BenedicteGarce

Depuis que j’ai découvert ma passion pour la mode, mon orientation s’est dirigé vers des études de stylisme-modélisme. Tour à tour modéliste en tant que costumière, bien sûr j’ai fait du costume mais cela m’a appris des techniques et un savoir-faire qui aujourd’hui me sont utiles dans mon travail de prêt à porter haut de gamme. Et oui je déteste le velours à poils ras ! J’ai été styliste Bénédicte Garce sur des shooting photos pour Toni & Guy, Ewa Cieszkowska, Pierre Leblanc et Hayk Galstyan. Ayant eu un poste en tant qu’essayeuse, retoucheuse et conseillère de vente au Bon Marché, j’ai affiné mon relationnel, ma rapidité et ma perfection dans les finitions. A Givenchy, j’ai forgé mon expérience en tant que finisseuse accessoire (application de perles sur chaussures, confection de collier Swarovski). Enfin, chez Lesage, j’ai tricoté des pièces qui sont additionnées à des sacs Chanel. C'est aujourd'hui dans mon atelier parisien que je confectionne mes propres pièces pour Bénédicte Garce, qui reflètent ma personnalité. Mon intention artistique : Quelle est mon intention dans mes créations pour toucher les gens ? Je vise un public de 25 à 35 ans. Par ma marque j’aimerai que les femmes se sentent belle avec leur corps et qu’elle se sente à l’aise dans des vêtements propres à leur image, peut-être un peu plus extravagant, affirmée, engagée que la norme. Je ne veux pas briser l’échelon de la HC mais que ce soit accessible par plus de monde. Il faut que les femmes osent, se mettre en valeur, et lâcher les barrières de la société. Les jeunes talents créateurs d’aujourd’hui font des créations très bien, et que les prix sont abordable, la clientèle devrait porter plus d’attention dessus, car ce sont des produits de qualités, à la mode, qui ont été travaillé autant dans le style que dans la confection et surtout en sur-mesure. Dans les années 50, les vêtements sur-mesure étaient plus courant tandis qu’aujourd’hui nous n’avons plus accès directement à ce marché. Je privilégie la qualité, et je propose à ma clientèle de s’attarder sur une pièce bien coupée, de qualité, avec une image définissant sa personnalité, qu’elle ne trouvera pas dans le prêt à porter, pour juste une question de prix ; ce que je veux vous dire, c’est dans une finalité certaine, nous nous y retrouverons ! Moins de vêtements dans nos garde-robes, mais tous nous iront, pour le même prix que des vêtements de prêt-à-porter de moyen de gamme. Se faire une robe sur mesure créé une relation humaine, une relation au temps qui devient précieux pour une création précieuse. Un vêtement fait sur-mesure c’est prendre soin de soi, soins de son image. Oublions la sur-consommation, et arrêtons de courir après le temps, pour au final répondre à notre exigence de perfection.