Aidez à la pérennisation de l'atelier gravure

Large_kisskissent_te_v2-1516573585

Présentation détaillée du projet

 


 

Par Philippe HUIN

 

Présentation du projet :

 

L’atelier gravure (eau-forte, xylogravure, linogravure…) est déjà fonctionnel. J’y produis mes estampes et y accueille, à l’occasion, d’autres artistes ou artisans d’art ayant besoin des outils disponibles ou de mon expérience.

 

Je cherche à constituer un fond de roulement permettant de travailler sans être freiné par des obstacles matériels.

 

Au commencement…

 

J’ai découvert la gravure au cours de mes études à l’Institut d’Arts Visuels d’Orléans (il y a bien longtemps déjà !).

Je me suis adonné à cette pratique pendant quelques années durant lesquelles j’ai eu la chance de rencontrer un éditeur de bibliophilie contemporaine, Eric Lefèbvre, qui a pris le risque de présenter mon travail et m’a permis de publier mon premier livre de bibliophilie contemporaine, puis j’ai créé une maison d’édition associative (« l’Improbable »). J’ai ainsi édité trois livres dont un est visible à l’artothèque de la Réunion (ou, plus simplement, en tapant : Philippe Huin artiste).

 

 

Par la suite, j’ai vécu à la Réunion puis à Saint-Pons-de-Thomières, dans l’Hérault, et je n’ai pas pu continuer à graver, faute de presse taille-douce ou d’atelier pouvant m’accueillir (j’ai bien sûr continué à dessiner, à peindre…).

 

Les aléas de la vie m’ont amené dans les Cévennes il y a quelques années et j’ai tout de suite été frappé par le dynamisme culturel de cette région et surtout par le nombre de confrères et consœurs qui y sévissent, avec talent.

Des liens se sont créés, j’ai pu recommencer à graver puis acquérir une presse et, enfin, trouver le lieu propice où mettre en place l’atelier.

Il est situé à Pont d’Hérault (Gard), au sein d’un bâtiment utilisé de manière collective. Il abrite des plasticiens, des musiciens et autres créatifs. Y sont donnés des spectacles, des concerts, des conférences-débats…

Les espaces de travail sont lumineux et relativement grands. Les événements qui ont lieu sur place favorisent les rencontres et les échanges.

 

 

 

 

 

 

Bilan provisoire et projet

 

Bien qu’en sous régime, l’atelier fonctionne de manière régulière. J’y commets mes gravures et accueille des personnes désireuses d’explorer les possibilités de ce médium, en général des novices.

 

Les contraintes budgétaires ralentissent l’activité du lieu et entravent ma disponibilité.

Je participe au loyer (ma part, très raisonnable, s’élève à 35 euros par mois), nous avons besoin de « fongible » : encre taille-douce, vernis à gravure, papier, produits nécessaires, outils (gouges, rouleaux…).

Je suis amené, plus souvent qu’il ne faudrait, à délaisser mon antre, parfois parce que je consacre l’essentiel de mon temps à une activité rémunératrice, parfois, tout bêtement, faute de matériel.

Je manque de budget pour pouvoir me consacrer pleinement à mon activité, produire de façon plus assidue, envisager et organiser des expos.

Le but étant que la vente des réalisations issues de l’atelier amortisse le coût de leur production, il est nécessaire que celle-ci soit abondante et prolifique et qu’elle trouve acquéreurs. Il s’agit de constituer un fond de roulement dans le but de pérenniser l’existence et la fécondité de l’atelier. Cela créerait une dynamique, amorcerait un cercle vertueux.

 

Plus d’info sur : www.philippehuinaquafortiste.fr

 

 

 

 

 

 

Objectifs

 

 

Je compte, bien sûr, réaliser de nouvelles gravures et continuer à accueillir d’autres graveurs et des néophytes, à mettre à disposition un espace de travail, des outils et mon expérience (j’apprécie les visites participatives).

 

Il me tient à cœur de reprendre l’édition de livres de bibliophilie contemporaine (petits tirages d’originaux multiples, signés et numérotés), de participer à la réalisation de livres d’artiste, de livres-objets…

 

Ensuite, il faudra montrer au public le résultat du travail effectué à l’atelier donc démarcher les galeries et/ou organiser des expos temporaires individuelles ou collectives.

Les estampes sont le plus souvent de formats assez modestes et se prêtent facilement à un accrochage dans des lieux tels que les librairies, les cafés et restaurants, les salles d’attentes de médecins et c…

 

 

A plus long terme, j’envisage de participer à des événements tels que:

la Biennale de la gravure de la Galerie du Bout du Monde, à Saint-Hippolyte-du-Fort (Gard),

Artpage, Biennale de l’estampe et du livre d’artiste, à Octon (Hérault),

Voix Vives de Méditerranée en Méditerranée, à Sète (Hérault)

et c…

Il y a d’autre festivals moins spécialisés « gravure » qui peuvent être tout aussi intéressants. Il est aussi possible d’organiser des journées portes ouvertes des ateliers des artistes et artisans d’art des alentours.

Les idées ne manquent pas. Il faut dans un premier temps produire suffisamment d’œuvres à présenter.

 

 

Vous joindre à mon projet…

 

…me permettra, bien sûr, de me consacrer à mon travail de graveur avec plus d’assiduité, offrira la possibilité à d’autres créatifs d’utiliser l’atelier et son équipement et plus largement, contribuera à la diversité de la création actuelle.

c'est aussi l'occasion d'établir un contact et pourquoi pas d'élaborer et finaliser un projet ensemble!

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira à payer le loyer de l'atelier pendant un an, à acheter suffisamment de fournitures et de matériel pour travailler sereinement pendant quelques mois de manière à produire un nombre conséquent de réalisations. La vente de ces dernières garantira, à terme, l'autonomie budgétaire de l'atelier.

détail:

1 an de loyer:                                                          420 euros

30 feuilles de papier BFK Rives 80X100 cm:          300 euros

3 pots d'encre taille-douce:                                        45 euros

3 vernis à gravure:                                                     25 euros

1 gouge à bois:                                                          25 euros

essence de térébenthine, eau oxygénée et c...;        25 euros

10 plaques de cuivre 10X15 cm:                               50 euros

crayons, ruban adhésif, papier machine:                  10 euros

total:                                                                        900 euros

 

Si la collecte dépasse le montant demandé, je pourrais acheter une plaque d'acier, des barres de métal et des roulements à billes pour fabriquer une presse à épreuves (j'ai déjà le rouleau, pièce essentielle de ce type de presse). Il me faut aussi des petites charnières et des petits cadenas pour un projet de livre-objet.

Si vraiment votre générosité dépasse l'entendement, je me procurerais une presse typographique et des caractères mobiles.

 

Le loyer sera réglé par mensualités. 

Début Mars j'achèterai tout le papier Ça ne périt pas et c'est rassurant de savoir qu'on ne risque pas de tomber en panne en cours de réalisation.

J'achèterai la gouge dès que possible. Pour l'instant, je travaille le bois avec des gouges pour lino et ce n'est vraiment pas adapté.

L'achat des plaques de cuivres se fera en fonction des projets. Quant au vernis, à l'encre et  aux produits, il faut se les fournir au fur et à mesure pour des raison de conservation.

 

Les fonds récoltés seront versés sur mon compte.

Thumb_ma_gueule_4-1516574988
Feel!

Philippe HUIN Né à Rennes en 1971 J’ai étudié à l’Institut d’Arts Visuels d’Orléans pendant 5 ans jusqu’à l’obtention du Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, en 1997. J’ai fait quelques expos, dont une aux Etats Unis à l’Antony Nordoff Gallery, Greatbarrington, Massachusetts, en 1999. Dernière expo en date : « accrochage d’été »,... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Un petit coup de pouce pour votre projet, avec tous mes encouragements :) (Cagnotte découverte grâce à Léa qui m'a bien vendu le projet, alors c'est avec plaisir que je contribue !!)
Thumb_default
Artisanat, circuit court des valeurs qui nous parlent. Bonne réussite.
Thumb_default
Pour ton anniversaire (avec un peu d'avance) ;-) Bise frangin!