a poursuivi ses études en danse classique et moderne à l'École des arts du spectacle / Conservatoire d'Anvers et a suivi des cours au Cours Florent à Paris.

 

Aza a joué dans de nombreuses séries télévisées, longs et courts métrages. Parmi eux, elle a joué un petit rôle en tant que «prostituée» aux côtés de Leonardo di Caprio dans «Total Eclipse», la «mère» dans «Fait d'Hivers» nommé à l'Acamdemy Award et «Janice» dans la production française «The things they left behind ", qui a remporté le Premier Prix du Festival Européen du film de Strasbourg. Actuellement, elle a joué le rôle de la mère italienne "Maria" dans le long métrage "Patser" réalisé par Adil El Arbi et Bilal Fallah.

 

 

Gauthier Danniau

 

 

Gauthier parti à Paris pour faire sa formation d'acteur au Cours Florent, qu'il a choisi de suivre exclusivement en anglais. étant le programme et la structure de cours qui correspondait le mieux à ses attentes. 

 

De retour en Belgique, il commence sa carrière avec des apparitions dans des courts métrages et des séries TV dont "Clash of futures", "Champion" et "Papa ou maman" qui sortiront prochainement. Il travaille actuellement sur un projet avec deux stars internationales.

 

 

Natasha Boyamba 

 

Natasha à débuté son parcours artistique en 2002 en cours du soir d'art dramatique. Ce n'est que plus tard entre 2006 et 2014 ou elle cumule des figurations et petits rôles pour l'émission "ça va se savoir" qu'elle rencontre une directrice de casting qui lui propose de passer le casting de "Black" de Bilalle Fallah et Adil El Harbi, auquel est décroche un second rôle.

 

David Dumont

 

 

David commence sa formation d'acteur après ses études secondaires par une année préparatoire aux examens d’entrée.  C’est en 2011 qu’il intègre l’école internationale de théâtre LASSAAD à Bruxelles. Ces deux années vont marquer un tournant majeur dans son apprentissage de comédien. Il poursuit son apprentissage, et entre à 22 ans au Conservatoire de Mons (Arts2). Il est notamment dirigé par Jasmina Douieb, Michael Delaunoy, Lorent Wanson, Pascal Crochet, Laurent Flament, Manu Mathieu... En 2015 Sylvie Landuyt l’emmène au Japon pour une collaboration avec des étudiants d’Arts2 et des étudiants de l’université de Kinki à Osaka. Il sort diplômé du Conservatoire avec grande distinction. 


 
En janvier et février 2017 il joue dans "Fractal" de Clément Thirion (Kosmocompany) au théâtre de la Balsamine (Bruxelles), au théâtre de Namur, et au théâtre le Manège de Mons/MARS (Mons Arts de la Scène). Depuis fin 2015 il s'attelle à l'élaboration de sa première pièce de théâtre: Jungle(s). En avril 2017 il bénéficie d'une résidence d'écriture au CED-WB (Centre des Écritures Dramatiques - Wallonie - Bruxelles). L’été dernier une lecture de sa pièce s’est effectuée au Théâtre des Doms pendant le Festival d’Avignion. 

 

Charles Culot 

 

 

Très jeune, Charles entre à l'Ecole d'Acteurs du Conservatoire de Liège en 2008. Lors de sa formation à l’ESACT de 2008 à 2012, il touche à plusieurs styles de jeu : jeu intérieur, méthode « acteur studio », jeu face caméra, farce, … Il travaille avec plusieurs metteurs en scène : Françoise Bloch, connue pour son spectacle « Money » ; Sylvain Creuzevault, connu pour son spectacle « Notre terreur ». Il joue notamment dans « Grève 60 » m.e.s Patrick Bebi et Alexis Garcia, projet autour duquel il fondera avec trois de ses camarades la Cie Art & tça en février 2012.

 

En fin de parcours scolaire, il crée dans le cadre des Solos/Carte blanche de l’ESACT le spectacle « Nourrir l’Humanité c’est un métier » qu’il produira plus tard avec la Cie Art & tça en coproduction avec le Théâtre National de Bruxelles. A la sortie de ses études, il se forme à la production et à la diffusion théâtrale, avec Théâtre & Publics. Aujourd’hui, Charles compte plus de 200 représentations à son actif  avec « Nourrir l’Humanité c’est un métier ». 

 


 Sarah Orenbach

 

 

Passionnée de théâtre et cinéma, Sarah suit des cours de théâtre depuis 2 ans et joue du piano classique et de la danse  depuis 7 ans et fait partie de la troupe de Joëlle Morane. Ce qu'elle aime par dessus tout : décrocher des rôles pour des concours artistiques (mimes, imitations, danse) et adore incarner des personnages. En 2016 elle à été finaliste de Belgium's got talent sur la chaîne VTM ou elle a présenté 2 numéros de mimes. En 2017, elle participe à l'émission Super Kids sur M6.

 

 

À quoi servira la collecte ?

Comme vous le savez, faire un film coûte cher et il est difficile d'être produit quand on est un nouvel arrivant. Le cinéma est un métier ou il faut avant tout faire ses preuves, ce qui est parfois paradoxales pour un jeune cinéaste qui n'a pas les moyens nécessaires pour réaliser ses projets.

 

Dans un premier temps j'avais décidé de m'auto produire à hauteur de 5000 €. Le temps passant, le scénario a évolué, les ambitions et le budget aussi. Au vu des nombreux décors, costumes, comédiens et la volonté de faire un film de la meilleur qualité possible, nous nous sommes rendu compte qu'il n'était plus possible de faire ce court métrage sans financement participatif. Et c'est pour cela que j'ai besoin de vous !

 

Pour pouvoir réaliser ce projet, nous avons besoin d'au minimum 10 000 euros  auxquels viendraient s'ajouter les 5000 euros d'investissement personnel. Avec cette somme nous pourrons défrayer au minimum les comédiens et l'équipe technique et avoir la location de matériels techniques, des costumes, du maquillage, ainsi que la création de certains décors. 

 

Nous visons, avec votre aide, des paliers supplémentaires de 15 000 et 20 000 euros afin de pouvoir être plus confortable et d'avoir moins de limites dans les costumes, maquillage et décors. Aussi nous pourrons payer l'équipe à la juste valeur de leur travail et dévouement.

 

COMMENT LE BUDGET SERA RÉPARTI ?

 

100% soit 10.000 € + 5000 € d'investissement personnel

 

Défraiement équipe: 3000 €

Matériels technique: 4450 €

Régie et catering: 2000 €

Costumes et make-up: 1000 €

Décors: 1000 €

Post production: 2250 €

Musiques original: 500 €

Commission KKBB: 800 €

 

Avec cette somme c'est le minimum avec lequel on puisse faire le film en défrayant tout le monde au minimum.

 

150% soit 15.000 € + 5000 € d'investissement personnel

 

Défraiement équipe: 3500 €

Matériels techniques: 5450 €

Régie et catering: 2000 €

Costumes et make-up: 2000 €

Décors: 1850 €

Post production: 3500 €

Musiques original: 500 €

Commission KKBB: 1200 €

 

Avec cette somme nous pourrons nous procurer du matériel technique de meilleur qualité, une post production plus aboutie, des décors plus fournis et aller plus loin dans les costumes et maquillage On peux aussi un peu mieux défrayer les personnes travaillant sur le projet.

 

200% soit 20.000 € + 5000 euro d'investissement personnel 

 

Défraiement équipe: 4500 €

Matériels techniques: 6450 €

Régie et catering: 2000 €

Costumes et make-up: 2000 €

Décors: 1850 €

Post production: 4500 €

Musiques original: 500

Commission KKBB: 1600 €

Festivals: 2000 €

 

Avec cette somme nous pourrons avoir du matériel technique de top qualité, une post production du feux de dieu et défrayer les personnes travaillant sur le projet comme il se doit. Nous pourrons aussi inscrire notre court métrage dans plusieurs festivals et enfin avoir notre étoile sur Hollywood boulevard... Enfin ça non... Pas encore...

 

Moi, Steve Vandervorst, percevrait la totalité du montant de la collecte.

Derniers commentaires

Thumb_default
Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin....
Thumb_default
Toujours à fond, félicitations Steve De la part du cousin et de sa maman Dans l'attente de ta réussite, nous sommes impatients d'admirer le plus beau.
Thumb_default
Beau projet ! Et vive le cinéma !