ZOA, Zone d’Occupation Artistique - Festival de danse contemporaine et de performances

Art & photo, Théâtre et danse

Visuel du projet  ZOA, Zone d’Occupation Artistique - Festival de danse contemporaine et de performances
Cross circleÉchoué
13
Contributeurs
Monday, September 16, 2013
Date de fin
900 €
Sur 5 000 €
18 %

Du 7 au 13 octobre, le festival ZOA offre un tremplin aux artistes émergents en plein Paris !

Suivre et partager

ZOA, Zone d’Occupation Artistique - Festival de danse contemporaine et de performances

 

Le festival

 

ZOA, Zone d’Occupation Artistique, est un jeune festival de danse contemporaine et de performances qui veut donner une visibilité à des artistes émergents. Sa première édition, très réussie, a eu lieu en octobre 2012 à La Loge, dans le 11ème arrondissement de Paris.

 

Autoportrait_muriel

Photo affiche 2012 : "Autoportrait" de Muriel Bourdeau

 

Du 7 au 13 octobre, l’édition 2013 se déroulera à nouveau dans ce même espace convivial, chaleureux, propice à la rencontre entre les artistes et les spectateurs. Située au fond d’une cour pavée pleine de charme, La Loge, avec son bar rebaptisé pour l’occasion “La Grande ZOA”, favorise au fil d’une semaine dense le rassemblement d’une petite communauté. 

 

L_insurrection...

Photo E.Rioufol

"L'Insurrection qui ne vient pas", création 2013 de Clyde Chabot et André Eric Létourneau

 

 

Plateforme de lancement, cette pétillante pépinière s’adresse aux artistes et spectateurs qui préfèrent les terrains de jeu où règne encore l’aventure, et la jubilation qu’elle procure, plutôt que les espaces où tout est prévu, formaté, convenu.

ZOA partage avec le public le plaisir de la découverte, le bonheur du dépaysement : on y voyage, par des chemins de traverse, vers l’innovation !

 

La manifestation permet à des chorégraphes et des performeurs de présenter leurs créations, d’oser, de se sentir libres. Car Zone d’Occupation Artistique fait éclater les cadres et tourne le dos à la norme. Les artistes ont carte blanche pour parler de notre temps en abordant les thèmes qui les intéressent : la relation à l’autre, l’érotisme, le politique, le collectif, l’inconscient... Les disciplines se télescopent joyeusement : un plasticien créait en 2012 une sculpture pour inaugurer l’événement ; les chorégraphes adjoignent à la danse de la vidéo ; les performeurs flirtent avec la musique ou le théâtre.

 

Imminenceperrier_a.poupeney-hd

"Imminence", création 2013 de Mélanie Perrier

 

Le projet : Rendre le festival annuel !

 

Avec son identité forte, ZOA voudrait pouvoir se développer sur le long terme

En conviant le public à un rendez-vous annuel

En instaurant une fidélité à l’égard des artistes-compagnons de route

En continuant à prendre le risque de montrer des reprises, mais surtout des créations

En élargissant le cercle des spectateurs sensibles à la danse contemporaine et à la performance

 

Extrait de "Le risque zéro (n'existe pas)", création 2012 de Muriel Bourdeau en ouverture de la 1ère édition

 

La programmation

 

La plupart des pièces de 2013 seront des créations, souvent d’une durée de 30 à 40 minutes. Il y aura généralement deux spectacles par soirée.

 

Les artistes invités : Mélanie Perrier, Cristian Soto et Stéphanie Lupo, Clyde Chabot et André Eric Létourneau, Mohamed El Khatib, Enna Chaton, Eva Klimackova.

 

 

Evamove_4_r.f._roger_fusciardi

Photo R. Fusciardi

"move / au masculin" d'Eva Klimackova sera présenté en octobre 2013

 

 

Mélanie Perrier crée Imminence, dispositif pour deux danseuses et une éclairagiste. Dans cette chorégraphie, deux corps face à face se confrontent au désir. Le désir commence par tous les trajets vers l’autre. L’imminence, c’est le presque, non pas une échappée mais plutôt un mouvement qui n’en finit pas d’arriver. C’est un dialogue du pré contact, le détour et l’entour d’une approche, une vibration fugace et persistante entre deux corps…

 

Cristian Soto et Stéphanie Lupo créent This is the end. Auteur et metteur en scène, Cristian Soto évoque à la fois la fascination et la confusion intérieure d’un être humain aujourd’hui, pris dans un univers d’hyper fragmentation qui influence son mental et finit par le modifier dans sa relation au monde, aux autres et à lui-même. L’actrice-performeuse, dont une installation vidéo amplifie et modifie la présence live, devient l’image de cet être contemporain.

 

Clyde Chabot et André Eric Létourneau créent L'Insurrection qui ne vient pas. A partir de textes porteurs d’espoir et de révolte, l’auteur et metteur en scène française Clyde Chabot et l’artiste interdisciplinaire et compositeur québécois André Eric Létourneau entraînent des acteurs, musiciens et performeurs des deux pays à nous demander quels sont les mots qui parviennent à faire rêver aujourd’hui. Les mots qui éclairent, donnent le courage et l’envie de s’extraire de la sphère domestique pour tenter d’agir et de penser le monde et soi-même différemment.

 

Mohamed El Khatib crée Corps de Ballet, performance pour une femme de ménage et une danseuse. Corinne Dadat, femme de ménage, accomplit chaque jour avec ses outils ménagers un parcours gestuel. Le rythme, l’amplitude, la répétition de ses mouvements agissent ici comme un leitmotiv. Le corps de Corinne dialogue avec celui de sa « fille » qui est danseuse. Elodie prête en effet son corps au ballet quotidien effectué par Corinne Dadat… qui ne maîtrise pas « l’outil informatique » et se méfie du milieu du spectacle vivant !

 

Enna Chaton crée une Performance avec des personnes rencontrées par petites annonces. Ensemble, elles constituent un groupe. Ces gens de tous âges, toutes tailles, tous poids acceptent de se mettre littéralement à nu, devenant alors égaux, se montrant tels qu’ils sont, au-delà des stéréotypes, de la norme, des standards de beauté, de représentation des corps…

 

Eva Klimackova reprend sa pièce récente move au masculin, "symphonie spatiale" où un homme est parachuté dans un espace-temps futuriste. Une symphonie au masculin tendrement quotidienne : cet homme se révèle tantôt enfantin, sensible, rêveur, tantôt primitif, absurde, dur ou drôle...

 

 

 

À quoi servira la collecte

 

Malgré le soutien de nos partenaires, nous ne sommes pas en mesure de financer l’ensemble du projet de festival, aussi vos contributions serviront à :

 

- offrir une proposition artistique de qualité et suffisamment étoffée

 

- assurer l’accueil des équipes artistiques et techniques durant le festival

 

- intensifier la communication et la promotion de l’événement

 

- créer un site

 

Si l'objectif de 5000 € est dépassé, les sommes récoltées seront utilisées à financer le développement du projet ZOA en 2014.

 

Choisissez votre contrepartie

Pour 10 € et plus

Nos remerciements pour votre soutien

Pour 30 € et plus

Nos remerciements + 1 affiche + 1 invitation pour une soirée du festival

Pour 50 € et plus

Nos remerciements + 1 affiche + 1 invitation pour 1 soirée du festival + 1 coupe de champagne

Pour 100 € et plus

Nos très grands remerciements + 1 affiche + 1 invitation pour 2 soirées du festival + 2 coupes de champagne (Ce don est déductible de vos impôts à hauteur de 66% : il vous revient donc à 34 euros)

Pour 250 € et plus

Nos immenses remerciements : Vous devenez mécène et votre nom apparaît sur notre page Facebook et notre futur site + 1 affiche + 1 pass pour la totalité du festival + 2 coupes de champagne par jour (Ce don est déductible de vos impôts à hauteur de 66% : il vous revient donc à 85 euros)

Pour 500 € et plus

Nos remerciements infinis : Vous devenez mécène et votre nom apparaît sur notre page Facebook et notre futur site + 1 affiche + 1 pass pour la totalité du festival et 1 deuxième pass pour la personne de votre choix + 4 coupes de champagne par jour (Ce don est déductible de vos impôts à hauteur de 66% : il vous revient donc à 170 euros)

Faire un don

Je donne ce que je veux