La Cie l'Eclaircie au Festival OFF d'Avignon 2014

Deux spectacles jeune public. Un auteur : Philippe Dorin. Une compagnie : l’Éclaircie. Une aventure : Avignon 2014. Besoin de votre soutien

Visuel du projet La Cie l'Eclaircie au Festival OFF d'Avignon 2014
Réussi
57
Contributions
21/05/2014
Date de fin
3 280 €
Sur 3 000 €
109 %

Soutenons la création dans le OFF 2014

Avignon Festival & Compagnies - le OFF

La Cie l'Eclaircie au Festival OFF d'Avignon 2014

<p> <u><strong>La Compagnie Théâtre de l’Eclaircie</strong></u></p> <p> Fondée par Claire Simard en 1991, le compagnie s'est résolument consacrée à la création pour le jeune public voire pour le très jeune public.</p> <p> En désir d’aborder, dans le travail qu’elle propose, les thèmes essentiels qui concernent l’enfant et interrogent son rapport poétique au monde, elle a trouvé dans l'écriture de Philippe DORIN, une adéquation avec l’univers qu’elle explore.</p> <p> <i>En attendant le Petit Poucet</i> et <i>Dans ma maison de papier, j'ai des poèmes sur le feu,</i> constituent ainsi les volets d'un dyptique, pilier du travail des dernières années de la compagnie.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u><strong>L'auteur</strong></u></p> <p> Né en 1956, Philippe DORIN partage son temps entre l'écriture et le théâtre. Il est notamment l'auteur de pièces pour le jeune public (<i>Villa Esseling Monde</i> ; <i>En attendant le Petit Poucet</i>...), de contes et de romans pour la jeunesse (<i>Les Trésors du petit matin</i> ; <i>Paroles d'ange</i>...), ainsi que de textes radiophoniques (<i>Vingt secrets pour apercevoir les fées</i> ; <i>Mes Petits Mots d'amour</i>...) mis en ondes sur Radio France. À partir de 1994, il invente avec Sylviane FORTUNY de nouvelles formes de travail avec les enfants, autour de l'écriture et des arts plastiques, à partir de boulettes de papier, de petits cailloux blancs et d'encre bleue. Elles aboutissent à des ateliers, des expositions dont <i>Armand Étienne, l'homme qui ne voulait pas aller à la ligne</i> (1995), mais aussi des spectacles : <i>Le Monde, point à la ligne</i> (1997) et <i>En attendant le Petit Poucet</i> (1999). Ses pièces sont publiées à L’École des Loisirs, chez Les Solitaires Intempestifs et aux Éditions La Fontaine. Philippe DORIN a reçu en 2008 le Molière du jeune public pour sa pièce <i>L'hiver quatre chiens mordent mes pieds et mes mains.</i></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u><strong>Quelques mots sur l'aventure Avignon</strong></u></p> <p> Comme une petite graine qui germe, ou une chanson qui vous trotte dans la tête, elle était là. L'idée d'aller jouer "nos petits Dorin", comme nous aimons les appeler, dans ce Grand Avignon.</p> <p> Entre hésitation et excitation on a finalement commencé à chercher des lieux, à se renseigner doucement. Et puis tout s'est un peu accéléré lorsque la Ligue de l'Enseignement du Vaucluse nous a annoncé qu'elle nous avait retenu pour jouer trois semaines dans son espace nommé « École du spectateur » dédié au jeune public !</p> <p> Une chance pour ces spectacles. Que nous jouerons pour la première fois pendant trois semaines consécutives comme le véritable diptyque qu'ils composent.</p> <p> Une chance aussi car nous y rencontrerons un public et des professionnels nombreux.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u><strong>Les spectacles</strong></u></p> <p>  </p> <p> <img alt="Visuel_le_poucet" height="175" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/77071/Visuel_Le_Poucet.jpg" width="125"></p> <p>  </p> <p> <img alt="001" height="144" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/77068/001.jpg" width="216"></p> <p> <strong>Spectacle pour tous les publics à partir de 7 ans</strong></p> <p> <em>En attendant le petit Poucet </em>est une pièce de Philippe Dorin, auteur jeune public (Molière 2008)</p> <p>  </p> <p> mise en scène Claire Simard</p> <p> jeu Emmanuelle Vein et Olivier Dureuil musique Mayeul Loisel</p> <p> costumes Julia Morlot</p> <p> assistant à la mise en scène et à la scénographie Thierry Féral</p> <p> régie Jean-Jacques Ignart</p> <p>  </p> <p> <iframe allowfullscreen="" frameborder="0" height="304" src="//cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fembed%2F7HtxPuZS6Gc%3Fwmode%3Dopaque%26feature%3Doembed&amp;url=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3D7HtxPuZS6Gc&amp;image=http%3A%2F%2Fi1.ytimg.com%2Fvi%2F7HtxPuZS6Gc%2Fhqdefault.jpg&amp;key=ff2702755d9749cda571c6d6c2f3eb46&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=youtube" width="540"></iframe></p> <p> Sur scène,</p> <p> Le Grand et la Petite.</p> <p> Ces deux là n’attendent pas Godot,</p> <p> Ils vont le chercher.</p> <p> L’imaginaire est leur géographie,</p> <p> Le jeu, leur moyen de locomotion.</p> <p> Il s’agit de faire le tour du monde</p> <p> Donc de le réinventer.</p> <p> Tout est léger</p> <p> Et tout est grave</p> <p> Car partir c’est aussi</p> <p> Aller vers la maison de l’ogre,</p> <p> Se rapprocher de la fin.</p> <p> Le Grand et la Petite</p> <p> Sèment</p> <p> Des cailloux le long du chemin,</p> <p> Des mots au fil de leur histoire.</p> <p> Parviendront-ils à tracer</p> <p> la ligne</p> <p> de leur récit?</p> <p> Peut-être,</p> <p> mais plus sûrement,</p> <p> rond comme le monde,</p> <p> un poème.</p> <p>  </p> <p> Ils incarnent la toute puissance de l’enfance, du jeu et de l’écriture</p> <p>  </p> <p> &gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&gt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;&lt;</p> <p>  </p> <p> <img alt="Visuel_dmppf" height="164" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/77080/Visuel_DMPPF.jpg" width="117"></p> <p>  </p> <p> <img alt="Dsc_0779_-_copie" height="139" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/77079/DSC_0779_-_copie.JPG" width="188"></p> <p> <strong>Spectacle pour tous les publics à partir de 8 ans</strong></p> <p>  </p> <p> texte de Philippe Dorin</p> <p> mise en scène Claire Simard</p> <p> jeu Emma Vein, Violaine Savonnet (en alternance Claire Simard) et Thierry Féral</p> <p> création lumière Jean-Jacque Ignart création musicale Mickaël Santos</p> <p>  </p> <p> <iframe allowfullscreen="" frameborder="0" height="304" src="//cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fembed%2FnVZJkTpXxPw%3Fwmode%3Dopaque%26feature%3Doembed&amp;url=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DnVZJkTpXxPw&amp;image=http%3A%2F%2Fi1.ytimg.com%2Fvi%2FnVZJkTpXxPw%2Fhqdefault.jpg&amp;key=ff2702755d9749cda571c6d6c2f3eb46&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=youtube" width="540"></iframe></p> <p>  </p> <p> Quand on écrit une histoire, que deviennent les personnages qu'on a inventés. Sont-ils vivants, sont-ils mortels ?</p> <p> Dialogue entre une petite fille et une vieille dame, en écho au conte d'Andersen, L<i>a petite fille aux allumettes</i> qui fait apparaître sa grand mère dans la flamme de sa dernière alumette.</p> <p>  </p> <p> <i>*Tous les enfants sont à l'intérieur d'une vieille personne, </i></p> <p> <i>mais ils ne savent pas encore*.</i> Philippe Dorin</p> <p>  </p> <p> Cette petite fille là rencontre une vieille dame qu'elle sera plus tard à moins que ce ne soit la grand-mère qu'elle s'est inventée. Entre les deux naît un lien tendre et exigeant.</p> <p> La vielle dame, encombrée par cette petite qui réclame constamment sa présence, doit pourtant aller vers son destin. Quelqu'un doit venir la chercher. C'est le promeneur, démiurge de cet espace-temps, auteur de cette histoire, maçon de cette maison de papier. C'est lui qui fait naître et mourir les gens.</p> <p> L'auteur est aux prises avec l'histoire qu'il écrit. Et on se demande parfois qui décide quoi dans cette affaire.  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u><strong>La ligue de l'enseignement 84 et l’École du spectacle - Avignon</strong></u></p> <p> Impossible pour nous de ne pas vous dire un mot sur notre sélection et notre présence sur le festival.</p> <p> Notre joie est en effet d'autant plus grande, que nous travaillerons aux cotés de La ligue de l'enseignement du 84.</p> <p> Un organisme qui tend à rendre la culture accessible à tous et à effectuer un réel travail auprès des populations locales et défavorisées. Un organisme qui fait pari qu’en fréquentant un théâtre, quel que soit son âge,<strong> un enfant se construit comme citoyen et non uniquement comme spectateur</strong>.</p> <p> C'est donc, baignés dans cet élan d’Éducation populaire, dont nous partageons entièrement les valeurs, que nous allons jouer et présenter notre travail.</p> <p> L’École du spectateur, c'est un lieu unique dans Avignon : une école élémentaire investie pendant tout le mois de juillet où se croiseront spectacles pour les grands et les petits, animations, échanges, etc.. un lieu de vie quoi!</p> <p>  </p>

À quoi servira la collecte

<p> <strong>Votre aide est décisive !. </strong></p> <p>  </p> <p> En soutenant financièrement la venue de nos spectacles "En attendant le Petit Poucet" et "Dans ma maison de papier j'ai des poèmes sur le feu"au Festival OFF 2014 d'Avignon, vous contribuez à la visibilité de ces créations jeune public.</p> <p> En effet, être présent au Festival d'Avignon (nous avons été sélectionné par la Ligue de l'Enseignement 84) est pour nous le meilleur moyen de faire découvrir notre travail aux programmateurs qui ne se déplacent que trop rarement en province, et ainsi diffuser notre travail dans la France entière, mais également rencontrer un public nombreux.</p> <p>  </p> <p> Cela représente cependant un coût très important.</p> <p> En effet, les postes de dépenses sont nombreux pour jouer dans ce festival (location du théâtre, hébergement, frais de bouche, transports, salaires des artistes, communication).</p> <p> La collecte que nous lançons servira à financer une partie de ce colossal projet. Avec votre aide nous pourrons :</p> <p> <u>- Payer la moitié de la location du théâtre, soit 2100€</u></p> <p> <u>- Payer une partie des dépenses liées à la communication (affiches, tracts, inscription sur le catalogue du festival OFF), soit 900€</u></p> <p>  </p> <p> <strong>Sachez que notre compagnie est reconnue d'intérêt général (et oui!). </strong></p> <p> <strong>En faisant un don supérieur ou égal à 50€, vous pourrez bénéficier d'une réduction d'impôt à hauteur de 66% (nous vous fournirons un formulaire CERFA). Ainsi, si vous versez 100€, le don ne vous coûtera réellement que 34€. </strong></p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux