Aidez-nous à financer "Le Miroir de Minuit", un court-métrage étudiant jeune et ambitieux !

Large_zlmdm__1_-1527179859

Présentation détaillée du projet

Le Miroir de Minuit est un projet de court-métrage porté par une équipe de jeunes étudiants issus de plusieurs universités et écoles de cinéma et de théâtre. 

Il est écrit et réalisé par Benjamin Paillettes. Il sera tourné du 16 au 29 juillet dans une superbe maison au bord de l'eau. 

En le réalisant nous nous réalisons et apprenons notre futur métier ! 

 

Soutenez-nous dans notre initiative !

 

 

 

 

LE PROJET

 

Une histoire...

Huit amis se retrouvent dans une maison à la campagne pour le Nouvel An. Parmi eux, June erre. Lancelot, son premier amour, est venu au bras d’un autre. Jalouse, June va vivre un réveillon imaginaire qui la mènera à la conquête de sa propre vérité.

 

Pour un récit trajectoriel signifiant.

“Le Miroir de Minuit” traite du deuil amoureux d’une jeune personne. Suite à sa rupture avec Lancelot, June comble une relation qui s’efface par le fantasme d’un souvenir idéalisé. La jalousie la pousse un peu plus dans ses retranchements. Pourtant, elle finira par accueillir le silence qui l’entoure. Elle remettra en scène sa rupture pour mieux la comprendre. Ce vide soudain se révèlera être l’élan de nouvelles ouvertures pour notre personnage. Il ne s’agira alors plus de vivre pour le regard de l’être aimé mais bien pour soi. Le film retrace l’affirmation lente, mais riche, d’une identité propre.

 

 

 

 

Réaliser ce film...

C’est un film nocturne que Benjamin Paillettes propose. Il suit la déambulation d’une jeune femme perdue qui va finir par s’éveiller, plus alerte à elle-même, aux autres et au monde qui l’entoure. C’est pourquoi le film permettra au spectateur un voyage onirique. Ce voyage se voudra riche de sensations : angoisse, peur, colère, stupéfaction, élan, exaltation, apaisement... L’espace cloîtrée du début du film se mettra en mouvement. Cet enfermement vibrera jusqu’à s'emmêler dans un tourbillon angoissant. Puis, le film se libérera pour s’envoler. Il se laissera porter par le mystère d’un jardin vide, la nuit, au clair de lune. Après la fête, c’est un film ancré au sol qui s’exprimera, baigné de soleil.

 

Pour se réaliser nous-mêmes !

Mener un projet tel que celui-ci n’est pas une mince affaire ! Nous aussi, jeunes étudiants, devons faire face à des obstacles comme la protagoniste du film. Il faut savoir travailler en équipe : communiquer et s’organiser. Il faut trouver des fonds pour mener à bien l’objectif. Chaque jour, de nouveaux évènements surgissent qui demandent de redoubler d’attention et d’apprendre toujours un peu plus.

Pour la plupart d’entre nous, faire ce film : c’est grandir, ensemble. C’est, d’une part, consolider nos formations artistiques. En effet, nous provenons de différentes écoles parisiennes : Louis Lumière, L'École de la Cité, Paris VII, Paris VIII, l’ESRA, les Cours Florent, etc. Cette expérience nous apprends à travailler mieux mais complète également notre réseau et notre expérience.

Ce film est aussi l’espoir d’être diffusé en festivals. Être vu en festivals permet d’aller à la rencontre d’un public, d’avoir un retour sur son travail, de rencontrer des professionnels et d’envisager différentes trajectoires pour nos futurs.

 

 

 

 

Ce projet se veut personnel mais collectif.

Le récit touche personnellement le scénariste et réalisateur. Néanmoins, chaque membre du groupe est invité à proposer des idées et un travail selon son poste. Chacun met sa pierre à l’édifice !

 

Ce projet se veut ambitieux mais humble.

Nous voulons faire un beau film ! Un court-métrage qui soit honnête, généreux et hardi. Nous avons choisi de le réaliser dans une petite économie car nous savons qu’il est un pas dans notre apprentissage.

 

Ce projet se veut rêveur mais avec les pieds sur terre.

Nous imaginons emmener le court-métrage jusqu’en festivals. Nous croyons franchement en son potentiel. C’est pourquoi, de façon consciencieuse, nous nous donnons les moyens de réaliser ce voyage cinématographique.

 

 

 

 

L'ESPRIT DU FILM 

 

 

 

 

 

 

 

L'ÉQUIPE DERRIÈRE LE MIROIR

 

Le casting... et leurs personnages !

 

Léa Allemandi Lechanteur est JUNE

 

 

Née en Normandie, Léa commence des études d’anglais mais sa passion pour le jeu la rattrape rapidement alors qu’elle commence en même temps un premier stage aux Cours Florent. Elle se lance dans le grand bain dès 2015 et débute ses classes aux Cours Florent.

Lorsqu’elle rencontre Benjamin en 2012 à un cours de théâtre, celui-ci est déjà très admiratif de ses talents d’actrice. Il la recontacte en 2015 pour jouer dans son court-métrage « Les Petits Fours ». Aujourd’hui, avec ce nouveau projet, il écrit le scénario en pensant directement à Léa pour le rôle principal.

Fan de la folie incroyable que dégagent Jim Carrey et Jack Nicholson, « Le Miroir de Minuit » sera pour elle l’occasion d’afficher la même fantaisie que ses idoles tout en montrant une grande sensibilité. Avec cette histoire pour laquelle elle se sent concernée, Léa se met face à son miroir.

 

 

Clément Le Glatin est LANCELOT

 

 

Amateur de cinéma depuis l’enfance, passion transmise par ses grands parents, Clément a été élevé avec les préceptes des films de Charlie Chaplin et Visconti, en passant par Pierre Richard, Gérard Depardieu et tant d’autres. Ce qui était au départ un rituel familial est devenu une véritable passion, et plus tard le désir d’en faire son métier. Il a suivi pendant 4 ans une formation à l’école Claude Mathieu tout en concluant une licence de Science Politique à l’Université Paris 8. Il a complété sa formation pendant un an au Studio d’Asnières et finalise cette année un mémoire de Master 2 sur la décentralisation et démocratisation théâtrale à travers l’évolution du Festival d’Avignon. Il passe également des concours et en 2016 il est arrivé par exemple troisième sur la liste d’attente du Théâtre National de Strasbourg. Depuis novembre 2017, il a participé à une dizaine de courts métrages.

 

 

Ralf Bou Chaya est ARTHUR

 

 

Ralf arrive à Paris de son Liban natal en octobre 2017 pour vivre de nouvelles expériences et commencer le master Scénario & Réalisation proposé par l’ESRA. Désirant avoir la triple casquette de scénariste-réalisateur-comédien, Ralf voit le cinéma comme un art thérapeutique. Il souhaite proposer sa propre vision du monde en s’inspirant des personnes qui l’entourent alors que jouer lui permet de se « défouler » et d’entrer dans la peau de nouveaux personnages. Parmi ses grandes inspirations, il cite Pedro Almodovar pour son extravagance et la subtilité du traitement des personnages, mais aussi les femmes de sa grande famille ! Toujours très inspiré par ce leitmotiv familial, il réalise en 2017 son court-métrage « Retrouvailles ».

 

 

Florian Cahuzac est ALEX

 

 

Depuis toujours, Florian poursuit des études de guitare classique à Montpellier, où il a grandit. Il arrive à Paris en 2011 pour intégrer une formation de chant lyrique pendant quatre ans au Jeune choeur de Paris. Il se lance ensuite dans une carrière de compositeur, pourtant son intérêt pour le métier d’acteur est grandissant. L’actorat s’impose finalement à lui lorsqu’il est repéré dans son club de boxe pour passer un casting. Toutes les cordes de son arc sont mobilisées pour jouer, incluant la musique et la boxe. Aujourd’hui, il étoffe son expérience et continue à passer des castings. Il se sent très inspiré par les acteurs anglais, Tom Hardy et Jack O’Connell en tête. Annonce au futur réalisateur d’un biopic sur Jean-Paul Belmondo, vous avez trouvé votre protagoniste idéal !

 

 

Hannah Walti est CANNELLE

 

 

Hannah quitte Sherbrooke au Canada en 2015 pour débuter un Bachelor en Practical Filmmaking en Angleterre. Deux ans après, elle passe de l’autre côté de la Manche pour rejoindre Paris et continuer ses études en cinéma avec un master Scénario & Réalisation à l’ESRA. Elle ambitionne plus particulièrement la réalisation. Toutefois, Hannah s’intéresse à tous les postes d’un tournage mais avoue avoir un grand amour pour les acteurs. Elle aime diriger les acteurs et jouer elle-même. Pour ce rôle, elle compte emprunter à Kirsten Dunst, Drew Barrymore et Françoise Dorléac dans « Les Demoiselles de Rochefort ».

 

 

Anne Froment est EMILIE

 

 

Anne passe son enfance dans une itinérance familiale qui l’amène à connaître plusieurs pays puis à 11 ans, s’installe avec sa famille en région parisienne.  Emerveillée par le cinéma depuis toujours, après une licence de cinéma à Paris 3, elle poursuit un master de Scénario & Réalisation à l’ESRA pour plus tard écrire et réaliser ses propres films. Si sa première approche du cinéma se fait par le désir de devenir actrice, ne se sentant pas représentée dans le cinéma occidental, elle se tourne petit à petit vers l’écriture dans le but de créer des personnages qui lui ressemblent et de produire des histoires qui ne sont pas racontées. Ses réalisateurs fétiches sont Wong Kar-Wai et Jane Campion, elle est fascinée par les actrices de l'âge d'or hollywoodien mais se passionne aussi pour le cinéma engagé.

 

 

Richna Louvet est HELENA

 

 

Richna finit cette année ses études de théâtre aux Cours Florent. Née à Haïti, elle grandit dans la Sarthe puis passe deux ans à Londres avant de revenir en France pour entamer ses études théâtrales après avoir fait du théâtre amateur depuis l’enfance. Elle s’est tournée vers ce milieu par amour de l’écriture et par le désir de créer. Ainsi, Richna souhaite à terme mêler l’actorat et la mise en scène. Ses influences se situent plus en dehors de nos frontières, chez les anglo-saxons, avec une place particulière pour les humoristes américaines, notamment Kristen Wiig et Kate McKinnon, mais aussi dans un autre registre, Chloë Sevigny et Marina Foïs. En dehors de ses talents d’actrice, Richna aime peindre et… tatouer ! Si quelqu’un est à la recherche d’une bonne tatoueuse, c’est par ici !

 

 

Flora Mezino est JAYA

 

 

Venue tout droit de l’Ile de le Réunion, Flora arrive à Paris il y a quatre ans pour commencer des études de cinéma à l’université Paris Diderot. Marquée par le cinéma du réalisateur Danois Nicolas Winding Refn, sa façon de gérer la lumière et les couleurs, ses acteurs fétiche sont Cate Blanchett et Bruce Campbell. Pour expliquer son envie de cinéma, Flora en dit : « Parce qu’il n’y a jamais eut rien d’autre ! Ça a toujours été une évidence. Le cinéma, ce sont les après-midis de pluie avec mon père. Et même venir à Paris c’était écrit comme dans un vieux film français. »

 

 

L'équipe technique et artistique

 

 

Benjamin Paillettes : scénariste-réalisateur

 

 

Benjamin grandit en Normandie. Très jeune, il exprime un goût immodéré pour les disciplines artistiques. À 17 ans, il part en Irlande pour sa terminale, et se dirige ensuite vers une Licence Cinéma à l'Université Paris 7 en 2014, où il expérimente, notamment au sein des ateliers Cinéma auprès de professionnels. En 2016, il réalise son premier court-métrage auto-produit hors-cursus : « Les Petits Fours » qui lui permet de mieux comprendre son univers et le travail nécessaire pour le concrétiser. Il s’essaie aussi au jeu d’acteur, souvent au sein de la NNNV Agency. En septembre 2017, il intègre un master Scénario & Réalisation à l’ESRA. En parallèle, il lance le projet « Le Miroir de Minuit », véritable bilan de son parcours professionnel et personnel, constituant une équipe technico-artistique soudée. Le film sera envoyé en festivals afin de mettre en lumière sa patte, le jeu des acteurs et les acquis de cette jeune équipe !

 

 

Marisol Crisan : productrice

 

 

Abreuvée depuis sa plus tendre enfance de films les plus divers et notamment de comédies musicales, Marisol est issue d'une famille multi-culturelle où la cinéphilie semble le pendant naturel de la militance !

À 21 ans, étudiante en Master Cinéma à l'Université Paris 7, elle a choisi le domaine de la production. Elle a décidé d'apprendre les ficelles du métier en faisant des stages chez des producteurs indépendants, et en s'exerçant concrètement en tant que productrice dans des projets comme celui du « Miroir de minuit ».

Bientôt spécialiste du cinéaste Jacques Rozier et de ses déboires avec la production, elle s'apprête à résoudre des casse-tête pratiques et financiers, tout en rassurant tout contributeur par ses capacités de gestion et de transparence !

 

 

Mais surtout...

Alice Delamaire (assistante réalisateur), Elise Guerard (productrice), Iris Chassaigne (scripte), Naomi Amarger (chef opératrice), Kelly Thouroude (assistante caméra), Jean-Mathieu Fresneau (chef électricien), Pierréloi Fresneau (ingénieur du son), Léo Volcania (chef décorateur et costumes), Isabelle Espindola (assistante déco et costumes), Manon Mérad (maquilleuse), Tristan Ferreira-Lopès (photographe de plateau), Jean Marion-Magnan (documentariste)

 

 

 

Crédits photo : Tristan Ferreira-Lopès (décors) et India Lange (portraits acteurs)

À quoi servira la collecte ?

Les 2 800€ du crowdfunding nous serviront à compléter les financements que nous avons obtenus et à atteindre les 6 200€ de budget global.

 

Nous avons besoin de votre soutien pour :

- Louer la caméra, la machinerie et les lumières

- Nourrir toute l'équipe pendant les deux semaines de tournage en Seine-et-Marne

- Construire l'univers du film à l'aide des accessoires, du maquillage et des costumes

- Aider à la communication et l'inscription en festivals quand la post-production sera finie

 

Les fonds collectés lors de cette campagne de financement participatif seront intégralement perçus par Marisol Crisan, productrice de ce projet qui se chargera d’utiliser cet argent pour prendre en charge les dépenses citées ci-dessus et lancer le projet dès le 16 juillet. 

Derniers commentaires

Default-4
Benjamin et Marisol, félicitations pour ce bon démarrage et tous nos encouragements pour le tournage qui approche à grands pas ! A ne pas oublier pour le générique : Marta Liliana Juan y Omar Pasquier. Le compte "au nom de" voulait dire "Edgar O Larrègle et Irma Palacios de Larrègle.
Default-1
Une petite contribution et un énorme encouragement pour le projet !
Default-7
Félicitations pour ce projet, Benjamin, et bonne chance de réussite !