"Je crois au moment. S'il n'y a pas le moment, à ce moment-là, il faut arriver à ce moment-là, au moment qu'on veut"

Large_page12image784-1523984824.jpg-1523984824

Présentation détaillée du projet

PRESENTATION DE MA PERSONNE

"On ne se connait pas encore, alors laissez moi me présenter. Apprenti réalisateur, je suis un grand fan de cinéma et d'écriture depuis bien longtemps. J'ai la chance de pouvoir réaliser mon second court-métrage en Mai, qui sera aussi mon projet de fin d'études. C'est pour cela que j'ai besoin de votre aide. 

Chaque contribution sera la bienvenue, je vous remercie d'avance pour votre soutien."

 

Pitch: “Une autre vie.”

En découvrant l'infidélité de sa femme, un père de famille décide de tout faire pour l’emmerder. Cette confrontation sera le point de départ de leur nouvelle vie. Malheureusement trop tard, l’amant éconduit va fusiller Alain qui aura vécu ses derniers jours de la manière dont il aurait aimé vivre sa vie.

 

Synopsis: “Une autre vie.”

La voix off d’Alain, notre narrateur et personnage principal, nous guide dans une immense maison. Tout ce qu’il nous dit est extrait d’un livre d’Arnold Schwarzenegger.
Nous découvrons enfin le visage de notre narrateur. Alain, la quarantaine bien avancée rejoint sa fille et sa femme durant le petit déjeuner. Persuadé que sa femme lui pose une question, Alain lui répond mais Nicole lui dit agressivement de se taire, elle est au téléphone à l’aide d’une petite oreillette. Alain s’assoit près de sa fille afin d’entamer une conversation mais elle prétend ne pas l’entendre alors que ses écouteurs ne sont pas branchés. Les deux femmes s'apprêtent à quitter la pièce pour vaquer à leurs occupations lorsque Nicole s'arrête près de son mari pour ajuster d'un demi-centimètre sa cravate. Elle remarque alors sa petite barbe de trois jours et lui dit d’aller se raser afin de ne pas lui faire honte.

Alain est sur le palier d’une maison résidentielle, un homme lui ouvre.
Alain, qui est huissier, doit l’expulser de chez lui. L’homme en face de lui perd complètement ses nerfs et tente de l'assommer avec sa table basse. En vain, les deux forces de l’ordre qui accompagnent Alain interviennent mais l’homme crache sur Alain et menace de le tuer.
Alain est planté devant le parvis de sa maison, terrifié comme un gamin lors du premier rendez-vous. Il finit par entrer, un bouquet à la main et surprend sa femme avec un autre homme. Trop lâche pour faire quoi que ce soit, Alain referme la porte et part de chez lui. Pendant son escapade nocturne, Alain rencontre un jeune homme en pleine séance
de musculation extérieure. Le jeune homme lui prête sa bible, le livre de Arnold Schwarzenegger. Il lui vient alors une idée.
Le lendemain, alors que Nicole accueille ses invités pour un dîner d’affaire, elle découvre avec stupeur des affiches de Bodybuilder et des accessoires de musculation en tout genre. Elle y fait abstraction et continue la visite. C’est alors qu’elle aperçoit un camping-car dans le jardin et ferme immédiatement les rideaux.
Alain débarque avec une heure de retard en tenue de sport et annonce son choix de devenir Bodybuilder. Nicole interrompt Alain, ce dernier lance une assiette contre le mur, suivi de sa fille qui l’imite. Alain quitte la table avec sa valise et son magazine de lingerie pour emménager dans son camping-car.
Alors que Nicole rentre des courses, elle surprend Alain en pleine séance de musculation avec Caroline, la voisine, une bombe d’une vingtaine d'années. Alain lui annonce alors que Caroline est sa coach sportive jusqu'à la compétition.
Pendant qu'elle nettoie les carreaux, Nicole surveille Alain à la fenêtre. Au même moment, Caroline lance à Alain qu’il serait super sexy avec un tatouage sur le biceps.Il voit que sa femme l'observe et en rajoute des couches.

Alors qu’il vient de finir sa séance, Alain entend Nicole crier dans la cuisine, qui vient de découvrir le chien destiné à sa fille. Il prend alors le chien dans ses bras et le tend vers Nicole qui se retrouve nez à nez avec l’animal. Puis, il l’offre à Constance qui est très heureuse. Il a une surprise pour sa femme. Il revient quelques minutes plus tard, en hoverboard habillé en postier. Désabusée, sa femme monte se coucher. Alain propose alors à sa fille de l’emmener où elle veut.
Alain et Constance partagent une partie de squash, le sport préféré de sa fille. Ils en profitent pour discuter et renouer leurs liens.
Le soir même, Nicole surprend Alain et Constance complice en pleine préparation d’un repas surprise, cela l'émeut.
Nicole observe Alain sur le toit du camping-car et esquisse un sourire.
Le lendemain matin, alors qu’il prend son chemin habituel pour son footing, Alain surprend sa femme à travers la baie vitrée d’un restaurant avec un homme. Nous découvrons enfin le visage de son amant, il s’agit d’Eric, l’homme violent qu’Alain a expulsé.
Alain ne le sait pas mais Nicole vient de rompre avec Eric la veille de la compétition.
Alors que leur séance vient de se terminer, Alain laisse apparaître sur son biceps un tatouage. Caroline voit désormais Alain d’un nouvel oeil.
Alors qu’il est en pleine épilation, Caroline débarque en nuisette dans son camping-car. Alain la repousse, Caroline furieuse le frappe et lui crache au visage.
Durant la nuit, Nicole rejoint Alain dans le camping-car et lui demande si elle peut dormir “chez” lui. Alain accepte et s’excuse. Nicole lui promet alors de venir à la compétition. Avant d’aller dormir, Alain sort prendre l’air au beau milieu de la nuit.
C’est à ce moment précis que Eric tue Alain au bord de la piscine. La voix off d’Alain réapparaît. Le cadavre d’Alain flotte dans l’eau devenue rouge. La voix off s'arrête.

 

 

Note d’intention:

Nous revoilà. Un an après mon premier court métrage,  nous nous retrouvons, vous et moi. Quelle chance n’est-ce pas? D’ailleurs, si vous voulez tout savoir ou pas d’ailleurs c’est pas vraiment une démocratie comme vous l’imaginez. Je suis assis au même endroit qu’un an auparavant et pourtant tout semble si différent. Un an, c’est long et en même temps, c’est pas grand chose me diriez-vous. Tout s’est passé si vite.

Au début, je me rappelle que j’avais à peine onze ans quand j’ai commencé cet étrange vocation ou plutôt ce besoin viscérale encré en moi, écrire. Enfin, jugez par vous même mais quand un gamin passe des heures devant des livres de créatures surnaturelles afin de trouver des ennemis pour un protagoniste nommé Néolion, c’est quand même peu banal. Mais le pire, c’est quand j'incarnais mon personnage à l’aide des nombreuses armures et armes collectées au fil des années. Puis, je courais dans mon jardin une épée à la main accompagné de mon plus fidèle destrier, Charlot. C’est mon chien hein, pas mon frère. Soyons honnête, ce serait un drole de prénom pour un enfant. Enfin bref. Qu’il grêle, qu’il vente ou qu’il pleuve, rien ne pouvait arrêter ma quête contre les forces du mal. Excepté la grippe, mais c’est une autre histoire. Ça a débuté comme ça pour moi, l'écriture.

 

    (Image d'une adaptation d'une scène de "Johnny Cash" réalisé en 2017)

Passons à ce qui nous intéresse réellement. Pourquoi faire ce film? Voilà la question à laquelle je vais tenter de répondre en étant le moins bref et le moins efficace possible.
Je plaisante évidemment. En tout cas, il y’a déjà ici un soupçon de réponse. L’humour.
Sans vous mentir, ce projet est apparu comme une évidence. Disons que pour la première fois, je me sens vraiment en symbiose avec mon film.
Pour moi, le thème du film ou du moins “ses racines” est la réalité de l'âge adulte et ses répercussions dans la sphère intime. Confucius disait “La nature fait les hommes semblables, la vie les rend différents.” D’ailleurs, je pense que le film avec un second degré évident parle justement de cette différence avec pour “sujets” cette famille atypique et instable.
On pourrait donc dire que mon protagoniste s’est fait bouffer par la vie. Qui peut vraiment lui en vouloir?
Quand je repense aux origines du projet, je me rappelle m'être interrogé sur comment je serai à cinquante ans, outre vieux et sans abdos je veux dire.
Rien que d’y penser, c’est l’horreur. Le pire ce serait de ne plus avoir de biceps, je vous jure que.. Ne parlons pas de malheur ici. Restons sérieux, je dois dire qu’aborder le sujet de la crise de la cinquantaine m’a toujours attiré. Je m’explique.
Je ne savais pas vraiment si tout ça c'était fait pour moi, le cinéma je veux dire. Et puis, on vous répète sans cesse que ce n’est pas un vrai métier et qu'il n’y que peu d’élus.
C’est de cette période de doutes que sont apparues les prémisses de mon ébauche.
Il y’a d’ailleurs une phrase qui retranscrit bien ma pensée sur la cinquantaine.

“La cinquantaine, c'est l'adolescence qui revient de l'autre côté de la vie adulte, le serre-livres correspondant avec ses troubles de l'identité, ses mauvaises surprises physiques et la force qu'il faut pour s'en accommoder..” Soyons honnête, vous construisez votre vie sur des fondements fragiles et après quoi? Vous vous réveillez un matin et vous avez l’impression d’avoir perdu vingt-ans de votre vie. C’est triste mais pas irrévocable parce qu’il en reste encore cinquante à vivre. Cinquante, je me suis peut être enflammé. Autant pour moi.

 

         (Image de mon premier court métrage "EDEN" réalisé en 2017)

 

A vrai dire, je crois que ce film, il est pour tous ces gens qui pensent que la vie s'arrête à quarante ans. Ceux qui trouvent des excuses comme “ma vie est derrière moi.”
Ceux qui se plaignent de la vie qu’ils n’ont pas eu mais ne font rien pour améliorer celle qu’ils ont.. Bref.

Il y avait derrière ces velléités d'écritures, une envie de raconter une histoire à la fois décalée et très noire qui témoigne bien de ma propre dualité, entre un pessimisme profond et un optimisme passager. Qui plus est, avec une réelle volonté de susciter chez le spectateur des émotions antagonistes extrêmes. Pas vraiment certain de cette formulation mais bon.

On peut donc dire que je me suis lancé le défi de réaliser un genre particulier.
Un mélange subtil entre comédie et drame, soit un travail minutieux semblable à celui d’un horloger. Et je dois dire que la tâche qui m'incombe de mettre en scène et de donner vie à cette petite ménagerie me fait frétiller d’avance.

Pour finir, je dirai que “Il y a tant de beauté dans le monde. Parfois j'ai l'impression qu'elle me submerge, de partout en même temps, mais c'en est trop. Mon coeur se remplit comme un ballon, prêt à exploser. Et là, je comprends qu'il faut que je lâche prise, que j'arrête d'essayer sans cesse de m'y raccrocher. Et ça glisse sur moi comme de la pluie. Et je ne peux plus rien éprouver d'autre que de la gratitude pour chaque instant de mon insignifiante petite vie. Vous ne comprenez pas ce que je suis en train de vous dire n'est ce pas ? Ne vous en faites pas, un jour, vous comprendrez.”

 

MON EQUIPE

 

ASSISTANT REALISATEUR : Nicolas GROLLEAU

 

CHEF OPERATEUR : Lucas COUROUGE 

 

CADREUR : Remi BRUNEAU 

 

EQUIPE ELECTRO

William LONGIS 

 

Vianney LETREUX

 

Paul CANGEMI 

 

INGENIEUR DU SON : Maxence CAGIGAL DEL SOLAR 

 

DAT ET SCRIPTE : Myriam BEJAOUI

 

REGISSEUR GENERAL : Arthur ESPAGNAT 

 

MONTEUR : Gautier PARANTEAU

 

LES PRINCIPAUX DECORS

 

La maison d'architecte

 

La salle de Squash

À quoi servira la collecte ?

La collecte sera répartie en quatre parties :

53% du budget est destiné à la location des décors (environ 400 euros)

- 20% du budget est destiné aux repas (environ 150 euros)

- 20% du budget est destiné aux accessoires (environ 150 euros)

- 7% du budget est destiné au défraiement de l'équipe et des comédiens (environ 50 euros)

En cas de dépassement du budget, nous pourrions payer un compositeur pour la bande-originale du film, louer du matériel, (drone.) et acheter des costumes de qualité. Apres la période de tournage, vos dons seront toujours le bienvenue pour pouvoir payer la post-production ou payer des frais en plus du tournage.

L’intégrale de la cagnotte sera reversée à Alexandre Leduc, producteur du projet. 

Le tournage aura lieu dans la région bordelaise du 2 au 5 mai.

Apres la période de tournage, vos dons seront toujours le bienvenue pour pouvoir payer la post-production ou payer des frais en plus du tournage.

Derniers commentaires

Default-1
participation de 50 € de Patricia et Bernard SALES participation de 100€ de François SAUVE
Default-1
participation de 50 € de C PROUZET
Default-2
Nous attendons le visionnage avec impatience! Aurélia & pierre