Un long métrage qui rassemble dix-sept réalisateurs et réalisatrices de la relève.

Large_profile2-1502430370-1502430382

Présentation détaillée du projet

En collaboration avec la Caisse Desjardins de la Culture, Kino est fier de soutenir ce projet de long métrage.

 

Les cinéastes participants à ce projet se voient accompagnés par Nathalie Courville, ambassadrice au Canada de KissKissBankBank et spécialiste en communication et en financement du domaine culturel. Finalement, la Caisse Desjardins de la Culture bonifie la campagne de 500 $ dès les premiers 1000 $ atteints. 

 

En participant à ce projet de sociofinancement, vous contribuez de manière significative à la production artistique de cinéastes de la relève tout en développant leur autonomie financière. Merci!

 

À l’intersection St-Denis/Maisonneuve, un nid de poule s’est dangereusement agrandi. Depuis, une étrange énergie circule, transformant l’atmosphère et les gens, créant un véritable chaos dans la métropole. Des citoyens deviennent fous, d’autres se transforment physiquement en créature, la nature s’en prend aux humains… 

 

Audric_cussigh_2-1509987479

Crédit photo : Julien Reliat

 

Tout peut arriver dans ce long métrage anthologique, qui regroupe la vision de dix-sept cinéastes de la relève. Ceux-ci racontent à leur façon les évènements décalés qui se produisent dans les différents quartiers en utilisant leur couleur, et un court format de 4 minutes. Le film s’inspire de « Paris, je t’aime », mais avec des sujets qui rappellent plutôt « La quatrième dimension ».

 

5-1509987493

Crédit photo : Johanna Moya

 

Le projet s’est développé au cœur du mouvement Kino, un regroupement de réalisateurs et réalisatrices qui vise à pousser la création cinématographique sans le soutien absolu des institutions. Tous les réalisateurs ont eu cette connexion au mouvement, qui leur ont permis d’expérimenter avec le médium, et d’apprendre à travailler avec des microbudgets.

 

C’est dans cet esprit que le projet a grandi, et le but ultime est de sortir du circuit festivalier des courts métrages, et d’entrer tous ensemble à l’international dans les volets longs-métrages.

 

Montréal Dead End bénéficie de l’appui de partenaires extraordinaires, tels que Cinépool, Département Caméra, Kino’00 et de L’inis.

À quoi servira la collecte ?

Le projet est construit avec l'aide de plusieurs artistes qui ont déjà tourné avec très peu de budget. Le cinéma est encore un art très coûteux, des dépenses doivent être faites pour aller plus loin, et donc soutenir les artistes dans le bon déroulement de leur tournage.

 

22375560_10155767099521804_9106142_o-1509985719

Crédit photo : Phil Latour

 

La plus grande partie du financement - 7 000 $ - sera distribuée aux cinéastes pour rembourser plusieurs frais de tournage, au coût de 500 $ chacun. C'est très peu pour réaliser les miracles que vous verrez à l'écran, mais c'est un minimum pour pouvoir payer une partie des dépenses (nourriture, transport, costumes et accessoires, équipement supplémentaire, etc.).

 

Tournage_re_my-95-1509985737

Crédit photo : Valentin Lucy

 

Le reste sera investi dans la distribution du film, la vie internationale du film, puisque les soumissions de festivals peuvent rapidement devenir chères. Et enfin, les fonds restants seront partagés entre les cinéastes, puisqu'ils ont dépensé plus de 1500 $ chacun pour leurs segments.

Thumb_montrealdeadend_photo_logo-1510170109
montrealdeadend

Les films sans issue est une compagnie de production montréalaise composée de Rémi Fréchette, Emilie Gauthier, Marcel Giroux et Marc Bertrand. Ils assurent la production de cet opus, réunissant le talent de Rémi Fréchette (réalisateur coordonnateur et directeur artistique du projet), Gaëlle Quemener, Emilie Gautier, David Émond-Ferrat, Priscillia... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Un projet extrêmement excitant! J'ai TRÈS hâte de voir ça!
Thumb_default
Félicitations Julie, lâches pas l'avenir est là pour toi, enfin! Richard
Thumb_default
à cause que pour voir des monste