chrisdelabaere

Les Clayes-sous-Bois, France

Né dans le Nord de la France, à Dunkerque, mes origines sont clairement à l'aune de l'histoire des flandres, terres de voyageurs entrepreneurs, artisans dans différents domaines, liés au socle espagnol et la culture émergente en pleine renaissance des techniques et formes artistiques. Mes origines sont aussi ancrées dans un climat familial d'entraide et de travail de la terre. Dès mon enfance, la musique me nourrit à travers une scolarité décousue, en raison d'un asthme épuisant, et puisant mes forces dans la foi et un enthousiasme permanent, souriant aux cadeaux de la vie, me rapprochant et admirant les beautés de la nature, des hommes, des raffinements terrestres et célestes. Une formation classique de chant choral, de solfège m'amènent à m'emparer de la guitare classique laissée là par ma soeur aînée, puis me laissant charmer par les premières harmonies les plus simples d'un Mi mineur ou la force d'un accord majeur, je découvre les répertoires scouts, m'amenant à différents chanteurs français, amoureux de textes, les Brassens, Ferré, Ferrere, Polnareff, et bien sûr l'incontournable et foisonnant Maxime Le Forestier. Je me spécialise dans les techniques de pickiéng, rencontre Marcel Daddi à Dunkerque et fais une promotion avec lui sur les premières guitares Applause, puis entre en académie pour redécouvrir totalement l'instrument par les techniques d'attaque et de déplacement classique avec 2 excellents professeurs, développant chacun des techniques différentes, mais toujours d'actualité, d'où ces sonorités claires et rondes, un jeu pur et profond. Je suis fidèle à mon Epiphone, un instrument exigeant mais équilibré et une guitare classique espagnole, une Adagio. Quelques années passent où je m'engage dans différents parcours rigoureux et explorateurs, après avoir écumé de nombreux bars et cabarets dans le Nord pendant mes études d'économie et de logistique, peu concluantes mais passionnantes, puis Coet Quidan, officier instructeur, puis la vente à l'export, les 3/4 de mon temps passés en Orient, à la limite de l'Europe centrale jusqu'aux Indes et la Chine, le Moyen et le Proche Orient dans les métiers de la métallurgie et des réfractaires appliqués dans les aciéries. Ma première guitare électrique à 30 ans, une Aria Pro II japonaise me conduit à déchaîner de nouvelles sonorités électriques et à découvrir les techniques. Je crée mon premier groupe les VEMC, pendant 5 ans, 50 concerts autour de Boulogne S/Mer, sur base de classiques de rock, les Credence et autres classiques français et anglo saxons, Goldman, Clapton, Lynyrd Skynyrd, Hallyday et quelques compositions placées dans le répertoire. J'achète la Taylor anniversary, une guitare américaine de lutherie artisanale et très bien équipée en micro précis, un instrument parfait. Je suis accompagné d'amis amateurs et de magnifiques bassistes Camerounais et Irlandais qui m'initient à l'harmonie, au jazz et au phrasé rock. Je poursuis ma formation par le Jazz et crée un quintet de jazz sur des standards depuis 50 ans; quelques concerts et un travail régulier commencent à me donner de l'assurance en improvisation et sur des accords très jazz; je fais l'acquisition d'une Gretsch que je détourne en filets plats pour lui donner ce son grosse; l'histoire de cette magnifique lutherie à l'oranger flamboyant nous vient de Brian Setzer qui relance cette marque en perte de vitesse avec des demies et tiers de caisse au lieu de la traditionnelle ES 335 de chez Gibson, la favorite et les guitares plates, Strats de chez Fender; mon choix va au son ample et langoureux avec l'ampli Fender de Luxe et la précision et la dynamique incroyables de l'instrument. Là, je reprends mes textes et continue ma tendre habitude des chansons éphémères, qui disparaissent comme elles me viennent; il faudra un choc avec le décès de ma femme Marie Laure, d'un cancer, la mère de mes 4 enfants, pour que je réalise un rêve américain, 1 mois itinérant en Californie avec mes 4 enfants de 7 à 15 ans et m'offrir pour mes 45 ans, 3 guitares de choix à San Francisco; la formidable Godin canadienne, électro acoustique, cordes nylon, instrument fait main, merveilleux de sonorités, et de puissance (j'ai réalisé des concerts entiers avec cette guitare m'attaquant à tous les répertoires), la Blackie, copie de la Stratocaster jouée et conçue par Clapton avec son booster et ses notes longues ou écrasantes, au choix et aussi une Fender 12 cordes, un autre rêve d'enfance. Je passe mon permis moto et choisis une BMW K1300 GT, puissante et fluide, je crée mon cabinet conseil pour être près de mes enfants; je me reconstruis et découvre les nouvelles formes d'analyse des processus, me certifie en Lean management (réduction des non valeurs et recherche de l'efficacité par la fluidité). Je découvre l'économie des usages, des cycles de vie et les nouvelles gouvernances. Je rencontre ma femme avec qui je me marie; Isabelle voit rapidement mes talents et m'encourage à écrire et à enregistrer; une proposition sur les créations d'un ami artiste métallier me conduit à créer avec mes enfants musicien un premier album, "dense ta vie", avec 6 titres inspirés par les robes de Walter Polaert, Erika, Balinera, 1 er Bal, Fukushima et Marineva. Vient ensuite le projet de créer un répertoire totalement original et la rencontre avec Damien Top, producteur et lui même chanteur lyrique qui me propose un projet d'enregistrement et de production avec une campagne de promotion. Ainsi naît "Ent'âme" une unité de titres mêlant le voyage, la sensualité et l'énergie, un projet initiatique et poétique comme le veut son écriture et ses sonorités. Après 2 expériences décevantes dans des grandes entreprises en temps que manager et directeur, je souhaite m'engager plus clairement dans ma voie d'artiste et d'harmonisateur d'organisations par des techniques fluidifiantes et un rapport étroit entre ma musique et le management. Mon site réalisé par Isabelle introduit bien ce programme d'expérience individuelle et collective.