Aller au contenu

Une histoire de femmes

Court-métrage

Visuel du projet Une histoire de femmes
Checked circleRéussi
21
Contributeurs
Thursday, December 05, 2019
Date de fin
660 €
Sur 600 €
110 %

Il suffit d'une ligne pour faire changer les choses.

Suivre et partager

Une histoire de femmes

Une paternité imposée est le processus par lequel un homme se voit contraint, par la justice, de reconnaître un enfant et de subvenir financièrement à ses besoins.

                  
alt

Lorsque Arnaud apprend qu’il va être père, c’est toute sa vie qui est remise en question. Face à la volonté de sa petite-amie Charlotte de garder l’enfant, Arnaud va devoir faire face à cette paternité qui lui est imposée.


alt

Une histoire de femmes est un court-métrage ayant pour but de sensibiliser à la paternité imposée et en faveur de la création d'un statut de géniteur sous X. 

Le film met en scène l'histoire d'Arnaud et Charlotte, qui vont rapidement se retrouver face à ce dilemme de la paternité imposée.

Charlotte, une jeune cadre ambitieuse, est enceinte. Une grossesse non désirée. Cet évènement vient bouleverser sa vie, mais Charlotte se sent prête et souhaite garder l'enfant.

Arnaud est alternant dans une agence de communication. À l'annonce de cette nouvelle, c'est son monde qui s'écroule. Il ne se sent pas prêt à être père, du moins pas maintenant. 

Seulement voilà, Charlotte et Arnaud sont amoureux.

Comment vont-ils gérer une telle situation ? 


alt

La paternité peut-elle être imposée ? La question mérite d’être posée.

La paternité imposée, c’est le fait pour un homme de devenir père contre sa volonté, parfois même à son insu, et donc en dehors de tout projet parental.

Ces paternités imposées peuvent être d’une violence inouïe pour ceux qui en sont victimes. Elles brisent des vies, détruisent des familles et ont des répercussions parfois dramatiques sur la vie de l’enfant à naître.

Si les enfants « faits dans le dos » ont toujours existé, le phénomène demeure difficile à quantifier. Les dernières statistiques remontent à l’année 2010 et en première instance, de 1211 actions en recherche de paternité, à fin d’établissement de filiation et de 303 actions à fin de subsides, sans établissement de filiation.

Le sujet est en effet tabou, beaucoup d’hommes se taisent et se résignent dans le silence à être pères malgré eux. Il est vrai que s’ils résistent en ne reconnaissant pas l’enfant qu’ils n’ont pas désiré, la paternité leur sera de toute façon imposée par la justice si la mère fait les démarches nécessaires.

Si les femmes aujourd’hui disposent de multiples moyens pour ne pas subir une maternité imposée (contraception, pilule du lendemain, IVG, accouchement sous X) les pères eux sont dans une situation très différente notamment au plan juridique. Ils ne disposent tout simplement d’aucun moyen pour échapper à une paternité non voulue même si celle-ci résulte d’une fraude.

Ces hommes sont aujourd’hui quasiment dans la même situation que les femmes avant la loi sur l’avortement. Et de la même manière que l’on disait à ces femmes « qu’il fallait prendre leurs précautions avant » on dit aujourd’hui à ces hommes qu’il fallait prendre leurs précautions.

D’aucuns ont proposé d’instituer un statut de "géniteur sous X", sorte de procédure similaire à celle de l’accouchement sous X pour les femmes. L’homme au moment où il est informé d’une grossesse qu’il ne souhaite pas pourrait s’opposer à ce qu’elle l’implique. Les femmes auraient alors le choix de mener la grossesse à terme ou non. En toute hypothèse, le père biologique, une fois informé, pourrait faire part de son opposition et échapper, dès lors, à toute action en recherche de paternité ou à fin de subsides. L’idée n’est pas nouvelle, mais peut sembler difficile à mettre en œuvre.

Peut-on imaginer que le seul refus du père biologique, sans autres justifications, puisse constituer une fin de non-recevoir de l’action en recherche de paternité ?

POUR EN SAVOIR PLUS :


 

alt

 

CASTING EN COURS

 


alt

L'équipe se remplit peu à peu chaque jour. À ce jour, voici les personnes qui constituent notre belle équipe :

  • MISE-EN-SCÈNE
    • Réalisateur/producteur : Raphaël Chiche
    • 
    Auteurs : Ilan Aferiat et Raphaël Chiche
    • 1ère assistante réalisateur : Ambre Rambaud
    • Scripte : Marie Fritel-Sina
     
  • IMAGE
    • Chef opérateur prise de vue: Pierre Chabrier
    • 1ère assistante opérateur : Anaelle Le Magorou
    • 
    Électricien : Thomas Manivit
    • Photographe de plateau : Lili Franco
     
  • SON
    • Cheffe opératrice prise de son : Cécilia Revel
    • Compositeur : Jeremy Gaucher
     
  • DÉCORATION
    • Cheffe décoratrice / accessoiriste : Léa Britay
     
  • RÉGIE 
    • Régisseuse générale : Lauranna Peroni
    • Régisseur adjoint : Matthieu Bourchet
    • Régisseur : Kévin Enfrin
     
  • HMC
    • Cheffe costumière : Marina Massocco
    • MUAH : Juliette Bresset
     
  • POST-PRODUCTION
    • Directeur de la post-production : Valentin Ponot
    • 
    Étalonneur : Mathieu Gomez

À quoi servira la collecte

alt

Une histoire de femmes est entièrement auto-produit.

À ce jour, nous avons réuni un budget de 1.000€ pour la production de ce film.

Comme vous pouvez vous en douter, votre aide précieuse nous permettra de financer le reste du film, c'est-à-direla location de matériel pour la production.

alt

 

alt

Choisissez votre contrepartie

Contrepartie star

Pour 15 €

Contrepartie précédente + un lien pour voir le film en avant-première.
  • Contributeurs : 11

Pour 5 €

Votre nom au générique
  • Contributeurs : 4

Pour 25 €

Contreparties précédentes + recevez dans votre boite mail la version finale du scénario avant la sortie du film.
  • Contributeurs : 2

Pour 50 €

Contreparties précédentes + vous êtes invités à la soirée de fin de tournage !
  • Disponibilité : 15/15

Pour 100 €

Contreparties précédentes + vous êtes invité sur le tournage !
  • Disponibilité : 5/5

Pour 150 €

Vous êtes fous !

Une immense merci de la part de toute l'équipe. ♡ + (évidemment) toutes les contreparties précédentes.
  • Contributeurs : 2

Faire un don

Je donne ce que je veux