Soutenez notre pièce de théâtre « Confessions » qui se jouera au centre culturel des riches-claires du 14 au 30 septembre 2017.

Large_confessions-julio_28.04-1493990205-1493990211.jpg_web-1493990205-1493990211

Présentation détaillée du projet

      Vous êtes-vous déjà posés la question, est-ce que cette personne en vaut vraiment la peine ?

                    Antonk.-1493980597

 

 

X, le personnage principal, mène la belle vie. En tous cas, c’est ce qu’il pense, mais il n'en est pas tout à fait sûr… mais peut-être bien que oui, enfin c’est relatif : s’il se compare à un sans abri passant toutes ses nuits dehors, en été comme en hiver, c’est sûr qu’il mène la belle vie. Il a un toit, un canapé, une machine à café pour se concocter de délicieux cafés 100% arabica.

X n’a pas d’amis, de famille ou de femme. Ça lui convient, cela ne l’empêche pas d’être vivant. Il est en sécurité, à l’abri des assauts du monde et de ceux qui y habitent. Il s’assure que rien ne vienne perturber ses habitudes.

Seulement un jour…

 

-         C’est qui cette fille ?

-         Elle me regarde.

-         Elle est belle…

-         Elle est dangereuse…

-         C’est qui cette fille ?!

-         Je la veux

-         Je m’en méfie déjà.

-         Je n’ose rien lui dire.

-         Excusez-moi… Vous pourriez m’aider ?

 

 

Merlin_caf_-1494410616

 

Imaginez... vous êtes au supermarché, et là, vous croisez le regard d’un(e) inconnu(e) qui vous fixe, et vous sentez monter en vous une irrésistible envie d’entrer en communication avec cette créature, un mélange de concupiscence et de curiosité. Or vous n’avez jamais fait ce genre de chose, aborder un(e)

inconnu(e) faisant ses courses... Vous êtes terrifiés, Vous ne savez pas si cette personne va vous rejeter ou non... Vous hésitez à rencontrer cette personne.

 

Deux personnages incarnent les pensées de X et s'adressent directement à nous. On entend ses petites voix intérieures. On en entend deux plus précisément. Celle qui nous dit :  « N’y va pas, ne prends pas de risques, reste en sécurité, obéit à tes craintes ; ce sont elles qui te maintiennent en vie ». Et l’autre qui, dans le même temps, nous dit : « Vas-y, fonce. Prends des risques, sors de ton petit confort, obéis à tes désirs ; tu n’as qu’une vie!».

 

Ce sont là, les paradoxes qui nous habitent tous. Ce qui est sain. Ils sont le moteur de nos doutes, de notre scepticisme, de notre remise en question. Le débat intérieur nous permet de peser le pour et le contre pour chaque grande décision que nous avons à faire dans notre vie, et d’agir avec discernement. Mais quand ce doute se transforme en  une hésitation persistante, il est très difficile de prendre une décision. Dès lors, ces paradoxes qui nous animent peuvent se transformer en torture pour l’esprit. On ressent comme une perte de repères, de valeurs et surtout de certitudes. Le monde alors s’écroule autour de nous. On cesse d’agir pour subir. La question est alors : peut-on perdre notre instinct ? Le premier instinct, c’est le désir irrépressible de procréer. Nos craintes et notre raison peuvent-elles réduire cet instinct à néant ?    

 

"Confessions", c'est la tragédie comique d'un homme qui veut être seul.

 

 

                                        "Les pensées sont les ombres de nos sentiments"

                                         

                                          Nietzsche, Le gai savoir, 1887 

 

_chauffements-1494411000

 

 

La genèse:

 

La création commence avec la version alpha de « Confessions » (essai sur le traumatisme) de Jonathan Simon et une programmation au centre culturel des riches-claires, du 14 au 30 septembre 2017. De ce point de départ, une équipe de sept personnes motivées et enthousiastes naît, constituée de Merlin Vervaet, Colin Javaux, Alexandre Croissiaux, Amandine Vandenheede, David Nobrega, Jonathan Simon et Caroline Tellier . Une première séance de travail d’une semaine est organisée en juillet 2016, à la suite de laquelle, la décision est prise de réécrire le texte. Nous (Jonathan Simon et David Nobrega) décidons de nous éloigner du thème du traumatisme pour nous recentrer vers celui de l’individu seul face aux autres, au travers de nos relations: nos relations amoureuses et la relation que nous entretenons avec nous-même. Le nouveau texte constitue alors le tremplin d’une seconde séance de travail en janvier 2017. Dès lors, nous avons donné un cap déterminé pour la création définitive qui aura lieu du 7 août au 13 septembre 2017. 

 

N'hésitez pas à nous suivre sur la page facebook du projet.

À quoi servira la collecte ?

Afin de préparer au mieux cette création (du 7 août au 13 septembre 2017), nous avons besoin de votre aide pour y parvenir.

 

Nous faisons appel à une scénographe (Caroline Tellier) pour notre décor. Celui-ci sera constitué de quatre cadres en bois de 2m de haut sur 2,5m de large, le tout monté sur roulettes. Les cadres sont divisés, en trois parties égales, au travers desquels sont tendues des bâches en plastique, qui selon l’éclairage peuvent devenir opaques ou translucides. Les roulettes servent à rendre les panneaux mobiles afin de pouvoir remodeler l’espace à notre guise, de créer différents lieux. L’espace veut nous faire voyager entre monde réel et monde de l’esprit. Les bâches en plastiques ont pour but de dessiner les corps en silhouettes floues ou nettes et de figurer une frontière tangible aux yeux des spectateurs, séparant réalité et esprit, pensées, rêves…

 

Sc_no_1-1493988810 Caro_2-1493989007Sn_no_2-1493988919

 

La pièce parlant de nos contradictions internes et de nos pensées intimes les plus inavouables. Nous avons fait appel pour l’illustration de notre affiche, à Milan Jespers qui inscrit son art dans un univers fantasmagorique peuplé de personnages à l’expressivité mystérieuse et fantastique.( voir affiche) 

 

Nous désirons également défrayer notre équipe dans la mesure où ne pouvons pas les rémunérer, acheter des costumes et faire appel à un créateur lumière en la personne de Léopold De Neve.

 

La collecte nous servira donc:

 

-200€ pour l'illustration (visuels et affiche).

 

-300€ pour les costumes.

 

-900€ pour le décor (achat des matériaux et main d'oeuvre).

 

-300€ pour la création lumière.

 

-500€ pour le défraiement de l'équipe(café, nourriture, essence, stib).

 

-100€ pour la diffusion et la communication.

 

-200€ taxe KKBB.

Thumb_img_0705-1494008865
confessions

David Nobrega et Jonathan Simon se sont rencontrés en première année en art dramatique à l'IAD. Leurs chemins se séparent à la suite de cette année, mais leur envie de travailler ensemble demeure toujours présente. C'est 5 ans plus tard, après un master à l'IAD, un Master au conservatoire de Mons, diverses expériences professionnelles qu'ils se... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Kiss kiss Monsieur Simon !
Thumb_default
Je suis super heureuse de soutenir votre projet et très impatiente de le découvrir bientôt :-)
Thumb_default
Courage les gars, je vous souhaite que tout se passe bien!