Le Colporteur est en route ! Une création 2018 qui a besoin de votre aide

Large_colporteur-1504272583-1504272591

Présentation détaillée du projet

"La Poétèkanik du Colporteur" . Théâtre burlesque et machinerie poétique dans un univers à la Terry Gilliam et Tim Burton.

Une création 2018 de la Compagnie Nomad'y Conte

Un spectacle pour un comédien à l'humour délicieusement noir/ une violoniste-comédienne en prose musicale/ une régisseuse-narratrice/une machinerie transformant la sinistrose en prose. 

 

N_7_001-1504015783

 

Résumé et cadre du spectacle

«Dans un Monde au futur proche, seuls quelques personnages appelés Colporteurs, maîtrisent tous les rouages de l’information, de la communication. Ils travaillent pour l'unique journal « Le Négatif », quotidien en morosité ambiante, informant chaque jour par son biais, la population. Bouco est l'un d'entre eux.

Cependant, on raconte que des garde-fous ont été crée au cas où la morosité deviendrait trop omniprésente, ces garde-fous sont des Poétèkanik, machines poétiques transformant la sinistrose en prose.

Malheureusement, la morosité l'a emporté, les Poétèkanik ne se sont jamais réveillées et Bouco, continue à frissonner de plaisir à colporter de son ton noir les informations.

Jusqu'à ce jour....Vague___po_sie_002-1497276354

 

(Croquis de la Poétèkanik. Machinerie qui sera présente sur scène. Elle transforme la sinistrose en prose. Illustration: Camille Huttin)

 

Historique de la création:

 

La création a démarré en Octobre 2016 lors d'une première résidence allant à Mars 2017 avec la mise en écriture du projet et une première session de travail sur scène pour Nicolas Andrieux. Cette période a également permis à Nicolas Andrieux de partir se former au théâtre gestuel à Berlin en Novembre 2016.

 

Des premiers éléments de décor et de jeu ont commencé à être crée pour être testé sur scène: la base de la machinerie, le 1er costume de Nicolas Andrieux et les visuels du Négatif.

 

A partir de Février 2017, Mylène Pastre a rejoint le projet.

 

Du 17 au 30 Avril 2017, Mylène Pastre et Nicolas Andrieux partent effectuer la véritable première session de travail en mettant les bases du spectacle. Véronique Dumarcet, marionnettiste/comédienne de la Cie La Balançoire et Lucie Derdour, Pantomime viendront apporter leurs regards extérieurs si précieux. Camille Huttin, illustratrice sur ce spectacle, vient également nous " croquer " et nous suivra pendant toute la (longue) période de création.

 

En Septembre, la compagnie recrute une violoniste-comédienne qui donnera la réplique à Nicolas Andrieux, et interprétera un personnage poétique haut en couleur.

 

Point de départ de la création

 

Le postulat de départ du spectacle est l'information unilatérale, représentée par l'unique source d'actualités, Le « Négatif », quotidien en morosité ambiante.

 

Ce journal et sa lecture/interprétation par Bouco, colporteur et lecteur publique cynique au jeu d'un clown « noir » pose le cadre du spectacle qui se veut être une critique de l’information morose donnée à longueur de journées dans nos sociétés.

 

Mais ce n'est sans compter, la présence d'une Poétèkanik, machinerie créant de la poésie, transformant la sinistrose en prose qui va métamorphoser, physiquement et moralement le colporteur...

Etiquettes2-1497276805

 

Extrait introduction du spectacle par l'allumeur de réverbère (régisseuse) :

 

«  Depuis un nombre incalculable de lunes, j'allume des réverbères pour accompagner la vie de cette ruelle. Et à chaque fois, dans l'espoir grandissant que de cette atmosphère grisonnante, resurgisse une nouvelle aube poétique et qu'enfin vos vies et vos visages s'illuminent... »

 

Démarche de la cie

 

Le spectacle «la Poètékanik du colporteur» (titre provisoire) est une création qui marque un tournant dans les créations de la Compagnie qui s'éloigne un peu de l'oralité pour se diriger vers du théâtre de Mouvement, du jeu corporel et burlesque.

 

Le virage est donc pris pour Nicolas Andrieux qui commence à se former à la pantomime, au théâtre gestuel, notamment auprès de Lucie Derdour, pantomime, avec qui il crée un duo pour créer un spectacle mélangeant conte et mime autour du Chaperon Rouge (création 2017) 

 

N_4_001-1503934353

 

Là, c'est le déclic. La parole est un peu laissée de côté et c'est le corps qui décide de plus s'exprimer.

 

D'autres stages autour du mouvement corporel, du théâtre gestuel vont suivre tout au long de la création du « Colporteur » et confortent l'envie naissante d'approfondir la pratique autour du corps. Cela entraîne une réécriture complète du contenu du « Colporteur » accentuant la place du comédien, du mouvement plus que la parole.

 

Nicolas Andrieux décide de mettre de côté sa place de « conteur » pour s'approprier celle du comédien gestuel, voir du « danseur » et ce pour la 2e partie du spectacle. 

 

Apparaît également l'idée de mettre une machinerie sur scène qui va au fur et à mesure du spectacle interagir avec le personnage. Une machine entre charrette et alambic, détournant l'information classique pour en faire des messages poétiques.

 

Ce virage artistique est également pour la Compagnie un virage professionnel important par le choix de s'entourer sur cette création et les autres à venir, d'un réseau de personnes professionnelles compétentes et reconnues, que ce soit pour la scénographie, la création lumière, la création costume, la création musicale.

 

Dsc02675__1497278934_90.9.80.143-1497279008

 

Equipe du projet

 

Interprétation: Comédien : Nicolas Andrieux

                         Violoniste-comédienne : recrutement en cours

Écriture : Mylène Pastre/Nicolas Andrieux

Création costumes: Camille Lacombe (Cie demain il fera jour/Cirque Rouages)

Création affiche et croquis de résidences: Camille Hutin

Construction décor/machinerie: Thomas Brouchier (Cie demain il fera jour/Cirque Rouages)

Formation/Regard extérieur en gestuel: Lucie Derdour (pantomime)

Création visuels de jeu: Émeline Romanat

Régie, création Lumières et narration du début d'histoire: Mylène Pastre

Ingénieur du son : (A venir)

Mis en scène: (En recrutement)

Autre regard extérieur : Véronique Dumarcet (Cie La Balançoire)

Chargée de communication: Hermine Desiront

À quoi servira la collecte ?

Soutenue sur l'étape de création par la Ville de Cunlhat et la Communauté de Communes du Pays de Cunlhat lors d'une première Résidence conventionnée,  nous avons pu financer grâce au contrat de résidence, une partie du matériel afin de pouvoir commencer la création et le travail sur le plateau où le spectacle commence à prendre vie.

 

Mais aujourd'hui, la Compagnie, à ce jour, non subventionnée, ne dispose plus de moyens financiers pour combler les charges de création : décor, costumes, matériel technique, accessoires...pour continuer à créer pleinement ce nouveau spectacle si important dans la progression de notre vie de compagnie professionnelle.

 

C'est pourquoi, la collecte est pour nous primordiale. L'  Association La Bulle Au Plafond percevra l’intégralité de la collecte” , structure juridique portant la Compagnie.

 

- la finalisation de la construction de la machinerie (la poétèkanik qui est un mélange fantaisiste entre un alambic et une charrette):       2000 EUROS

- la scénographie composée d'un décor de quatre miroirs traversables, d'un arbre de métal et d'un réseau de lumières mobiles placées sur câbles:       1000 Euros

- l'achat du matériel lumières: projecteurs (une cinquantaine), de la console, du câblage:    2000 Euros

- la création des costumes pour le comédien/la régisseuse/la comédienne-violoniste 1000 Euros

N_1_001-1501058326

Thumb_logo_nomady_2015-1498661643
nomady

La Compagnie Nomad'y Conte s'est crée sous l'impulsion de Nicolas Andrieux, écrivain, conteur, comédien, animateur-radio en 2014. Compagnie professionnelle, elle est un collectif qui propose son regard poétique sur les maux (mots) du Monde Contemporain. Et ce, via différentes formes, le conte, le théâtre , la poésie. A l'origine, travaillant autour... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Courage et Persévérance permettent d'obtenir des résultats inattendus mais bien réels ! génial!