Soutenez mon second court-métrage avec Lily-Rose Depp ! Premier palier 10 000€ !

Large_sans_titre-1529654421

Présentation détaillée du projet

Synopsis 

 

Y-a-t-il un âge approprié pour connaître son premier deuil ?


Paloma n’est pas précoce en la matière, elle a 20 ans et elle vient de perdre son grand-père. Toute sa famille se réunit la veille de l’enterrement dans la maison des grands-parents, remplie des souvenirs de son enfance. Sans qu’elle ne le voit ni ne le comprenne, Paloma se prépare à un saut. C’est ce saut que marque cette fin d’été.

 

 

Genèse du projet

 

    L’envie de faire ce film découle d’un désir de raconter une histoire qui est mienne. Avec Quel joli temps pour jouer ses vingt ans, je me suis plongée dans le souvenir de mon premier enterrement. Bien que ce n’était pas la première fois que j’étais confrontée à la mort, ce fut pourtant la première conscience du deuil que je développais. J’ai souhaité faire de ce projet mon second court-métrage de fiction d’une vingtaine de minutes

    La protagoniste de ce film est Paloma, une jeune fille de vingt ans. L’histoire se base sur son regard, et sur son parcours émotionnel face à l’événement qui l’attend : un enterrement. C’est un personnage qui est dans un rapport au monde autre que le reste des gens. Elle semble s’opposer à tout et vouloir se démarquer des autres par conviction, quand il ne s’agit en réalité que de pure maladresse. Je voulais faire de Paloma un personnage qui est en exploration permanente, bien qu’elle semble enfermée dans sa bulle. L’idée était de transmettre au spectateur la sensibilité de Paloma, en se plaçant au plus près d’elle.
    Le film s’intéresse à cette rupture avec le monde de l’enfance, qui peut advenir de manière plus ou moins brutale chez quelqu’un. Si cette histoire ne raconte que des instants de vie, elle dévoile aussi ce cheminement chez Paloma. Se confronter à la mort, et accepter d’entamer un deuil, c’est perdre une part d’insouciance. L’enfance nous protège de cette réalité trop dure, mais tôt ou tard chacun s’y confronte. Paloma y fait face à vingt ans, au même âge que moi. 

 


  

 Si j’ai emprunté les paroles de la chanson Septembre de Barbara en guise de titre, c’est aussi pour associer cette nostalgie d’une fin d’été que chante Barbara, avec la nostalgie de la fin de l’enfance. 
    J’ai voulu placer cette histoire dans une temporalité précédant l’événement qui réunit cette famille, puisque la confrontation au deuil de Paloma se fait précisément lorsqu’elle est entourée de ses proches. C’est une famille qui ne lui ressemble plus, qu’elle ne comprend plus. Pourtant Paloma ne cesse de les contempler et s’efforce à se faire accepter parmi eux, dans le monde des adultes. Paloma se prépare à « l’évènement » en observant le combat des autres. À la fin du film je voulais arriver à faire raisonner le cheminement de Paloma avec la phrase de Deleuze qui dit « Elle est devenue comme tout le monde mais à la manière dont personne ne peut devenir comme tout le monde ».

 

Une grande actrice

 

    Paloma sera incarnée par Lily-Rose Depp. J'ai l'immense privilège de la compter dans mes amies mais en plus de cela, c'est une actrice hors pair. Lily-Rose a une photogénie que seules les grandes d’actrices ont. J’ai eu la chance de la voir travailler sur les plateaux d’autres metteurs en scène. Aujourd’hui elle accepte d’être sur le mien. Sa beauté mystérieuse épousera avec force la fragilité de Paloma. Nous serons au plus près de son visage et de son regard, pour scruter le monde avec elle. 
  

1er rôle masculin : Félix Maritaud !

 

 

Félix Maritaud interpretera le rôle de Jules, le frère de Paloma (interprétée par Lily-Rose Depp). 

Jules est le pilier de sa soeur Paloma, c'est son grand-frère. Alors que toute la famille autour d'eux est en train de faire face à leur deuil, Jules et Paloma semblent s'en écarter. Paloma repose sur son frère pour l'aider à aller vers ce monde inconnu des adultes.

Jules, c'est celui qui est prêt à vivre les choses en premier, pour ensuite initier sa soeur. 

 

J'ai eu la chance de faire une belle rencontre sur le tournage de 120 battements par minutes, en rencontrant Félix. Après ce tournage, j'ai de suite pensé à lui pour ce personnage. Nous en avions discuté mais Félix commençait à enchainer les beaux projets, et de mon côté, il était encore trop tôt pour que je me lance dans cette aventure. 

Or le temps a passé, et nous nous retrouvons aujourd'hui, tous les deux prêts à faire ce film ! 

 

FILMOGRAPHIE DE FÉLIX MARITAUD :

 

120 Battements par minute, Robin Campillo, 2017

Un couteau dans le coeur, Yann Gonzalez, 2018

Sauvage, Camille Vidal-Naquet, 2018 (Prix Fondation Louis Roederer de la Révélation, à la Semaine de la Critique à Cannes)

 

Le décor

 

  Cette histoire repose beaucoup sur un lieu. La maison a une place aussi importante que la famille qui l’habite. Je voudrais que ce soit une maison bordée de vignes, d’arbres et de fleurs, rendus d’autant plus présents par la lueur de l’été. L’idée serait d’avoir une maison qui ressemble à beaucoup d’autres, mais qui serait sublimée par la nature qui l’entoure et la recouvre jusqu’à la rendre unique. 

 

La mise-en-scène


    En plaçant cette histoire en été, mon intention était de travailler l’image du film avec une certaine lumière. Le film se déroule sur deux journées. Trois éclairages accompagnent l’histoire : une fin de journée d’été, une nuit, et une matinée d’été. L’intérêt de ce choix, est d’apporter une couleur saturée à l’image. L’idée serait que l’image du film raconte l’été qui évolue au même rythme que Paloma. La cérémonie qui clôture le film marquerait une fin d’insouciance chez Paloma comme une fin d’été à l’image.

 

 

 

Qui suis-je ?

 

 

 

   J'ai fait mes premiers films documentaires au cours de mes études de cinéma à Paris VIII. En parallèle j'ai découvert les plateaux de cinéma dans des premiers stages. J'ai notamment rejoint la régie pour 120 battements par minute, puis la mise-en-scène sur les plateaux de Vincent Mariette ou encore de Louis Garrel. C'est sur les plateaux de cinéma que j'ai tout appris. J'y ai fait des rencontres incroyables. La plus belle peut-être, restera celle avec Lily-Rose Depp. Nous avons eu la chance de tourner deux fois ensemble. Aujourd'hui elle accepte de participer à ce petit projet pour moi. 

 

   Voulant faire mes preuves avant de commencer cette aventure avec une grande actrice, j'ai voulu écrire et réaliser un plus petit court-métrage au préalable. C'est ainsi que j'ai réalisé mon premier court-métrage de fiction en janvier 2018, L'anniversaire. Je suis actuellement en post-production. Il devrait être prêt début juillet. Je partagerai tout prochainement le lien avec cette communauté. 

 

À quoi servira la collecte ?

Pourquoi ce crowdfunding ?

 

 

Grâce à votre soutien, le tournage se fera en septembre et pourra être projeté autour de 6 mois plus tard. 

 

Malgré cette "tête d'affiche", ce film reste difficile à financer. Je n'ai pas la chance d'avoir une boîte de production derrière moi faute de temps pour trouver des aides financières dans des délais imposés, puisque ce film doit se faire avant la fin de l'été. Pour gagner du temps je peux le réaliser fin septembre, dans le sud de la France où il fera encore beau. 

 

Mon unique solution est donc de demander votre aide. Le financement participatif m'aiderait à récolter une somme qui pourra peut-être permettre au film de voir le jour. Je percevrai donc l'intégralité de la collecte pour la reverser dans toute la création du film. 

 

Le premier palier est à 10 000€ pour lancer les cartes ! Hélas avec cette somme le film ne pourra être réalisé

 

C'est pour cela qu'il faudrait le dépasser, et atteindre la somme de 20 000€ !

 

Pour que vous vous rendiez compte voici une petite idée des couts de ce court-métrage (sans payer l'équipe) :

 

- Transport / Défraeiements / Régie : 10 000€

Le tournage ne se fait pas à Paris mais dans le sud de la France. Il faut donc prendre en compte le déplacement de chaque membre de l'équipe (une quinzaine) et de chaque comédien (7 personnages dans mon film). De plus le tournage aura lieu pendant 6 jours, il faut donc nourrir cette équipe. 

 

- Moyens techniques : 10 000€

Il faut pouvoir louer du matériel technique pendant 6 jours, le faire venir dans le Sud. Plus j'ai d'argent, plus je peux louer du bon matériel, et ainsi faire de beaux plans, avec une belle lumière.

 

- Location de la maison : 1 000 €

 

- Post Production : 1 000 € minimum

Sans oublier qu'un film est loin d'être terminé après son tournage, il faudra assurer sa post-production. C'est-à-dire bénéficier du travail de nouveaux techniciens et louer des salles de montage, par exemple un auditorium pour le montage son.

 

Dans le cas miraculeux où nous dépasserions l'objectif, l'argent servirait à rémunérer le travail de tous les techniciens et comédiens qui participeront à ce film.

 

Thumb_f1000002-1529330236
Pauline-GARCIA

Après une double Licence en Histoire de l’Art et d'Anglais à l’Université de Toulouse, j’ai rejoint la formation de cinéma à l’Université de Paris VIII. C’est au cour de ce Master Réalisation que j’ai écrit le scénario de Quel joli temps pour jouer ses vingt-ans. Ayant travaillé pendant deux ans sur ce scénario, et n’ayant jusqu’alors réalisé que... Voir la suite

Derniers commentaires

Default-5
Bon courage pour le film ! :)
Default-1
Bonjour, ami Cap Horizon de votre père nous avons souvent partager notre bonheur et fierté de voir nos enfants réaliser leurs rêves. Plein de belles choses pour vous et tous ceux qui vous accompagnent dans votre projet Eric et Bénédicte Laviolette
Default-7
Pauline, j’espère que cette petite contribution ajoutée aux autres te permettra de mener à bien ce beau projet. À bientôt. Stéphanie & Arnaud.