Evangéline BRUNOY

Vanves, France

Après avoir suivi une formation de pianiste, Evangéline Brunoy entame ses études de chant qui la conduiront au Conservatoire Royal de Musique de Liège dans la classe de José Van Dam puis à la Civica Scuola di Musica di Milano, pour entrer en 1992 au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Elle y obtient un Premier Prix de Chant à l'unanimité en 1996 et poursuit par un cycle de perfectionnement auprès de Christiane Eda-Pierre. Lauréate de l'International Singing Competition of Spoleto (Italie) en 1996 et de la Fondation Marie Dauphin de VERNA sous l'égide de la Fondation de France en 1997, elle interprète les rôles de Suor Genovieffa dans Suor Angelica de Puccini au Festival Lyrique de Spoleto en 1996, et Echo dans Ariadne auf Naxos de Strauss en 1997 à Rennes. Pour l'Opéra National du Rhin en 1999, elle retrouve ce rôle et incarne également Madame Lidoine (en doublure) dans Dialogues des Carmélites de Poulenc. En 1997, elle obtient une bourse de la Fondation Meyer afin d'enregistrer des airs d'opéra et des mélodies du répertoire russe dans lequel elle s'est alors spécialisée. Ainsi en novembre 1999, elle remporte l'International Singing Competition Pique Dame à Vérone sous l'égide de l'Unesco pour le rôle de Lisa dans La Dame de Pique de Tchaïkovski, qu'elle interprète au Bolchoï, et pour lequel elle reçoit le Prix Medea Mei Figner. En octobre 2003, le Théâtre du Châtelet la sollicite pour les rôles de Cassandre (doublure) et Hécube dans Les Troyens de Berlioz sous la direction de J.E. Gardiner, qu’elle reprend en 2007 au Grand Théâtre de Genève toujours dans la mise en scène de Yannis Kokkos. Cependant elle interprète aussi Cassandre pour le Deutsche Oper am Rhein de Düsseldorf en novembre 2005, dans une mise en scène de Christof Loy. Elle retrouvera, en 2010, cet ouvrage au DeNederlandse Opera d'Amsterdam sous les directions de John Nelson et Pierre Audi. En décembre 2005, elle est la Première Dame dans la Flûte enchantée montée par le théâtre de Reims (reprise en septembre 2006 à Vichy). Parallèlement, Evangéline Brunoy participe à la création de spectacles lyriques : En 2004, à Paris, Les deux Ailes de l'âme , airs de Didon et Cassandre de Berlioz, Cavalli et Purcell. En juin 2006, au Château de Versailles, lors de la réouverture du Hameau de la Reine, Marie-Antoinette, Femme et Musicienne, airs des grandes héroïnes de Gluck (Euridice) et Sacchini (Chimène), retransmis en direct par France Musique. En juillet 2009, lors du Festival du Château de Sédières, en Corrèze, RE/PLI/QUE, mêlant le répertoire lyrique (Twelve Poems of Emily Dickinson de Aaron Copland - Sieben frühe Lieder de Alban Berg) à l'Art Contemporain (origami). Et En octobre 2013, elle crée le récital théâtralisé avec comédiens et accompagnée par le pianiste Jean Baptiste Lhermelin, « Au commencement fut le Verbe... et la femme devint ange » à Saint Rémy de Vanves. Outre les rôles précités, sa voix la porte à interpréter également les héroïnes de Berlioz (Béatrice), Massenet (Chimène, Salomé), Gluck (Iphigénie), Donizetti (Anna Bolena), Dvorak (Rusalka), Mascagni (Santuzza), Messager (Elle de L'amour masqué), Offenbach ( La Périchole, la grande Duchesse de Gerolstein), Ponchielli (La Gioconda) Puccini (Suor Angelica, Tosca, Musetta), Smetana (Marenka), Strauss (Ariadne), Tchaikowsky (Tatiana, Jolanta), Verdi (Aida, Amelia de Simon Boccanegra, Amelia de Un Ballo in maschera, Leonora), et Wagner (Sieglinde)...Elle a également organisé des concerts pour l'Unicef et le Secours Catholique en 2011/2012.