Soutenez la Création de "La leçon" d'Eugène Ionesco. Un casting, une leçon, une expérience du pouvoir de l'image.

Large_22853084_10210543008279056_6716569581296725428_n__1_-1509704414-1509704442

Présentation détaillée du projet

LE PROJET

 

La Leçon, d'Eugène Ionesco, mis en scène par Sylvain Eymard, est le prochain projet de création de la Cie L'Exploitation Théâtre, compagnie de la région PACA, dont le siège est à Aix-en-Provence.

Les temps sont durs pour le spectacle, question finances... ! Mais nous avons à cœur de défendre ce projet sensible et pertinent dans l'époque actuelle.

En effet, nous avons fait le choix de déplacer le propos de la pièce, tout en gardant le texte initial, pour faire écho à la société de l'image. Cette fable symbolique, absurde et drôle, prend toute sa place dans une installation cruelle qui touche à l'univers de l'image, de sa fabrication, caractéristique des fantasmes de la société... et leur emprise sur les jeunes générations.

C'est pourquoi, après les premières dates de création au Théâtre les Argonautes à Marseille les 16, 17 et 18 novembre prochains, ainsi qu'à l'Espace Jeunesse Bellegarde à Aix-en-Provence le 30 novembre, nous adresserons ce spectacle à tous les publics, en gardant un lien fort avec les établissements scolaires (lycées) pour des tournées prévues en région en 2018-2019. Ce spectacle sera une invitation à une discussion avec les jeunes autour de leur pratique de l'image, leur positionnement face à une société noyée de technologies qui s'enferme dans un spectacle permanent..

 

Capture_d_e_cran_2017-09-17_a__11.03.25-1507493374

 

LA LEÇON : RÉSUMÉ

 

Une jeune élève enthousiaste et naïve se rend à un cours particulier, se retrouve face à un professeur dément et manipulateur, qui exercera son pouvoir sur ce jeune esprit jusqu’à le détruire littéralement.

 

22815623_10210543009359083_1437198569197959883_n-1509704534

 

LE CHOIX DE MISE EN SCÈNE 

 

Là où, dans le texte initial, le langage était une « arme d'endoctrinement massive », nous le couplerons ici à la puissance et la perversité des images.

Le choix de cette pièce aux allures de farce sombre, grinçante et violente, nous ouvre alors les portes d’une mise en scène outrancière : transformations physiques des acteurs, cascades et utilisation des outils actuels: montage vidéo, musique live… Les changements de lumières modèleront l'image, afin de conditionner le spectateur dans son émotion et son ressenti, par des mécanismes qui pourraient s'assimiler à ceux de la publicité, des films à grand succès, des feuilletons américains... Pris au piège d'une saturation visuelle, il est incité à prendre de la distance, à s'extraire du visible, pour porter un autre regard et entrevoir l'image de son emprisonnement.

 

DECOR, COSTUMES, ACCESSOIRES...

 

Photo_1_reduit-1506589491 Photo_2_reduit-1506589501

 

Nous sommes dans une fabrique de l'image. Cela pourrait être un casting, organisé de façon précaire dans une cave ou une salle polyvalente délaissée.

Matériel de studio "cheap" : un kit de studio pour photographe ou vidéaste amateur, une table en plastique type traiteur de mariage, des accessoires rangés dans une caisse en plastique... 

La scène évoque tout d'abord l'image d'un meurtre, avant de se transformer successivement grâce au vocabulaire déployé, uniquement constitué des lampes de studio, de la table et des fonds blancs et verts. L'évocation du cinéma d'effet spéciaux nous renvoie à l'abstraction généralisée, illustrée dans le texte au moment de la leçon de mathématiques. Les contenus des mots, comme ceux des images, sont brouillés ou absents... à l'image de ces fonds qui ont valeurs de truchements perpétuels.

L'espace de la Bonne, en vidéaste amateur et complice de l'installation, est  constitué d'une table de montage vidéo avec plusieurs écrans. On distingue à peine l'image qui est captée en live. On perçoit cependant le détournement qu'elle en fait pour utilisation personnelle. La caméra, véritable moteur du jeu des acteurs, deviendra de plus en plus intrusive, jusqu'à se métamorphoser peut-être en caméra endoscopique.

Cette Bonne et ce Professeur ont un statut flou qui peine à s'affirmer. Par le déguisement, l'essayage de plusieurs vestes, etc... ils endossent peu à peu leur rôle, à mi-chemin entre jeunes entrepreneurs du multimédia, acteurs et passeurs de savoir... C'est cette hybridation de rôle qui finira par noyer l'élève venue chercher la gloire de l'image. Dans l’excitation du jeu qui lui est proposé, elle aussi s'emploiera à dévoiler différents costumes excentriques, reflets des fantasmes de la société du spectacle...

 

L'EQUIPE ARTISTIQUE

 

Sylvain Eymard, metteur en scène. Rôle de la Bonne (en alternance).

 

Visage_sylvain-1507188180-1507493139

 

Sylvain Eymard rencontre le théâtre par hasard, lors de sa douzième année, il ne le lâchera plus. A 18 ans, il entre au conservatoire de Toulon, sous la direction de Alain Terra qui lui communiquera son amour des mots. Un an après c’est le coup de foudre artistique, il rencontre Christian Benedetti et intègre le Conservatoire Régional de Marseille ; pendant trois ans il va se nourrir de son enseignement, et prendre conscience que la mise en question est permanente dans l’art. A 30 ans, il obtient une Licence de Théâtre

Amoureux du « texte », il s’intéresse aux auteurs contemporains : Edward Bond, Sarah Kane, Biljana Srbjlanovic, Bernard Marie Koltès, Louis Calaferte, Joël Pommerat, Ivan Viripaev… Il garde aussi une grande tendresse pour les classiques Molière, Shakespeare, Racine, Tchekhov, Brecht, Beckett… 

Sylvain Eymard s’épanouit dans sa vie d’acteur et de metteur en scène au sein de la Compagnie l’Exploitation. Il participe aux créations de Rouge, Noir et Ignorant d'Edward Bond (metteur en scène et acteur), Puzzle de Jesshuan Diné (Acteur), Lorenzaccio d'Alfred de Musset (Acteur, assistant et scénographe). Parallèlement, il est intervenant et metteur en scène au sein d’un festival de théâtre en milieu rural, le Mai théâtral (83-Villecroze), véritable laboratoire qui lui permet de travailler sur les textes des auteurs qu'il affectionne et de présenter des œuvres qui lui tiennent à cœur.

Sylvain Eymard est un artiste polyvalent (acteur, metteur en scène...), qui aime le travail et la vie de compagnie.

 

Jesshuan Diné, assistant metteur en scène, scénographe. Rôle de La Bonne (en alternance).

 

Visage_jesshuan-1507188411-1507493190

 

Comédien, il traverse différents ateliers théâtre. Il travaille avec Pascale Vardanega, Sylvain Eymard, c'est avec ce dernier qu'il fondera plus tard la compagnie.

En 2007, il quitte ses études de Mathématiques et Physique (Math Sup/ Math Spé au Lycée Thiers de Marseille), et décide de consacrer sa vie au théâtre.

Jesshuan se passionne tout d'abord pour l’œuvre d'Edward Bond et travaille en tant que comédien dans Onze Débardeurs puis dans Rouge, Noir et Ignorant (il est également dramaturge et co-metteur en scène du projet).

À partir de l'année 2013, il entreprend de porter à la scène ses propres textes. Tout d'abord, Puzzle, spectacle découpé, agglomérat de résidus recrachés par la société du spectacle, qui envahissent l'espace théâtral. Puis Surface(s), qui raconte le quotidien d'un employé d'administration, évoquant les moments noirs de l'Histoire. Pour ce projet, il renoue avec le dessin et compose un film en storyboard animé tiré de la pièce.

En 2014, il monte Lorenzaccio, d'Alfred de Musset, avec la compagnie.

Récemment, il collabore avec le metteur en scène Alain Behar (Cie Quasi) pour la création Les Vagabondes. (Création prévue en mars 2017 au CDN HtH de Montpellier.)

Il s'intéresse par ailleurs à l'écriture de Martin Crimp, et lit La Pièce, au Théâtre du Bois de l'Aune, dans le cadre des Rebonds, en octobre 2016, dans la perspective d'une mise en scène prochaine. Il accompagne également de jeunes comédiens dans leur cursus de formation. Il intervient notamment comme metteur en scène associé à l'option théâtre des lycées Sacré-Coeur et Sainte-Catherine de Sienne d'Aix-en-Provence.

 

Jean-Baptiste Marlot, comédien. Rôle du Professeur.

 

Visage_babou-1507188619-1507493227

 

Jean-Baptiste est un passionné, amoureux du voyage, des rencontres, du mouvement.

En 1995, il troque le lycée contre le Conservatoire de Nîmes puis intègre celui de Marseille en 1997 jusqu'en 2000 sous l'enseignement de Christian Bennedetti. Il travaille sur Bond, Tchekov, Buchner, Racine... 

En 1999, il rencontre le metteur en scène marseillais Franck Dimech. Il se voit offrir son premier grand rôle dans une pièce d'Edward Bond où il interprète le rôle principal, celui de Scopey, dans Les noces du pape

Il découvre l'écriture de Sarah Kane en 2000 et décide avec deux amis, dont Jean-Philippe Ricci, de monter Anéantis ; Christian Bennedetti, qui est alors leur maitre de conservatoire, rejoint le projet et signe la mise en scène. Ils se produisent à Nanterre au Théâtre des Amandiers puis au Théâtre Studio d'Alfortville. Il finit par intégrer la compagnie de Christian Bennedetti en 2001. 

Puis les projets s’enchaînent entre Paris et Marseille : L'échange de Claudel mis en scène par Franck Dimech, Les Naufragés de Patrick Declerc, Salat al-janaza de Fabrice Melquiot, PitBull de Lionel Spicher... 

Quelques expériences audiovisuelles et cinématographiques, un groupe de rock créé sur Paris.... 

Ensuite il décide de quitter Paris pour retrouver la taille de pierre, son premier métier. Il quitte enfin la France pour l'Angleterre en 2008 où il séjourne quelques années avant de partir pour l'Asie, puis le Mexique... 

C'est donc après cinq années passées à l'étranger qu'il revient, riche de deux nouvelles langues et de nombreuses expériences pour se rendre à nouveau disponible au métier de comédien.

 

Sophie Troise, comédienne. Rôle de l'élève.

 

Visage_sophie_2-1507188837-1507493260

 

Au théâtre, elle a joué à Marseille, notamment au Théâtre du merlan dans Les bonnes, mise en scène de Danielle de Cesare, mais aussi dans Le Prophète, Tartuffe et La cantatrice chauve.

A Paris, on a pu la voir dans Barbe bleue, mise en scène de Patrick Martinez Bournat, au Théâtre de la plaine et au Théâtre du funambule.

En tournée en France et en Italie, avec le spectacle « Les aventures d'Arsène Lupin », où elle rencontre Ned Grujic.

En 2007, elle intègre la compagnie l'Envers des corps, lauréate du prix Paris jeunes talents, et joue dans J'ai plus pied, à l'Espace Cardin, mise en scène Elsa Granat ; spectacle qui sera joué jusqu'en 2010. Puis elle participe au projet H au Théâtre les enfants terribles, mise en scène d'Olivier Benaddi. Elle enchaîne avec A l'envers une comédie de Jean Franco au Théâtre des feux de la rampe. Dernièrement, Sophie jouait dans Une femme seule de Dario Fo, sous la direction de Mathieu Boulet.

Elle est également porteuse du projet Les héroïnes modernes, atelier de pratique et de création théâtral, avec les femmes du 19° arrondissement de Paris en situation de vulnérabilité ; projet soutenu par le Théâtre Paris Villette.

 

PROCHAINES REPRÉSENTATIONS :

 

- Théâtre des Argonautes (33 Bd. Longchamps 13001 Marseille) Du 16 au 19 novembre. http://theatrelesargonautes.fr/la-lecon-ionesco-exploitation-theatre/

 

- Espace Jeunesse Bellegarde (37 Bd. Aristide Briand 13100 Aix-en-Provence) Le 30 Novembre à 14h et 19h. Réservation : 07 61 17 98 80

À quoi servira la collecte ?

L'association "L'Exploit"  percevra la totalité de la collecte.

Cette collecte servira essentiellement à financer :

- Les frais de scénographie : Le décor (lampes kit studio, portant pour vêtement, écrans, table pliante, fauteuil sur roulette, tabouret vis...) costumes (tailleur, vestes, déguisements, combinaison vinyle, perruques), accessoires... Part de financement : 500€

- Les frais engagés lors des répétitions (transports, repas,, locations de salle pour les répétitions). Part de financement : 400€

- Les frais de communication (affiches, site internet) Part de financement : 300€

En cas de dépassement du plafond de la collecte, l'association "l'exploit" investira dans l'achat d'une moquette verte qui délimitera l'espace de jeu, pour les représentations futures dans les établissements scolaires. (300€)

 

Thumb_capture_d__cran_2017-10-03___09.46.49-1507016849
Compagnie L'Exploitation Théâtre

La Compagnie L’Exploitation Théâtre est une troupe de théâtre, basée sur Aix-en-Provence (initialement sur Marseille). Elle fut fondée en 2008 à l'initiative de deux comédiens et metteurs en scènes : Jesshuan Diné et Sylvain Eymard.  Elle met son énergie à créer des spectacles tout public, à dépasser le divertissement en faisant appel à l’imagination et... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
les cévenols ont donné le petit coup de pouce pour le succès de votre collecte et nous irons à Aix le 30 pour vérifier si vous avez bien appris votre leçon bises et à bientôt
Thumb_default
On te soutient jusqu'au bout, beau projet à encourager
Thumb_default
plein de bonnes énergies pour finaliser votre projet