dasunheimliche

Anna Carraud Née en 1987 au bord du lac Léman. Elle suit jusqu’à ses 20 ans différentes formations de danse. De la danse africaine, à la danse contemporaine, au Hip hop. Un rapport au corps fort qui se tournera après un accro de la vie vers le théâtre. Cela commence à l’université de Nanterre où elle étudie le cinéma et le théâtre. Elle intègre par la suite le conservatoire Hector Berlioz puis le conservatoire Frédéric Chopin. Elle redécouvre la danse à partir d’une méthode somatique, le Body Mind Centering avec Nadia Vadori, avec qui elle danse encore actuellement. Petit à petit un épanouissement se dessine pour la mise en scène. Elle reprend alors des études de philosophie à Paris 8. Tout s’est fait à partir de rencontres. Elle joue au Nouveau Théâtre National de Tokyo « Les trois sœurs » de Tchekhov mis en scène par Narumi Kouhei, avec une base de Deleuze et de Borgès. Ce qui fait écho aux stages de mise en scène avec Marion Delplancke autour de Borgès, Cortazar mais aussi Tchekhov, Shakespeare et Dostoievsky. Un ballet autour de « Rhizome » de Deleuze et Guattari, « Rizoma Project » de Sharon Friedmann, au Palais de Chaillot et aux Invalides. Son premier rapport direct à la mise en scène se fait avec sa création « L’Etat sauvage » au conservatoire Frédéric Chopin. Elle réalise une vidéo, en tant que chorégraphe et réalisatrice, « je m’appelle l’amour, j’ai 4 ans ». Par-ci, par-là des performances en appartement pour des vernissages autour de la notion de « dégueulasse ». Elle chorégraphie « La petite danseuse de la boite à musique » de Joséphine Serre à la maison du comédien/maison Maria Casarès à Alloue. Elle part aussi en Allemagne et en Grèce sur un projet autour de la crise financière, « YITAC » avec de jeunes allemands, grecs et français où elle assiste les metteurs en scène des trois pays et se doit de rendre compte par écrit de cette expérience. Se déroulent deux lectures au Lucernaire de « La fille qui a décidé de vivre » de Christèle Sabalot Jungalas. « GLYM » et « Angelik » sont les deux pièces du comédien Moustafa Benaïbout pour qui elle joue. En mars et juin au Centre Culturel du 8ème arrondissement de Paris. Tournage du court-métrage « Vertical » de Baptiste Malbequi en mai/juin. Elle est aussi professeure de danse pour « LeStudio ». Si elle monte sa première mise en scène en Rhône-Alpes, c'est pour s'investir pleinement dans sa région natale. Elle s'y installe d'ailleurs très prochainement.