Des assises sur roues pour redonner aux personnes âgées le plaisir de danser

Large_affiche_12-1493655039-1493655047

Présentation détaillée du projet

En 2013, nous avons mené un premier atelier de danse sur chaise dans la résidence Albert Jean, EHPAD de Luneray (76810). Le personnel soignant, le kinésithérapeute de la maison, nous-mêmes danseurs intervenants, avons pu observer que certains patients retrouvaient des mobilités et engageaient des déplacements corporels inattendus.

 

Accroche-senior-mobile-nu-1493653092Nous avons alors décidé de collaborer avec Sophie Larger, designer, professeure à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, rencontrée lors d’une conférence design et arts plastiques à Saint Etienne. Il s’agissait de réaliser des prototypes d’assises mobiles qui tireraient profit des capacités musculaires même faibles, des personnes âgées à mobilité réduite.

 

Visuel-senior-mobile-2-1490024633L’idée était simple : profiter du peu de frottement induit par un système de roues et de roulements à billes, pour permettre aux personnes de provoquer divers mouvements dansés en mettant en jeu la tonicité de leurs bras ou de leurs jambes.

 

Plusieurs prototypes ont été imaginés et testés lors d’ateliers, menés en 2016 et début 2017. Chaque prototype engage la personne dans une relation dynamique avec un ou plusieurs partenaires de danse, et permet de recouvrer les sensations vitales de vitesse, surprise et plaisir liés à l’élargissement de la sphère kinesthésique et relationnelle, ivresse du déplacement et de la fluidité permise par les roues et augmentée par le désir de danser.

 

La beauté des objets en mouvement, leur insertion dans un environnement musical et festif réveillent les souvenirs de bals et de rencontres. Elles incitent à reprendre le risque du mouvement, du contact avec l’autre. Ces assises deviennent des objets intermédiaires interrogeant la personne fragile dans sa globalité d’être humain, social, avide de perspectives renouvelées.

 

Cette recherche a été menée dans le cadre du dispositif « Culture et Santé » en Normandie et elle a vocation à être reconduite dans ce même cadre en 2017. Un livret avec photographies et témoignages sensibles de personnes ayant assisté aux ateliers est accessible ici

 

Visuel-senior-mobile-3-1490024666Forts de cette réalisation et d’un bilan très favorable, nous voulons aujourd’hui élargir le projet, en proposant en premier lieu nos ateliers à d’autres institutions, éventuellement dans d’autres départements que la Seine Maritime : un projet en EHPAD à Arcueil, en lien avec une structure culturelle en région parisienne, est prévu lors de la semaine bleue (semaine nationale des retraités et personnes âgées) du 2 au 8 octobre 2017.

 

Mais aussi nous souhaitons élargir le projet à l’ensemble des personnes à mobilité réduite.

 

Visuel-senior-mobile-4-1490024699Toute personne peut être amenée dans le cours de sa vie à expérimenter une perte de mobilité, qu’elle soit momentanée ou plus définitive. Les assises que nous avons réalisées, ainsi que leur mise en jeu par des danseurs professionnels, permettent de repousser les limites de ce qui peut être vécu comme un handicap. Nous pouvons ainsi changer le regard que les personnes immobilisées portent sur elles-mêmes en leur donnant ou redonnant la possibilité de vivre le mouvement dans un cadre sécurisé mais vif, joyeux, avec la saveur du risque et le goût délicieux que procure la rencontre de l’autre.

 

Notre prochaine étape est donc d’inviter toute personne à mobilité réduite à un bal participatif sur roues, qui aura lieu pour la première fois au Théâtre du Drakkar à Neuville-lès-Dieppe (76) en partenariat avec l’APEI de Dieppe , le vendredi 16 juin à 20h.

 

L’APEI de Dieppe est une association (Association de Parents d’Enfants Inadaptés), aujourd’hui responsable de nombreux établissements accueillant des personnes touchées par divers types de handicap dans la région de Dieppe. Le Relais collabore avec l’APEI depuis plus de dix années sur un projet ambitieux de création en danse contemporaine qui a donné lieu à de nombreux ateliers et spectacles qui ont pu tourner et rencontrer un large public (voir plus de détails sur le site www.groupexpir.fr).

 

L’insertion du projet « Senior Mobile » dans le cadre du festival « Dieppe se Déchaîne » organisé par l’APEI en juin 2017 est le résultat d’un engagement constant de nos deux structures sur la question du décloisonnement et de l’ouverture du regard sur tous les types de handicap.

 

SENIOR MOBILE – l’équipe / les soutiens

Porteur du projet (association loi 1901 qui recevra vos dons) 

Le Relais Centre de Recherche Théâtrale / Groupe Expir (76590 Le Catelier)

 

Concepteurs

Vincent Lacoste, chorégraphe

Sophie Larger, designer

Lydia Boukhirane, danseuse

Mathias Dou danseur

Aurélie Varrin, danseuse

Jérôme Séron, photographe

Elsa Bacle, vidéaste

 

Partenaires publics « Culture et Santé »

DRAC Normandie Ministère de la Culture et de la Communication

Conseil Général de Seine Maritime

Agence Régionale de Santé de Normandie

EHPAD Albert Jean (76810 Luneray)  

 

Soutiens

Social Design plateforme web qui recense, promeut et tente de décloisonner entre elles les pratiques des concepteurs d’innovation sociale et culturelle. Visualisez le Diaporama réalisé pour l'exposition "L'expression du soin" - biennale internationale du design de Saint Etienne - mars 2017.

APEI de Dieppe – festivals « Dieppe se déchaîne » et « « l’Âme de fond »

  

Entreprise sollicitées

CockPit – Bernard Justin – prototypiste serrurier

Société Nouvelle Lécuiller – conception et fabrication de pièces en bois moulé

À quoi servira la collecte ?

Notre premier objectif est d’atteindre 3500€ pour augmenter le nombre d’assises mobiles.

 

Cet objectif étant quasiment atteint en avril 2017, nous démarrons une deuxième phase de la campagne avec un deuxième objectif de 1500€. Cette somme supplémentaire permettra de capter des images en caméra gopro et de réaliser une vidéo mettant en valeur le projet

 

La totalité des sommes sera collectée par Le Relais, Centre de Recherche Théâtrale, association loi 1901 à but non lucratif, reconnu d'intérêt général.

 

Visuel-senior-mobile-5-1490024866

 

Actuellement, quatre prototypes ont été réalisés et testés. Il nous faut réaliser six nouvelles assises de façon à porter à 10 le nombre de danseurs simultanément en mouvement.

 

Le montant de 3500€ correspond strictement aux coûts d’acquisition du matériel et de fabrication par un artisan spécialisé (frais de collecte KissKissBankBank déduits).

 

Chaque assise est conçue spécifiquement et réalisée à la main par un serrurier prototypiste. L’attention avec laquelle chaque pièce est réalisée est le meilleur garant de sa qualité et donc de la sécurité des personnes qui l’emploieront pour danser.

 

Ces nouvelles assises, au nombre de 6, seront pour deux d’entre elles des assises basses avec double type de roulement (roues au sol et platine avec roulement à billes directement sous l’assise), les quatre autres seront assemblées sous la forme d’un banc pouvant accueillir deux personnes côte à côté, et d’une causeuse pouvant accueillir deux personnes en position de dialogue face à face.

 

Ces assises sont nécessaires pour permettre la tenue du bal participatif sur roues le vendredi 16 juin 2017, et les suivants.

 

Si la collecte atteint 3500€

 

Le budget sera réparti de la manière suivante:

Budget-assises-2017-1490649159

 

Le deuxième objectif de 1500€

 

Cette somme supplémentaire sera utilisée de façon à créer un outil vidéo de qualité permettant de présenter le projet en images.

 

Le défi d’une telle vidéo est de retranscrire l’intimité de la relation entre le danseur et la personne âgée qui éprouve le mouvement, le plaisir de la vitesse, la surprise des rencontres et des changements de paysages.

 

La caméra gopro a été inventée pour saisir des images de glisse, que ce soit sur eau ou sur neige, en prenant le point de vue du sportif qui défie les vagues ou les descentes à pic. Nous souhaitons utiliser la même technique pour faire comprendre à quel point Senior Mobile est une aventure pour ceux qui se prêtent au jeu de la danse. L’immensité de leurs sensations est à l’échelle du déplacement qu’ils opèrent, et en témoignent les visages à la fois concentrés, ou détendus, ou souriants, ou parfois explosant de joie des participants.

 

Le budget de cette deuxième étape de la collecte sera distribué de la manière suivante :

 

Budget-2-kkbb-1493653371

 

Merci pour votre soutien !

 

Vincent Lacoste / Sophie Larger

Thumb_avatar-senior-mobile-1490032230
Le Relais

Vincent Lacoste est metteur en scène et chorégraphe. Il dirige sa compagnie, le Groupe Exir, depuis 1995 et il a créé en 2001 Le Relais, lieu d’accueil en résidences, espace dédié à la recherche et à l’expérimentation artistique, où circulent de nombreux artistes du spectacle vivant (danse, théâtre, musique, arts numériques). Il conçoit son travail... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Qu’est-ce qu’un reçu fiscal ?

C’est un bordereau de déclaration édité par l’administration française (cerfa N° 11580*03) et qui vous sera délivré par Le Relais. Il fera apparaître le montant de votre don. L’obtention de ce reçu vous permettra en tant que particulier de déclarer ce don manuel (article 200 du Code Général des Impôts), ce qui donnera lieu à une réduction d’impôts de 66% de la somme versée, dans la limite de 20% de votre revenu imposable. Dans le cas où vous êtes redevable de l'ISF, le rescrit fiscal vous permettra une déduction de 75% de votre impôt sur la fortune (article 885 du CGI).

+ Un reçu fiscal est-il valable pour les entreprises ?

Oui, il s’agit du même bordereau de déclaration. La déduction fiscale pour une entreprise imposable est fixée à 60% de la somme versée dans la limite d’une somme de dons annuels plafonnée à 5/1.000 du chiffre d’affaires (article 238bis du CGI).

+ Vous êtes soutenus par les institutions publiques, pourquoi une campagne KissKissBankBank ?

Le projet est soutenu dans le cadre du dispositif « Culture et Santé », qui a pour vocation de rémunérer les interventions d’artistes dans des maisons médicalisées. Il est de ce fait difficile de porter au budget le coût de matériel et de réalisation des assises. Le projet d’élargissement à d’autres publics que les personnes en institution constitue un autre frein, tout en correspondant mieux à une ouverture à la société civile, d’où notre choix de recourir a KissKissBankBank.

+ Y a-t-il une manière de participer plus activement au projet ?

Votre soutien financier est une première façon de participer au projet parce qu’il le rend possible. Les bals participatifs organisés dans des lieux publics comme le 16 juin prochain seront ouverts à tous. Par ailleurs tout relais d’information sur le projet, que ce soit dans votre réseau amical, professionnel ou académique, peut être précieux pour son développement, son rayonnement.

+ Faut-il avoir une mobilité réduite pour participer aux bals ?

Non, la beauté de la démarche est de placer les uns et les autres dans une situation d’égalité. Cette égalité commence par s’asseoir au même niveau, et sur une assise de même type. Tout se joue ensuite dans le contact de la main, du regard, dans la sensation globale et commune du mouvement induit.

+ Y a-t-il une démarche scientifique qui valide ce projet ?

Le projet a été possible grâce à la confiance de l’ensemble du personnel de la maison de retraite Albert Jean à Luneray, dont celle de l’équipe médicale et soignante, notamment Jean-Yves Marc, kinésithérapeute. Forts de cette confiance, nous avons pu expérimenter et suivre un parcours empirique dans la réalisation du projet. Nous souhaitons maintenant nous rapprocher du milieu académique, des chercheurs ou penseurs concernés par la question du vieillissement, de la prise en charge des personnes vulnérables, et du handicap dont la définition est toute relative.

+ Les assises que vous avez créées ont-elles vocation à être utilisées au quotidien ?

En l’état actuel, ces assises ne sont pas réfléchies comme des objets quotidiens. Elles sont objets de médiation, entre une personne à mobilité réduite et un danseur. Dans cet espace de la relation à deux, peuvent être invitées d’autres personnes. C’est ce qui s’est déjà produit lors des ateliers, et ce qui se passera lors des bals participatifs. Ces rencontres auront cependant lieu sous le regard de professionnels qui conditionne les mouvements, le rythme des déplacements, et plus globalement l’utilisation des assises de façon à rester dans une pratique sécurisée. L’adaptation à une utilisation quotidienne pourra éventuellement être envisagée ultérieurement.

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne continuation !
Thumb_default
bonne réussite à ce projet !
Thumb_default
Bravo pour ce très beau projet qu'on est heureux de voir réalisé ! Romain