FABRIQUE

Depuis 2010, le collectif FABRIQUE vise à proposer des spectacles globaux transdisplinaires au coeur de notre ville, Béziers. Revendiquant la philosophie du « do it yourself », il s’agit là rendre à cette ville sa texture culturelle à partir des artistes du cru, et de tracer notre propre creuset artistique, hors des temps sombres, des codes conventionnels et des aveux d’échecs. En somme, faire front culturel face aux fossoyeurs de l'esprit créatif biterrois. Nous voulons avant tout partager notre volonté de restauration du tissu artistique biterrois et offrir à notre ville des événements culturels de qualité et accessibles à tous. A l’effigie d’Andy Warhol et de sa Factory, mais aussi du Malasana post-franquiste, de la Fabrica de Tadao Ando ou de la Schaubühe d’Ostermeier, nous nous devons d’éveiller la curiosité artistique du public en le surprenant et en nous engageant pour la transdisciplinarité de ce processus. Idées et performances en tous genres s’y succèdent et s’y complètent. Ce choix se justifie par la volonté d’offrir un spectacle intégral, dans l’air du temps et porteur de l’esprit éclectique dont est empreint FABRIQUE. En découlent les deux finalités de cette démarche. D’une part, ces événements doivent montrer aux spectateurs non-biterrois, grâce aux différents médias de diffusion, que notre cité n’est en aucun cas un simple ramassis de haines et de vacuité culturelle. Que notre coeur de ville n’est pas aussi sombre que l’image récemment véhiculée, mais que des vents contraires n’y attendent que les modalités de leur expression. D’autre part, et surtout, toucher le public local le plus vaste et tenter d’ainsi le convaincre que jamais leur Béziers n’est plus prospère que lorsque il est palpitant, fier, enviable, admiré, et surtout empli de talents multiples. Passé le choc national des résultats électoraux locaux, nous avons vu s'instaurer la routine de ce nouveau pouvoir municipal. Comment ne pas décider dès lors de proposer, culture en bandoulière, une vision alternative de la création libre et indépendante ici comme ailleurs ? Autrefois prospère, désormais mortifère, inlassablement fécond, il nous revient d’impulser à ces rues qui nous ont vu grandir la vitalité nécessaire, et de redonner à cette ville rebelle toute sa superbe. Ce décloisonnement est inhérent aux objectifs du mouvement : autour de plusieurs événements annuels aux formats modulables sont ainsi réunies et soudées les forces culturelles progressistes locales. Voilà le sens de FABRIQUE : réunir les volontés biterroises, régénérer les valeurs de son centre-ville, s’opposer au fatalisme décliniste des dernières années, et, in fine, fabriquer les conditions et les Idées d’un renouveau culturel local.