L'édition du DVD du premier film sur l'escrime aux Antilles: les galères, l'exil, les contraintes pour vivre sa passion et devenir un champion!

Large_lames_ultramarines_couv-1498580280-1498580299

Présentation détaillée du projet

Depuis plusieurs années, l'escrime française est portée par les Antilles. À travers le parcours et l’apprentissage des jeunes du CREPS de Pointe à Pitre, ce film nous raconte le quotidien de l’escrime ultramarin, et ce que cela dit du rapport des Antilles avec la France.

 

Article:

critique dans le Nouvel Obs

 

 

Ma démarche

L’escrime française a un palmarès extraordinaire sans équivalent dans les autres sports : la France est le pays le plus médaillé dans l’histoire de l’escrime, et de tout temps, le sport qui a rapporté le plus de médailles à la France est aussi l’escrime. Les règles sont nées en France et sa langue mondiale est le français. Malgré ce succès et ces liens originels, c’est un sport qui se vit dans l’ombre, loin des médias...

 

Depuis environ 20 ans, les équipes de France d’épée sont presque entièrement composées d’antillais. Avec l’arrivée de Laura Flessel, il y a eu aussi les frères Jeannet, Ulrich Robeiri, Jean-Michel Lucenay, Sarah Daninthe, Maureen Nissima, Yannick Borel, Daniel Jérent,... Tous sont martiniquais, guadeloupéens ou guyanais et tous sont multiples champions d’Europe, du monde ou olympique par équipe ou en individuel. Et depuis quelques temps, avec notamment Ysaora Thibus, Enzo Lefort, Jean Paul Tony Helissey, il se  passe la même chose pour les équipes de fleuret hommes et dames.

 

Mais plus que leurs beaux résultats, ce qui m’a intéressé, c’est le sens que les Antillais donnent à l’escrime. Ce qu’ils en font, ce que cela raconte pour eux, pourquoi et comment ils se l’approprient ? Comment ce sport, jusque-là réservé à une élite blanche et très connoté vieille France, a pu avoir une telle réussite là-bas ?

Je suis partie en Guadeloupe. J’ai rencontré les maîtres d’armes, les jeunes en apprentissage au Creps, les parents qui s’impliquent dans les clubs. J’ai découvert les conditions souvent déplorables dans lesquelles les enfants s’entraînent, les salles d’armes mal éclairées, surchauffées et vétustes, l’absence de matériel, l’humidité oppressante qui fait tout rouiller si vite, ce qui fait qu’un masque ne protège plus vraiment d’un coup d’épée. J’ai découvert que pour progresser les jeunes sont obligés d’aller tous les 15 jours faire des compétitions en métropole, qu’ils ratent la moitié des cours pour ça et que les parents doivent trouver les fonds pour payer les voyages, les hôtels, le matériel, pour un sport où on ne gagne rien. J’ai découvert leur apprentissage dur et souvent cruel, mais que ces gosses ont désiré. Qu’est-ce qui les motive, qui sont ces mômes étonnants ?

J'ai suivi ces jeunes en formation sport-études au CREPS de Guadeloupe. En s’attachant à leurs doutes, à leurs rêves, à leurs vies, nous suivons le même parcours que celui emprunté par les champions qui ont réussi. Car de tout temps, les escrimeurs antillais doivent se confronter à l’exil et faire face aux mêmes obstacles pour arriver à d’hypothétiques résultats.

 

C’est une histoire qui raconte pourquoi très jeune, on choisit un sport qui transforme sa vie. Comment à force de travail, de rigueur, de répétitions, de doutes, on y met tout son cœur, ses moyens. Comment on construit son avenir qui est si proche et limité dans le temps et peut-être si loin, en métropole. Comment on doit quitter sa famille, sa terre, dès le plus jeune âge pour vivre son sport. Comment on fait tout pour devenir un champion, alors qu’il n’y a rien à gagner sauf la satisfaction de l’exploit. Comment au moment de devenir adulte, on s’engage dans un art martial transmis par les aînés, dans un héritage qui se lit dans le respect des maîtres. Le film est du côté des jeunes, de leur entrée dans une vie d’adulte (mais jusqu’où et pour faire quoi...), de ce que représentent les amis, la famille, et les compagnons de lutte avec qui on commence un chemin peu assuré.

 

Lames_ultramarines_escrime_verscam-1498580562

 

Les personnages

 

L'année où j'ai tourné le film, j'ai choisis de me concentrer sur 2 épéistes, Hendrick et Stanjik. D'abord parce qu'ils venaient l'un de Guadeloupe et l'autre de Martinique et de Guyane. Ils avaient aussi des caractères très différents et une rivalité pleine d'humour, une manière de se chambrer en permanence, qui m'a tout de suite plue. Et puis ils étaient les deux escrimeurs cette année-là qui avaient le potentiel pour entrer en Pôle France Espoir. C'était un pari risqué car je ne pouvais avoir aucune idée de ce qu'ils allaient réussir ou pas en compétition.

 

Lames_ultramarines_hendrick_e_tabli-1498580471

 

Hendrick est Guadeloupéen. Il vient du même club que Laura Flessel, le club de Petit Bourg. Depuis le tournage du film, il a gagné la coupe du monde junior d'Udine et c'est ainsi le seul junior français a avoir remporté une coupe du monde d'épée sur ces 7 dernières années. Il est entré à l'INSEP comme partenaire tout en intégrant une école d'aéronautique.

 

Lames_ultramarines_stan-1498580484

 

Stanjik est Martiniquais et il a grandit en Guyane. Depuis le film, il a décidé de se concentrer sur ses études de commerce et marketing à Lyon.

 

Les jeunes du Pôle espoir

 

Je suis toujours en contact avec les autres jeunes de cette promo qui continuent leurs études, certains en parallèle de l'escrime. Parmi eux il faut noter les remarquables parcours de Meddy Elice, qui est devenu étoile du sport, Meredith Guillaume qui a participé aux jeux olympiques de la jeunesse, Grégory Rébus est vice champion d'Europe junior…

 

Les champions

Jean Michel Lucenay, Yannick Borel, Ulrich Robeiri, Daniel Jérent, ils sont tous champions olympiques et champions du monde, ils viennent tous des Antilles-Guyane et ils ont accepté de participer au film.

 

Lamesultramarines-insep-1499359430

 

Et Maintenant?

 

Vous êtes nombreux à m'avoir déjà soutenue d'une façon ou d'une autre : en me donnant du temps, en me prêtant du matériel, en m'apportant votre savoir et votre savoir-faire, en prenant le temps de regarder le film à toutes ses étapes, en me témoignant vos impressions après avoir vu le film.

 

Le film a été sélectionné au FEMI en Guadeloupe et y a remporté le prix TV5 monde du meilleur documentaire francophone. Il a ensuite été diffusé sur France Ô, Martinique 1ère, Guadeloupe 1ère et Guyane 1ère la veille de l'ouverture des J.O. de Rio.

 

Vous m'avez soutenue parce que vous avez eu un coup de cœur pour le film, parce que vous aimez l'escrime ou parce que vous avez eu envie de découvrir l'escrime et la force de volonté de ces jeunes.

 

Je me suis beaucoup donnée pour mener à bien ce projet et comme je l'écrivais plus haut, l’aventure a déjà commencé et ELLE CONTINUE AVEC VOUS MAINTENANT !

 

 

 

Comme vous êtes nombreux à me l'avoir demandé :

 

NOUS ALLONS ÉDITER LE DVD DU FILM LAMES ULTRAMARINES.

Il contiendra des BONUS et aussi une version sous-titrée en anglais.

 

 

C’est donc maintenant, en choisissant une contrepartie, que vous pouvez participer à l’aventure de ce film et vous procurer le DVD du film et des goodies que vous ne trouverez que sur KissKissBankBank !

À quoi servira la collecte ?

Après avoir été diffusé à la télé, nous souhaiterions lui offrir une seconde vie en DVD mais aussi à l'étranger.

 

Le DVD sera riche en bonus : leçons, matchs, entraînement à l'INSEP et autres séquences coupées au montage.

 

LE DVD ET LA VERSION ANGLAISE:

 

Cet argent servira à l'édition du DVD (Montage des bonus, Sous-titrage, Jaquette, Pressage...) mais pas uniquement...

 

Il servira à faire une version sous-titrée en anglais afin de proposer le film à des festivals et à proposer le DVD dans des pays étrangers qui s'intéressent à l'escrime.

 

 

1200€ est une somme minimum pour mener à bien ce projet.

 

Le travail graphique et technique (encodage) du DVD

Le pressage du DVD

Le Sous-titrage en anglais

Le tirage des cartes postales

Les frais postaux

Les frais de 8 % KKBB

 

 

Et aussi !

 

Si vous êtes du genre actif, aidez moi à diffuser le film sur grand écran.

 

Vous pouvez :

 

-Organiser une projection publique du film (je viendrais présenter le film)

-Convaincre le programmateur de votre cinéma pour qu’il passe le film dans sa salle (je viendrais présenter le film)

-En parler autour de vous !

 

Contact : lamesultramarines@gmail.com

 

MERCI À TOUS !!!

N.B.: les frais de port sont pour la France, pour l'étranger merci d'ajouter 5 euros par dvd

 

Les fonds collectés sur cette plateforme seront reversés sur le compte de Stéphanie Gillard

Thumb_photo_steph_bio-1498578571
Stéphanie.Gillard

Née en 1973 à Paris. Après des études de droit, elle intègre l'ESAV (Ecole Supérieure d'audiovisuel) à Toulouse. Elle travaille ensuite comme assistante réalisation et production avec Les Films à Lou, Agat films ou Maïa Films et comme chargée de production à la Ménagerie, studio d'animation à Toulouse. Elle produit et réalise son premier film "Une... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Hâte de voir le film !!