Une comédienne, une danseuse, un texte porteur d’une grande pulsion de vie pour parler du cancer autrement : un spectacle salutaire.


Disponible

Disponible

Bonjour à tous,


Dans le cadre d'Octobre Rose, la compagnie Croche reprend "Tu marches trop vite pour moi" spectacle théâtral et chorégraphié, d'après le texte inédit de Dominique Meriau.

Aux HERBIERS, le vendredi 2 octobre

    Théâtre Pierre Barouh (Herbauges) à 20h30
    Exposition photographiques
    de Nathalie Kaïd  "Aux seins de la vie"
    Réservation au 02 51 66 95 41

A NANTES, le mardi 13 octobre

    Salle Vasse à 20h30
    Réservation au 06 84 76 57 02
    ou 09 64 19 09 07

A ANGERS, le jeudi 15 octobre

    Salle Claude Chabrol à 20h30
    Séance organisée par la MGEN
    du Maine-et-Loire
    Renseignements au 06 81 10 90 75

    www.croche.fr

 

Tu_marches_trop_vite_pour_moi-1441871825

 

Merci de relayer cette information autour de vous !!!!

Disponible

« Tu marches trop vite pour moi !» jeudi 16 octobre 2014 à 20h30
Espace Culturel de Doué à 85610 Cugand

ATTENTION :
Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Réservation indispensable.

Cette représentation est organisée par la MGEN sur invitation et sera suivie d'un échange avec la salle.
Le nombre de places étant limité, les kissbankers qui souhaiteraient y assister, doivent impérativement s'inscrire auprès de Nadine Dugas (le Pont des Arts) au 02 51 36 24 74 / 06 84 76 57 02 ou assopontdesarts@wanadoo.fr
Sans votre invitation validée vous n’aurez pas accès à la salle.

 

Kkbb-1411981380

Disponible

Ouest-France 19-20 avril 2014

 

On a vu

 

Immersion poignante dans l'intime d'une cancéreuse

 

Les yeux tantôt embués de larmes, tantôt emplis d'espoir, la comédienne se glisse avec finesse dans la peau d'une femme cancéreuse en traitement.

 

« Tu marches trop vite pour moi ! » nous plonge dans son combat contre « le crabe maléfique ». Ses mots prennent aux tripes. Les gestes de la danseuse, symbolisant les états d'âmes et de corps, redonnent du souffle. Danseuse et comédienne ne font qu'une. Quand la souffrance  reprend du terrain dans l'esprit de la femme, la danseuse la ramène à la surface. Elle l'extirpe de l'espace, de la boucle faite d'une corde au sol, dans laquelle la comédienne, abattue, se cloître. La simple corde symbolise le passage d'un monde à l'autre. Du désespoir à l'espoir. La danseuse apporte une bouffée d'air. On suit les hauts et bas de la maladie à travers ses mouvements et les mots de la comédienne.

 

La metteur en scène, Nicole Turpin, en s'inspirant d'un vrai recueil de témoignages, frappe fort. Elle aborde un sujet tabou avec légèreté et poigne à la fois. L'intimité de la malade est livrée. Ses envies de caresses, d'affection, d'air pur. Son envie aussi d'être une femme et pas une malade à exterminer. Un simple dossier médical parmi d'autres.

 

Nicole Turpin donne les clés de compréhension aux médecins et proches de malades. Et les appellent à devenir des alliés dans ce combat contre le « tueur ». La fin sublime le message lorsque la comédienne regarde, projecteurs pleins feux sur son visage, le cancer droit dans les yeux. On se prend sa rage de vie en pleine face. En silence, seuls les frissons traversent le dos.

 

Mathilde LECLERC.

Disponible

Théâtre : « Un témoignage poignant » sur le cancer

 

Les mots sont puissants. Sur scène, le corps d'une danseuse les met en mouvement. Dans Tu marches trop vite pour moi !, la compagnie Croche nous parle du cancer. Et nous immerge dans l'intimité d'une malade.

 

Entretien : Nicole Turpin, metteur en scène du spectacle "Tu marches trop vite pour moi !"

 

Le spectacle a été conçu à partir du texte de Dominique Meriau « Est-ce que l'aimerai ça ? ». Que raconte cette femme sur son combat contre le cancer du sein ?

 

Au fil des étapes de sa maladie, Dominique Meriau a livré à l'écrit ses ressentis. Colère, peur, envie de vivre, d'aimer... Ses états d'âmes et de corps forment un véritable recueil. Elle aborde son cheminement de malade et les perpétuelles rechutes. Tantôt dans l'euphorie, tantôt dans le déni, elle tente de passer les épreuves une à une. Elle a conscience que ce cancer est en elle. Ce crabe maléfique Sa parole, décousue dans son carnet de récits, livre un témoignage poignant Poétique et réaliste.

 

Comment restituer, sur scène, un texte si fort et intime ?

 

Cette écriture très incarnée m'a plu. Elle a toutes les qualités requises pour laisser place à la création scénique. Nous sommes dans une dimension très esthétique. En partant d'un témoignage, on accède aux moments calés de la maladie. Le côté cyclique de la maladie, lié aux traitements, est illustré.

A la découverte de ces récits, j'ai tout de suite imaginé la présence d'un duo danseuse-comédienne sur scène. Les deux sont complémentaires. Odile Frédeval, comédienne, porte la majorité des textes quand Muriel est une allégorie de toutes les personnes. Les proches, les médecins et parfois même, le double d'Odile.

 

L'intimité du malade vous semble trop pou représentée sur les planches ?

 

Oui, cette mise en lumière manquait. La restitution de la parole d'une cancéreuse. avec tant de précisions, est peu courante. Or, tout le monde a déjà été plus ou moins touché par la maladie d'un proche. De près ou de loin. On nous parle souvent de l'avancée de la recherche mais la parole scientifique ne fait pas tout. En étant fidèle aux propos de Dominique Meriau, on sert de relais. Un relais centré sur l'être. Le spectacle vivant doit faire entendre cette voix.

 

Vous parlez d'une passerelle entre le monde de la culture et celui de la santé. La mise en scène permet ainsi do toucher au-delà dos malades ?

 

Elle permet de faire l'expérience intime du malade. Le médecin et les proches ne la perçoivent pas toujours. Là, on ouvre une nouvelle porte. Un regard différent. Ce spectacle fait aussi du bien aux soignants et aux aidants. Car au-delà de la maladie, le spectacle aborde la dimension de l'épreuve quelle qu'elle soit.

 

La cohabitation avec le cancer se ressent tout au long du spectacle. Est-ce une force pour aller de l'avant ?

 

Dominique Meriau demande à être reconnue, non pas comme dossier médical, mais en tant que femme. Elle revendique sa liberté en prenant sa maladie à bras-le-corps. Ne la subit pas. Et en montrant comment on s'en sort en se plaçant comme actrice, elle sublime le cancer. Elle tente de le vaincre avec toute sa conscience.

 

Après Fontenay et Saint-Hilaire de Riez, vous êtes à votre troisième interprétation. Quelle est la suite ?

 

Là, nous sommes encore dans le tâtonnement. Il faut encore quelques représentations pour que chacun prenne totalement ses marques. On aimerait aller dans tout le département, voire en région, à l'occasion de la campagne nationale d'Octobre rose.

 

Mathilde LECLERC.

 

Jeudi 17 et vendredi 18 avril à 20 h 30, spectacle au théâtre de La Roche.

 

Of_lry_17avril2014

Disponible

Disponible

Disponible

11 Jan

J - 7

J'ai envie de dévaler les pentes d'herbe en roulant tout entière comme lorsque j'étais enfant, de tourner en étendant les bras jusqu'à perdre l'équilibre et ne plus voir qu'un tourbillon de lumière tout autour, et aussi danser toute la nuit en buvant du champagne et en riant avec de jolis gens, et m'étonner de rencontrer des hommes qui me font vibrer, et me baigner nue dans la mer et faire la roue sur la plage, et découvrir une musique nouvelle et sentir mon âme se mettre au diapason, ouvrir les yeux sur un paysage magnifique, m'émouvoir du désir qui s'anime au creux de mon ventre et préparer la rencontre vibrante avec un amant, être couverte de caresses, et couvrir de caresse et sentir mon cœur s'animer d'amour profond, et rire et rire de complicité, et regarder mes enfants comme les plus belles merveilles du monde...Tumarchestropvitepourmoi_j-7

 

A bientôt !

Disponible

C’est pour « faire la nique au crabe maléfique », pour gagner du terrain sur les tabous qui accompagnent encore le cancer, que nous nous sommes lancés dans cette folle aventure.
Mettre en lumière, en mots, en mouvement, le chemin encore secret, solitaire, caché parfois, de ceux qui vivent l’expérience de la maladie. Faire de cette expérience privée, une expérience publique, un hymne à la Vie.

Un grand merci pour votre soutien...
 

Nous espérons vous voir à la première de "Tu marches trop vite pour moi !" à Fontenay-le-Comte dans une semaine...

Disponible

Ouest-France (page Vendée)
Vendredi 3 janvier 2014

 

Le spectacle Tu marches trop vite pour moi, c'est le défi de trois femmes artistes pour parler du cancer autrement, entre gravité et légèreté.


Odile Frédeval et Muriel Turpin jouent la première de Tu marches trop vite pour moi, le 17 janvier, à Fontenay-le-Comte. Ce spectacle s'attaque au cancer. Selon le souhait de Dominique Mérieau, l'auteur du texte : « Faire la nique au sale crabe maléfique. » Parce que le théâtre, c'est « mettre la vie des hommes en scène », tout en évitant le pathos, expliquent la comédienne Odile Frédeval et la metteur en scène et comédienne, Nicole Turpin.
Comment encore de nos jours, n'ose-t-on pas évoquer un cancer sans chuchoter, voire abréger la discussion ? Quand la ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, a révélé en novembre dernier qu'elle se soignait depuis des mois contre un cancer du sein, « nous nous sommes encore dit que nous allions dans la bonne direction : le spectacle vivant doit porter la parole à la lumière », explique Nicole Turpin.

Un traitement juste de l'émotion

Pour exprimer « l'appétit de vivre décuplé » de l'auteur malgré « un corps empêché », elles ont choisi « l'allégorie de la danseuse », qui sera incarnée par Muriel Turpin. « Notre défi est d'arriver à un traitement juste de l'émotion. Notre engagement artistique est aussi de créer une passerelle entre le monde médical et celui de la culture. »
Après les deux premières représentations à Fontenay et Saint-Hilaire-de-Riez, la compagnie Croche, qui héberge le spectacle, espère d'autres dates. « Cette pièce pourrait être un temps fort, une invitation à débattre dans la campagne nationale Octobre rose », projette la metteur en scène.
Odile Frédeval, Nicole et Muriel Turpin portent ce projet depuis deux ans, sans compter leur temps. Soutenues par les municipalités yonnaise, hilairoise et fontenaisienne, la Région des Pays de la Loire, la MGEN, elles ont fait appel au site Kisskissbankbank, un site de soutien participatif d'aide à la création artistique.

Vendredi 17 janvier, 20 h 30, espace Cassin, Fontenay-le-Comte.
Vendredi 7 février, à 20 h 30, salle de la Baritaudière, à Saint-Hilaire-de-Riez

Michèle BESSON
 

 

Of_03jan2014_vend_e1300

 

Disponible

Dernière période de répétitions du 7 au 11 janvier. Première à Fontenay-le-Comte le 17 janvier.

 

Voeux_2014-3

 

 

Disponible

Nouvelle période de répétitions à l'Auditorium des Sables d'Olonne...
 
Tu_marches_trop_vite_pour_moi-3402