Aidez-moi à mettre en images les maux d'un mariage (presque) ordinaire.

Large_obj.8000-1527667296

Présentation détaillée du projet

MISE A JOUR

 

Mon premier objectif de 6.000.€ est atteint, un énorme MERCI à tous pour votre soutien ! 

 

 

 

NOUVEL OBJECTIF : 8.000.€ - ON Y CROIT !

 

Aujourd'hui grâce à vous le tournage est assuré. Maintenant on vise le prochain objectif, 8.000.€, qui me permettra de défrayer l'équipe et les comédiens. Dans ce métier on travaille beaucoup pour l'amour de l'art, mais même les artistes doivent payer leurs factures ! 

Merci d'avance !

 

JUST MARRIED, C'EST QUOI ?

 

« Just Married », c’est un court-métrage d’une dizaine de minutes, écrit un jour d’été sous le soleil de Provence, pour m'amuser. Mais quelques réécritures plus tard, ce qui était au départ un simple exercice de style est devenu un véritable moteur créatif, jusqu'à devenir le scénario sous sa forme aboutie.

 

Aujourd’hui je suis impatiente de mettre enfin mes mots en images, et c'est ici que vous intervenez !

 

 

LE SYNOPSIS

 

 

 

 

Décor unique : la chambre conjugale. Point de vue unique : depuis l'intérieur du placard de la chambre. Tout commence et tout finit avec la robe de mariée et la broche, offerte à la mariée par sa mère "pour un mariage heureux". Objets symboliquement et émotionnellement chargés qui cristallisent l'implacable fatalité d'un mariage qui se décompose.

 

Mais le dénouement risque de vous surprendre !

 

 

LA GENESE

 

Il était une fois Aurélie, antiquaire de 38 ans, en pleine remise en question pré-quarantaine. C’est moi en 2008, quand le hasard d’une rencontre m’a menée sur les plateaux de tournage, et depuis, le cinéma et moi on ne s’est plus quittés. Après des débuts comme directrice de production puis accessoiriste dans la publicité, j’ai écrit, réalisé et produit des documentaires, un magazine TV et de nombreux films corporate.

 

 

 

 

Depuis 3 ans, j’ai la fiction qui me démange. De formations théoriques en ateliers d’écriture, j’ai accouché d’un premier scénario de court-métrage, « Le père, le fils et le sain d’esprit », et d’un deuxième, plus court, plus conceptuel, « Just Married ».

 

Premier prix au Concours de scénarios du Brussels Short Film Festival en 2016, Diamond Award (premier prix) au Concours de scénarios du European Independant Film Award en 2017, « Le père, le fils et le sain d’esprit » trouve rapidement un (excellent) producteur, et est actuellement en phase de financement.

 

 

 

 

Et pendant tout ce temps, « Just Married » dormait paisiblement dans un tiroir, tel que je l’y avais laissé, à peine une esquisse… Au début de cette année, je l’ai retrouvé, j’ai soufflé dessus pour enlever la poussière, et je me suis remise au boulot. Inspirée par Raymond Queneau et ses "Exercices de style", j'ai pris beaucoup de plaisir à écrire cette chronique d'un mariage ordinaire au dénouement extra-ordinaire. 

 

Bien m’en a pris, le scénario s’est classé dans les 6 meilleurs (sur 300 scénarios reçus) au Concours de Scénarios du Festival du Cinéma européen de Lille 2018. Yes ! Alors j’ai rassemblé une équipe de talent prête à me suivre dans l’aventure… et maintenant je fais appel à vous pour nous aider à passer enfin des mots à l'image.

 

 

LA NOTE D'INTENTION 

 

Un seul axe, la caméra est fixe, chaque “tableau" est tourné en plan séquence.

 

L'image est composée comme un tableau d'Edward Hopper, quelques formes géométriques simples, de larges aplats de couleurs et l'utilisation d’éléments architecturaux dont les verticales, horizontales et diagonales fortes vont structurer le cadre. Seuls les détails de la déco évoluent au fil du temps et des modes, les murs sont repeints, les photos témoignent du temps qui passe, les photos du couple s'effaçant petit à petit derrière celles des enfants et les objets de la vie quotidienne...  

 

 

 

 

Le couple n'a pas de nom, pas plus que les enfants, les personnages sont anonymes et archétypaux. L'oeil neutre, impassible, de la caméra dans la penderie souligne la triste banalité de ce mariage, l'incommunicabilité entre les personnages, l'implacable érosion du temps qui abime tout sur son passage, la solitude...

 

La place de la caméra est également signifiante. Il y a une frontière entre le spectateur-voyeur et l'intimité des personnages, matérialisée par la porte du placard qui s'ouvre et se ferme comme un obturateur. De l'espace filmique se dégagent diverses impressions : le silence, la tension, l’exclusion, la mélancolie...

 

 

 

 

 

Comme chez Hopper, dont la peinture possède en outre un caractère éminemment photographique, voire cinématographique, on a l'impression  que quelque chose de terrible vient de se passer ou va se passer.

 

La petite ritournelle (« Quelque chose de bleu, quelque chose de vieux, pour un mariage heureux… »), joyeuse et pleine d’espoir au début, glaçante à la fin, contribue aussi à cette curieuse impression.

 

 

 

CECI N'EST PAS (ENCORE) UNE BANDE-ANNONCE…

 

 

 

 

 

 

 

LES REFERENCES ET LES INSPIRATIONS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES COMEDIENS

 

 

Valérie Gimenez - La mariée

 

 

 

 

Licenciée en cinéma à Paris 3 Sorbonne Nouvelle, cette française d’origine vient se former en tant que comédienne au Conservatoire de Liège (ESACT). Passionnée de théâtre, elle a coécrit plusieurs créations théâtrales (Je vous ai compris avec Sinda et Samir Guessab, Tu leur diras avec Sébastien Foucault et Nourrir l’Humanité c’est un métier avec Charles Culot et Alexis Garcia), qui connaissent toutes une belle carrière tant en Belgique qu’à l’étranger. Elle mène également des ateliers-théâtre avec les jeunes, qui ont donné une création intitulée Les voisins, portée par le Collectif La Brèche.

 

Valérie participe également à des fictions radiophoniques, et elle joue dans plusieurs courts-métrages en Belgique, dont Le marchand de Sable de Mathilde Mazabrard. C’est sur le tournage du Marchand de Sable, auquel j’ai eu le bonheur de collaborer, que j’ai rencontré Valérie, et j’ai très vite reconnu en elle ma « Mariée ».

 

 

Olivier Englebert - Le marié

 

 

 

 

Au cours de sa première vie, Olivier Englebert a suivi une formation d'ingénieur civil tout ce qu'il y a de plus sérieux... et entame une jolie carrière dans l'ingénierie. Si tout ça fait très plaisir à ses parents, cela fait nettement moins son bonheur. Et sans attendre la crise de la quarantaine, il décide de changer de vie et d'assouvir enfin sa passion dévorante pour le 7ème art. Côté fiction, il tourne des petits et plus grands rôles dans des productions belges, françaises, ou encore anglaises. Des séries (e-Legal d'Alain Brunard - RTBF, La Forêt de Delinda Jacobs, The Missing de Tom Shankland - BBC), des courts-métrages (Love Bites de Nicolas Montfort, La fin du Monde de Michaël Havenith) et des longs métrages (Duelles d'Olivier Masset-Depasse, La Folle Histoire de Max et Léon du Palma Show, et j'en passe…). Il a même tenu récemment un des rôles principaux dans un film de vampires qui risque bien d’entrer dans les  annales du genre (The Shadow Within de Tiago Mesquita, avec Lindsay Lohan) !

 

Bref, un autodidacte à l’envie infinie, qui nourrit son jeu de ses vies précédentes et toujours prêt à se mettre en danger pour servir au mieux les histoires des réalisatrices et réalisateurs avec lesquels il collabore !

À quoi servira la collecte ?

Le budget total du film est de 18.500.€. Il couvre la prépa, le tournage (équipe et matériel), la post-production et les frais de promotion du film, et je peux payer tout le monde au tarif minimum. Mais vous connaissez le principe du "tout ou rien" en crowdfunding (si l'objectif n'est pas atteint, on ne touche rien - je précise que dans ce cas là VOUS ne payez rien non plus, cela va sans dire !), et j'ai VRAIMENT TRES ENVIE de faire ce film ! 

 

Raison pour laquelle j'ai décidé de travailler par paliers, histoire de garantir au moins le minimum vital pour sa réalisation. Vous me suivez ? 

 

Premier objectif : 6.000.€

 

Avec 6.000.€ le tournage est assuré, en mode survie. Toute l'équipe travaille pour l'amour de l'art, qu'ils soient tous bénis par le Dieu du cinéma, je peux nourrir tout le monde pendant 3 jours de tournage, et surtout on a du budget pour les maquillages SFX  (vieillissement des acteurs, ventre de femme enceinte, blessures), les costumes et les accessoires - bref, tout ce qui montre le temps qui passe (il y a 25 ans qui se déroulent entre le début et la fin du film). Je prends la post-production à mes frais.

 

Objectif n°2 : 8.000.€

 

Si on atteint 8.000.€, je peux défrayer l'équipe et les comédiens, qui vous en remercieront ! 

La post-prod est toujours à mes frais.

 

Objectif n°3 : 10.000.€

 

Avec 10.000.€, je peux rajouter un jour de tournage. Filmer le temps qui passe demande du temps, et 3 jours de tournage c'est bien, mais 4 jours, c'est nettement mieux ! 

 

Objectif n°4 : 12.000.€


Avec 12.000.€, on a 4 jours de tournage, et je peux payer l'équipe et les comédiens à un tarif (presque) normal. Le luxe quoi...

 

Au delà de 12.000.€ : chaque €uro en plus va dans la cagnotte "post-production", c'est ça que je ne devrai pas mettre de ma poche !

 

Objectif n°5 : 18.500.€

 

BINGO ! Le film pourra bénéficier d'une post-production plus aboutie et d'un budget "promotion" (affiche, projections, inscription en festivals) et obtenir ainsi une diffusion aussi large qu’espérée ! 

 

Alors à vos marques, prêts, partez !

 

 

 

 

 

 

 

PLANNING PREVISIONNEL

 

 

 

 

Si vous avez besoin de plus d'informations, n'hésitez pas à me contacter : aurelie@eloges.com

 

Thumb_img_2489_-_copie2-1520500708
Aurelie-Wijnants

Licenciée en Histoire de l'Art et Archéologie à l'ULB, j'ai longtemps exercé le métier d'antiquaire. C'est le hasard d'une rencontre qui m'a menée en 2008 sur les plateaux de tournage. J'ai commencé comme assistante puis directrice de production en publicité, et j'ai très vite attrapé le virus de l'audiovisuel ! Mais c'est en 2010 que j'ai réellement... Voir la suite

Derniers commentaires

Default-7
Juste avant la clôture... Porte-toi bien. A bientôt Kisss EP
Default-3
Un petit coup de pouce pour une grande aventure
Default-4
Super Aurélie. Continue comme ça. Bisou. Dominique L.