Soutenez la création de "Sniper, Guerrilla, Shark, Razor et les autres"

Large_sniper-cover-kiss-1526484127

Présentation détaillée du projet

UNE PIECE CHOREGRAPHIQUE SUR LE TRADING HAUTE FREQUENCE POUR 4 DANSEURS ET 12 ROBOTS QUI NOUS INTERROGE SUR LA RELATION ENTRE TEMPS MACHINE ET TEMPS HUMAIN. ENTRE ASSERVISSEMENT ET REVERIE, INSPIREE DE L'UNIVERS DE JACQUES TATI ET LIBREMENT ADAPTEE DE L'OUVRAGE 6/5 DE L'ANTHROPOLOGUE ALEXANDRE LAUMONIER. http://www.zones-sensibles.org/livres/6-5/

COMMENT RETROUVER UN TEMPS EN SUSPENS, UN TEMPS POUR PENSER, REVER.... DANS NOTRE TECHNOSPHERE D'AUJOURD'HUI ?

 

UN PROJET INTERDISCIPLINAIRE DEVELOPPE EN COLLABORATION AVEC LE LABORATOIRE MOCIS DE L'UNIVERSITE DE LILLE (POLYTECH'LILLE) ET LE CRIL (CENTRE DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE DE LENS).

 

« Trois millisecondes dans le temps informatique représentent une heure de temps humain. » Alexandre Laumonier, 6.

 

 

SYNOPSIS

Un narrateur, Sniper, algorithme boursier fantomatique, vit dans un monde nanotemporel qui échappe à notre champ de perception. Il nous raconte son histoire et celles de ses ancêtres humains et algorithmiques, celle de ces fourmilières hurlantes, gesticulantes, places boursières aujourd’hui désertiques. Il déroule le récit de la quête frénétique d’un temps réel toujours plus réel. Une épopée absurde, burlesque où cohabitent et se confrontent différentes échelles temporelles, le temps y est étiré, dilaté ou contracté.

Sniper et ses amis nous donnent à voir en temps réel leurs comportements, nous livrent leurs stratégies inspirées de stratégies ancestrales, guerrières ou cynégétiques, les règles du jeu auxquelles nous sommes tous soumis. La pièce est en VO sous-titrée en français, seul le langage algorithmique y est parlé, chanté, interprété par les danseurs.

 

 

INTENTION

Convoquer une réflexion sur la quête frénétique d’un temps réel toujours plus réel jusqu’à ce que cette notion se vide de son sens, jusqu’à l’avalanche puis l’effondrement et l’évanouissement, les échelles temporelles dépassant notre seuil de perception, sur l’inhumanité violente d’une nano temporalité, point paroxysmique d’une course à la vitesse commencée il y a fort longtemps, pour une information toujours plus « live », du pigeon voyageur à la fibre optique. Cette quête se matérialise aujourd’hui par le développement de la fibre noire, réseaux de communication privés et opaques réservés quasiment exclusivement aux transactions boursières et permettant de gagner quelques millisecondes dans l’acheminement des ordres jusqu’à ce qu’un autre trajet ou qu’une autre technologie le supplante de quelques millisecondes.

 

 

La danse comme instrument de mesure et de démesure, convoque en creux une réflexion : qui garde le contrôle de quoi dans la vitesse des sociétés d’aujourd’hui ?

L’utilisation des électrodes sur le corps des danseurs, soumettre le corps des danseurs à des temporalités inhumaines, parle de cette absence de contrôle, de la violence de cette nano temporalité subie, de son absurdité, de son impossible transposition dans le monde physique, celui des corps humains et robotiques.

 

 

C’est aussi de cela dont nous parlent ces chants algorithmiques singuliers ressemblant étrangement à des chants de guerre. Le langage algorithmique n’est plus une succession de lignes de code sur un écran mais ce sont les corps des danseurs qui le disent, le chantent, le dansent inventant un nouveau langage, un nouveau code en utilisant des processus d’interprétation, d’appropriation, en détournant son territoire d’action en expression. La performance utilise deux modes d’écriture différents.

 

 

Au delà du Trading Haute Fréquence, cette performance donne à penser les discordances et contrastes rythmiques symptomatiques de notre monde, ces nano-temporalités qui échappent à notre champ de perception et les mutations qui en découlent. Quelle place est laissée au corps, à nos corporéités humaines, comment résistent-elles, quels espaces doit-on (re)conquérir ? Comment inventer de nouveaux territoires, de nouveaux langages ?

Cette pièce poursuit la réflexion d’Emmanuelle Grangier sur la relation entre humain et robot commencée avec la pièce Link Human/Robot.

 

L'EQUIPE ARTISTIQUE

 

Emmanuelle Grangier / Concept et chorégraphie

 

Daphné Clain / Danse et performance

 

Marion Parrinello / Danse et performance

 


Mario Branco / Danse et performance
 

 


Guillaume Le Boisselier / Création et performance musicale

 

Stéphane Cousot / Régie numérique et générale et Lionel Stora / Chargé de production et de diffusion (de droite à gauche)


Charles Sauvat / Graphiste et assistant régie numérique

 

 

L'EQUIPE SCIENTIFIQUE

 

Ce projet a été réalisé en collaboration avec le chercheur Rochdi Merzouki et les étudiants en robotique du laboratoire CRIStAL de l'université de Lille (conception et réalisation du prototype robotique) et le chercheur Fabien Delorme du CRIL, centre de recherche en Intelligence Artificielle à Lens (création des bots de Trading).

 

 

PARTENAIRES

 

Pictanovo www.pictanovo.com/

SACD https://www.sacd.fr

Le Cube, centre de création numérique http://lecube.com/

Fées d’hiver, Centres de création d'Arts Numériques Hautes-Alpes & PARIS /Parc de la Villette www.feesdhiver.fr/

Production cofinancée par Pictanovo dans le cadre du Fond Expériences Interactives avec le soutien du Conseil Régional Nord-Pas-de- Calais, de la Métropole Européenne de Lille, de la CCI Grand-Hainaut, du Centre National du Cinéma et de l’image animée.

 

Prix SACD Création Interactive

À quoi servira la collecte ?

L'intégrité de la collecte sera reversée à la Compagnie P.A.S. (dont la chorégraphe est Emmanuelle Grangier).

Nous sommes aujourd'hui au milieu de cette création à la fois d'un point de vue artistique et technologique.

La collecte servira à continuer et à finaliser la création.

 

1er Palier - 1500 euros : Finaliser la réalisation et la programmation des robots (tests et améliorations pour les conditions du plateau).

 

- Réalisation des tests et des améliorations pour les conditions du plateau par un ingénieur en robotique - 1000 euros

 

 

- Finaliser le programme qui permet de mettre en relation les robots et les bots de Trading - 500 euros

 

2ème palier - 4000 euros :

 

- Designer les dispositifs d'interaction portés par les danseurs en collaboration avec un designer pour rendre visible les impulsions électriques sans gêner le mouvement des danseurs - 500 euros

 

 

 

- Réaliser une dernière résidence de création en juillet 2018 au cours de laquelle aura lieu notamment la création lumière - 2000 euros

Thumb_logo-pas-1526397290
Cie P.A.S.

La compagnie P.A.S. a une double vocation : produire et diffuser des projets de recherche et de création interdisciplinaires, transmettre auprès de différents publics avec un intérêt tout particulier pour les jeunes enfants cette relation particulière qui existe entre l’art et la science ou comment l’art et la science ensemble nous permettent de penser... Voir la suite

Derniers commentaires

Default-3
Bravo pour ce très beau projet ! Vivement la première !