Pour la publicité et la mode nous sommes trop rondes, trop vieilles, trop pauvres, trop vilaines.. Aidez nous à lutter contre les clichés !

Large_bandeau-wordpress1-1514378737

Présentation détaillée du projet

Je m’appelle Ambre et je suis une jeune commissaire d’exposition passionnée de photographie. Cela fait bientôt 10 ans que j’ai quitté mon petit village breton pour m’installer à Paris et je suis littéralement tombée amoureuse de cette ville ! 

J’y ai rencontré des tas de gens passionnants et surtout beaucoup de femmes de tous âges, de toutes origines, …
Si je ne veux pas quitter Paris aujourd’hui ce sont grâce à toutes ces Parisiennes, de ‘souche’, de cœur, de passage, … Elles forment à mes yeux l’essence de la  capitale et sont si éloignées des clichés lisses, ultra-formatés que l’on diffuse sur les Parisiennes !

Alors à la fin de mes études, c’était une évidence, j’allais leur rendre hommage.

C’est ainsi que sont nées les Vilaines Parisiennes.

VILAINE, FEM SG. : désigne communément quelque chose de désagréable à voir, qui déplaît, qui est moralement laid ou indécent.

Le mythe de la Parisienne a traversé les siècles. Aujourd’hui, avec une trentaine de best-sellers publiés et des égéries telles que Charlotte Gainsbourg et Inès de La Fressange, la Parisienne représente toujours ce fantasme du bon goût et d’élégance à qui il faut ressembler.

Pour la publicité et la mode nous sommes trop petites, trop rondes, trop vieilles, trop pauvres, trop vilaines, … Et le poids des clichés pèse.

Pourquoi aucun artiste n’a encore osé questionner cet esthétisme ultra glamourisant ? C’était sans compter sur les Vilaines Parisiennes. 

Mamans, mamies, fillettes, travailleuses, femmes courages, vous êtes l’âme de Paris.

Plus qu’une beauté esthétique, il s’agit d’exposer des ‘photos de la vie’. Ce sont ces ‘femmes ordinaires’ qui font le lyrisme et la beauté de Paris

J’ai rassemblé autour du projet trois photographes talentueux qui m’avaient tapé dans l’œil : Marie Bouhiron, Stéphanie Pfeiffer (Gueules de Parisiens) et Kevin Doolan (Midlife in Paris), ont en commun leur attachement à la culture urbaine, à saisir l’instant, la rue, la vie au plus proche de sa réalité.

Ils nous racontent, chacun à leur manière leur histoire de la Parisienne avec ou sans mot, en arrêtant le flot de la vie ou le laissant s’agiter.

Par leurs portraits bruts, anti-conventionnels, ils proposent une façon profondément humaine de considérer le monde et rappellent que le militantisme positif de ces photographes travail est plus essentiel que jamais.

 

-Le vernissage aura lieu le samedi 13 janvier de 12H30 à 15h30 aux Folies Bergère (métro Grands Boulevards ou Cadet)

Pourquoi ce lieu ? Parce qu’il s’agit d’un lieu mythique de la vie parisienne depuis trois siècles qui a placé la femme au cœur de ses représentations à la Belle Époque et a accueilli de grandes militantes telles que Colette et Joséphine Baker. Il incarne la singularité féminine que les Vilaines Parisiennes défendent. 

MERCI :)

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira à payer : 

Tirages sur Alu-Dibond avec profilé de suspension:  30x50€ = 1500€

Design : 500€  

Buffet-Brunch vernissage : 500€  

TOTAL: 2500€ 

Les Vilaines Parisiennes percevra l'intégralité de la collecte.

Si la collecte dépasse le montant espéré, de nouvelles Vilaines Parisiennes seront éditées sur des formats 10x15 à distribuer, de nouveaux tee-shirts + sweat-shirts seront produits... Et au delà de ça, les Vilaines Parisiennes comptent grandir avec votre soutien autour de conférences, de nouvelles manifestations... Qui sait ? ;)

 

 

Thumb_photo_ambre-1514378812
Ambre.Blondeau

Jeune commissaire d'expo passionnée, mon ambition est d’exploiter l’art dans le but de casser les codes et d’amener le spectateur à une réflexion sur le monde qui l’entoure.

Derniers commentaires

Thumb_default
Trop belles les Vilaines☆
Thumb_default
Super bonne idée d'expo !! Hâte de la découvrir