Cette Petite Musique Que Personne N'Entend.

CREATION D'UNE PIECE DE THEATRE: Cette Petite Musique Que Personne N'Entend. Financement de la moitié du Décor

Visuel du projet Cette Petite Musique Que Personne N'Entend.
12
Contributions
11 jours
Restants
2 420 €
Sur 10 000 €
24 %
Féminisme
Autoproduction
culturelle

Cette Petite Musique Que Personne N'Entend.

Nous avons besoin de vous pour faire naître ce projet. La première étape est la création du décor. Avec 10 000euros , nous parviendrons à en financer la moitié et si les contributions dépassent ce montant, elles permettront de financer l'autre moitié!!! Merci à tous ceux qui croit en ce projet!! SYNOPSIS C’est l’histoire d’une femme qui tombe, qui tombe. Tout au long de sa chute, soit tout au long de la pièce, elle se raccroche aux hommes qui l’entourent : Père, grand-père, premier-amour, mari, amant, psy, médecin... L’auteure aborde de façon subtile, via la vie de son personnage, les maux de notre société encore emprunte de misogynie. La pièce est profondément féministe. En aucun cas l’homme n’y est diabolisé, cependant le texte fait echo à ce féminisme multiple et à cette injonction à choisir son camp de façon binaire. L’auteure nous invite à réfélchir sur les clichés dans lesquels la société nous enferme - hommes comme femmes, tour à tour bourreaux ou victimes. Il est d’abord question d’éducation. Elle nous parle de femmes battues, de pervers narcissiques, de masculinité, ainsi que d’amour, de sexe et du rapport de force homme / femme. L’auteure et interprète de l’oeuvre, dénonce ses propres travers et s’en amuse... parfois. Passionnée, amoureuse, brutale et à fleur de peau, elle nous raconte sa vie, celle d’une femme d’aujourd’hui, au départ formatée mais qui choisit de ne pas choisir. Sur scène, elle parle aux hommes de sa vie, ceux qu’elle a connu, ceux qu’elle a croisé, ceux qu’elle ne connaîtra jamais et ceux qu’elle aimera. Elle explose les cadres devant nous, au sens figuré comme au sens propre, grâce à une scénographie évolutive. D’une manière générale, la pièce nous exhorte à ne pas reproduire les schémas éducatifs subis, à libérer les personnalités. EQUIPE ARTISTIQUE: Clarisse Fontaine a écrit et interprête ce seule en scène. JoeyStarr est le metteur en scène et réalisera, à travers ce projet, sa première mise en scène. Camille Duchemin est la scénographe. CutKiller est le compositeur. Et la vidéo sera réalisée par Tony Asken et Clarisse Fontaine. NOTE D'INTENTION DU METTEUR EN SCENE: « Contrairement à ce qu’on pourrait penser, je me sens profondément féministe. J’ai aussi à coeur de ne pas reproduire les clichés. J’ai moi-même été condamné pour violences, je l’assume mais pour autant je me sentirai toujours coupable. Il faut changer les mentalités, les réflexes et être responsables devant nos enfants. Libre de faire les bons choix. C’est ma première expérience en tant que metteur en scène. J’ai tout de suite adhéré au sujet de Clarisse et aussi été très emballé par ce rôle qu’elle souhaitait me confier. Touché aussi par sa mise à nue et son texte brut qui n’est en rien moralisateur. J’ai pensé cette pièce comme un écrin précieux, qu’on ouvre et ferme par l’intermédiaire de sons et de vidéos. En immersion avec le public, la comédienne s’y livre avec force et fragilité.» Les personnages et les lieux vont être identifiables par des sons et des ambiances qui reviendront. La narratrice qui nous raconte cette histoire, vient au contact du public. Elle lui parle, cherche son approbation parfois, voir même tente de le séduire. Cette même narratrice interprète également les scénettes vécues par la Femme. La comédienne jouera tous les personnages de la pièce. Dans le chemin de la résilience, ce parti pris tombe sous le sens : jouer la victime et le bourreau...» EN TRAVAIL:

À quoi servira la collecte

LA COLLECTE SERVIRA A FINANCER LE DECOR. 10 000 euros correspond à la moitié du décor financé. 20 000 euros, tout le décor!!! La scénographe est Camille Duchemin. https://camilleduchemin.com/ NOTE D'INTENTION DE LA SCENOGRAPHE: L’enjeu du dispositif scénographique est de raconter une libération. C’est la transformation d’une femme, objet des autres dans un premier temps, ce qui la mène à sa perte. Elle devient sujet et prend sa vie en main en voulant devenir l’auteur de sa propre vie. La scénographie et la lumière soulignent cette trajectoire de l’ombre à la lumière, de l’enfermement à la libération tout en faisant entendre un texte et une histoire qui nous permet de comprendre quels ressorts et quels leviers jalonnent ce parcours. Le dispositif scénographie/lumière se décompose en 3 étapes: - L’histoire commence par une mosaïque de souvenirs. C’est donc un mur de souvenirs qui accueille la narratrice. Un mur vertical permet de faire défiler quelques images et comprendre d’où vient cette femme et quelles histoires ont construit son premier parcours. - La 2ème partie commence avec une rencontre, l’espace se referme et petit à petit cet homme déploie une toile d’araignée autour de la femme: elle se retrouve donc enfermée dans un espace qu’elle a laissé se construire autour d’elle. - La 3ème partie commence avec un rdv avec un psy et se termine sur un espace détruit mais ouvert et qui rend cette femme libre et sujet de sa propre vie. PROJECTION DU DECOR: Nous espérons que ce spectacle pourra se monter très prochainement. Merci aux contributeurs !!

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux