Nous avons besoin de vous pour numériser et restaurer les films de Jean-François Stévenin : PASSE-MONTAGNE, DOUBLE MESSIEURS et MISCHKA.

Large_banni_re_kkbb_st_venin_def_2-1507643450-1507643460

Présentation détaillée du projet

Mot-1506012835

Comme réalisateur, auteur, et coproducteur j’ai tourné trois films : Passe-Montagne en 1978, Double Messieurs en 1986, et Mischka en 2002.

 

Stev-1505987480

 

Ayant participé à plus de 200 films comme acteur, je ne connais que les plateaux de cinéma. Pour écrire les scénarii de mes films, j’avais une impérieuse prédilection pour le vécu qui ne s’invente pas, le besoin d’avoir intensément frôlé des personnages réels et leurs histoires, que je pouvais m’autoriser sans les trahir à utiliser pour une histoire à moi…« Inventer du vrai », j’ai bien ramé à cette fastidieuse cuisine !

 

À droite-gauche du chemin, il faut sans cesse cueillir et bricoler des brindilles de vie, laisser infuser longtemps, improviser soudain.

 

Ça prend plusieurs années. Puis, quand l’histoire se profile un peu, il faut choisir dans la profusion et bien battre pour faire monter la fiction du futur Film. Imaginer/échafauder les séquences qui se bousculent en nombre pour esquisser la structure du Film, d’autant que les personnages principaux en croisent d’autres qui s’invitent à la danse au gré de mes souvenirs et des décors entrevus…

 

Planche2-1506010551

 

C’est souvent lors de nombreux voyages/repérages que le projet se précise le mieux pour moi, car on roule tous les deux vers le Film, destination unique de ces précieuses parenthèses.

 

Ainsi j’ai fréquenté une belle variété de gros voyous et des super-flics. Mais aussi des bûcherons (Passe-Montagne), des restaurateurs brillants et atypiques,  Monte Hellman aux USA : grand fan de Passe-Montagne, c’est lui qui m’avait ouvert les yeux sur mon envie cachée de réaliser mon premier film,  avec son film Macadam à deux voies en 1970.

Mes quatre enfants et leur Maman m’ont bien supporté, dans les deux sens du terme : ils jouent tous dans mes films (influence de mon ami et maître François Truffaut – sept films avec lui à différents postes et influence déterminante de John Cassavetes, mon maître absolu !).

 

_planche-1505991803

 

Quand le Film est enfin là et que je peux le raconter comme si je l’avais vu, il faut passer à l’Écriture. Et là, personne sauf moi hélas ! Car le Film est totalement personnel, un rigodon un peu inquiétant  d’ambiances… La caméra et les acteurs obéiront à une chorégraphie ambitieuse de plans séquences qui seront hachés dans un montage elliptique pour permettre au spectateur de déguster des dialogues non explicatifs.

 

Écrire mille pages et les réduire comme une bonne sauce aux 120 pages d’un scénario classique, pour que chaque lecteur ait l’impression d’avoir vu le Film après l’avoir lu.

 

Trois films en quarante ans, trois scénarii, accouchés à chaque fois au terme de longues marches dans mes forêts jurassiennes propices à la rêverie…

 

… Car on a tous un petit gouffre chez soi et la vérité c’est qu’on aime bien approcher ses pantoufles du bord…

 

Planche1-1506010504

 

Tourner chacun était chaque fois pour moi vital : j’étais embarqué sur une rivière sans retour. Je n’avais pas de marche arrière, ni d’autre scénario.

 

Avec le temps, ces trois films sont devenus « cultes », c’est Thierry Frémaux qui le dit et me fait l’hommage d’être invité d’honneur avec une master-class pour les présenter au Festival Lumière à Lyon en octobre 2017.

 

Le CNC m’a aidé pour mes deux premiers films qui rentrent dans le cadre défini des films tournés avant l’an 2000. J’en suis très honoré, mais ce n’est hélas pas suffisant car il y a mon troisième film Mischka tourné après 2000. J’ai fait l’étalonnage au laboratoire Eclair qui finalise actuellement la numérisation et la restauration. Sans ces  opérations les films seraient bientôt aux oubliettes, comme s’ils n’avaient jamais été tournés ! Maintenant ils vont rester vivants et pourront être édités en DVD ou ressortir en salles avec une bien meilleure qualité qu’à l’origine !

 

J’ai créé ma petite société Sagamore Cinéma pour avoir l’autorité sur le montage final et sur le mixage. Je l’ai nourrie avec mes cachets d’acteurs, qui se font de plus en plus rares…

 

Voilà, vous savez tout, merci de votre aide éventuelle et si urgente !

 

Jean-François Stévenin.

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Collecte-1506012847

Le patrimoine cinématographique français est d’une infinie richesse. Mais qu’en resterait-il aujourd’hui sans le travail de sauvegarde et de restauration qui permet aux œuvres de subsister au fil des décennies ?

En effet, la transition technologique dans l’industrie cinématographique vers le numérique est depuis longtemps entamée et les (r)évolutions se succèdent : du VHS au DVD, du DVD au Blu-Ray, et de la HD au 4K. Ces dernières menacent la préservation de nombreux films puisque leurs supports deviennent incompatibles avec les standards de diffusion actuels et futurs. Des œuvres entières ne sont plus accessibles ni en salle de cinéma, ni en DVD, VOD, ni même à la télévision.

C'est pourquoi il est essentiel que les films tournés sur support pellicule soient numérisés. Sortis entre 1978 et 2002, les trois longs métrages réalisés par le comédien et cinéaste français Jean-François Stévenin ont marqué leur époque et leur existence aujourd'hui menacée. 

Aussi, afin de donner une nouvelle vie à ces œuvres, les restaurer et les numériser est indispensable. 

Double Messieurs et Passe-Montagne ont pu être aidés par le CNC (Centre National du Cinéma et de l’image animée) : ces films ont été produits avant l'an 2000.

En revanche, Mischka, sorti en salle en 2002, ne peut bénéficier d'aucune aide publique. C’est pourquoi Sagamore, la société de production de Jean-François Stévenin lance une collecte KissKissBankBank afin d'aider au financement de la restauration de Mischka

Le montant de la restauration et numérisation pour Mischka de Jean-François Stévenin les trois films de Jean-François Stévenin s’élève à 20 000 euros, et il manque à Sagamore 6 500 euros pour achever les travaux techniques. 

Grâce à votre soutien, les 3 films pourront ressortir en salle de cinéma, et ils seront enfin réédités en DVD dans une qualité inégalée. 

Sagamore a besoin de votre mobilisation pour mener à bien ce projet et redonner vie aux films de Jean-François Stévenin. 

 

Merci par avance !

Note : Sagamore percevra l'intégralité de la collecte.

_proposdejeanfran_oisstevenin-1507301302

Acteur prolifique (il a joué dans 200 films), Jean-François Stévenin a également été assistant-réalisateur auprès d’Alain Cavalier, François Truffaut, Jacques Rivette ou encore Jacques Rozier. Il a réalisé trois films :

 

Passe-Montagne (1978)

Georges tombe en panne dans le Jura et rencontre Serge qui propose de le dépanner. Une étrange amitié débute... Une errance dans une nature omniprésente, inclassable et poétique. Avec Jean-François Stévenin et Jacques Villeret.

 

Double Messieurs (1986)

François, Léo et Kuntchinski étaient amis lorsqu'ils étaient enfants. Vingt-cinq ans plus tard, François retrouve Léo et ils décident de partir à la recherche de leur ami... Un film intensément libre. Avec Yves Afonso, Carole Bouquet, Jean-François Stévenin.

 

Mischka (2002)

Mischka est abandonné sur une aire d'autoroute par sa famille. Le vieil homme est recueilli par Gégène qui l'emmène dans une folle aventure... Une oeuvre solaire, ode à la famille que l'on se choisit. Avec Jean-Paul Rousillon.

 

Thumb_doc170-1-1504600969
restaurationjfstévenin

Acteur prolifique (il a joué dans 200 films), Jean-François Stévenin a également été assistant-réalisateur auprès d’Alain Cavalier, François Truffaut, Jacques Rivette ou encore Jacques Rozier. Il a réalisé trois films : Passe-Montagne (1978) Georges tombe en panne dans le Jura et rencontre Serge qui propose de le dépanner. Une étrange amitié... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
C'est avec plaisir de vous soutenir dans cette action
Thumb_default
NOUS ATTENDONS AVEC IMPATIENCE DE REVOIR LES FILMS DE JF STEVENIN EN SALLES !
Thumb_default
De tout cœur avec vous sur ce projet , pour que vive le cinéma