entasis

La Mure, France

Mon nom est Jean-Marc Savoye, j'aurais bientôt 58 ans. Passé par une enfance compliquée (Passage par différentes fermes, des fugues à répétition et une santé bien médiocre) je suis resté fidèle à l'éducation de base que j'ai reçue dans les différentes familles qui gardaient les enfants de l'assistance publique à mon époque. C'est à dire travail et honnêteté avant tout. A 11 ans les études secondaires m'ont été interdites. Alors je me suis battu...Je me suis retrouvé dans un collège d'enseignement technique en Mécanique Générale, ce qui était pour l'époque une voix royale pour être assuré de travailler toute la vie...L'assistante sociale de l'Assistance Publique n'avait pas compris que je voulais autre chose: lire, étudier, comprendre...je rêvais de devenir médecin ou prof ou quelque chose comme ça. Être patron était aussi dans ma tête. Lorsque l'assistante sociale me demanda ce que je voulais faire, je répondis: "garagiste!" et je me suis retrouvé en Mécanique Générale car cette personne ne connaissait pas la différence entre les deux!! Je ne renie pas mon enseignement technique mais ce n'était pas cela que je voulais. Alors j'ai décidé de rompre avec ce système dans lequel j'étais enfermé depuis l'âge de 3 ans à peu près. Chercher son chemin quand on a reçu qu'une éducation primaire n'est pas chose facile. j'ignorais tout de la vie économique, sociale et politique. 1973-1976. Pour rompre cette bulle ( la DDASS ), je me suis engagé dans l'armée française où j'ai effectué deux contrats de 3 ans. Ensuite retour à le vie civile pour des raisons personnelles au désarroi de mes supérieurs car je faisais parti des bons éléments. Et c'est là que tout commence. 1976-1979. Une vie adulte à l'image de l'enfance, sans repères, sans objectifs précis et...sans famille ou amis d'enfance.J'ai commencé mon parcours professionnel à Caterpilar Grenoble en 1972. 1979-1982. Deuxième contrat militaire puis retour à la vie civile définitive fin 1982. Salarié dans plusieurs entreprises mais toujours dans le secteur industriel. En parallèle, je me suis intéressé à la vente à domicile (à l'époque il n'y avait pas de statut), dans le secteur du bien-être. C'est là que je découvre l'importance d'une alimentation scientifiquement élaborée. Ma quête de bonne santé est liée à ma démarche de création d'entreprise. Sans une excellente condition physique nul projet ne peut voir le jour ou risque d'être perturber voir anéanti. Puis il y eu le statut de VDI (vendeur à domicile indépendant), trop contraignant à mon avis. Aujourd'hui il y a désormais le statut de l'auto-entrepreneur. Un tremplin pour les personnes sans diplômes ou sans qualifications particulières. Mon principal objectif: la création de mon entreprise. C'est presque fait...encore un petit effort pour devenir une société à part entière, je l'espère en tout cas. Je m'intéresse plus particulièrement à la condition physique, à la randonnée. Pour être plus précis, je m'intéresse surtout à comment rester en bonne santé. La recherche par la lecture est une activité que je pratique le plus souvent possible, ce qui m'a permis de créer un kit de condition physique qui se présente aujourd'hui sous la forme du coffret OTONOM-KIT et une formation atypique pour appréhender le métier d'entrepreneur en toute simplicité ( C'est le volet bien-être social que je traite "en surface" en deuxième partie du livre principal ). Ce volet sera développer plus tard avec un second site web. J'ai bien failli ne rien faire du tout car ma santé à commencée à se dégrader vers l'âge de 30 ans. J'ai donc d'abord cherché à rester en bonne santé pour faire face aux obligations familiales qui m'incombaient tout en poursuivant ma quête d'entreprise via la vente à domicile. A un moment dans mon parcours et devant le résultat obtenu, j'ai décidé de transmettre toute l'information réunie sur 20 ans. Voilà comment est né OTONOM-KIT. Être autonome, pour moi, consiste à ne plus avoir besoin des services sociaux. C'est pouvoir travailler et avoir cette capacité à rebondir au moindre problème, mineur ou majeur. Avoir aussi la capacité à développer sa matière grise comme on développe sa musculature...bref être autonome c'est vivre en maîtrisant sa destinée. J'aimerai continuer cette aventure....car pour moi réussir son intégration sociale avec un trou noir comme passé est déjà une réussite en soi mais certainement pas une fin! La vie est une belle histoire. C'est à nous de faire en sorte qu'elle soit la plus épanouissante possible et surtout tournée vers les autres.