Vous êtes invités à assurer la pérennité et le succès des Itinéraires Photographiques en Limousin qui ont eu 20 ans en 2016 .

Large_visuels_ipl_2017-v1-1495126287

Présentation détaillée du projet

Présentation détaillée du projet

 

Les Itinéraires Photographiques en Limousin (IPL) proposent chaque année un programme d'expositions d'auteurs, de plasticiens, de professionnels et de photographes expérimentés.

Ils ont été créés en 1996 par une poignée de passionnés, sous l'égide de l'association Photo-Look.

Dans le domaine de la photographie c'est la seule manifestation qui se déroule, successivement ou simultanément, sur les trois départements du Limousin.

 

Au lieu d'imposer un thème chaque année les organisateurs préfèrent sélectionner des expositions représentatives de la richesse dans la créativité en matière de photographie. Le public est donc invité à découvrir des œuvres issues des arts plastiques, du numérique mais aussi des photographies qui font appel à l'argentique et à des procédés anciens.

 

Les expositions s'adressent à un large public qui peut être constitué aussi bien d'amateurs d'art, de passionnés de photographies, d'étudiants, de touristes ou de simples curieux. Au fil des années les I.P.L. ont réussi à fidéliser un public de plusieurs milliers de visiteurs.

 

Les Itinéraires Photographiques en Limousin sont désormais connus dans le milieu de la photographie et répertoriés parmi les principaux festivals de photographie en France et en Europe.

Ils sont annoncés à travers de nombreux supports : presse écrite, radios et télévisions locales, affiches, flyers, Internet, blogs, Facebook.

 

Depuis leur création les I.P.L. bénéficient du soutien des collectivités locales : mairies, conseils départementaux, conseil régional.

 

En 2017, ce sera la 22ème édition de la manifestation, 9 expositions seront proposées à travers le Limousin, dont 5 à Limoges et 4 sur d'autres communes.

 

Exposants_ipl_2017-visuel-1495308994

 

Cette collecte est destinée à financer l'organisation de ces 9 expositions dont le programme débute en Creuse en juin, se poursuit en Corrèze jusqu'à la mi-juillet et continue en Haute-Vienne jusqu'au début du mois de septembre..

 

Les bios des 9 photographes ainsi que leurs expositions sont présentées ci-après.

 

 

 

 

C'est la bibliothèque intercommunale René Chatreix de LA SOUTERRAINE, située au cœur de la ville à proximité des autres lieux culturels, qui accueille la première exposition du programme de l'édition 2017 du 3 juin au 1er juillet.

Il s'agit de l'exposition de Michel COSTE.

 

 

Bibliotheque_municipale_-_la_souterraine__creuse_-1495139083

© La Souterraine, bibliothèque René Chatreix

 

 

Michel COSTE - Flying stones

 

Né en 1944.

Vit et travaille à Clermont-Ferrand.

Plasticien multimédia.

A présenté de nombreuses expositions depuis 1972 dans de nombreux lieux dont le Palais de Tokyo à Paris, le musée d'art d'Aurillac, la Friche de la Belle de Mai à Marseille, les festivals vidéo de Manosque, Nantes, Rennes, Lille, Casablanca, le festival de contre-plongées de Clermont-Ferrand.

 

 

Coste-kkbb-1495529701

© Michel COSTE

 

Le travail que je fais est souvent en relation avec les éléments naturels et la recherche d’un nouveau sentiment du naturel, il est très influencé par les textes de Gaston Bachelard et j’essaie d’utiliser pour cela les outils numériques comme des moyens pour parvenir à une sorte de distanciation par rapport au réel proche d’une démarche théâtrale, en fait je mets en scène et chorégraphie la nature avec des conventions nouvelles à chaque fois.

Pour moi l'art photographique ne consiste pas seulement à interpréter le réel tel qu'il est mais à composer avec lui de manière à créer une interrogation sur sa profonde identité, pour cela l'arrivée de l'outil numérique est une avancée importante s'il est utilisé à bon escient et avec un vrai projet plastique.

La série exposée appelée « flying stones » est l'illustration de cette démarche qui consiste à créer une image à partir de plusieurs photographies (de 4 à 5 au maximum).

Les rochers représentés sont en taille réelle pour renforcer l'idée poétique de leur

mouvement ascendant ou descendant suivant l'interprétation de chacun.

Ce travail a déjà été exposé 5 fois depuis sa création en 2015 mais jamais dans sa

totalité.

"L'art est de la nature greffée"

"...une image stable et achevée coupe les ailes à l'imagination."

Gaston Bachelard

 

« Tout homme porte en lui, inconsciemment, la mémoire d'anciennes civilisations. De même le rocher est-il un fragment de la mémoire du monde...Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l'apathie en mouvement »

Carl Gustav Jung

 

 

 

Du 24 juin au 15 juillet la médiathèque Simone de Beauvoir à UZERCHE reçoit les œuvres de Bruno BOURLÉ.

Ce bâtiment se trouve dans le centre de cette ville pittoresque, qualifiée de perle du Limousin.

 

 

Uzerche_241105_012ter-1495187264

© Uzerche, médiathèque Simone de Beauvoir

 

 

 

Bruno BOURLÉ - Dans les rêves de Léa

 

Vit et travaille dans la Marne.

Créateur d'une micro-entreprise dans la photographie.

A souvent exposé depuis 2010, essentiellement en Champagne-Ardenne.

 

 

Bourle-kkbb-1495525298

© Bruno BOURLÉ

 

Léa a 18 ans. Éveillée ou endormie, elle est traversée bien souvent par des rêves, des songes. Son imaginaire, alimenté de vécu, de sentiments, de désirs, de craintes, est étonnant.

Les visions oniriques se télescopent dans des mondes réels ou irréels. Des fragments d’elle-même, incrustés dans des environnements originaux et des textures surprenantes se superposent dans son inconscient. Parfois, sa douceur naturelle papillonne dans un environnement tendre et léger, mais la dureté du monde semble ponctuellement la rattraper et troubler son charme et sa sensualité. Il arrive aussi que Léa se transforme dans ses rêves avec l’envie de devenir une autre, si différente de l’extérieure, si identique à l’intérieur. Ne serait-ce pas pour dépasser ses limites ? Le rêve le permet ...

Pénétrons son monde dans ces tableaux photographiques. D’abord posez votre regard, ressentez, interprétez ces rêves à votre manière. Ensuite, changez de dimension, la troisième, celle de Léa, que vous percevrez avec vos lunettes anaglyphes. Un rêve est si personnel, si complexe, si surprenant qu’il faut simplement vous laisser guider par votre perception et votre imagination.

 

 

 

 

A Limoges, du 15 au 30 juillet, le pavillon du Verdurier présente 5 expositions.

Idéalement situé dans le centre-ville, à proximité des rues piétonnes, ce bâtiment de style Art déco est parfaitement équipé pour recevoir simultanément plusieurs expositions dans les meilleures conditions.

 

 

Limoges-verdurier_et__glise_1045-1495187310

© Limoges, pavillon du Verdurier

 

 

 

 

Alain BELMONT - Face cachée - Dark side

 

Né en 1950.

Vit à Clermont-Ferrand (63).

Pratique la photographie, le design et la réalisation de petit mobilier contemporain.

A présenté des expositions depuis 1998 à Clermont-Ferrand, Valence et Saint-Étienne.

A participé aux Rencontres Internationales de la Photographie d'Arles en 2015.

 

 

Belmont-kkbb-1495529869

© Alain BELMONT

 

Il s'agit pour moi d'aborder le portrait en masquant les visages des modèles avec un sac papier siglé du logo de marques nationales ou internationales, connues dans le domaine des biens de consommation, du prêt à porter, de la restauration etc...

Les visages masqués forment un Logorama planétaire et aléatoire qui annihile les caractéristiques propres de chacun des êtres photographiés .

« que se passe-t-il lorsque le visage disparaît ? »

« le visage est-il le seul à donner l'image de la personne ? »

« quel fil conducteur peut réunir ces personnages ? »

Les séances de prises de vues ont toutes été réalisées sur le lieu de vie des personnes.

Chaque modèle porte ou est en contact avec un objet qu'il a choisi ou que j'ai choisi pour lui dans son environnement.

L' objet renforce-t-il l'image de la personne, ou bien jette-t-il le trouble dans notre esprit ?.

« comment se singulariser dans ce Logorama quotidien ? »

« nos objets sont-ils à notre image ? »

Les questions conduisant à la réflexion sont posées au spectateur, en ouvrant une porte sur les infinies possibilités de l'imaginaire, pour qui accepte de lâcher prise.

 

 

 

Isabelle BRAUD - Les copeaux de la vie

 

Artiste plasticienne.

Études à Bayonne et à Limoges.

Vit et travaille à Limoges.

A exposé en France et à l'étranger depuis 2010, à Limoges, La Souterraine, Solignac, Pondichéry (Inde), Miami (Floride), Niort, Éguzon, Guéret, Rabat (Maroc), Saint-Junien, Tulle, Fürth (Allemagne).

Acquisitions publiques et privées :

1% artistique, FRAC/Artothèque du Limousin, GéoCulture Limousin.

 

 

Braud-kkbb-1495530095  © Isabelle BRAUD

 

 

En abordant la technique de la photographie, Isabelle Braud construit une nouvelle relation entre la peinture et la photographie.

Les photographies se présentent dans le prolongement de son projet pictural et questionnent les notions du regard et de points de vue: que voir et comment regarder.

Elles abordent également la relation avec l'histoire de l'art qui induit un rapport à la mémoire et au temps.

Ces photographies sont induites par un travail de "collages", d'une succession de techniques mises au point par l'artiste. La notion de collage est une manière d'être proche de la peinture et d'être activement en phase avec notre époque.

Soucieuse d'une observation constante du quotidien, Isabelle Braud collecte et crée photos, dessins, écritures, objets, papiers pour faire le choix propice à l'exécution de l’œuvre le moment venu.

C'est le potentiel des éléments choisis induisant jeux de textures, de formes et de couleurs, de lumières et d'ombres qui orientent un choix de composition propre à conduire une dynamique plastique.

La relation entre les différents éléments, la modification et le brouillage des échelles, la frontalité de l'image ainsi constituée ouvre aux interprétations multiples.

Variation des motifs, exaspération des formes, flamboyance des couleurs provoquent dans les photographies une tension et une harmonie contrastée en mettant en jeu l'équilibre de chaos à ordre, de risque à élégance.

Ces œuvres s'interprètent sur le mode poétique, d'interaction entre l'individu et son environnement.

Initié il y a une dizaine d'années, l'ensemble des photos questionne le quotidien, sa permanence et sa fragilité. Ces montages aboutissent à une forme qui en sublime le sens commun.

Le choix de ces points de vue, dans sa continuité et sa succession explore l'idée de tension, d'immédiateté, d'énergie et d'éclatement dont le thème est "le temps suspendu".

 

 

 

 

Jean CAZELLES - Méprises argentiques

 

Né en 1948.

Vit dans le Rouergue.

Fondateur des Photofolies de Rodez.

A présenté des expositions depuis 1977 à Toulouse, Montauban, Rodez, Avignon, Pau, Castres, Conques, Decazeville, Tours, Aurillac, Millau, Lyon.

Acquisitions :

BNF-Paris, Musée Soulages-Rodez, Galerie du Château d'Eau à Toulouse, Kodak-Pathé, Agfa-Gevaert.

 

 

Cazelles-kkbb-1495529736

© Jean CAZELLES

 

Avec « Méprises & Faux-semblants », Jean Cazelles nous invite à pénétrer dans sa caverne d’alchimiste pour y contempler d’étranges révélations toutes aussi surprenantes les unes que les autres. Son univers particulier qui, dès sa naissance, l’a plongé dans le monde du noir, noir des schistes, noir des fumées, noir de la houille et des crassiers, se démarque quelque peu des normes habituelles. Sa photographie n’est pas un miroir du monde mais une image inventée quoique bien réelle. Elle est l’illustration même de la différence existant entre « voir » et « regarder », distinguo subtil que d’aucuns s’obstinent à ignorer. S’appesantir sur la forme, l’objet, la matière avec toute l’acuité d’un regard est l’un des secrets de ceux pour qui l’imagination commande à la vision. C’était là l’un des credo du Groupe Libre Expression fondé avec Jean Dieuzaide et quelques amis dans les années 1960. Groupe qui a quelque peu bousculé le monde convenu de la photographie de l’époque. Nul doute qu’alors, Jean Cazelles aurait été l’un des premiers à rejoindre ce mouvement avant-gardiste. Son monde profond était le nôtre comme sa passion pour le mystère des choses et sa volonté d’explorer l’autre côté du miroir.

 

« La photographie est un mirage et les appareils sont des machines à métamorphoses » a écrit Minor White. Affirmation que Jean Cazelles n’a cessé de partager depuis ses premières images alors plus documentaires : usines abandonnées, terrains vagues, sous-bois ou paysages marqués par l’homme. Avec déjà une perception aiguë des lieux et des objets et une obsession pour le contraste et le clair obscur. Démarche qu’il n’a cessé d’approfondir pour aller plus loin encore à la découverte de mondes inconnus tout en méprisant les modes et intérêts marchands.

« Il faut, disait Rimbaud, être voyant, se faire voyant, voleur de feu ». Le feu c’est la lumière,mais c’est aussi la cendre, le noir. C’est là tout le processus que Jean Cazelles ne cesse de poursuivre en arpentant ces terres sombres dont il excelle à déchiffrer les informations lumineuses. Chercher ce que l’œil n’a pas l’habitude de voir. Dégager et surprendre les valeurs, les rapports excessifs du contenu substantiel du visible : matière et lumière d’une part, couleur et forme d’autre part.

 

 

 

Emilie MASSON - Mon confident Bourriquet

 

Vit et travaille en Moselle.

Photographe autodidacte.

Formation sur le site PortraitouPaysage.com.

A reçu de nombreux prix et distinctions depuis 2014.

Lauréate des Rencontres photographiques d'Arlon (Belgique) en 2016.

Lauréate du festival L’Émoi photographique d'Angoulême en 2017.

 

 

Masson-kkbb-1495530121

© Emilie MASSON

 

Il y a quatre ans maintenant, l’arrivée d’un enfant dans une vie, la prise de conscience de cet état d’amour inconditionnel … l’arrivée de ma fille Anna.

Maman photographe passionnée de l’univers de l’enfance et de la photographie d’enfants, j’ai souhaité faire vivre en images la complicité qui existe entre une enfant et son doudou. Cela pour faire prendre vie à cette peluche, immortaliser l’émotion du moment capté et vous faire vivre les images du quotidien que ces deux-là offrent à mes yeux jours après jours.

Nous avons tous été un jour cet enfant avec une peluche, un doudou ou tout autre objet qui nous rassure et nous donne confiance, avec l’innocence, la naïveté qui est propre au statut d’un enfant.

Avec l’autonomie qu’Anna a prise en grandissant, elle a d’elle-même emmené cette peluche partout, elle lui fait vivre ses émotions, ses frustrations, ses rêves, ses vacances et ses contes de fées, je n’ai toujours été que l’outil qui toujours discrètement fige les images pour les proposer aux yeux du monde….

 

Petite j’ai été bercée par l’histoire d’Émilie Jolie (de par mon prénom), ses conversations avec le hérisson, l’autruche et même le caillou... Comment ne pas proposer à ma propre fille un monde à rêver, son monde imaginaire, ne pas lui offrir comme livre de chevet le Petit Prince de Saint-Exupéry et lui raconter que lui rêve de mouton, de renard apprivoisé et que « L’essentiel est invisible pour les yeux », comme il est dit dans le livre.

Que les yeux du cœur sont suffisants pour être heureux dans la vie.

 

Je souhaite simplement et humblement que ces quelques clichés puissent nous transporter des années en arrière pour nous replonger dans ce que nous étions enfants, avec tous nos rêves, nos espoirs et nos amitiés imaginaires, le but de ces quelques images aura été alors rempli.

Parce que dans la vie ... il y a aussi la tendresse, la douceur, la complicité, et les yeux d'un enfant.

 

 

 

 

SIMPLIMAGE - True colors

 

Vit et travaille à Toulouse.

S'inscrit dans une démarche humaine et sensible.

A exposé à Beaumont-du-Périgord, à Strasbourg, au Festival Européen de la photo de Nu à Arles, aux Voies off à Arles, au Salon international de PhotoSina de Pékin (Chine).

A obtenu le 1er prix du concours Photorevista de Buenos Aires (Argentine).

 

 

Simplimage-kkbb-1495529761

© SIMPLIMAGE

 

Et s'il ne reste que vous ?

 

Sans bijoux, vêtements, maquillage, accessoires...

Sans ce que la mode vous demande d'être.

 

Oseriez-vous juste être vous ?

Sans les questions de votre apparence, votre couleur, votre look, vos courbes, vos rides...

Retrouver les émotions qui vous rassemblent au-delà de vos différences...

 

Retrouvons nos vraies couleurs.

 

 

 

La commune de MORTEMART,  classée parmi les plus beaux villages de France, recevra la série de photographies de SLG du 30 juillet au 15 août.

 

Mortemart-1495187371

© Mortemart

 

 

 

SLG - Larmes de lune

 

Vit et travaille à Parthenay.

Artiste auteur.

Ses domaines : photographie, création visuelle live, performances audio-vidéo.

Expositions individuelles et performances en France et à l'étranger : Niort, Parthenay, La Rochelle, Poitiers, Bordeaux, Rennes, Paris, Cannes, Rochefort, Québec, Brésil, Italie.

 

 

Slg-kkbb-1495530137

© SLG

 

C'est après le soleil couchant que l'on peut voir naître dans le paysage les Larmes de lune et leurs créatures luminescentes.

 

Les sources lumineuses captées lors des prises de vue nocturnes sont autant de traces de lumières imprimées dans l'obscurité grâce à l'outil photographique dont le sens originel n'est autre qu'écriture (graphie) de lumière (photo).

Les matières naissent sous les rayons lumineux d'une pleine lune, d'éclairages telles des lucioles dansantes.

 

Et ce sont autant de mondes nouveaux encore inexplorés qui se révèlent sous nos yeux.

 

 

 

C'est la ville de SAINT-JUNIEN, située à quinze minutes de Limoges, qui clôturera le programme de l'édition 2017, du 1er août au 3 septembre.

Très bien conçu, le lieu qui accueillera l'exposition de Charlie ABAD, la maison des Consuls, est une construction de style Renaissance.

 

 

St-junien-maison-des-consuls_0553-1495187491

© Saint Junien, maison des Consuls

 

 

Charlie ABAD - Clins d’œil

 

Né en 1948.

Vit à Limoges.

Photographe professionnel indépendant.

Réalisation de reportages pour la presse en France et à l'étranger, illustration, publicité, édition.

Nombreuses expositions : à Paris, Rueil-Malmaison (avec Sabine Weiss), Limoges, aux Rencontres Internationales de la Photographie d'Arles, à Narbonne (avec Robert Doisneau), au festival Barrobjectif à Barro.

 

 

Abad-kkbb-1495529776

© Charlie ABAD

 

La série d'images présentées ici fait partie d'un livre de 156 photographies auto-édité portant le titre « CLINS D'ŒIL »

Depuis longtemps j'avais le désir de regrouper physiquement des photographies qui étaient parues sur divers supports comme les magazines, livres, expositions, etc., et produire un livre est devenu mon obsession.

La période de 1972 à 1985 s'est imposée à moi car elle représente une tranche de ma carrière où c'était un bonheur de pratiquer dans le petit théâtre de la rue (et ailleurs).

La photographie m'a mordu très fort vers la fin de mes études à l'École Nationale des Beaux-Arts de Bourges à la découverte de l'incontournable ouvrage d'Henri Cartier‑Bresson, Images à la sauvette. J'y ai trouvé la possibilité de faire des croquis instantanés et capturer des situations furtives tout en les composant rigoureusement comme un dessin.

L'humour est très souvent présent dans ces images, c'est dans mes gènes, pourquoi aller à contre courant ?

À partir de 1986 jusqu'à 2000, les travaux de commande et la prédominance de la couleur m'ont enlevé un peu de disponibilité dans cette activité de vagabond, le regain étant venu à l'apparition de l'image numérique.

 

À quoi servira la collecte ?

Jusqu'à présent le budget des Itinéraires Photographiques en Limousin se compose de cotisations, de subventions des collectivités et d'éventuelles ventes de photographies.

 

Aujourd'hui il apparaît nécessaire de trouver de nouvelles sources de financement.

Le produit de cette collecte est donc destiné à compléter les ressources financières de cette manifestation. Il sera versé sur le compte de l'association Photo-Look.

 

Le montant de cette collecte sera employé de la façon suivante :

 

- 150,00 € pour la location du pavillon du Verdurier à Limoges, ce lieu est incontournable lorsque l'on veut présenter des expositions dans de bonnes conditions ; il est connu du public et idéalement situé dans un quartier passager du centre-ville, l'entrée sera gratuite pour le public.

 

- 150,00 € pour l'accueil des photographes, qui se déplacent des quatre coins de la France pour venir exposer en Limousin.

 

- 100,00 € pour l'impression d'un flyer publicitaire qui sera diffusé sur des lieux stratégiques de la ville de Limoges et du Limousin : office de tourisme, bibliothèques, hôtels, camping, magasins spécialisés, galeries d'exposition.

 

- 100,00 € pour les vernissages, dont l'impression et l'envoi de cartons d'invitation

 

- 100,00 € pour la surveillance des expositions.

 

Total = 600,00 €

 

Si vos dons dépassent nos espérances nous l’utiliserons pour améliorer encore les conditions d'accueil des photographes qui participeront à notre manifestation.

 

Nous attachons beaucoup d'importance aux conditions d'accueil des photographes (transport, hébergement...) ainsi qu'à la mise en valeur de leurs œuvres.

Vos dons nous aideront à maintenir ces règles de courtoisie et de respect.

Thumb_avatar-ipl-200x200-b-1465491889
PHOTO-LOOK

Les Itinéraires Photographiques en Limousin sont organisés depuis plus de 20 ans par Daniel et Dominique, 2 passionnés qui s'investissent totalement pour assurer le succès de cette manifestation. Cet investissement et l'enthousiasme qu'ils ont su apporter pour faire découvrir de nombreux artistes tant à Limoges que dans les autres villes partenaires,... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Encore une belle édition des Itinéraires Photographiques en Limousin. Que vive longtemps ce festival !
Thumb_default
Il faut soutenir ardemment les IPL pour les auteurs, la photographie en générale et pour tous ces bénévoles qui s'en occupent avec passion. Tenez bon...
Thumb_default
Il ne faut surtout pas que les IPL s'arrêtent ...